Ligne T1 du tramway de Toulouse

ligne de tramway à Toulouse

Ligne T1
La station Odyssud - Ritouret à Blagnac en janvier 2019.
La station Odyssud - Ritouret à Blagnac en janvier 2019.
Carte

Réseau Tramway de Toulouse
Ouverture
(d’Aéroconstellation aux Arènes)
Dernière extension
(de Aéroconstellation au MEETT)
Terminus MEETT
Palais de Justice
Exploitant Tisséo - Voyageurs[1]
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Citadis 302
Dépôt d’attache Aéroconstellation-Garossos
Points d’arrêt 25
Longueur 14,8 km
Temps de parcours 46 min
Distance moyenne entre points d’arrêt 640 m
Communes desservies 3 (Toulouse, Blagnac, Beauzelle)
Fréquentation
(moy. par an)
4 152 806 en 2011, soit 11 409 / jour[2]
Lignes connexes Ligne A du métro de Toulouse Ligne B du métro de Toulouse Ligne C du réseau de transports en commun de Toulouse Ligne D du réseau de transports en commun de Toulouse Ligne F du réseau de transports en commun de Toulouse Ligne T2 du tramway de Toulouse

La ligne T1 du tramway de Toulouse (dénommée ligne E durant la construction du tronçon initial et ligne Garonne pour le prolongement franchissant le fleuve) est la première ligne du nouveau réseau de tramway de l'agglomération toulousaine. Elle relie Toulouse à Beauzelle, via Blagnac.

Sa mise en service commerciale a eu lieu le au matin[3]. Elle a ensuite été prolongée au sud, d'Arènes à Palais de Justice en et sera à nouveau prolongée en juin 2020 vers le futur Parc des Expositions, à Aussonne, au nord. Les marches d'essais sont déjà en cours[4].

Elle relie la station de métro Palais de Justice (ligne B) au MEETT en passant par la station Arènes, et par le centre-ville de Blagnac.

HistoireModifier

Première ligne de tramway de ToulouseModifier

 
La station Arènes, terminus sud, en travaux en 2008.

Les premières études portant sur une ligne de tramway reliant Blagnac à Toulouse ont été menées en 1999 et 2000.

Le , le Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC) présente le tracé envisagé (hors territoire de Toulouse), sans préciser s'il s'agira d'un tramway ou bien d'un bus guidé[5].

En , le mode de transport n'est pas encore décidé[6].

En , le tracé sur le territoire de la ville de Toulouse est fixé et le terminus annoncé : la gare des Arènes[7]. Le mode de transport (bus guidé ou tramway) n'est toujours pas décidé.

Un an après, le , Le SMTC annonce son choix de mode de transport : ce sera le tramway[8],[9]. La date annoncée de mise en service est à l'horizon 2009, le montant des travaux estimé à 200 M€ et le trafic attendu de 30 000 voyageurs par jour.

Le est lancée, pour quatre semaines, l'enquête publique en vue de la déclaration d'utilité publique[10].

Le , Tisséo se prononce pour le modèle Citadis 302 d'Alstom. Un contrat prévoyant la fourniture de dix-huit rames, ainsi que la réalisation des études pour le design, est signé entre Tisséo-SMTC (Syndicat mixte des transports en commun) et Alstom[11].

En , la commission émet un avis favorable avec des réserves à lever et des recommandations[12]. Le montant annoncé passe à 250 M€.

Après observation de ces réserves émises par la commission d'enquête publique[13], Tisséo-SMAT (Société du métro de l'agglomération toulousaine) commence finalement les travaux à l'été 2007.

Une première rame est construite en à l'usine Alstom d'Aytré en Charente-Maritime. Une délégation toulousaine participe aux premiers essais et aux derniers ajustements. La livraison de la première rame à Toulouse a eu lieu en [14].

À l'été 2010, les travaux de la ligne ont été terminés, permettant la marche à blanc[15].

L'inauguration, initialement prévue le a été annulée du fait d'un mouvement social et la mise en service commerciale a eu lieu le à 4 h 50 minutes[16],[17].

