Ouvrir le menu principal
Entrée d'un magasin d'État où la libreta est utilisée (2014).

La libreta, mise en place par Fidel Castro en 1963, est un carnet d'approvisionnement distribué dans tous les foyers cubains. La libreta permet d'obtenir des produits de premières nécessités, à des prix bas, dans les magasins d'État (bodegas).

HistoriqueModifier

En 1963, les premiers effets de l'embargo américain se font ressentir dans Cuba. Le gouvernement met alors en place la libreta, avec la création des Bureaux de contrôle et de distribution des aliments de Cuba (OFICODA)[1]. C'est un carnet de rationnement qui permet d'obtenir des produits de consommation à des prix subventionnés [2]. Ces aliments sont vendus dans les « bodegas » (épiceries d’État)[1].

Chaque famille reçoit son « livret de rationnement » en début d'année, chaque membre reçoit la même quantité de nourriture[3]. Ainsi tous les mois les familles cubaines reçoivent, avec la libreta, les produits alimentaires de première nécessité en payant uniquement le dixième de leur valeur sur le marché noir[4].

D'année en année, l'offre des produits diminue. « Quelques œufs, de l'huile, du riz, du sucre, des haricots rouges, du pain, du poulet et du café, rien de plus ». Cela permet de subsister environ deux semaines[5]. Toutefois il peut exister des rations supplémentaires pour les événements particuliers : gâteaux pour les anniversaires ou rhum et bière lors des mariages[6].

En 2011, Raúl Castro envisage de supprimer graduellement la libreta compte tenu de son coût annuel de un milliard de dollars, mais finalement il renonce à cette mesure.

AnalyseModifier

 
Une bodega (magasin d'État) en 2012.

Pour l'économiste cubain Pavel Vidal tant que l'économie cubaine ne permet pas à chacun de gagner correctement sa vie (30 dollars de salaire mensuel en moyenne), la majorité de la population dépend « de l'approvisionnement universel pour ne pas sombrer dans la misère »[5].

RéférencesModifier

  1. a et b Sofía D. Iglesias Faire les courses avec la libreta Cubania
  2. La "libreta", symbole de l'égalitarisme cubain depuis un demi-siècle L'Express, 28 juillet 2017
  3. Le quotidien rationné Le Temps, 8 novembre 2007
  4. La «libreta», symbole de l'égalitarisme Tribune de Genève, 27 juillet 2017
  5. a et b Raúl Castro, le dernier homme fort de Cuba Le Soleil, 29 juillet 2017
  6. Les livrets d’approvisionnement fêtent leurs 50 ans Courrier International, 15 juillet 2013

Lien externeModifier

Article connexeModifier