Ouvrir le menu principal

Lhotshampas

Minorité ethnique hindouiste du Bhoutan d'origine népalaise, chassé par le pouvoir bouddhique
(Redirigé depuis Lhotshampa)
Lhotshampas
Description de cette image, également commentée ci-après
Camp de réfugiés de Beldangi, à Damak (Népal) montrant son passeport bhoutanais.

Populations significatives par région
Population totale 241 899[1]
Autres
Régions d’origine Himalaya
Langues Népalais
Religions Hindouisme

Les Lhotshampas ou Lhotsampas (népalais : ल्होत्साम्पा ; tibétain : ལྷོ་མཚམས་པ་, Wylie : lho-mtshams-pa, littéralement « les gens du Sud ») sont une minorité bhoutanaise, hindouiste, dans un pays pratiquant la branche tibétaine du bouddhisme vajrayana[réf. nécessaire].

Cette population, qui parle le népalais, car ses ancêtres sont arrivés au Bhoutan au XIXe siècle du Népal voisin, vit principalement de l'agriculture sédentaire[2].

Environ 108 000 d'entre eux (plus d'un dixième de la population bhoutanaise) ont été chassés par la politique d'épuration – Une nation, un peuple – des années 1980 et 1990 du roi du Bhoutan[3] et vivent dans des camps de réfugiés au Népal. Ils ne peuvent retourner chez eux depuis[4].

Les Lhotshampas restés au Bhoutan sont victimes de nombreuses discriminations. Le gouvernement bhoutanais ne les considère pas comme des citoyens bhoutanais et les prive de leur droit de vote[5].

Toutefois, pour Françoise Pommaret, directeur de recherche spécialiste du Bhoutan, si certains expulsés le furent de façon illégitime, la majorité d'entre eux n'étaient pas originaires du Bhoutan, où ils sont arrivés ces dernières décennies, à la recherche de terres et de services sociaux inexistants au Népal. La plupart refusaient de parler le dzongkha, langue nationale du Bhoutan, et au nom de leur tradition de castes, méprisaient les autres communautés, ce qui était mal perçu par les ethnies bouddhistes. Contestant les chiffres, les autorités bhoutanaises affirment que nombre de réfugiés ayant rejoint les camps viennent non pas du Bhoutan, mais de l'Inde ou du Népal, pour bénéficier de l'aide internationale[6].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Population of Lhotshampas in Bhutan » [archive du ], UNHCR, (consulté le 23 mars 2016)
  2. (en) Vidhyapati Mishra, Bhutan is no Shangri-La, The New York Times, 28 juin 2013 : « Many of our ancestors were recruited from Nepal in the mid-19th century to cultivate the arable land of southern Bhutan. »
  3. Vidhyapati Mishra, Bhutan is no Shangri-La, op. cit. : « The Drukpas, the Buddhist elite, and the Hindu Lhotshampa had coexisted, largely in peace, until 1989, when the king introduced a "One Nation, One People" policy imposing Drukpa social norms on everyone. »
  4. (en) Bill Frelick, Bhutan’s ethnic cleansing, New Statesman, 1er février 2008 : « Today, about 108,000 of these stateless Bhutanese are living in seven refugee camps in Nepal. The Bhutanese authorities have not allowed a single refugee to return. »
  5. Bill Frelick, Bhutan’s ethnic cleansing, op. cit. : « A Bhutanese government census in 2005 classified 13 percent of Bhutan’s current population as 'non-nationals', meaning that they are not only ineligible to vote, but are denied a wide range of other rights. »
  6. Népal : les réfugiés oubliés du Bhoutan, Libération, 16 janvier 2007.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier