Ouvrir le menu principal

Les Sept Mercenaires (film, 2016)

film de Antoine Fuqua sorti en 2016
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magnificent Seven.
Ne doit pas être confondu avec Les Sept Mercenaires.
Les Sept Mercenaires
Description de cette image, également commentée ci-après
L'équipe du film à la première au Festival de Toronto 2016

Titre original The Magnificent Seven
Réalisation Antoine Fuqua
Scénario Richard Wenk
Nic Pizzolatto
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Sony Pictures Entertainment
Village Roadshow Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre western
Durée 133 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un film américain réalisé par Antoine Fuqua, sorti en 2016. Il s'agit d'un remake du film du même nom sorti en 1960 et réalisé par John Sturges, lui-même inspiré du film Les Sept Samouraïs (1954) d'Akira Kurosawa.

Sommaire

SynopsisModifier

1879, à Rose Creek. L’industriel Bartholomew « Bart » Bogue arrive avec l'intention d'acheter aux habitants leurs terres à bas prix et d'exploiter la mine d'or proche de la ville. Aidé de ses hommes de main, Bogue terrorise les habitants en abattant quelques uns d'entre eux, dont Matthew Cullen, et en faisant incendier l'église. L’homme d’affaires sans scrupule se retire ensuite à Sacramento, durant trois semaines, le temps que les habitants se décident. Alors que la veuve Emma Cullen rencontre le chasseur de primes Sam Chisolm dans une ville voisine, elle lui réclame son aide. Ce dernier accepte. Afin de fonder une équipe, il recrute aussitôt six hommes de divers horizons : Josh Faraday, Goodnight Robicheaux, Jack Horne, Billy Rocks, Manuel Vasquez et Red Harvest. Après avoir éliminé la garde de Bogue laissée à Rose Creek, les sept mercenaires décident d'entraîner les habitants pour les préparer à résister au retour de Bogue et ses hommes...

Résumé détailléModifier

En 1879, quelque part dans l'Ouest américain. L’industriel Bartholomew « Bart » Bogue terrorise les habitants pour les faire fuir, racheter la ville et exploiter la mine d'or qui se trouve dans son périmètre. Bogue et ses hommes vont jusqu'à incendier l'église et abattre quelques habitants pour faire plier les autres. Il se retire ensuite à Sacramento, laissant trois semaines aux villageois pour se décider, sous la surveillance de quelques uns de ses hommes laissés sur place.

Emma Cullen, dont le mari Matthew a été froidement abattu par Bogue, rencontre le chasseur de primes Sam Chisolm et le supplie de les aider. Très vite, Chisolm recrute une équipe d'hommes violents : l'aventurier Josh Faraday, l'ex-sniper confédéré Goodnight Robicheaux, le chasseur d'Indiens Jack Horne, le lanceur de couteaux chinois Billy Rocks, le bandit mexicain Manuel Vasquez et le guerrier indien Red Harvest.

Après avoir tué les hommes de Bogue restés à Rose Creek, les sept mercenaires s'installent. Bientôt, ils entraînent les habitants au tir pour affronter Bogue et ses hommes. Les sept finissent par s'attacher aux habitants et voient dans cette aventure l'occasion de se racheter pour leurs conduites passées. Goodnight Robicheaux décide de fuir, car il est hanté par son passé de militaire et par les hommes qu'il a abattu durant la Guerre de Sécession.

Lorsque Bogue attaque la ville avec plus de 200 hommes, les sept mercenaires et les habitants s'engagent dans une bataille qui va ravager Rose Creek. Les 7 mercenaires ont mis au point divers stratagèmes (tranchées, dynamite, barricades dans l'église…) qui permettent rapidement de prendre l'avantage sur les bandits. Bogue, resté en arrière avec des hommes, fait alors utiliser une mitrailleuse Gatling avec laquelle les habitants sont décimés. Un soldat de Bogue abat de plusieurs flèches Jack Horne, Manuel Vasquez est grièvement blessé par les tirs de mitrailleuse tout comme Faraday. Ce dernier décide de partir à l'assaut de la mitrailleuse, couvert par Billy Rocks et Goodnight Robicheaux, finalement revenu pendant la bataille, qui abattent les bandits du haut de l'église ; Farraday arrive finalement devant la mitrailleuse qu'il fait exploser avec un bâton de dynamite, alors que les ennemis le pensaient mort. Avant d'exploser, la mitrailleuse abat le lanceur de couteaux chinois et son ami le sniper confédéré, Farraday, meurt aussi dans l'explosion de cette mitrailleuse. Red Harvest venge la mort de Jack Horne en tuant le guerrier cheyenne sous les ordres de Bogue. Bogue se rend dans le village désert pour affronter au revolver Sam Chisolm. Ce dernier blesse grièvement l'industriel. Le mercenaire lui confie que sa mère et ses sœurs furent lynchées et violées par les hommes de Bogue durant la Guerre de Sécession. Alors qu'il le force à réciter une prière en l'hommage de ses sœurs et de sa mère, Emma Cullen tire sur Bogue qui allait lâchement tirer sur Sam.

