Ouvrir le menu principal

Les Vieux Fourneaux

Les Vieux Fourneaux
Série
Scénario Wilfrid Lupano
Dessin Paul Cauuet
Couleurs Paul Cauuet
Genre(s) Bande dessinée française
Humour

Personnages principaux Mimile, Antoine, Pierrot, Sophie

Pays Drapeau de la France France
Langue originale Français
Éditeur Dargaud
Première publication 2014 - en cours
Nb. d’albums 5
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la bande dessinée. Pour le film, voir Les Vieux Fourneaux (film).

Les Vieux Fourneaux est une série de bande dessinée française scénarisée par Wilfrid Lupano et dessinée par Paul Cauuet, publiée par Dargaud depuis 2014, ainsi qu'un film basé sur la bande dessinée.

La série est en cours en 2018, et cinq albums ont été publiés.

L'adaptation cinématographique de la série, basée sur un scénario de Wilfrid Lupano [1], est sortie en salle en août 2018.

SynopsisModifier

1 - Album « Ceux qui restent »Modifier

Pierrot, Mimile et Antoine sont trois Français qui ont dépassé les 70 ans. Ils sont amis depuis l'enfance. Les trois se sont rebellés contre les autorités tout au long de leur vie et ont toujours une attitude révolutionnaire contre tout ce qu'ils perçoivent comme l’Establishment. Quand Antoine apprend que sa femme décédée l'a trompé avec le patron de son entreprise, il décide de commettre un crime passionnel : il veut aller en Toscane pour assassiner le magnat de l'entreprise. Sa petite-fille Sophie - alors enceinte - et ses amis le suivent pour l'arrêter.

Arrivé en Toscane, Antoine trouve son ancien patron en vieux grincheux atteint de la maladie d’Alzheimer et renonce à lui faire du mal. Le dérangé mental donne à la petite-fille (qu'il prend pour son ancienne maîtresse) le code d'un compte offshore illégal de plus de 90 millions d'euros.

2 - Album « Bonny and Pierrot »Modifier

Sophie envoie anonymement beaucoup d'argent à Pierrot, qu'elle a retiré du compte illégal de l'entreprise. Elle met sur la lettre le nom d'une femme pirate, ignorant qu'il s'agissait du pseudonyme d'une amoureuse de Pierrot, ce qui amène ce dernier presque au désespoir : il était persuadé qu'elle était morte. Le récit fait des retours dans le passé, avec une protestation contre la guerre d’Algérie et des discussions sur l’affaire Papon. En outre, Pierrot a été impliqué avec sa maîtresse, dans le style de Bonnie et Clyde, lors d’un vol de banque. Sophie regrette son action et est obligée de prendre des mesures drastiques : elle commet un raid anarchiste amusant sur un rassemblement d'actionnaires où elle fait exploser une bombe à farine qu'elle signe du même nom. Pour la bombe, elle a adapté un dénommé  « canon de mouton », qu’avaient construit nos trois gars qui l’ont appris sur l'Internet. Pierrot, désormais persuadé qu'il s'agit d'une autre personne que celle qu'il cherche, retrouve goût à la vie. Mais entretemps, Mimille et Antoine ont découvert que la femme en question est toujours vivante et mariée avec le rival de Pierrot. Ils décident de taire la vérité à leur ami.

3 - Album « Celui qui part »Modifier

Le troisième volume traite essentiellement de Mimile, qui a passé une partie de sa vie dans le Pacifique, où il a participé à une chasse au trésor. Là, il trouva enfin un trésor, mais son argent et son aventure le conduisirent à gravement estropier un bon ami. Sophie apprend un secret de la jeunesse des trois protagonistes qu’elle préfère garder pour elle : dans leur jeunesse, ils ont gâché la vie d’une fille en se livrant au harcèlement et à des farces. La mère de la jeune fille a été considérée comme collabo parce que son mari, déporté au STO, l'avait quittée pour une femme rencontrée en Allemagne et pour se faire pardonner, lui avait envoyé de l'argent pour sa ferme. Pierrot, Mimile et Antoine, qui devinrent plus tard les porte-paroles des opprimés, commencèrent à gâcher la vie de cette fille.

En parallèle, nous apprenons que Pierrot a été impliqué avec deux autres membres de son collectif anarchiste à une intervention contre la mortalité des abeilles, avec une action inspirée par le raid amusant de Sophie. Mais ils ont été pris par la police et ont craint de perdre la base de leur collectif.

4 - Album « La Magicienne »Modifier

Dans le quatrième volume, la petite-fille d'Antoine, Sophie, est au centre de l'histoire. En plus de son métier de marionnettiste dans son théâtre itinérant « Le Loup en slip », elle se soucie en tant que mère célibataire, de sa fille, cependant soutenue par Antoine. Alors que la société pharmaceutique Garan-Servier souhaite étendre sa présence dans leur ville natale, créant de nouveaux emplois dans la région structurellement faible, des œufs d’une espèce rare de sauterelles, la « Magicienne dentelée » sont découverts sur le site prévu. Des zadistes occupent immédiatement le terrain pour empêcher l’installation. Antoine, qui s'inquiète de l'avenir de sa petite-fille alors que Garan-Servier devait s'éloigner de la région, tente d'empêcher la manifestation. Son ami Pierrot, cependant, est totalement en désaccord et arrive avec un groupe d'anciens anarchistes de Paris pour soutenir la résistance. Pendant ce temps, Sophie découvre un secret sur son père et tombe amoureuse involontairement du chef du camp des activistes, qui a une exploitation d’agriculture biologique dans un domaine voisin. Tout irait bien si la jeune femme n'était pas persuadée de porter malheur aux hommes qu'elle rencontre. La situation se résout d'elle même quand l'on découvre que le projet de Garan-Servier servait en fait à cacher un plan social massif. Devant le tollé que provoque la révélation, l'entreprise abandonne les terres.

