Les Riceys

commune française du département de l'Aube

Les Riceys est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est. Avec ses 866 ha de vignes, c'est la commune qui possède la plus importante superficie viticole de toute la Champagne[1].

Les Riceys
Les Riceys
Église Saint-Pierre-ès-Liens de Ricey-Bas
Blason de Les Riceys
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais en Champagne
Maire
Mandat
Laurent Noirot
2020-2026
Code postal 10340
Code commune 10317
Démographie
Gentilé Ricetons, Ricetonnes
Population
municipale
1 197 hab. (2021 en diminution de 5,82 % par rapport à 2015)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 32″ nord, 4° 22′ 04″ est
Superficie 42,93 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Riceys
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Les Riceys
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Les Riceys
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
Les Riceys
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Les Riceys
Liens
Site web les-riceys.fr

Les Riceys est la seule commune champenoise à détenir 3 AOC viticoles : pour le champagne, les coteaux champenois, et le rosé des Riceys que l'on connaissait à la table de Louis XIV[2],[3]. Auparavant on fit goûter à Henri IV un vin venant des Riceys[4].

Géographie

modifier

Commune du Sud du département de l'Aube (10) située en Barrois champenois viticole, Les Riceys sont composés de trois bourgs, étagés au fil de la Laigne : Ricey-Haut (au sud), Ricey Haute Rive (en position intermédiaire, mais proche de Ricey-Haut), et Ricey-Bas (au nord). C'est la commune la plus méridionale de l'appellation Champagne avec la plus grande superficie agricole (680 hectares) [5]

Hydrographie

modifier

La commune est dans la région hydrographique « la Seine de sa source au confluent de l'Oise (exclu) » au sein du bassin Seine-Normandie. Elle est drainée par la Laignes, la Laignes, un bras de la Laignes, le Fossé 01 de la commune des Riceys, la Laignes et la Laignes[6],[Carte 1].

La Laignes, d'une longueur de 33 km, prend sa source dans la commune de Laignes et se jette dans la Seine à Polisy, après avoir traversé dix communes[7].

 
Réseau hydrographique des Riceys[Note 1].

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[8]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[9].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 815 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 8,3 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Celles-sur-ource », sur la commune de Celles-sur-Ource à 10 km à vol d'oiseau[10], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 747,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 40,6 °C, atteinte le ; la température minimale est de −15 °C, atteinte le [Note 2],[11],[12].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[13]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[14].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Les Riceys est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[15]. Elle est située hors unité urbaine[16] et hors attraction des villes[17],[18].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (47,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (47,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,3 %), cultures permanentes (26,2 %), terres arables (17,4 %), zones urbanisées (4,7 %), zones agricoles hétérogènes (2,3 %), prairies (1,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,5 %)[19]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire et toponymie

modifier

Les Riceys[20],[21]a été formée en 1790 de la réunions des anciennes paroisses de Ricey-Haut, Ricey Haute Rive et Ricey-Bas.

Ricey-Bas

Ricey-Bas fut fondé à l'époque gallo-romaine sur la pertica de la Civitas des Lingons, Ricey-Haute-Rive et Ricey-Haut étant plus récents. Le nom de la localité est attesté sous la forme Riciaco à l'époque mérovingienne. Il s’agit d'un type toponymique gallo-roman, basé sur le nom d'homme latin (porté par un Gaulois) Riccius suivi du suffixe gaulois de propriété -*ako(n)[22].

À l'époque carolingienne, Les Riceys relevaient du Pagus du Lassois en territoire bourguignon[23], ce qui a suscité une controverse quant à l'intégration de ce terroir dans l'appellation Champagne[24]. Puis les Riceys sont liés aux comtes de Tonnerre.

Du XIe au XIVe siècle, plusieurs familles tiennent les Riceys, dont celle des seigneurs principaux, à Ricey-Bas (Saint-Pierre), qui portent le nom de « Ricey » (la grand-mère maternelle de St Bernard de Clairvaux, Humberge femme de Bernard de Montbard, serait de cette famille) ; dans l'île de Ricey-Bas, se trouvait aussi le prieuré de Notre-Dame du Faux, dépendant de l'abbaye St-Pierre-le-Vif.

Ricey-Haut

À Ricey-Haut (St-Vincent, fief tenu des évêques de Chalon-sur-Saône ; il y avait aussi le fief de l'île St-Louis possédé par l'abbaye de Molesme), on trouve les comtes de Nevers, Auxerre et Tonnerre (la branche des comtes de Nevers, se fond dans la famille ducale de Bourgogne en 1369 ; et en 1435, le duc Philippe acquiert les comtés d'Auxerre et de Bar-sur-Seine par le traité d'Arras) : ainsi, on trouve au XIIIe siècle Marguerite de Tonnerre reine de Sicile, ou Pierre de Courtenay ; et au XIVe siècle, Mahaut de Chalon-Auxerre, fille du comte Jean III, et son mari Jean II d'Antigny sire de Savigny et Sainte-Croix, mariés en 1364, sans postérité.