Le village étant sauvé, Sam Chisolm, Manuel Vasquez et Red Harvest partent à cheval, laissant derrière eux les habitants. Les quatre mercenaires morts sont enterrés à l'entrée du village et vus comme des héros par la population.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Musique additionnelle : Simon Franglen
Coproducteur : Kat Samick

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3] et selon le carton du doublage français. version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[4]


ProductionModifier

Genèse, développement et distribution des rôlesModifier

Un remake des Sept Mercenaires (1960) de John Sturges était envisagé dès 2012, avec Tom Cruise en tête d'affiche[5]. Les noms de Kevin Costner, Morgan Freeman ou encore Matt Damon sont ensuite évoqués pour l'épauler[6].

En , Chris Pratt entre en négociations pour rejoindre Denzel Washington, qui tient finalement le premier rôle, à la place de Tom Cruise[7]. En , Haley Bennett décroche le rôle féminin principal, celui d'une veuve cherchant à se venger[8]. Peter Sarsgaard rejoint la distribution en pour incarner l'antagoniste principal[9].

Jason Momoa était initialement lié au film, mais il le quitte finalement pour incarner Aquaman dans l'univers cinématographique DC[10],[11]. En , The Daily Mirror rapporte que Vinnie Jones devrait apparaître dans le film[12]. Il n'apparaît cependant pas dans le film.

TournageModifier

Le tournage a eu lieu en Louisiane, notamment à Bâton-Rouge, mais également en Arizona (San Francisco Peaks et Coconino National Forest)[13].

MusiqueModifier

The Magnificent Seven
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de James Horner & Simon Franglen
Sortie
Durée 76:37[14]
Genre musique de film
Compositeur James Horner, Simon Franglen
Label Sony Classical

James Horner avait signé pour composer la musique du film quelque temps avant son décès, survenu le . En , Antoine Fuqua découvre que le compositeur avait fini d’écrire et qu'il voulait en faire la surprise au réalisateur[15]. James Horner avait composé la musique en se basant uniquement sur le scénario. Ses partitions sont ensuite retrouvées par son exécuteur testamentaire[16]. Simon Franglen a ensuite composé quelques musiques complémentaires.

Liste des titres[17]
  1. Rose Creek Oppression - 1:55
  2. Seven Angels Of Vengeance - 3:24
  3. Lighting The Fuse - 1:21
  4. Volcano Springs - 2:56
  5. Street Slaughter - 3:22
  6. Devil In The Church - 2:06
  7. Chisolm Enrolled - 3:10
  8. Magic Trick - 2:37
  9. Robicheaux Reunion - 1:47
  10. A Bear In Peoples Clothes - 2:01
  11. Red Harvest - 2:02
  12. Takedown - 5:50
  13. Town Exodus / Knife Training - 2:11
  14. 7 Days, That's All You Got - 1:49
  15. So Far So Good - 4:32
  16. Sheriff Demoted - 1:58
  17. Pacing The Town - 3:53
  18. The Deserter - 4:52
  19. Bell Hangers - 1:43
  20. Army Invades Town - 3:34
  21. Faraday's Ride - 4:03
  22. Horne Sacrifice - 2:42
  23. The Darkest Hour - 4:28
  24. House Of Judgment - 5:25
  25. Seven Riders - 2:58
  26. The Magnificent Seven - 1:49 (composé par Elmer Bernstein pour le film de 1960)

SortieModifier

 
Le réalisateur du film Antoine Fuqua à la première au Festival international du film de Toronto 2016.

CritiqueModifier

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film obtient 62 % d'opinions favorables pour 273 avis comptabilisés et une moyenne de 6/10[18]. Sur Metacritic, il enregistre une note moyenne de 54/100, pour 50 critiques[19]

En France, le film décroche une moyenne de 3/5 pour 26 titres de presse recensés par le site Allociné[20]. Du côté des avis positifs, on peut lire sous la plume de Guillemette Odicino dans Télérama : « Ça dégaine aussi vite que dans un jeu vidéo et les chorégraphies des gunfights lorgnent vers Tarantino, mais c'est bien cette union interraciale qui fait la force du tableau. Les visages des trois survivants de cette guerre contre le pouvoir de l'argent ? Un joli pied de nez à l'Amérique wasp... »[20]. Caroline Vié de 20 minutes écrit « Antoine Fuqua livre un remake vitaminé d’un classique du western signé par John Sturges en 1960 »[20]. Dans Les Fiches du cinéma, Marine Quinchon pense que « Antoine Fuqua propose une adaptation élégante et réaliste, au rythme inégal, mais qui offre un beau rôle à Denzel Washington » mais ajoute que « le film souffre néanmoins de la comparaison avec le classique de John Sturges »[20]. Thierry Dague du Parisien souligne quant à lui le « casting à la parité ethnique irréprochable, qui mêle acteurs noir (Denzel Washington), asiatique (Byung-Hun Lee), latino (Manuel Garcia-Rulfo), indien (Martin Sensmeier) aux Blancs Chris Pratt, Ethan Hawke et Vincent D'Onofrio »[20]. Dans Paris Match, Alain Spira écrit que le réalisateur « s'en donne à cœur joie dans la surenchère flingueuse. La bataille finale, magistralement mise en scène, donne dans la surenchère façon Fort Alamo. À vrai dire, ça tire tellement qu'à la fin, cela en serait presque plombant... »[20].

