Lesbœufs

commune française du département de la Somme

Lesbœufs
Lesbœufs
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Intercommunalité CC de la Haute Somme
Maire
Mandat
Étienne Dubruque
2020-2026
Code postal 80360
Code commune 80472
Démographie
Gentilé Lesboeusiens
Population
municipale
177 hab. (2018 en augmentation de 12,74 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 02′ 34″ nord, 2° 51′ 48″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 154 m
Superficie 5,97 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Péronne
Législatives 5e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lesbœufs
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Lesbœufs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lesbœufs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lesbœufs

Lesbœufs est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

Le territoire est bordé par les communes de Gueudecourt (au nord), Le Transloy (au nord-est), Morval (au sud), Ginchy (sud-ouest) et Flers (au nord-ouest)[1].

Transports en commun routiersModifier

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France (ligne no 54, Lesbœufs - Péronne)[2].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Lesbœufs est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (94,8 %), zones urbanisées (5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

ToponymieModifier

Les bœufs qui ont décidé du sort de la dépouille de saint Fursy ont également donné leur nom au lieu des débats de l'époque.

HistoireModifier

  • Le village de Lesbœufs fut probablement bâti au VIIe siècle[1], après l'épisode des obsèques de Fursy de Péronne mort à Mézerolles. La dépouille de Fursy posée sur un chariot attelé à des bœufs se dirigea vers l'est mais une querelle opposa Haynuon et Erchinoald, dignitaires mérovingiens en un lieu qui depuis se nomme Lesbœufs, à propos de l'endroit où le saint devait être inhumé, selon la tradition catholique.
  • Le territoire a appartenu au chapitre d'Arras, relevant de celui de Péronne[1].
  • Lors du tournoi de Ham, en 1288, le seigneur de Lin de Buef est cité : il pourrait être le seigneur du village[1].
  • Au XVe siècle, fut construite sur les ruines de villages détruits, au voisinage de la forêt d'Arrouaise, une métairie avec trois enclos séparés l'un pour les bœufs, un autre pour les vaches et le troisième pour les porcs. De là découlerait le nom de Lesbœufs[10].
  • A l'époque moderne, Lesbœufs était rattaché aux états d'Artois. A la Révolution française, lors de la formation des départements, Lesbœufs fut érigé en commune et rattaché au département de la Somme.
  • Le village fut entièrement détruit pendant la Première Guerre mondiale[11].
  • Au début des années 1930, construction d'une salle des fêtes avec le reliquat des dommages de guerre[12],[13].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1994 François Roche SE Maire
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 En cours
(au 26 mai 2020)
Étienne Dubruque   Réélu pour le mandat 2020-2024[14]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 177 habitants[Note 2], en augmentation de 12,74 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
544508563608666677725732684
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
659635631622620577545495432
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420439363247265268247213214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
213213150138159151164157171
2018 - - - - - - - -
177--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Chapelle Saint-Roch. Construite en 1849, lors d'une épidémie de choléra. Détruite en 1916 et reconstruite en 1928, en face de son premier emplacement[19].
  • Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Construite en 1806. Reconstruite en 1866 et en 1928[19].
  • Cimetière militaire britannique 1914-1918 : « Guards' cemetery », nécropole de 3 136 tombes.

PhotosModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Fursy de Péronne : le nom du village proviendrait du passage du moine écossais, Fursy, qui souhaitait évangéliser la région. Il mourut avant d'avoir pu atteindre Péronne où il souhaitait visiter une église qu'il avait fait construire. Plusieurs clans se disputèrent son corps. Après négociations, on décida que le saint homme serait inhumé à l'endroit où le déposeraient deux taureaux sauvages auxquels il fut attelé (des bœufs en fait !). Les bovins s'arrêtèrent à Péronne, et saint Fursy devint le patron de la ville. Quant au lieu où l'on discuta longtemps du sort de ce moine, il s'appela d'abord « Les Bœufs » puis « Lesbœufs ».
  • Stanislas-Joseph Duflot, né le à Lesbœufs, capitaine d'infanterie dans les armées de Napoléon Ier, chevalier de la Légion d'honneur.
  • Jacques Soufflet (1912-1990), Compagnon de la Libération, sénateur et ministre des armées, est né dans la commune.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Notice géographique et historique réalisée par M. Gosset, instituteur du village, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Paul Decagny, L'arrondissement de Péronne, ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, , 607 p. (lire en ligne), p. 332.
  11. Un étrange itinéraire, par Jacques Soufflet, page 19.
  12. Monographie de Lesbœufs, juillet 1934, Mme Hennequez, institutrice-secrétaire de mairie, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  13. Monographie de Lesbœufs de Mme Hennequez, Archives départementales.
  14. « À Lesboeufs, un cinquième mandat comme prévu pour Étienne Dubruque », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 267 (ASIN B000WR15W8).