Le prolongement (ligne G) vers le centre-ville de ToulouseModifier

 
Parcours de la ligne Garonne

La ligne Garonne du tramway de Toulouse est le prolongement de la première ligne de tramway de l'agglomération toulousaine, la ligne T1 qui relie Beauzelle et Blagnac à Toulouse, à la station des Arènes. La ligne Garonne sera le prolongement de la ligne T1 de la station des Arènes, avec une correspondance aux lignes A et C du Métro de Toulouse à la Station Palais de Justice, en correspondance avec la ligne B.

OrigineModifier

En 2008, après le lancement des travaux de la ligne T1 commence la période électorale de l'année 2008. Le candidat du Parti Socialiste, Pierre Cohen promet des bus en site propre et de nouvelles lignes de tramway telles qu'une ligne en rocade, une ligne desservant l'aéroport, une ligne reliant L'Union à Tournefeuille, et une ligne traversant la Garonne (d'où le nom de ligne « G comme Garonne », bien que cela suive l'ordre des lignes déjà existantes, la ligne F étant une ancienne voie SNCF hors d'usage aujourd'hui[réf. souhaitée]) pour desservir le centre-ville et pouvant être prolongée d'ici 2020. Pierre Cohen est élu et obtient 52 sièges à la mairie. Moins d'un an plus tard, les études concernant la ligne G commencent, et son existence est annoncée le .

SynthèseModifier

Dès 2009, alors que la ligne T1 est en construction, un prolongement de celle-ci est envisagée : c'est le projet de ligne Garonne, également connue sous le nom de ligne G. Après plusieurs débats et réunions publiques, le prolongement initialement prévu fin 2013, puis au deuxième trimestre 2014[18] doit être mis en essai en et en service en . Elle prolongera la ligne T1 en reliant la station des Arènes à la station Palais de Justice en passant la Garonne sur le pont Saint-Michel. Ce sera ainsi le premier maillon d'un tramway traversant Toulouse. Effectivement, le tracé choisit permet une extension ultérieure vers le sud-est toulousain (Labège ou Saint-Orens-de-Gameville, via Rangueil et Montaudran)[19]. C'est le grand projet des transports en commun de Toulouse.

Deux tracés, trois débatsModifier

 
Le plan du projet initial de la ligne G et ses deux variantes.

Mais en , Tisséo annonce que deux tracés sont possibles : l'un passant par le Palais de Justice, l'autre par le Stadium. C'est finalement le projet originel qui est choisi: la tramway sera donc en correspondance avec la ligne B au palais de Justice. En effet, après de nombreuses études sur le sujet, il s'est avéré que dans d'autres villes françaises ou européennes, les stations de transport en commun près d'un stade ou un autre lieu très fréquenté ponctuellement étaient fermées pour des raisons de sécurité (capacité des rames et bousculades contre le matériel). Ce tracé permet également d'envisager un nouveau prolongement vers le Grand Rond, au Jardin des Plantes[20].

Un tramway problématiqueModifier

Cette ligne pose des difficultés de financement vu l'état financier de Tisséo : construire ce tramway revient à repousser l'exploitation du métro avec des rames doubles[21].

De plus, le choix d'un tramway pour desservir cette zone de l’ultra-centre pose un problème lui aussi. Ainsi, selon l'association pour un autre tracé, ou APAT, ce tramway coûteux serait déficitaire, transporterait très peu d'utilisateurs et embouteillerait la rocade en empêchant les utilisateurs de passer par les grands boulevards. Une pétition a aussi été signée contre ce projet[22]. Finalement, en , les travaux démarrent non sans contestations[23].

L'ouverture du prolongement « Garonne » et les réservesModifier

 
Deux tramways sur les allées Jules-Guesde.

Avant l'obtention de la déclaration d'utilité publique du projet « Garonne », plusieurs réserves sérieuses sont émises par le commissaire enquêteur. Celui-ci émet alors des doutes sur la fréquentation escomptée pour le tronçon du Palais de Justice au Grand Rond, déjà desservi par la station de métro des Carmes à proximité. Il s'inquiète quant au passage souterrain du boulevard Déodat-de-Séverac, notamment à cause du lycée technologique tout proche, et demande la création d'une voie piétonne. Enfin, le manque d'expérience lié à la gestion d'un tramway est pointé du doigt.

