Ouvrir le menu principal

Lescure-d'Albigeois

commune française du département du Tarn
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lescure.

Lescure-d'Albigeois
Lescure-d'Albigeois
L'église Saint-Michel par Eugène Trutat en 1884.
Blason de Lescure-d'Albigeois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Albi
Canton Albi-4
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Albigeois
Maire
Mandat
Francis Salabert
2014-2020
Code postal 81380
Code commune 81144
Démographie
Gentilé lescuriennes, lescuriens
Population
municipale
4 508 hab. (2016 en augmentation de 3,09 % par rapport à 2011)
Densité 318 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 15″ nord, 2° 10′ 16″ est
Altitude 168 m
Min. 154 m
Max. 302 m
Superficie 14,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Lescure-d'Albigeois

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Lescure-d'Albigeois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lescure-d'Albigeois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lescure-d'Albigeois
Liens
Site web Site officiel

Lescure-d'Albigeois est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Sommaire

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine d'Albi située dans de son unité urbaine, à 6 km au nord-est d'Albi en pays Albigeois.

Entre le Tarn et les collines avoisinantes, Lescure-d'Albigeois offre le double privilège des charmes de la campagne et des multiples avantages que procure la ville voisine. Cité qui bénéficie de l'expansion démographique de l'agglomération albigeoise, ce qui se traduit par une forte croissance de la population.

Communes limitrophesModifier

Lescure-d'Albigeois est limitrophe de six autres communes.

 
Carte de la commune de Lescure-d'Albigeois et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Lescure-d'Albigeois
Cagnac-les-Mines Le Garric Saussenac
  Arthès
Albi Saint-Juéry

Géologie et reliefModifier

Article détaillé : Géologie du Tarn.

La superficie de la commune est de 1 418 hectares ; son altitude varie de 154 à 302 mètres[1].

HydrographieModifier

La commune est longée par le Tarn dans sa partie sud en lui servant de frontière naturelle avec deux communes, Saint-Juéry et Albi, et est traversée par le ruisseau de Coules, affluent du Tarn.

TransportsModifier

La commune de Lescure-d'Albigeois est desservie par le réseau de transport Albibus et le réseau départemental TarnBus.

Accès par la route nationale 88 et la RD 903.

ToponymieModifier

Lescure-d'Albigeois est attesté sous les formes Scura (« écurie » en occitan) en 1062 et Lascura en 1110[2].

De l'occitan escura, précédé de l'article défini. Le terme occitan est issu du germanique skûr « grange ». Homonymie avec différents Lescure et Escures.

HistoireModifier

Le village de Lescure-d'Albigeois s’est développé autour d’un castrum alors sur la rive droite du Tarn.

Le premier document mentionnant le nom de "Lescure" pour désigner ce lieu date de 1012 et le château féodal appartenait alors au roi Robert II avant d'en faire don à son ancien précepteur, le moine Gerbert d'Aurillac (connu sous le nom de Sylvestre II quand il devient pape en 999). Ce fort devient alors un "fief pontifical" dépendant du Saint-Siège.

Ce château féodal, situé aux portes d’Albi, occupe alors une position stratégique importante. En 1229, il a été reconstruit une première fois après la croisade contre les Albigeois. Le château a été une nouvelle fois détruit durant la guerre de Cent ans puis reconstruit par un seigneur du nom de "Pierre III" au XVe siècle. Cependant, ce fort est encore une fois détruit lors des guerres de religion et reconstruit à la fin du XVIe siècle. Par la suite, Lescure est dirigée par des seigneurs catholiques qui combattent les protestants de la région. Les seigneur de Lescure ont détenu le titre de baron jusqu’au XVIIe siècle.

Au XIXe siècle, la commune de Lescure s'étendait sur une superficie plus importante qu’aujourd’hui. En effet, en 1852, la commune a perdu une partie des terres situées au sud-ouest (les hameaux de la Fabrié, Rustan, Vergogne, la Garrigue, les Jonquières, Mascle…) au profit de la commune de Valdériès. Par la suite, les paroisses de Sainte-Martiane et de Pouzounac sont attribuées à la commune du Garric créée en 1870.

Le 30 mai 1941, un décret nomme la commune « Lescure d’Albigeois » suite aux demandes des habitants considérant qu’il existait plusieurs communes ayant la même dénomination.

En 1973, la commune est rattachée au canton d’Albi-nord et depuis 1984 au canton d’Albi nord-est[3].

En 2003, Lescure-d'Albigeois rejoint la communauté d’agglomération de l'Albigeois[4].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 habitants et 4 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt sept[5],[6].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1965 Henri Mahuziès    
mars 1965 mars 1977 Roger Escaffre    
mars 1977 mars 1983 Moïse David[7] UG Employé
mars 1983 mars 2001 Robert Étienne[8] PS  
mars 2001 mars 2014 Claude Julien PS Inspecteur de police retraité
mars 2014 En cours Francis Salabert[9] DVD Retraité de la fonction publique
Vice-président du Grand Albigeois (2014 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11]. En 2016, la commune comptait 4 508 habitants[Note 1], en augmentation de 3,09 % par rapport à 2011 (Tarn : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5001 4001 6441 8801 9812 0702 0812 0262 182
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0222 0992 0191 1631 1551 1271 1511 1801 251
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4111 5421 3181 3261 4641 4821 4271 4861 794
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 1232 4402 8102 8403 2293 6603 8964 1864 509
2016 - - - - - - - -
4 508--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[14] 1975[14] 1982[14] 1990[14] 1999[14] 2006[15] 2009[16] 2013[17]
Rang de la commune dans le département 21 20 18 15 14 14 14 13
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

La commune de Lescure voit sa superficie diminuer fortement au XIXe ce qui explique la baisse de la population. D'abord en 1852, une partie est attribuée à Valdériès, puis en 1870 la commune du Garric est fondée en prenant les paroisses de Sainte-Martiane et de Pouzounac et enfin la commune de Cagnac reçoit également une partie du territoire lescurien (source ADT).

ÉconomieModifier

EnseignementModifier

Saint-Juéry fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède une école maternelle (Pauline Kergomard) et une école élémentaire 'George Sand).

SantéModifier

Médecins, dentiste, infirmiers, kinésithérapeutes, pharmacie[18].

Culture et festivitésModifier

Comité des fêtes,

Activités sportivesModifier

Racing Club Lescure-Arthès XIII, club de rugby à XIII championnat de France de rugby à XIII de 2e division 2014-2015.

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d'agglomération de l'Albigeois[19].

Culture locale et patrimoineModifier

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : Écartelé d'or au lion d'azur, et d'azur au lion d'or.

Lieux et monumentsModifier

 
Tour de l'Horloge.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie occitane, Éditions Sud-Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-215-5).
  3. « Histoire », sur Lescure d'Albigeois (consulté le 18 juin 2019)
  4. « Une histoire - Grand Albigeois », sur www.grand-albigeois.fr (consulté le 18 juin 2019)
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031460.html.
  7. « Lescure-d'Albigeois. Moïse David : toujours à la mairie », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  8. « Honneur aux anciens maires de Lescure », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  9. ladepeche.fr 2 avril 2014
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. http://www.lescure-albigeois.fr/sante-et-urgences-477.html
  19. http://www.grand-albigeois.fr/46-dechets-proprete.htm