Les Requins Marteaux

maison d'édition

Les Requins Marteaux
Repères historiques
Création 1991
Fondée par Guillaume Guerse, Marc Pichelin et Bernard Khatou
Fiche d’identité
Forme juridique Association loi de 1901
Statut Éditeur indépendant
Siège social Bordeaux (depuis 2011) (France)
Dirigée par Winshluss[1]
Spécialités Bande dessinée, Exposition, Sérigraphie
Titres phares Pinocchio

In God We Trust Déesse La Vie Souterraine Fungirl

Langues de publication Français
Diffuseurs BLDD
Site web lesrequinsmarteaux.com

Les Requins Marteaux est une maison d'édition de bande dessinée alternative, créée par un groupe d'auteurs de bande dessinée, originaires pour partie d'Albi. À la marge du monde de l'édition, ils revendiquent ouvertement une position indépendante ou underground. L'essentiel de leurs publications se rapporte au genre de la bande dessinée d'humour.

Historique modifier

Maison d'édition modifier

Nés à Albi, Les Requins Marteaux sont à la fois éditeurs, producteurs de films, concepteurs d'expositions et organisateurs de festivals[2],[3].

Fondé en 1991 par Guillaume Guerse, Marc Pichelin et Bernard Khattou[2], ce collectif à géométrie variable — actuellement[Quand ?] composé de dessinateurs, scénaristes, graphistes, comédiens, musiciens, réalisateurs, plasticiens ou mécaniciens… — est très vite rejoint par Pierre Druilhe et Moolinex. Ils vont créer et animer ensemble le journal Ferraille, qui connaît une première vie en kiosque de 1996 à 2001[4]. En 2003, Felder, Cizo et Winshluss reprennent la direction éditoriale du titre. Celui-ci devient alors Ferraille Illustré[4].

Lors du Festival d'Angoulême 2009, Pinocchio de Winshluss reçoit le Fauve d'or[5]

La collection « BD Cul », dirigée par Felder et Cizo, est inaugurée en 2010 avec Comtesse d'Aude Picault[6]. De nombreux auteurs se prêtent au jeu de la bande dessinée érotique ou pornographie : Morgan Navarro (prix de l'audace du Festival d'Angoulême 2012 pour Teddy Beat[7]), Hugues Micol, Nine Antico, Guillaume Bouzard, Sébastien Lumineau ou encore Ugo Bienvenu[8],[6].

En 2011 les Requins Marteaux s'installent à la Fabrique Pola à Bordeaux[9].

En 2014 parait le premier numéro de la revue coéditée avec Cornélius, appelée alternativement Franky (et Nicole) et Nicole (et Franky) chez Cornélius en hiver. Franky s'arrête au bout de trois numéros en 2015, alors que Nicole paraît deux fois par an jusqu'en [10].

En dehors du livre modifier

Winshluss va — avec son collègue Cizo — contribuer à émanciper l'esprit « Ferraille » du support livre pour le transposer sous forme de courts métrages d'animation comme Raging Blues (2003), O' boy, What nice legs ! (2002) et Hollywood superstars avec Mr Ferraille (2002), ainsi que les films en prises de vues réelles tels que Entre 4 planches (2008) et Villemolle 81 (2009)[11].

Les Requins Marteaux sont également à l'origine des expositions itinérantes consacrées au « Supermarché Ferraille »[12] (2002) et au « Musée Ferraille » (2003)[13].

En 2009, l'exposition « Il était une fois l'huile » est programmée au Lieu unique à Nantes. Elle présente pour la première fois les dessous de l'empire Méroll et montre une partie de la collection d'art de son fondateur, Édouard-Michel Méroll. Ce dernier confie aux Requins Marteaux le soin d'organiser en collaboration avec la galerie Arts Factory les festivités célébrant les 20 ans de la « FMAC », la Fondation Méroll pour l'art contemporain[14].

Pour leurs trente ans, en 2012, les Requins Marteaux créent l'exposition « Même pas mort », inspirée par les fêtes mexicaines et l'univers de Posada[15]. De très nombreux artistes y participent, parmi lesquels Gilles Barbier, Pakito Bolino, Guillaume Bouzard, Brecht Evens, Jochen Gerner, Émilie Gleason, Antoine Marchalot, Jean-Christophe Menu, ou encore Chloé Wary[16]. Elle est créée à la Fabrique Pola[16] puis à Aix-en-Provence[15].

Distinctions modifier

Auteurs modifier

Les Requins Marteaux ont notamment publié des œuvres de :

Notes et références modifier

  1. « Les Requins Marteaux », sur lesrequinsmarteaux.com (consulté le ).
  2. a et b « Les Requins Marteaux ont quitté Albi pour Bordeaux », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  3. Anna Maisonneuve, « Les Requins Marteaux emménagent bientôt », (ISSN 1760-6454, consulté le ).
  4. a et b « L'été indé #3 - Les Requins Marteaux, un éditeur polyvalent », sur Avoir Alire - aVoir-aLire.com (consulté le ).
  5. a et b « Pinocchio (édition anniversaire) - Par Winshluss - Les Requins Marteaux », sur ActuaBD, (consulté le ).
  6. a et b Thomas Bernard, « Felder & Cizo pour Les Requins Marteaux : BD Cul, le 9e hard », sur ActuaBD, (consulté le ).
  7. a et b Éric Guillaud, « Prix de l’audace à Angoulême en 2012 pour Teddy Beat, Morgan Navarro revient avec L’endormeur », sur Le Meilleur de la BD (blog), (consulté le ).
  8. Henri Filippini, « BD.Cul : la bédé à gros nénés… », sur BDZoom, (consulté le ).
  9. Sarah Vuillermoz, « Le bordeaux rapproche Les Requins Marteaux et Cornélius… », sur prologue-alca.fr, (consulté le ).
  10. « Franky (et Nicole) », sur BD Gest' (consulté le ).
  11. (en) Vincent Paronnaud (Winshluss) sur l’Internet Movie Database.
  12. « Le supermarché «Ferraille» est ouvert », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  13. Eric Loret, « Bulles d'air frais au festival d'Angoulême », sur Libération (consulté le ).
  14. « Une exposition joyeusement marteau à Nantes », sur ActuaBD (consulté le ).
  15. a et b « Même pas mort », sur journalventilo.fr (consulté le ).
  16. a et b Dépêche, « « Même pas mort » : les Requins Marteaux célèbrent 30 ans d'existence », sur ActuaLitté, (consulté le ).
  17. Thomas Clément, « Le Pinocchio de Winshluss sacré meilleure bande dessinée étrangère au Mexique », sur bandedessinee.info, (consulté le ).

Annexes modifier

Documentation modifier

Liens externes modifier