Lewarde

commune française du département du Nord

Lewarde
Lewarde
La fosse Delloye, aujourd'hui centre historique minier de Lewarde.
Blason de Lewarde
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Ostrevent
(siège)
Maire
Mandat
Alain Bruneel
2022-2026
Code postal 59287
Code commune 59345
Démographie
Gentilé Lewardois
Population
municipale
2 418 hab. (2020 en diminution de 3,36 % par rapport à 2014)
Densité 620 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 20′ 30″ nord, 3° 10′ 11″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 80 m
Superficie 3,9 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Douai
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aniche
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lewarde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lewarde
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Lewarde
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lewarde
Liens
Site web https://www.ville-lewarde.fr/

Lewarde est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

La Compagnie des mines d'Aniche y a ouvert la fosse Delloye, qui est devenue le Centre historique minier de Lewarde.

GéographieModifier

 
Ambiance de Lewarde : la rue de la Famille-Dervaux.

Lewarde est un bourg de l'Ostrevent dans l'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais situéà à 7 km à vol d'oiseau au sud-est de Douai, 33 km au sud de Lille, 22 km au sud-ouest de la frontière franco-belge et 34 km de Tournai, 25 km à l'ouest de Valenciennes, 19 km au nord de Cambrai et 28 km au nord-est d'Arras.

La commune est traversée par la route départementale 645 de Douai à Denain ainsi que par les routes départementales 132 et 135.

Lewarde est desservie par la ligne A du réseau de transport de Douai.

Le sentier de grande randonnée GR 121 et le sentier de grande randonnée de pays GRP du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais y passent.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Lewarde
Guesnain Loffre
  Masny
Roucourt Erchin

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 692 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[7] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Cambrai-Épinoy », sur la commune d'Épinoy, dans le département du Pas-de-Calais, mise en service en 1954 et à 12 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 10,9 °C pour 1991-2020[13].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Lewarde est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[17] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[20],[21].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (64,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,5 %), zones urbanisées (27,4 %), forêts (7,6 %), mines, décharges et chantiers (6,5 %), prairies (5 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Habitat et logementModifier

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 1 107, alors qu'il était de 1 131 en 2014 et de 1 129 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 93,7 % étaient des résidences principales, 0,1 % des résidences secondaires et 6,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 85,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 9,9 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Lewarde en 2019 en comparaison avec celle du Nord et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (0,1 %) inférieure à celle du département (1,6 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 63,9 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (63,4 % en 2014), contre 54,7 % pour le Nord et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Lewarde en 2019.
Typologie Lewarde[I 1] Nord[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 93,7 90,6 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,1 1,6 9,7
Logements vacants (en %) 6,2 7,8 8,2

ToponymieModifier

  • au XIIe siècle : Warda Sti-Remigü (chronique Gisleb).
  • 1246 : Custodia de S. Remigio (1er cartulaire d'Artois).
  • 1255 : Le Warde Saint-Rémi (Titre d'Anchin, Escallier)[24].

HistoireModifier

AntiquitéModifier

  • Des médailles romaines ont été trouvées à diverses reprises à Lewarde, ainsi que des urnes remplies de cendre et cachées dans les carrières de grès et quatre têtes en bronze de style gallo-romain[24].

Moyen ÂgeModifier

  • 1843 : Époque celtique, découverte d'une précieuse monnaie gauloise en cuivre, portant une tête casquée et au revers un coq debout.

Le village de Lewarde prend naissance sur une crête boisée (les monts Saint-Rémi) autour d'une zone fortifiée, construite par le comte de Hainaut au XIIIe siècle, d’où l'on pouvait surveiller la frontière commune aux Comtés de Flandres et de Hainaut.

De cette zone fortifiée, il ne reste rien. Mais, c'est à cet endroit supposé, sur le fief de Lewarde, qu'est construite l'église du village.

Le fief de Lewarde comprend , au Moyen Âge, environ la moitié de l'actuelle commune, l'autre étant incluse au fief des Vésignons. Ce dernier comprenait un bois où l'on peut admirer une tour et un obélisque.

Temps modernesModifier

Aux XVIIIe et XIXe siècles, de riches familles vécurent à Lewarde : les Béharelle, Dervaux, Delegorgue... d'où l'édification d'importantes maisons bourgeoises ou de châteaux. On retrouve certains de ces patronymes sur les pierres tombales du cimetière.