Après l'ouverture de la ligne T1, en , les résultats attendus ne sont pas atteints ; la ligne n'est utilisée que par 17 000 à 20 000 voyageurs par jour au lieu des 30 000 annoncés. De plus, les études complémentaires de la déclaration d'utilité publique estime une fréquentation ne dépassant pas les cinq à six passagers par rame entre la station Palais de Justice et le Grand-Rond (station Jardin des Plantes – Muséum). Ainsi, le conseil syndical du SMTC décide lors de sa séance du de ramener dans un premier temps le terminus de la ligne au Palais de Justice, tout en aménageant comme prévu initialement les allées Jules Guesde, quitte à effectuer le prolongement dans un second temps. De même, le tunnel du boulevard Déodat-de-Séverac est modifié et élargi de 2,5 m afin de laisser une voie piétonne et une voie cyclable.

Après l'inauguration de la ligne T1 initiale, en 2010, un délai de six mois a été donné avant l'examen final du projet « Garonne » et le lancement des travaux pour permettre la prise en compte du premier bilan d'exploitation de cette ligne, et de valider les chiffres donnés par les études, notamment concernant la fréquentation, les temps de parcours et l'impact sur la circulation automobile[22],[20].

Extension vers le parc des expositions d'AussonneModifier

 
Le chantier du tram en janvier 2019.
 
Le Terminus Nord "Aéroconstellation"

Le chantier de création d'un nouveau parc des expositions de Toulouse Métropole, sur la commune d'Aussonne, doit conduire à une desserte de celui-ci en . Le coût de l'extension est de 22 millions d'euros, financés par Tisséo Collectivités avec une participation de 1 million d'euros de l’État[24].

L'extension a été actée dès 2015, avec une ouverture à l'occasion de la mise en service du nouveau parc des expositions[25]. La construction a commencé en 2017 avec l’acquisition puis la destruction de quatre maisons. Les travaux du tramway proprement dit ont été lancés en . Les premiers rails ont été posés fin 2018. Les travaux se sont achevés en . La mise en service a été effective le .

Tracé et stationsModifier

 
Ligne T1 complétée de la ligne Garonne et branche T2

TracéModifier

 
Tracé de la ligne T1 (de 2010 à 2013)
 
Tracé de la partie Garonne de la ligne

La ligne T1 s'étend sur 14,8 km et compte vingt-cinq stations, depuis Palais de Justice en passant par Arènes, jusqu'au MEETT, au nord-ouest de l'agglomération. Elle est connectée à la ligne B du métro à la station Palais de Justice, et aux lignes A du métro, C ainsi qu'à de nombreuses lignes de bus aux Arènes.

Un terminus de la ligne se trouve à la station Palais de Justice, pôle de correspondance avec le métro et le Quai des Savoirs[26], véritable quartier scientifique, pôle éducatif et pôle d'emploi où se trouvent également les locaux de la Faculté des sciences de Toulouse. La ligne traverse la Garonne sur le pont Saint-Michel où se situe la station Île-du-Ramier, permettant l'accès à l’île du Ramier avec son Parc des Expositions et ses animations (Rio Loco et Toulouse plage notamment). Elle jouxte le croisement (la place) dit du Fer-à-Cheval — entièrement modifiée pour l'occasion où se trouve la station Fer-à-Cheval, puis emprunte l'avenue de Muret en site propre puis en site partagé où est implantée la station Avenue-de-Muret – Marcel-Cavaillé desservant habitations et commerces.

Au croisement giratoire Croix de Pierre, est implantée la station station éponyme pour desservir notamment le Stadium. Les voies parcourent ensuite dans le boulevard Déodat-de-Séverac ou est implantée la station du même nom. Les voies empruntent ensuite un passage souterrain sous les voies de chemin de fer (SNCF Réseau) afin d'éviter les accidents. Le tramway prend la direction de la place Émile Mâle, et dessert la station des Arènes avec des correspondances avec la Ligne A de métro, les trains TER à la gare Saint Cyprien/Arènes et de nombreux bus du réseau Tisséo. À proximité immédiate de la station se trouve le Lycée des Arènes construit à la place des anciennes arènes, d'où est tiré le nom de la station.