Du côté des critiques négatives, Barbara Théate du JDD écrit notamment que c'est « un film qui remplit juste son contrat côté action, mais où le Stetson n’est qu’un déguisement »[20]. Dans Studio Ciné Live, Thomas Baurez déplore qu'Antoine Fuqua « filme platement ce western et adopte un montage nerveux en guise de cache-misère »[20]. François Forestier de L'Obs pointe quant à lui du doigt le choix des acteurs « il est impossible de croire que Denzel Washington est un cow-boy d’enfer, il est complètement hors de son bocal (pressenti, Tom Cruise a refusé, mais il n’aurait pas été mieux) »[20]. Thomas Sonitel dénonce dans Le Monde une opération à but purement mercantile qui ne se distingue que par son cynisme et son mauvais goût[21].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
93 432 655 $[1] [22] 15[22]
  France 631 947 entrées[23] 7
  Mondial 162 360 636 $[1] -

Sorti aux États-Unis dans 3 674 salles, Les Sept Mercenaires prend facilement la première place du box-office avec 34 703 397 $[1], signant ainsi le meilleur démarrage du réalisateur Antoine Fuqua sur le territoire américain[24] et le troisième meilleur démarrage de la carrière de Denzel Washington[25]. Le film n'est pas diffusé au-delà de 3 696 salles et finit son exploitation en salles avec plus de 93 400 000 $[1].

À l'international, Les Sept Mercenaires rapporte 68 927 981 $[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (en) « The Magnificent Seven (2016) », sur Box Office Mojo (consulté le 9 octobre 2016)
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, (consulté le 3 mars 2017) [dernière m-à-j].
  4. Fiche du doublage québécois du film, consulté le 17 novembre 2016
  5. « On reeefait Les Sept mercenaires... avec Tom Cruise ! », sur Allociné, (consulté le 9 novembre 2015)
  6. (en) Snieder, Jeff. Tom Cruise attached to MGM's 'Magnificent Seven'. Variety (May 21, 2012).
  7. (en) Rebecca Ford et Borys Kit, « Chris Pratt in Talks for 'Magnificent Seven' », The Hollywood Reporter.com, (consulté le 7 décembre 2014)
  8. (en) Mike Fleming Jr, « Haley Bennett Lands Female Lead In MGM’s ‘The Magnificent Seven’ », deadline.com, (consulté le 21 février 2015)
  9. (en) Justin Kroll, « Peter Sarsgaard to Play Villain in ‘Magnificent Seven’ Remake (EXCLUSIVE) », sur Variety.com, (consulté le 22 mai 2015)
  10. (en) Mike Fleming Jr, « Peter Sarsgaard Signs On To Play Outlaw In ‘The Magnificent Seven’ As Jason Momoa Exits », deadline.com, (consulté le 22 mai 2015)
  11. « Les 7 Mercenaires : Jason Momoa quitte le remake ! », sur Allociné, (consulté le 9 novembre 2015)
  12. (en) SIMON BOYLE, « Vinnie Jones set to star in Magnificent Seven remake with Denzel Washington and Ethan Hawke », mirror.co.uk, (consulté le 13 juillet 2015)
  13. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  14. (en) « Magnificent Seven [2016] [Original Motion Picture Soundtrack] », sur AllMusic (consulté le 29 septembre 2016)
  15. Peter Hall, « James Horner Secretly Wrote The Magnificent Seven Score Before His Death », Movies.com,‎ (lire en ligne)
  16. « Les 7 Mercenaires sera la vraie dernière BO de James Horner », sur Allociné, (consulté le 9 novembre 2015)
  17. (en) James Horner, Simon Franglen – The Magnificent Seven (Original Motion Picture Soundtrack) - Discogs
  18. (en) « The Magnificent Seven (2016) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2016)
  19. (en) « The Magnificent Seven (2016) », sur Metacritic (consulté le 29 septembre 2016)
  20. a b c d e f g h et i « Critiques presse », sur Allociné (consulté le 29 septembre 2016)
  21. Le Monde du 28 septembre 2016 p. 14
  22. a et b (en) « The Magnificent Seven - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 9 octobre 2016)
  23. « Les 7 Mercenaires (2016) », sur JP box-office.com (consulté le 9 octobre 2016)
  24. (en) « Box-office américain d'Antoine Fuqua (classé par meilleur démarrage) », sur Box Office Mojo (consulté le 8 décembre 2017)
  25. (en) « Box-office américain de Denzel Washington (classé par meilleur démarrage) », sur Box Office Mojo (consulté le 8 décembre 2017)

Liens externesModifier