À la fin de l'Ancien Régime, c'est dans l'une des habitations de la cité que nait Jacques-François Momal qui deviendra très vite un peintre renommé.

Époque contemporaineModifier

Au XIXe siècle commence l'édification de chapelles à Lewarde, la dernière datant des années 1950.

Lors des deux conflits mondiaux, les habitants de la commune sont durement touchés. Deux monuments aux morts commémorent ces événements.

Le village vivait autrefois de l'agriculture, mais aussi de l'extraction du grès qui reste très présent dans le village, en particulier à l'église et son ancien cimetière. Ces activités furent remplacées, au début du XXe siècle, par l'extraction houillère comme en témoignent la « cité Béharelle », l'ancien cavalier minier des Houillères, la Fosse Delloye et son Centre Historique Minier, et par le développement d'une brasserie.

Aujourd'hui, le syndicat d'initiative de Lewarde a planté une vigne, dans les anciens jardins du presbytère au pied de l'église, entretenu par des bénévoles de l'association.

Sur le site de l'ancienne fosse Delloye se trouve aujourd'hui le plus grand Centre historique minier de France. C'est à la fois un centre de documentation et un lieu touristique qui présente de nombreux objets, outils et machines. Le visiteur, guidé par d'anciens mineurs, peut également se faire une idée du travail dans les mines de charbon en parcourant des galeries reconstituées. Elles reprennent le concept des mines-images utilisées par les compagnies minières pour la formation de leurs personnels.

Politique et administrationModifier

 
La mairie en 2014

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Rattachements administratifsModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Douai du département du Nord.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Douai-Sud[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électorauxModifier

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Aniche

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la seizième circonscription du Nord.

IntercommunalitéModifier

Lewarde est le siège de la communauté de communes Cœur d'Ostrevent, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2000 sous la dénominatuon de communauté de Communes de l'Est du Douaisis (CCED) et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cette intercommunalité, qui a succédé au syndicat intercommunal de la région de Somain-Aniche (SIRSA), créée en 1962, a pris sa dénomination actuelle en 2006.

Tendances politiques et résultatsModifier

Lors des élections municipales de 2014 dans le Nord, la liste PCF du maire sortant Alain Bruneel est la seule candidate et obtient donc la totalité des 885 suffrages exprimés. Cette liste est donc élue en totalité.
Lors de ce scrutin, 38,93 % des électeurs se sont abstenus, et 14,52 % des votants ont choisis un bulletin blanc ou nul[26]..

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans le Nord, la liste menée par le maire sortant Denis Michalak — qui avait succédé en 2017 à Alain Bruneel après son élection comme député — obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 666 voix (70,17 %, 17 conseilseillers municipaux élus dont 2 communautaires), devançant très largement celle menée par Thierry Pamart, qui a recueilli 283 voix (29,82 %, 2 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 45,37 % des électeurs se sont abstenus[27].

Lors du premier tour de l'élection présidentielle française de 2022, les électeurs de Lewarde ont choisis les quatre premiers candidats suivants : Marine Le Pen (RN, 486 voix 37,56 % des suffrages exprimés), Jean-Luc Mélenchon (LFI, 251 voix (19,40 %), Emmanuel Macron (LREM, 224 voix, 17,31 %) et Fabien Roussel (PCF, 145 voix, 11,21 %).
Au second tour, Marine Le Pen dépasse largement avec 709 voix (60,60 %) le candidat élu au niveau national Emmanuel Macron (461 voix, 39,40 %). Lors de ce scrutin, 27,66 % des électeurs se sont abstenus[28].

Administration municipaleModifier

Compte tenu de la population de la commune, désormais inférieure à 2 500 habitants, son conseil municipal est constitué de 19 membres, dont le maire et ses adjoinst[29].