Le tramway longe ensuite les voies ferrées avant d'effectuer un virage serré au niveau de l'extrémité nord de l'Hippodrome de la Cépière. Après être passé au-dessus des voies ferrées, le tramway dessert le quartier de la Cépière, où se situe le Zénith. La ligne rejoint ensuite l'avenue de Grande-Bretagne en contournant le secteur de la Cartoucherie (ZAC en construction). Après un passage sous le périphérique, les voies traversent le CHU de Purpan. La station Purpan est implantée au cœur de l’hôpital, au droit du bâtiment des urgences et de l'hôpital Paule de Viguier.

Le tramway gravit ensuite une côte importante avant de desservir les arènes romaines de Purpan-Ancely puis le quartier d'Ancely. Le tramway traverse ensuite l'A621 desservant l'aéroport au niveau du rond-point Jean-Maga (lui-même étant constitué de deux ponts au dessus de l'autoroute). C'est à ce niveau que s'effectue la bifurcation vers l'aéroport qu'emprunte la Ligne T2 du tramway.

La ligne T1 dessert ensuite :

Le long de son parcours, la ligne dessert de nombreux équipements:

En comparant cette première ligne de tramway aux lignes A et B du métro, les deux principaux axes de transport en commun de Toulouse, elle s'en distingue en sortant réellement du territoire communal de Toulouse pour desservir la banlieue (Blagnac et Beauzelle) avec une qualité de service (vitesse, fréquence, amplitude horaire, etc.) certes moindre que celle d'un VAL, mais néanmoins importante.

Liste des stationsModifier

 
Station "Purpan"
 
Essais à la station Purpan en septembre 2010
 
Tram au Palais de Justice
 
Tramway à l'approche d'Aéroconstellation.
 
Le tramway T1, à la station "Beauzelle" en 2012.
Station Coordonnées Commune Correspondances Tisséo Réseau Arc-En-Ciel / TER
  MEETT 43° 40′ 04″ N, 1° 21′ 36″ E Beauzelle  30​​​​​​​​​​​​​​​
  Aéroconstellation 43° 39′ 48″ N, 1° 21′ 45″ E Beauzelle  307071​​​​​​​​​​​​​  120
 
  388
  Beauzelle
Aeroscopia
43° 39′ 37″ N, 1° 22′ 10″ E Beauzelle
  Andromède
Lycée
43° 39′ 17″ N, 1° 22′ 25″ E Blagnac  17307071​​​​​​​​​​​​   362369373
  Place Georges Brassens 43° 38′ 55″ N, 1° 22′ 32″ E Blagnac
  Grand Noble 43° 38′ 41″ N, 1° 22′ 39″ E Blagnac
  Patinoire Barradels 43° 38′ 26″ N, 1° 22′ 57″ E Blagnac
  Odyssud
Ritouret
43° 38′ 10″ N, 1° 23′ 07″ E Blagnac
  Place du Relais 43° 38′ 12″ N, 1° 23′ 24″ E Blagnac  70​​​​​​​​​​​​​​​
  Pasteur
Mairie de Blagnac
43° 38′ 04″ N, 1° 23′ 29″ E Blagnac
  Guyenne Berry 43° 37′ 51″ N, 1° 23′ 30″ E Blagnac
  Servanty
Airbus
43° 37′ 32″ N, 1° 23′ 37″ E Blagnac
  Ancely 43° 37′ 06″ N, 1° 23′ 49″ E Toulouse    
 4666​​​​​​​​​​​​​​
  Arènes Romaines 43° 36′ 51″ N, 1° 23′ 54″ E Toulouse    
 4666​​​​​​​​​​​​​​
  Purpan 43° 36′ 33″ N, 1° 24′ 07″ E Toulouse       362369373
  Cartoucherie 43° 36′ 11″ N, 1° 24′ 28″ E Toulouse    
 L2​​​​​​​​​​​​​​​
 45​​​​​​​​​​​​​​​
  Zénith 43° 36′ 03″ N, 1° 24′ 41″ E Toulouse    
 45​​​​​​​​​​​​​​​
  Hippodrome 43° 35′ 41″ N, 1° 24′ 34″ E Toulouse    
 Zénith​​​​​​​​​​​​​​​
  Arènes 43° 35′ 34″ N, 1° 25′ 05″ E Toulouse    
   
