Lettre de Sibérie

film sorti en 1957
Lettre de Sibérie
Réalisation Chris Marker
Scénario Chris Marker
Musique Pierre Barbaud
Acteurs principaux
Sociétés de production Argos Films
Procinex
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film documentaire
Durée 62 minutes (h 2)
Sortie 1957


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Lettre de Sibérie est un film documentaire, réalisé par Chris Marker, sorti en 1957.

Le documentaire montre en voix-off les plans filmés par Chris Marker en Sibérie. Il passe en revue différents sujets : la vie des gens sur place, la modernisation de la société, les chercheurs d'or, etc. et est ponctué de digressions, comme un dessin animé sur les mammouths, une fausse publicité vantant les mérites des rennes ou une scène où la voix off est refaite plusieurs fois.

SynopsisModifier

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Scène de IakoutskModifier

Une courte scène est remarquable par son humour : on y voit un autobus dans les rues de Iakoutsk, des travailleurs et enfin un Iakoute louchant. Le montage et les commentaires off de Marker montrent le pouvoir des images, tout en illustrant, comme le dit Marker dans la scène, le fait que « les mots peuvent faire dire tout ce qu'on veut aux images ».

Cette prise de vue est commentée à trois reprises avec des tonalités opposées :

  • La glorification du régime socialiste : Iakoutsk, capitale de la République socialiste soviétique de Iakoutie est une ville moderne, où les confortables autobus... un pittoresque représentant des contrées boréales, etc.
  • Une description neutre : À Iakoutsk, où les maisons modernes gagnent petit à petit sur les vieux quartiers sombres... un Iakoute affligé de strabisme, etc.
  • Une diatribe contre le collectivisme : Iakoutsk, à la sinistre réputation, est une ville sombre où tandis que la population s'entasse péniblement dans des autobus rouge sang... un inquiétant Asiate, etc.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Chris Marker, Commentaire 1, Paris, 1967, Éditions du Seuil.
  • Jean Queval, Gilbert Salachas, Téléciné, no  82, Fédération des Loisirs et Culture Cinématographique (FLECC), Paris, avril-, fiche N° 349.

Liens externesModifier