Liste des mairesModifier

 
André Léger, adjoint à Lewarde, Bernard Coquelle de la Confédération paysanne et Denis Michalak maire, en mars 2022
 
Élection du maire Alain Bruneel le 24 novembre 2022 et ses 5 adjoints : André Léger, Jeanne-Marie Delmaire, Jean-Claude Dubrunquez, Nina Lahssen et Claude Sombrin
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Avant 1802-1803[30]   M. Dervaux    
Les données manquantes sont à compléter.
? ? M. Béharelle    
? ? Jean-Baptiste Duez[Note 8] SFIO Ouvrier mineur, syndicaliste
1945 1965 Édouard Pot[Note 9] PCF Chauffeur d'ambulance, résistant
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 décembre 1998 Irénée Nottez[Note 10],[31] PCF Conducteur à la SNCF, syndicaliste[32]
Président du SI de la région de Somain-Aniche (avant 1978 → ? )
janvier 1999 7 juillet 2017[33] Alain Bruneel[34] PCF Député du Nord (16e circ) (2017 → 2022)
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais (2004 → 2015)
Conseiller général de Douai-Sud (2011 → 2015)
Démissionnaire après son élection comme député.
7 juillet 2017[33] 25 octobre 2022[35] Denis Michalak[36]
(né le 11 août 1963)
PCF[37] Démissionnaire
24 novembre 2022[38] En cours
(au 23 novembre 2022)
Alain Bruneel PCF  

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[40].

En 2020, la commune comptait 2 418 habitants[Note 11], en diminution de 3,36 % par rapport à 2014 (Nord : +0,16 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8078209441 0861 1861 1631 1461 1381 120
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0891 1611 1711 1931 2221 3021 2801 2841 278
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3361 4441 4221 3591 3731 4621 5051 5711 463
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 6891 8861 9922 2892 7682 7822 7922 7702 766
2014 2019 2020 - - - - - -
2 5022 4302 418------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,5 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 204 hommes pour 1 223 femmes, soit un taux de 50,39 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,5 
6,2 
75-89 ans
8,2 
17,3 
60-74 ans
19,3 
18,9 
45-59 ans
19,8 
19,8 
30-44 ans
16,1 
17,3 
15-29 ans
16,7 
20,0 
0-14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

La « fête de la châtaigne » a lieu le deuxième dimanche d'octobre. Les sociétés locales, la municipalité, les Lewardois y participent. Tout au long de ce week-end se mêlent activités sportives, culturelles, artistiques (marché aux puces, cross de la Châtaigne, soirées, défilé…). On y ajoute pour la parfaire, « Le Truffé Lewardois », pâté à la châtaigne dont les secrets de fabrication sont jalousement conservés.

Sports et loisirsModifier

  • Salle omnisports (Tennis de table, Judo, Gymnastique, Tennis, Piscine, Stade olympique),
  • Stade municipal (Football).
  • Club de football : USCL Lewarde (Union Sportive Corporative Laïque de Lewarde), créé en 1968

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Remi.
  • Église Saint-Remi (XVIe siècle-XIXe siècle) où certaines scènes de la série télévisée Maria Vandamme furent tournées dans les années 1980.
  • Château de Vésignion rebati en 1765 par le président Deforest[44] de Lewarde.
    Le a été inauguré un parc en bordure du château. Ce parc, donnant directement sur le château, compte un nombre important de sculptures sur bois ainsi qu'un labyrinthe « naturel ». Des activités « accrobranches » sont ponctuellement organisées.
  • Domaine Bauck (XIXe siècle-XXe siècle)
  • Le manoir de Layens (XVIe siècle-XVIIIe siècle)
  • L'ancien cavalier des houillères
  • La pyramide ou l'obélisque (entre 1816 et 1818)
  • Monuments aux morts de Maurice Rogerol

Avec son bois, son centre historique minier et son parc, Lewarde s'impose comme un haut lieu du tourisme du Nord-Pas-de-Calais.


Personnalités liées à la communeModifier

Spécialités culinairesModifier

Ces deux spécialités ne peuvent se goûter que lors de la fête de la châtaigne

Lewarde dans les arts et la cultureModifier

En , une semaine de tournage de la mini-série Germinal, historique franco-italien en six épisodes de 52 minutes créée par Julien Lilti et réalisée par David Hourrègue a eu lieu à la fosse Delloye des mines d'Aniche à Lewarde, notamment à la salle de l’accrochage du puits no 1 et la passerelle de liaison[46].

FolkloreModifier

Lewarde a pour géants Isidore, Jacques Deforest de Quardeville et Lucie[47].