   
 L2L3​​​​​​​​​​​​​​
 143467StadiumZénith​​​​​​​​​​​
 
  305350362
  21 (Toulouse - Auch)
  Déodat-de-Séverac 43° 35′ 23″ N, 1° 25′ 18″ E Toulouse    
 1334​​​​​​​​​​​​​​
  Croix-de-Pierre 43° 35′ 08″ N, 1° 25′ 40″ E Toulouse    
 L4L5​​​​​​​​​​​​​​
 34152​​​​​​​​​​​​​​
  Avenue-de-Muret
Marcel-Cavaillé
43° 35′ 21″ N, 1° 25′ 54″ E Toulouse    
  Fer-à-Cheval 43° 35′ 34″ N, 1° 26′ 07″ E Toulouse    
 131431Noctambus​​​​​​​​​​​​
  Île-du-Ramier 43° 35′ 32″ N, 1° 26′ 28″ E Toulouse    
 31​​​​​​​​​​​​​​​
  Palais-de-Justice 43° 35′ 32″ N, 1° 26′ 41″ E Toulouse    
   
 L4​​​​​​​​​​​​​​​
 31Noctambus​​​​​​​​​​​​​​

Les terminus et les principaux pôles d'échanges sont indiqués en gras


CorrespondancesModifier

Aménagement des stationsModifier

Toutes les stations sont équipées de tableaux digitaux, permettant d'informer les voyageurs des prochains passages, ainsi que d'éventuelles perturbations de la ligne. Des guichets automatiques sont présents à chaque stations, afin de permettre l'achat des titres de transports et le rechargement des cartes pastel. Toutes les stations sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Exploitation de la ligneModifier

DesserteModifier

La ligne T1 circule tous les jours de h 50 à h (derniers départs des terminus à h 20), et jusqu'à 2h les vendredis et samedis (derniers départs des terminus à h 20). Il est prévu un passage toutes les 7 à 8 minutes en heures de pointe. En heures creuses, la fréquence est variable, de 10 à 15 minutes le samedi à 20 minutes le dimanche et 20 minutes en fin de soirée[28].

La quasi-totalité des services font le trajet d’Aéroconstellation vers Palais-de-Justice, sauf un chaque jour, qui part d’Arènes pour remonter vers Aéroconstellation sans desservir la partie « Garonne ».

La desserte du parc des expositions et de sa zone d'activité est prévue toute l'année[29]. Jusqu’en 2019, il était envisagé de limiter la desserte aux seuls jours de congrès, du fait de la faible fréquentation attendue du nouveau tronçon[30].

À partir de la mise en service de la ligne Toulouse Aerospace Express, un terminus partiel sera mis en place à la station Odyssud Ritouret, pour permettre une fréquence plus faible de desserte des quartiers nord de Blagnac, faiblement urbanisés, et un niveau de service plus élevé au sud et dans Toulouse.

Parc relaisModifier

Deux parcs relais sont à la disposition des usagers dans les communes de Beauzelle (Aéroconstellation) et de Toulouse (Arènes).

Matériel roulantModifier

 
Le Citadis 302 sur la ligne T1.

Vingt-huit rames du Citadis 302 d'Alstom, au nez dessiné par Airbus, équipent la ligne. Elles circulent entre 20 km/h et 22 km/h en moyenne, avec des pointes à 50 km/h[32]. Chaque rame mesure 32 m de long, 2,4 m de largeur, 39 tonnes à vide et peut accueillir environ deux cent huit personnes[33], avec plus de 30 % de places assises. Grâce au plancher bas intégral, l'ensemble de la rame est accessible aux personnes à mobilité réduite.

DépôtModifier

Le dépôt est situé à Beauzelle, et est accessible entre les stations Aéroconstellation et Aéroscopia.

Tarification et financementModifier

Sur cette ligne comme sur toutes les autres lignes de métro, bus ou tram de l'agglomération, il existe des billets magnétiques : aller simple, aller-retour, 10 déplacement, illimités journée, illimités deux journées, Tribu (2 à 12 personnes, avec 12 déplacement sur le billet) et le ticket soirée.

Il existe aussi la Carte Pastel, une carte sans contact, avec laquelle des tarifs spécifiques sont appliqués, par exemple pour les étudiants ou les personnes âgées, avec une réduction, ce qui n'est pas possible sur un ticket magnétique. La Carte Pastel est une carte multi-services puisqu'elle est valable dans plusieurs réseaux : TER, Arc-en-ciel et TarnBus. Bien évidemment, les tarifs pratiqués dans les différents réseaux sont différents.