5 - Album « Bons pour l'asile »Modifier

De retour à Paris. Pierrot, lors d’une énième manifestation anarchiste, rencontre une ancienne protégée. Antoine retrouve son fils et luttent pour la garde collective d’un jour de sa petite-fille. Mimile souhaite se rendre à un match de rugby France-Australie mais a des difficultés à convaincre ses compères à l’accompagner. Ces trois histoires s’imbriquent sur fond de gestion sociale de la question migratoire.

AnalyseModifier

Selon Paul Cauuet, le dessinateur, l'inspiration est venue des deux auteurs : « Wilfrid a écrit l'histoire et créé ces personnages. Avant qu'il écrive l'album, on a mis en commun nos avis, ce qu'on voulait faire : parler de la famille, de notre époque, de notre société, etc. Et parler de la vie, et plus particulièrement avec des personnages du troisième âge, qui sortent un peu des stéréotypes BD qui ne nous convenaient plus en tant que lecteurs[2]. »

Chaque tome est centré sur l'histoire d'un des personnages principaux : le premier tome sur Antoine, le second sur Pierrot, le troisième sur Mimile et le quatrième sur Sophie[2]. Seul le cinquième tome n'est centré sur personne en particulier.

AlbumsModifier

  1. Ceux qui restent, (ISBN 978-2-505-01993-0, présentation en ligne)
  2. Bonny and Pierrot, (ISBN 978-2-505-06163-2, présentation en ligne)
  3. Celui qui part, (ISBN 978-2-505-06352-0, présentation en ligne)
  4. La Magicienne, (ISBN 978-2-505-06542-5, présentation en ligne)
  5. Bons pour l'asile, (ISBN 978-2-505-07141-9, présentation en ligne)

+ Recueil Tome 1 et Tome 2, Khani Editions, 2014 (ISBN 978-2-87571-013-0)

AccueilModifier

Début 2016, l'éditeur Dargaud annonce que les trois premiers tomes ont été vendus à plus de 500 000 exemplaires, faisant de la série un succès de librairie[3].

Prix et distinctionsModifier

Tome 1
Tome 2
  • Prix Jacarbo au festival La BD est dans le pré 2015

RéférencesModifier

  1. Vincent Mivielle, « La BD Les Vieux Fourneaux adaptée au cinéma ! », sur avoir-alire.com, (consulté le 30 juillet 2015)
  2. a et b Alfro, « L'interview de Paul Cauuet, dessinateur des Vieux Fourneaux », sur 9emeart.fr, (consulté le 13 mars 2015)
  3. « Les Vieux fourneaux, véritable phénomène de librairie », sur Dargaud.com, (consulté le 16 janvier 2016)
  4. Clément Solym, « Les Vieux Fourneaux, Prix BD Fnac en Belgique, de Cauuet et Lupano », sur Actualitte.com, (consulté le 13 mars 2015)
  5. « Le prix de la BD Fnac 2015 dévoile ses 5 finalistes », sur livreshebdo.fr, .

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Chroniques
  • « Enquête sur Les Vieux fourneaux : un phénomène éditorial », dBD, no 104,‎ (ISSN 1951-4050)
  • Eric Aeschimann, « "Les Vieux Fourneaux" : trois croulants en tête de gondole », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  • Guillaume Benoît, « Les vieux fourneaux brûlent encore », Les Échos,‎
  • Aurélia Vertaldi, « Les Vieux Fourneaux ou les papys de la France insoumise », Le Figaro,‎
  • La rédaction, « Comme les vieux de la vieille », Le Maine Libre,‎
  • Élyse Godin, « Quand les anciens jouent aux Liaisons dangereuses », L'Humanité,‎
  • Pierre Mathieu, « Week-end / culture : Avec La Magicienne, 4e tome des aventures des Vieux Fourneaux, la série BD de Cauuet et Lupano vient de passer le million d'exemplaires... », La Dépêche du Midi,‎
  • Morgan Di Salvia, « Les Vieux Fourneaux T1 – Par P. Cauuet & W. Lupano – Dargaud », sur Actua BD,
  • Tristan Martine, « Les Vieux Fourneaux, tome 3 : Celui qui part - Par W. Lupano et P. Cauuet - Dargaud », sur Actua BD,
Interviews
  • Silvana Grasso et Paul Cauuet (interviewé), « Les Vieux Fourneaux raconte la société », La Dépêche du Midi,‎
  • Jean-Manuel Escarnot, « Portrait. Paul Cauuet, jouer la carte vermeil », Libération,‎
  • Aurélien Lacaud et Wilfrid Lupano (interviewé), « Roulez vieillesse. Portrait : Wilfrid Lupano, scénariste », La Croix,‎
  • Adrien Schwyter, Paul Cauuet (interviewé) et Wilfrid Lupano (interviewé), « Les Vieux Fourneaux, la BD qui avait anticipé les gilets jaunes », Challenges,‎
  • Daniel Couvreur, Paul Cauuet (interviewé) et Wilfrid Lupano (interviewé), « Une petite journée pour réfléchir où va le monde », Le Soir,‎
  • Quentin Burban et Wilfrid Lupano (interviewé), « "C'est effrayant ce qu'il se passe à la ZAD", confie le scénariste nantais de BD Wilfrid Lupano », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  • Wilfrid Lupano (int.) et Jean-Pierre Fuéri, « Avec nos meilleurs vieux », Casemate, no 69,‎ , p. 30-31.
  • Wilfrid Lupano (interviewé) et Sonia Déchamps, « Trois vieux et une magicienne », Casemate, no 109,‎ , p. 80-85.

Pages connexesModifier

Liens externesModifier