Au XVe siècle, le célèbre Nicolas Rolin (vers 1376-1462) chancelier de Bourgogne et fidèle du duc Philippe le Bon, fondateur des Hospices de Beaune avec sa femme Guigone de Salins, est seigneur de Ricey-Bas et de Bagneux-la-Fosse (par acquisition vers 1420 ? ; en 1403-1404, c'est Claudin de Hellevilliers qui est sire de Ba(i)gneux et qui lui donne une charte). Après Nicolas et Guigonne, on trouve leur fils Guillaume († 1488), père de François Rolin († 1521).

À la fin du XVe siècle, les Rolin perdent Ricey au profit de Marie de Chaumont d'Amboise, fille de Charles Ier, par une vente probablement. On peut remarquer que Marie est la nièce d'Anne d'Amboise, fille de Pierre et femme de Jacques Antoine de Chazeron de Châtelguyon (d'une famille spoliée par les Rolin, et qui retrouve ensuite ses biens : Martigny-le-Comte ; de même, les Rohan-Guéméné, eux, retrouveront Gyé confisqué un moment au profit du chancelier Rolin. Alors que la Guerre de Cent Ans s'est terminée par la victoire des rois Valois et la défaite puis la mort de leur ennemi le duc de Bourgogne, auquel les Rolin étaient indéfectiblement attachés, on assiste à une sorte de liquidation de leur puissance en Bourgogne et Champagne, d'autant que le sang des Rolin légitimes s'épuise et que cette famille va presque disparaître).

Depuis 1491, on trouve Marie d'Amboise († 1519) dame des Riceys et de Bagneux (fille de Charles Ier), et par elle ses deux maris : Robert IV comte de Roucy, puis Jean VI de Créquy († 1513) fils de Jean V. Par George Ier de Créqui, fils de Marie et Jean VI, les Créqui gardèrent Bagneux et la baronnie des Riceys jusqu'au XVIIe siècle : < père de George II de Créqui, époux d'Anne de Laval (fille de René II de Laval-Bois-Dauphin et sœur du maréchal Urbain ; grand-tante de Guy de Laval, seigneur de Villemaur et Saint-Liébault par son mariage avec Marie-Madeleine Séguier fille du chancelier Pierre, duc de Villemaur : voir ci-dessous) < Anne de Créquy (fils de George II de Créqui et d'Anne de Laval Bois-Dauphin), x Catherine Le Roy de La Grange < Urbain de Créquy († 1621/23), époux de Marie Vignier (fille de Jacques Vignier sire de Villemaur et Saint-Liébault avant Pierre Séguier : voir ci-dessous ; remariée à François de Clermont comte de Tonnerre).

Vers 1622-23, le père de Marie, Jacques Vignier (sire de Villemaur et de St-Liébault, † 1631 à Ricey), dans la liquidation des affaires de son gendre Urbain de Créquy décédé, se porte acquéreur des Riceys, d'où : < son fils Nicolas Vignier, frère de Marie < Louis Vignier, marquis des Riceys en 1659, avec Bagneux-la-Fosse et Beauvoir ; son frère Abel-Jean Vignier est marquis de Haute-Rive.

Deuxième moitié du XVIIe siècle : Alors que Villemaur et St-Liébault restent dans la postérité des Séguier (le maréchal d'Aloigny de Rochefort, puis La Rochefoucauld d'Estissac), les Vignier cèdent la seigneurie des Riceys à André Baron, puis à son parent Auguste-Robert de Pomereu[25] (1627-1702) seigneur de Saint-Nom-la-Bretèche, baron des Riceys (fils de François de Pomereu sire de St-Nom et La Bretèche, et de Marie fille de Pierre Baron héritier d'André) < son fils Jean-Baptiste de Pomereu (1656-1732, marquis des Riceys en 1718) < Michel-Gervais-Robert (1685-1734) puis son frère Jean-André (1687-1753) < Armand-Michel de Pomereu (1734-84), d'où postérité.

Ricey Haute Rive

Économie

modifier

Les Riceys possède 276 exploitants viticoles, 2 coopératives et plusieurs négociants[réf. souhaitée].

Particularités de géographie viticole

modifier

La plupart des vins de Champagne proviennent du département de la Marne (sur terrains crétacés), de la vallée de la Marne (jusqu'à l'ouest de Château-Thierry), et sur une série de terroirs à cheval sur les terrains Tertiaires et Crétacés (Avize, Vertus, Sézanne...).

Les champagnes de l'Aube sont considérés comme excentrés et méridionaux, par rapport aux autres champagnes, et sont sur des terrains jurassiques. Ce sont donc des champagnes particuliers. Cette aire des champagnes de l'Aube regroupe d'autres communes voisines des Riceys, dont Bar-sur-Seine et Bar-sur-Aube qui relèvent de la Côte des Bar.