Le financement du fonctionnement de la ligne (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par Tisséo, l'autorité organisatrice des transports en commun de Toulouse.

TraficModifier

La fréquentation prévue de la ligne est de 30 000 passagers par jour[34],[35]. En 2012, la fréquentation a augmenté de 15 % par rapport à 2011, avec une moyenne de 21 000 voyageurs par jour de semaine lors du dernier trimestre. Le meilleur jour connu est le avec 24 640 passagers[36]. Après deux années de fonctionnement, le résultat est donc inférieur de 30 % à l'objectif.

Avec l'ouverture du prolongement de la ligne en , Tisséo table sur une fréquentation de 24 000 voyageurs par jour pour cette seule portion, qui dessert 34 000 habitants et 16 000 emplois. Selon ces chiffres, la fréquentation de la ligne T1 devrait donc doubler. (En comparaison, pour la ligne 2 du tramway de Montpellier le trafic prévu de 55 000 voyageurs a été atteint en deux ans[37].)

Au premier mois de 2014, le trafic a augmenté de 44 % par rapport à l'année précédente, à la suite de l'extension Garonne de la ligne T1[38]. Le nombre de validations a ainsi atteint 670 000 en , contre 463 000 un an plus tôt[39]. Le , la ligne bat a nouveaux son record avec 39 366 validdations. En 2016, la ligne enregistre environ 30 800 voyages par jour[40].

La branche Zénith-Palais de Justice représente en 2016 près de 60 % du trafic. Les deux stations les plus fréquentées sont celles en correspondance avec le métro : plus de 2 500 000 validations pour Arènes et Zénith, soit 24 % des validations (pour le tronc commun des lignes T1 et T2), et près de 1 200 000 pour la station Palais-de-Justice, soit 11 % des validations[41].

A l'inverse, les stations les moins fréquentées sont situées au nord de la ligne : ce sont Beauzelle-Aéroscopia (environ 60 000 validations), Guyenne Berry (environ 115 000 validations) et Place du Relais (près de 130 000 validations en 2016). Elles représentent chacune seulement 1 % des validations.[41]

InfrastructureModifier

 
Le tram en site propre, comme ici, à la Cartoucherie : la pelouse matérialise les voies de circulation propres au tramway.

Le tramway, alimenté par une ligne aérienne de contact, circule sur une voie ferrée. Les voies sont « végétalisées » sur la majeure partie du tracé. Le tram roule :

  • en site propre en surface sur la majorité du tracé ;
  • en site partagé sur le second tronçon de l'avenue de Muret, dont la chaussée se rétrécit, ou dans le centre-ville de Blagnac ;
  • en souterrain sur une partie du boulevard Déodat-de-Séverac avec une trémie passant sous la voie SNCF.

Dans la lignée des œuvres d'art du métro, la ligne s'inscrit dans une démarche artistique : le tracé de la ligne est ponctué de sept créations, des sculptures : la Jambe de cheval de Daniel Coulet au carrefour du Relais, L'ADN du chien et du moustique de Richard Fauguet pour le rond-point Jean-Maga, Le Locataire de Gloria Friedmann aux Arènes Romaines, le Mirador de Stéphane Pencréac'h sur le giratoire de l'avenue de Lombez[42], les Rubans de la Mémoires de Jean-Pierre Rives sur la place Emile Mâle, le Clou de Yazed Oulab à la Croix-de-Pierre, la Chouette de Laurent Le Deunff au Fer à Cheval, et le Cyclope de Thomas Houseago sur les Allées Jules Guesde. Une œuvre globale, formant la « plus grande œuvre lumineuse d'Europe », a également été retenue pour l'ensemble du parcours de la ligne initiale T1 : les Lueurs d'E, d'Hervé Audibert[43].

Projets de développementModifier

Nouvelle station Jean-MagaModifier

En 2025, dans le cadre du projet Toulouse Aerospace Express, une nouvelle station Jean-Maga sera créée afin d'assurer la correspondance avec la troisième ligne de métro et l'Aéroport Express. Elle se situera entre les stations actuelles Ancely et Servanty Airbus, et devrait être l'une des plus fréquentées au vu de sa correspondance avec le métro.