HéraldiqueModifier

  Blason
Coupé : en chef, d'or à un lion de gueules tenant de ses deux pattes de devant une banderole du même ; en pointe, d'azur à trois merlettes d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Lewarde », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).
  • Carte spéciale des régions dévastées : 08 SO, Douai [Sud-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne), sur Gallica.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Jean-Baptiste Duez, né le 12 juillet 1898 à Lewarde, décédé le 21 décembre 1966 à Lewarde. Notice Maitron
  9. Édouard Pot, né le 10 septembre 1887 à Guesnain (Nord), décédé le 20 août 1974 à Lewarde. Notice Maitron
  10. Irénée Nottez, né le 3 mai 1934 à Erchin (Nord), conseiller municipal d'opposition de mars 1965 à mars 1971, est élu maire en mars 1977, il est syndicaliste et conducteur à la SNCF. Il est le suppléant de Georges Hage lors des élections législatives de 1978 et est à cette époque président du Syndicat intercommunal de la région de Somain-Aniche : « Législatives 1978 (Nord, 15e circonscription) : professions de foi du 1er tour », sur https://archive.org/details/archiveselectoralesducevipof (consulté le ). Il meurt le 11 mars 2020 à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales)
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

Autres sourcesModifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Lewarde et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Lewarde et Épinoy », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Douai », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. a et b page 617, statistique archéologique du département du Nord seconde partie, Librairies Quarré Lille ; Leleu, Lille, A. Durand Parisarchive au Harvard College Library numérisé par Google Books.
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. « Nord (59) - Lewarde », Résultats des élections municipales et communautaires 2014, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  27. « Nord (59) - Lewarde », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  28. « Commune de Lewarde », Résultats de l'élection présidentielle 2022, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  29. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  30. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  31. Nello Benedetti, « Lewarde : maire pendant vingt-deux ans, Irénée Nottez est décédé : Conseiller municipal d’opposition de 1965 à 1971, puis maire de 1977 à 1999, Irénée Nottez (85 ans) est décédé mercredi au Canet-en-Roussillon (Pyrénées orientales) où il s’était retiré », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Législatives 1978 (Nord, 15e circonscription) : professions de foi du 1er tour », sur https://archive.org/details/archiveselectoralesducevipof (consulté le ).
  33. a et b J.-L. R.,, « Lewarde : Denis Michalak élu nouveau maire :  Élu député de la 16e circonscription, Alain Bruneel ne pouvait rester maire de Lewarde. Il a démissionné de ce mandat ce soir vendredi, lors d’un conseil municipal extraordinaire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C’est Denis Michalak, le 2e adjoint, qui a été élu à l’issue d’un vote à bulletin secret, à l’unanimité des votants (vingt-deux) ».
  34. Réélu pour le mandat 2014-2020 : Dorothée Delomez, « Contre les incivilités à répétition, la mairie prend les devants : Jeudi 17 avril a eu lieu une rencontre entre les habitants et la police pour lutter contre les incivilités. », L'Observateur du Cambrésis, no 1336,‎ , p. 19
  35. « Lewarde: Denis Michalak démissionne de son mandat de maire : Denis Michalak, qui avait remplacé Alain Bruneel quand ce dernier avait été élu député, a envoyé sa lettre de démission au sous-préfet. Quand celui-ci en aura pris acte et envoyé sa réponse, le conseil municipal devra se réunir sous quinze jours pour élire le nouveau maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Réélu pour le mandat 2020-2026 : « Denis Michalak réélu maire sans surprise », L'Observateur du Douaisis, no 907,‎ , p. 14.
  37. Benjamin Dubrulle, Julien Gilman et Stéphane Labdant (infographie), « Municipales : la nouvelle carte politique du Douaisis », La Voix du Nord, no  24270,‎ , p. 10 « Lewarde : Parti communiste ».
  38. Audrey Halford, « Alain Bruneel retrouve l’écharpe de maire à Lewarde, après l’avoir quittée en 2017 : Il y avait foule ce mercredi soir à la salle Henri-Martel de Lewarde pour assister à l’élection du nouveau maire après la démission de Denis Michalak, fin octobre. Alain Bruneel a obtenu 15 voix, l’emportant face à son opposante Delphine Zagacki », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lewarde (59345) », (consulté le ).
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  44. a et b page 618, statistique archéologique du département du Nord seconde partie, Librairies Quarré Lille ; Leleu, Lille, A. Durand Parisarchive au Harvard College Library numérisé par Google Books.
  45. Jacques Van Cappellen, l'ancien footballeur du LOSC s'est éteint à l'âge de 89 ans
  46. « Germinal : mine, coron, auberge, église… où est tournée la série de France 2 ? », sur La Voix du Nord,
  47. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15