Leur appellation « Champagne » date en fait des années 1920, à la suite d'une révolte de vignerons qui voulaient y être rattachés et ne plus être considérés comme Bourgogne[24]. Il existe, en plus des champagnes, un rosé des Riceys, dont les qualités sont franchement bourguignonnes. Qui plus est, comme en Bourgogne, la petite propriété domine, à l'inverse des vignobles de Champagne plus septentrionaux. Il faut dire qu'on est presque sur l'espace décrit par Balzac dans Les Paysans, où l'on voit comment les intrigues de ces ruraux très revendicatifs aboutissent au morcellement de la propriété et à la formation d'un bocage.

Ce fait géographique, précisément, montre que cette zone est une aire curieuse pour le champagne : quand on suit la route de Montbard (21) vers Les Riceys, on voit progressivement le bocage bourguignon se relâcher, s'élargir. On le voit mourir à l'approche de la forêt de Laignes (21), mais il reparaît timidement aux Riceys.

Répartition des surfaces viticoles par cépage :

Les Riceys est la seule commune à détenir les 3 AOC viticoles champenoises : pour le champagne, les coteaux champenois, et le rosé des Riceys[26].

Politique et administration

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 2020 Jean-Claude Mathis[27] RPR-UMP-LR Directeur de société
Député (2002-2017) maire, conseiller général du canton des Riceys (1988-2014), conseiller régional, conseiller départemental du nouveau canton des Riceys (2015)
2020 En cours Laurent Noirot[28] SE Viticulteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[30].

En 2021, la commune comptait 1 197 habitants[Note 3], en diminution de 5,82 % par rapport à 2015 (Aube : +0,74 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 9683 8653 8303 6123 5643 5323 4553 5193 558
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2083 2253 1882 9572 8102 7252 6912 5052 408
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2962 2902 1401 7221 6291 6161 5661 5931 602
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 5651 5671 5251 5051 4211 3761 3951 3671 344
2014 2019 2021 - - - - - -
1 2891 2121 197------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

modifier

Personnalités liées à la commune

modifier

Héraldique

modifier
  Blason
D'azur semé de fleurs de lys d'or, sur le tout d'or au chef de gueules et à la bande componée d'argent et de sable de six pièces brochant.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Évènements

modifier
  • Route touristique du Champagne en fête (1995, 1996, 1999, 2008, 2015).
  • 24H Moto Rétro des Riceys (chaque année).
  • Randonnée des cadoles (1er mai).
  • Printemps gourmand (avril)[35].

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier
  • Honoré de Balzac, Les Paysans, Paris, Garnier-Flammarion, 1970, 379 p.
  • Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle. Paris, Flammarion, 1959, 768p + 15p de planches.
  • Charles Pomerol, Terroirs et vins de France – Itinéraires œnologiques et géologiques, Orléans, BRGM, 1990 (3e édition), 350 p.

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. « Réseau hydrographique des Riceys » sur Géoportail (consulté le 18 mai 2024).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. Andrée Corvol, Forêt et vigne, bois et vin. XVIe – XXe siècles, L'Harmattan, 2002, pp. 155-159
  2. Roger Brunet, Atlas et géographie de Champagne, pays de Meuse, et basse Bourgogne, Flammarion, 1981
  3. Charles Frankel, Terre de vignes, Seuil
  4. Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, Nrf, bibliothèque de la Pléiade, 1960, p.11 : Ceux d'Erissé, en Champagne, luy apporterent du vin et luy dirent que c'estoit le meilleur vin de son royaume...
  5. www.champagne.patrimoinemondial.org / Unesco
  6. « Fiche communale des Riceys », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines dans le bassin Seine-Normandie (consulté le )
  7. Sandre, « la Laignes »
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Les Riceys et Celles-sur-Ource », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France « Celles-sur-ource », sur la commune de Celles-sur-Ource - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Station Météo-France « Celles-sur-ource », sur la commune de Celles-sur-Ource - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  14. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  15. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  16. Insee, « Métadonnées de la commune ».
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. « Recueil de notes et de pièces historiques pour servir à l'histoire des Riceys », sur Les Riceys, par Lucien Coutant, 1840
  21. « Les Riceys, p. 125 sq, par l'abbé Charles Lalore, en partie d'après Charles Vignier 1646. », sur Mémoires de la Société académique de l'Aube, tome IX, 1872
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 567a
  23. Jean-Jacques Dubois et Jean-Pierre Renard, « Forêts et frontières, quelques réflexions pour une étude causale et évolutive » dans Espaces, Populations et Sociétés, , chap. 1984-1, p 32
  24. a et b Charles Pommerol, Terroirs et vins de France – Itinéraires œnologiques et géologiques, Orléans, BRGM, , chap. 1984-1
  25. « Fonds Pomereu », sur Archives départementales de Seine-maritime
  26. Site Vignerons des Riceys
  27. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  28. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21598906
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  33. Circuits des cadoles sur le site Aube-Champagne.com. Un de ces circuits se développe dans les vignes autour des Riceys.
  34. sa biographie sur le site de l'Assemblée nationale
  35. Aurélien Tournier, « Les Riceys : un deuxième Printemps gourmand, du 12 au 14 avril », sur La Revue Agricole de l'Aube, (consulté le )