Terminus partielModifier

Un système de terminus partiel à Odyssud à la mise en service de TAE est envisagé. Il permettra une fréquence de 4'30 minutes jusqu'à ce terminus partiel puis de 9 minutes sur le reste de la ligne.[44]

Impact socio-économiqueModifier

La ligne T1 a rapidement montré ses faiblesses, avec une fréquentation et une vitesse bien inférieures aux prévisions[45]. Même aujourd'hui, le tramway est encore critiqué pour sa lenteur[46] mais on peut supposer que cette sensation est accentuée par la comparaison avec le métro de la même ville, deux fois plus rapide[47] .

Notes et référencesModifier

  1. Site officiel Tisséo-SMTC. Qui sommes-nous ?.
  2. Toulouse Métropole, « Toulouse Métropole en chiffres », sur [1], Toulouse Métropole, (consulté le 26 septembre 2012)
  3. La dépêche, « L'inauguration du tramway est annulée ! », sur [2], (consulté le 26 novembre 2010)
  4. tisséo, « Tram : Début des essais ! », sur tisseo.fr, (consulté le 3 novembre 2019)
  5. https://www.ladepeche.fr/article/2003/02/12/549358-le-trace-de-la-ligne-e-toulouse-blagnac-est-presque-arrete.html Le tracé de la ligne E (Toulouse-Blagnac) est (presque) arrêté, La Dépêche du Midi, .
  6. https://www.ladepeche.fr/article/2003/10/31/552216-indiscretion-la-mise-en-service-de-la-ligne-e-toulouse-blagnac-retardee-au-2eme-semestre-2008.html Indiscrétion : La mise en service de la ligne E (Toulouse-Blagnac) retardée au 2e semestre 2008, La Dépêche du Midi, .
  7. https://www.ladepeche.fr/article/2004/06/17/555384-le-futur-trace-du-tramway-de-la-ligne-e-toulouse-blagnac-adopte.html. Le futur tracé du tramway de la ligne E (Toulouse-Blagnac) adopté, La Dépêche du Midi, .
  8. https://www.ladepeche.fr/article/2005/06/28/316616-transports-un-tramway-entre-toulouse-et-blagnac.html Transports. Un tramway entre Toulouse et Blagnac, La Dépêche du Midi, .
  9. https://www.ladepeche.fr/article/2005/06/28/577313-le-tramway-toulouse-blagnac-roulera-sur-des-rails.html. Le tramway Toulouse-Blagnac roulera sur… des rails, La Dépêche du Midi, .
  10. https://www.ladepeche.fr/article/2006/03/21/69059-tramway-l-enquete-publique-a-demarre.html Tramway : l'enquête publique a démarré, La Dépêche du Midi, .
  11. https://www.ladepeche.fr/article/2006/04/06/43531-un-tramway-alstom-sur-rail-en-2009.html Un tramway Alstom sur rail en 2009, La Dépêche du Midi, .
  12. https://www.ladepeche.fr/article/2006/11/10/63449-blagnac-projet-de-tramway-l-incomprehension.html Blagnac. Projet de tramway : l'incompréhension, La Dépêche du Midi, .
  13. « Le futur tramway déjà en révision », 20 Minutes, (consulté le 31 janvier 2009)
  14. Philippe Emery, « Tramway – La première rame a été dévoilée », La Dépêche du Midi, (consulté le 19 juin 2009)
  15. Philippe Emery, « On a testé le tram toulousain ! », La Dépêche du Midi, (consulté le 21 janvier 2009)
  16. La dépêche, « L'inauguration du tramway est annulée ! », La Dépêche du Midi, (consulté le 26 novembre 2010)
  17. « Informations sur la ligne T1 sur le site de Tisseo », sur www.tisseo.fr, (consulté le 20 juin 2010)
  18. Tisséo, « Le calendrier des travaux », sur [3], (consulté le 25 février 2012)
  19. Philippe Emery, « Ce que le tramway va changer dans l'agglomération », sur La Dépêche.fr, (consulté le 17 mars 2009)
  20. a et b Hélène Ménal, « La ligne Garonne corrigée : Elle s'arrêtera provisoirement au Palais de Justice », 20 Minutes,‎ (lire en ligne) :

