Ouvrir le menu principal

Lex Luger (producteur)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luger.
Page d'aide sur l'homonymie Pour le catcheur professionnel, voir Lex Luger.
Lex Luger
Nom de naissance Lexus Arnel Lewis
Naissance (28 ans)
Suffolk, Virginie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Compositeur, producteur
Genre musical Hip-hop, Dirty South, trap, RnB
Instruments FL Studio, Akai MPC 2000, Pro Tools[1], clavier, synthétiseur, boite à rythmes, Roland TR-808, séquenceur[2]
Années actives Depuis 2008
Labels 1017 Brick Squad Records, Fool's Gold Records, Warpath Group
Influences Dr. Dre, Shawty Redd, D. Rich, Drumma Boy, Jazze Pha, Juicy J, The Diplomats

Lex Luger, de son vrai nom Lexus Arnel Lewis, né le à Suffolk, Virginie, est un réalisateur artistique, compositeur et producteur américain[2]. Il est actuellement signé au label 1017 Brick Squad Records. Il est cofondateur de l'équipe de production 808 Mafia avec Southside[3].

BiographieModifier

Jeunesse et débutsModifier

En grandissant, Luger joue des percussions pour son église, et de la batterie pour un groupe catholique. Il joue pour la première fois de la batterie à l'église où il apprend beats, mesures et BPM en utilisant un DJ set sur lequel il mixe morceaux instrumentaux et acapella[4]. Il fait ensuite de la musique sur le jeu vidéo MTV Music Generator 3 publié sur Playstation. Après avoir suffisamment économisé, Luger s'achète un Akai MPC 2500 et lance l'équipe de production VABP (Virginia Boyz Productionz) avec des amis lycéens ; Luger se lance dans la production de beats hip-hop de qualité[2],[5]. Après avoir acquis un MPC 2000 de son oncle, un ami apporte à Luger une copie du logiciel de production musicale FL Studio, qu'il utilise encore à ce jour. Il utilise aussi Maschine et Pro Tools[1].

Après de longues journées d'expérimentation sur Fruity Loops, il abandonne ses études à la King's Fork High School pour se consacrer à la production musicale, et est ainsi capable de produire de longues chansons instrumentales en peu de temps[6]. Il entend ensuite parler d'artistes de musique indépendante qui se sont popularisés par le biais de MySpace et commence à y poster des chansons sur son compte. Vers fin 2008, il envoie ses beats à plusieurs rappeurs et poste des chansons instrumentales sur MySpace, espérant se populariser dans l'industrie du hip-hop. En 2009, un rappeur, plus tard connu sous le nom de Waka Flocka Flame lui envoie un e-mail. Ils se lient d'amitié via MySpace et décident de collaborer[1],[2],[5].

Montée en succèsModifier

Waka s'intéresse au style de production de Luger et lui demande quelques beats sur lesquels rapper. Après des mois de travail avec Waka Flocka Flame, Luger se consacre à la production du premier album de ce dernier. Sans savoir ce qu'il allait devenir plus tard, Luger tente de se chercher un second travail afin de subvenir à ses besoins financiers dans la production[5]. Waka, lui, se popularise et est finalement signé au label Bricksquad lorsque sa chanson O Lets Do It devient un succès[5].

Hard in the Paint de Waka Flocka Flame est le premier morceau instrumental de Luger à être diffusé à la radio et devient un succès en mai 2010[2],[7]. À cette période, Luger est à Atlanta lorsqu'il entend sa chanson jouée à la radio. À Atlanta, Luger reçoit un coup de fil du rappeur et producteur Kanye West, ne réalisant pas à qui il parlait pendant au moins 30 minutes. Après avoir réalisé à qui il avait à faire, Luger accepte de prendre un avion pour New York afin de travailler avec West[7],[8]. Il crée finalement huit beats pour West, dont un qui deviendra la chanson H•A•M incluse sur l'album My Beautiful Dark Twisted Fantasy. Luger reçoit également une demande de Spiff de SpiffTV, qui le contacte pour sa chanson Hard In The Paint ce qui permettra à Luger de rencontrer et se lier d'amitié avec Rick Ross, ce dernier souhaitant remixer la chanson. Il produit pour Ross B.M.F. (Blowin' Money Fast)[5]. Après sa collaboration avec Ross, Luger se popularise davantage avec plein d'abonnés sur son compte Twitter[5]. En juin 2010, Luger produit pour Ace Hood, Soulja Boy, Chingy, Sean Garrett, et Fabolous[2],[9].

Alors que Luger assiste à son ascension dans le circuit de la mixtape hip-hop commerciale, plusieurs rappeurs souhaitent obtenir de lui son style de synthétiseur trap[5]. Il produit ensuite plusieurs albums dont Teflon Don de Rick Ross, Flockaveli de Waka Flocka Flame, Tha Thug Show de Slim Thug, et Watch the Throne de Kanye West et Jay-Z[10]. Il travaille ensuite pour des artistes et groupes à succès comme Wiz Khalifa, Big Sean, Wale, Fabolous, Juicy J, Soulja Boy, Snoop Dogg et 2 Chainz, et des rappeurs de rue comme Fat Trel, Lil Scrappy et OJ da Juiceman[10]. Après son succès aux côtés de Waka Flocka Flame et Rick Ross, Luger se lie d'amitié avec Juicy J à la fin de 2010. Juicy J prend finalement Luger sous son aile, et les deux collaborent sur deux mixtapes, ce qui deviendra un vrai coup de pouce pour la carrière de Luger[11]. Luger produit plus de 200 chansons entre 2010 et 2011[2],[10].

Luger s'affilie initialement avec le producteur Southside, également de Brick Squad. Ils forment ensemble l'équipe de production 808 Mafia en 2010, mais quitte le groupe l'année suivante. La même année, Luger remporte un prix dans la catégorie de « producteur de l'année » aux BET Hip Hop Awards[12].

Carrière actuelleModifier

En février 2014, Luger se joint au producteur et disc jockey canadien A-Trak sous le nom de scène Low Pros, dans l'intention de publier un projet collaboratif[13]. Leur premier projet s'intitule Jack Tripper, une chanson trap en featuring avec les affiliés de Brick Squad, PeeWee Longway et Young Thug[14].

À la fin de 2014, Luger se lance en tournée. Il signe avec l'agent Wilcox Weaver du Warpath Group d'Oklahoma City et Los Angeles en septembre 2014 pour des dates de tournée mondiales. En janvier 2015, il signe à l'EXYT Agency pour des dates de tournées en Europe et en Asie. Luger joue à l'international aux côtés de son DJ, Kino Beats[15]. I se lance en tournée à guichet fermé en Europe en mai 2015[16].

Le 27 juin 2015, Luger participe à la cinquième édition de l'EpicFest Hip Hop Festival de Richmond, en Virginie[17],[18]. Le 22 mars 2016, Luger publie son premier album instrumental qui fait participer son DJ et collaborateur, KinoBeats, ainsi que HighDefRazajah, UrBoyBlack et Trama[19].

Style et influencesModifier

Luger utilise le logiciel de production musicale FL Studio avec des plugins VST pour composer ses beats. Il utilise aussi d'autres logiciels comme Maschine et Pro Tools[1]. Son nom de scène s'inspire du catcheur professionnel Lex Luger, et de Luger Pistol. Il explique s'inspirer de Dr. Dre, Shawty Redd, D. Rich, Drumma Boy, Jazze Pha, Juicy J, et du groupe The Diplomats[20],[4].

DiscographieModifier

Article détaillé : Discographie de Lex Luger.

Singles produitsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) Alex Pappademas, « Lex Luger Can Write a Hit Rap Song in the Time It Takes to Read This », The New York Times, .
  2. a b c d e f et g (en) Patrick Lyons, « Behind The Boards Producer Profile: Lex Luger », (consulté en 13 avril2014).
  3. (en) Lex Luger Lewis: Dances to his own beat, d'Andrew Barker, Variety, 22 octobre 2010.
  4. a et b (en) David Turner, « Interview: Lex Luger », Red Bull Music Academy Daily, (consulté le 24 février 2016).
  5. a b c d e f et g (en) Rosie J, « How They Came Up: The Lex Luger Story », Indiehiphop, (consulté le 24 février 2016).
  6. (en) Clover Hope, « Lex Luger », Vibe, (consulté le 24 février 2016).
  7. a et b (en) Alex Pappademas, « Lex Luger Can Write a Hit Rap Song in the Time It Takes to Read This », (consulté le 2 mai 2013).
  8. (en) « Lex Luger Talks Working with Kanye West, "Taylor Gang" », HipHopDX, (consulté le 24 février 2016).
  9. (en) « {News} Producer Lex Luger Talks Success, Work with Kanye, Rick Ross and Waka », iStandardproducers, (consulté le 13 avril 2014).
  10. a b et c (en) "CRITIC’S NOTEBOOK: Bam! Pow! A Loud Young Rapper Rekindles Rap’s Old Fighting Spirit, de Jon Caramanica, 8 octobre 2010, The New York Times.
  11. (en) Insanul Ahmed, « Interview: Lex Luger Talk "Taylor Gang," His Beats Sounding The Same, & Being Scared of Kanye West », Complex, (consulté le 24 février 2016).
  12. (en) http://consequenceofsound.net/2014/02/a-trak-and-lex-luger-team-up-as-low-pros-stream-new-song-jack-tripper/
  13. (en) « A-Trak & Lex Luger (Low Pros) - Jack Tripper Feat. Young Thug & PeeWee Longway | Stream & Listen [New Song] », hotnewhiphop.com, (consulté le 14 février 2014).
  14. (en) « Young Thug Talks About Working With Kanye West and If He'll Sign To Future | Complex », complexmag.ca, (consulté le 14 avril 2014).
  15. (en) Niyah Nel, « Exclusive Lex Luger Interview in Milan, Italy With Akeem Of Zamunda », Hiphopsince1987, (consulté le 24 février 2016).
  16. (en) « Lex Luger – Warpath Group », warpathgroup.com.
  17. (en) « Lex Luger to Headline “Epic” Virginia Hip Hop Festival », The Source, (consulté le 24 février 2016).
  18. (en) « SlapdashRVA Presents: #EpicFestV | June 23rd – June 28th », Slapdash (consulté le 24 février 2016).
  19. (en) Bryan Tomlinson, « Lex Luger Experience: The Tour, Vol. 1 (Instrumental Album) », The Drop NYC, (consulté le 23 mars 2016).
  20. (en) Nadine Graham, « Lex Luger Recalls Working With Game On "R.E.D.," Says His Sound Comes From Pain », HipHopDX, (consulté le 24 février 2016).
  21. (en) « iTunes - Music - In da Box (feat. Rick Ross) - Single by Sean Garrett », Itunes.apple.com, (consulté le 14 avril 2014).