Liebesträume

œuvres pour piano composées par Franz Liszt

Liebesträume (en français : Rêves d'amour), est un recueil de trois œuvres pour piano (S/G541) composé par Franz Liszt, et publié en 1850.

Début du Liebesträum no 3 de Liszt

Liebesträume fait souvent référence au no 3, la plus connue des trois pièces. Elles sont composées pour accompagner des poèmes de Ludwig Uhland et de Ferdinand Freiligrath. Dès leur publication, deux versions apparaissent, une pour voix et piano et une transcription pour piano solo.

Les deux poèmes d'Uhland et celui de Freiligrath décrivent trois différentes formes d'amour. L'Hohe Liebe (Amour exalté) de Uhland est un amour saint ou religieux : le martyr renonce à l'amour terrestre et les portes du paradis s'ouvrent pour lui. Le second évoque l'amour érotique, "Gestorben war ich" (littéralement j'étais mort) - Mort est ici une métaphore faisant référence à la petite mort ("J'étais mort de la volupté d'aimer; je gisais enterré dans ses bras; je fus réveillé par ses baisers; je vis le ciel dans ses yeux."). Le poème de Freiligrath, celui du fameux nocturne, parle de l'amour mature ("O lieb, so lang du lieben kannst", "Aime aussi longtemps que tu peux aimer").

Liebestraum no 3Modifier

Cette pièce est la dernière des trois composées par Liszt et peut être vue comme découpée en trois parties, chacune d'entre elles contenant une cadence rapide demandant une dextérité et une grande technique. La même mélodie est utilisée à travers la pièce, avec différentes variantes, particulièrement au milieu de la pièce au moment du paroxysme de l'intensité expressive.

Clin d’œilModifier

On peut noter que cette troisième œuvre du recueil est jouée dans un arrangement pour orgue d'appartement, au début du film Certains l'aiment chaud, au cours d'une scène se déroulant dans une (fausse) morgue tenue par des gangsters.

SourcesModifier

Liens externesModifier

PartitionsModifier

EnregistrementsModifier