    « Mais ces amendements ne convainquent pas Frédéric Brasilès, le président de l'Association pour un autre tracé (Apat). « Tisséo a traité des problèmes techniques, sans toutefois régler la question de fond qui est l'utilité de ce tracé », dit-il. Pour cet opposant « la ligne Garonne va coûter des millions de déficit tous les ans pour transporter très peu d'usagers, et handicaper la vie quotidienne des Toulousains en embouteillant la rocade ». »

    .
  21. Hélène Ménal, « Du tramway à tous les coins de rues », sur www.20minutes.fr, (consulté le 2 août 2009)
  22. a et b Hélène Ménal, « Des remous sur la ligne Garonne : La commission d'enquête émet un avis favorable sur le tram, assorti de sérieuses réserves », 20 minutes,‎ (lire en ligne [html])
  23. Béatrice Colin, « Des Bouchons sur toute la ligne », sur [4], (consulté le 25 février 2012)
  24. Jean-Noël Gros, « Futur Parc des expos : les premiers rails du tramway pour y accéder ont été posés », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  25. Les dessertes www.toulouse-euro-expo.com/les-dessertes.html
  26. La Dépêche du Midi, « Le paquebot de la science sera amarré au quai des savoirs », sur [5], (consulté le 25 février 2012)
  27. Tisséo, « Journal de l'enquête publique du chantier », sur www.tram-garonne.fr, (consulté le 25 février 2012)
  28. « Fiche horaire accessible », sur www.tisseo.fr (consulté le 15 février 2020)
  29. David Saint-Sernin, « Toulouse. Le tramway vers le futur parc des expos est achevé : la première rame va pouvoir rouler », actu.fr, [lire en ligne]
  30. PHILIPPE EMERY, « Toulouse : pourquoi le tram prolongé n'ira au futur Parc-Expos que les jours de congrès », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  31. Tisséo, « Parcs relais gratuits », sur Tisséo, (consulté le 9 décembre 2010)
  32. Maxime Lafage, « Étude complémentaire d'opportunité et de faisabilité d'une troisième ligne de métro pour Toulouse », sur [6], (consulté le 19 décembre 2012)
  33. Toulouse Métropole Infos : Automne 2013 N.31 Tram Garonne : plus de mobilité P.21/
  34. http://www.beauzelle.fr/files/beauzelle/beauzelle-info/bi1110.pdf Bulletin municipal de la ville de Beauzelle ; novembre 2010
  35. http://www.tisseo.fr/sites/default/files/pdf/Page%20standard/Vademecum%203%20-%20%20Ligne%20T1.pdf vademecum de la ligne édité par Tisseo en novembre 2010
  36. Philippe Emery, « Toulouse. Record de fréquentation battu pour Tisseo : 708 209 voyages en un jour », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  37. Ligne 2 du tramway de Montpellier
  38. Philippe Emery et J.-N. G., « Toulouse. 45 % de trafic en plus pour le tram : pourquoi ça roule ? », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  39. « TRAM : fréquentation en hausse », sur http://www.tisseo.fr/, Toulouse, SMTC-Tisseo, (consulté le 1er août 2014)
  40. « En 2020, mise en service du téléphérique Toulousain », sur La Depeche.fr (consulté le 23 décembre 2016)
  41. a et b « Métro, tramway, bus : le palmarès des stations et des lignes les plus fréquentées, à Toulouse », Actu Toulouse,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2017)
  42. « L'art dans le tram », Tisséo tram, no 4,‎ , p. 15
  43. « Hervé Audibert – En cours », sur Hervé Audibert – Concepteur lumières, (consulté le 18 juin 2009)
  44. « Toulouse. Nouvelles rames, nouveau terminus partiel : ce qui va changer sur les lignes de tramway », sur actu.fr (consulté le 13 juillet 2020)
  45. « Toulouse. Les Toulousains boudent le tram », sur ladepeche.fr (consulté le 29 décembre 2019)
  46. « Le tram de Toulouse est-il vraiment "le plus lent du monde"? », sur ladepeche.fr (consulté le 29 décembre 2019)
  47. « Le métro de Toulouse roule deux fois plus vite que le tram et les bus », sur ladepeche.fr (consulté le 29 décembre 2019)

Voir aussiModifier

 

Les coordonnées de cet article :

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier