Ouvrir le menu principal

Les Vaisseaux du temps

livre de Stephen Baxter

Les Vaisseaux du temps
Auteur Stephen Baxter
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre The Time Ships
Éditeur HarperCollins
Lieu de parution Londres
Date de parution
ISBN 0-00-224609-0
Version française
Traducteur Bernard Sigaud
Éditeur Robert Laffont
Collection Ailleurs et Demain
Lieu de parution Paris
Date de parution
Type de média Livre papier
Nombre de pages 498
ISBN 2-221-08491-8

Les Vaisseaux du temps (titre original : The Time Ships) est un roman de Stephen Baxter paru en 1995. Ce roman est une suite de La Machine à explorer le temps de H. G. Wells.

RésuméModifier

Par une chance extraordinaire, la narration de ce second voyage est parvenue à Stephen Baxter, un siècle exactement après la parution en 1895, de La Machine à explorer le temps. On y retrouve des Morlocks qui disposent d'une civilisation technologique avancée. C'est aussi l'histoire de la découverte de mondes parallèles, solution aux paradoxes temporels.

Roman écrit dans le style de celui de La Machine à explorer le temps mais avec une intrigue et une maîtrise des paradoxes temporels différente du livre de H.G. Wells. Mais il est vrai aussi que cent ans séparent les deux romans...

Références aux autres œuvres de H. G. WellsModifier

Bien entendu, Les Vaisseaux du temps se réfère souvent aux événements de La Machine à explorer le temps, mais le roman de Stephen Baxter fait également référence à un certain nombre d'autres œuvres de H. G. Wells:

  • Le nom de Gottfried Plattner, qui servira à baptiser la plattnerite (la substance permettant le voyage dans le temps) est issue de la nouvelle L'Histoire de Plattner (The Plattner Story, 1896). Dans la nouvelle Gottfried Plattner est un professeur qui se retrouvera projeté dans une autre dimension après avoir subi un accident au cours de l'analyse d'une étrange "poudre verte". Il n'y a pas de lien directe avec le Plattner du livre de Baxter, puisque dans celui-ci il s'agit simplement d'un pseudonyme du héros. En revanche, dans les deux cas, il est bien question d'une poudre verte ayant la propriété d'agir sur l'espace-temps.
  • Nebogipfel, le Morlock compagnon du héros tire son nom de la nouvelle Les Argonautes à la conquête du temps (en) (The Chronic Argonauts, 1888). Cette histoire est souvent considérée comme une première version de La Machine à explorer le temps (The Time Machine, 1895). Dans ce récit, le Dr. Moïse Nebogipfel est un scientifique travaillant sur les voyages dans le temps. On notera que le nom Moïse est également utilisé dans le livre de Baxter (pour nommer la version jeune du héros).
  • L'énergie nucléaire n'est pas issue de l'uranium, mais est produite à partir d'une substance appelée Carolinium (en). Le carolinum permet la production de la plattnerite, mais aussi de bombes nucléaires. Contrairement aux bombes A, les bombes au carolinum continuent d'exploser continuellement des années durant. Le nom du carolinum et sa propriété d'explosion continu sont tirés du roman La Destruction libératrice (The World Set Free, 1914). Notons que dans cette histoire, la vison d'une arme nucléaire avant l'heure est souvent considérée comme étonnement lucide de la part de Wells.
  • Les extraterrestres rencontrés vers la fin du livre sont décrits comme ayant un corps circulaire, des tentacules de chaque côté et une sorte de bec en guise de bouche; cette apparence rappelle fortement celle des martiens de La Guerre des mondes (The War of the Worlds, 1898).
  • Vers la fin du livre, lorsque le voyageur temporel "retrouve" son corps, l'auteur décrit l'événement d'une manière très similaire à ce que l'on peut voir dans la nouvelle Sous le bistouri (Under the Knife, 1896), où le narrateur retourne dans son corps après une expérience de mort imminente.

Prix littérairesModifier

ÉditionsModifier

Liens externesModifier