Ouvrir le menu principal

Les Nymphéas

série d'environ 250 peintures de Claude Monet
(Redirigé depuis Les Nymphéas (Claude Monet))
Les Nymphéas
Claude Monet 038.jpg
Artiste
Date
Type
huile sur toile
Dimensions (H × L)
219 × 602 cm
Mouvement
Localisation

Les Nymphéas est une série d'environ 250 peintures à l'huile élaborées par Claude Monet (impressionniste français) pendant les 31 dernières années de sa vie. Ces peintures représentent le jardin de fleurs et plus particulièrement le bassin de nénuphars de Monet à Giverny. Beaucoup de travaux ont été peints tandis que l'artiste souffrait de cataracte. Ces tableaux se présentent sous différentes formes (carrée, circulaire, rectangulaire, etc.) et avec des tailles très variables pouvant aller jusqu’à plusieurs mètres.

À Paris, les principaux lieux d'exposition des Nymphéas, en dehors du musée de l'Orangerie, sont le musée Marmottan et le musée d'Orsay, mais on retrouve des tableaux de Nymphéas dans les principaux musées du monde. En 1999, ce sont soixante tableaux de Nymphéas, venus du monde entier qui ont été réunis pour une exposition spéciale au musée de l'Orangerie[1].

Sommaire

ContexteModifier

Quand il débute la série des Nymphéas, Monet avait déjà travaillé, depuis 1889, sur le principe de séries de peintures sur un même sujet, où seule la lumière varie. C'est ainsi qu'il avait réalisé dix tableaux de la Vallée de la Creuse, exposés à la galerie Georges Petit[2], la série Les Meules, la série des Cathédrales de Rouen et les tableaux de la Gare Saint-Lazare.

Les Nymphéas de l'OrangerieModifier

C’est avec Georges Clemenceau, que Claude Monet a choisi d’installer dans l'Orangerie du jardin des Tuileries, ce grand ensemble mural. Il y travailla à partir de 1914 et il en a amorcé le don à la France dès 1918. Pendant huit ans, ce projet fait l'objet de rudes négociations avec les pouvoirs publics, dans lesquelles Clemenceau a joué un rôle déterminant.

Durant les années 1920, l'État français y a construit deux pièces ovales pour l'exposition permanente de ces huit peintures du bassin aux nénuphars par Monet. Ces huit compositions sont de même hauteur (2 m) mais de longueur variable (de 5,99 m à 17,00 m), réparties sur les murs. L’ensemble forme une surface d’environ 200 m2 qui en fait une des réalisations les plus monumentales du siècle. Monet a peint ces compositions pour qu'elles soient suspendues en cercle, comme si une journée ou les quatre saisons s'écoulaient devant les yeux du spectateur.

L'exposition a ouvert au public le 16 mai 1927, quelques mois après sa mort[3].

ChronologieModifier

  • Mai 1895 : Monet commence à peindre les Nymphéas.
  • Novembre 1901 : à Giverny l’artiste détourne l'Epte afin que l'eau de la rivière puisse alimenter ses besoins et fasse pousser ses plantes exotiques.
  • 1902 : réel début de la série Les Nymphéas.
  • 1906 : la série des Nymphéas progresse lentement. Monet remanie beaucoup, il détruit notamment de nombreux tableaux et ajourne l’exposition de la série.
  • 6 mai - 5 juin 1909 : Paul Durand-Ruel expose quarante-huit toiles de Nymphéas.
  • 1910 : agrandissement du bassin aux nymphéas.
  • Juillet 1912 : diagnostic d’une double cataracte chez Monet.
  • 1914 : encouragé par Clemenceau, Monet commence une série de panneaux décoratifs sur le thème des Nymphéas.
  • 12 avril 1922 : Monet signe à Vernon, devant notaire, un acte de donation dans lequel il s’engage à remettre des panneaux des Nymphéas à l’État en avril 1924. Presque aveugle et désireux d’achever les panneaux, il se fait opérer des yeux.
  • Février 1924 : Durand-Ruel expose plusieurs toiles récentes des Nymphéas à New York.
  • 1924 : Clemenceau ajourne la livraison des panneaux à cause de la vue de Monet.
  • 5 décembre 1926 : mort du peintre à l’âge de 86 ans à Giverny.
  • 17 mai 1927 : inauguration officielle des Nymphéas au musée de l'Orangerie.

SériesModifier

Monet peint plusieurs séries sur ce thème[4] :

  • Bassins aux nymphéas (1899-1900)
  • Les Nymphéas, séries de paysages d'eau (1903-1908)
  • Le Pont japonais (1918-1924)[5]

GalerieModifier

Liste chronologique et non exhaustive des tableauxModifier

Tableau Titre
Date
Dimensions Lieu d’exposition
  Nymphéas
1897-1898
66 × 104 cm
Musée d'art du comté de Los Angeles
  Nymphéas
1897-1899
81 × 100 cm
Galerie nationale d'art moderne et contemporain (Rome)
  Le Bassin aux nymphéas, harmonie verte
1898
89 × 92 cm
Musée d'Orsay (Paris)
  Nymphéas et pont japonais
1899
Musée d'art de l'université de Princeton
  Pont au-dessus d'un bassin de nymphéas
1899
93 × 74 cm
Metropolitan Museum of Art (New York)
  Nympheas blancs
1899
Musée Pouchkine (Moscou)
  Pont japonais et bassin aux nymphéas
1899
89 × 93 cm
Musée d'art de Philadelphie
  Le Bassin aux nymphéas
1899
88 × 93 cm
National Gallery (Londres)
  Le Pont japonais ou le Bassin aux nymphéas
1900
Musée des beaux-arts de Boston
  Le Pont japonais
1900
Philadelphia Museum of Art
  Nymphéas
1903
90 × 96 cm
Musée d'art moderne André Malraux (Le Havre)
  Nymphéas
1903
Dayton Art Institute (Ohio)
  Le Bassin des nymphéas
1904
88 × 91 cm
Musée d'art de Denver
  Nymphéas
1904
81 × 100 cm
Collection particulière (France)
  Nymphéas (W1671)
1905
89 × 100 cm
Musée des beaux-arts de Boston
  Nymphéas
1905
89 × 99 cm
Vente Christie's (New York), 7 novembre 2012
  Nymphéas
1906
80 × 94 cm
Institut d'art de Chicago
  Étang avec des nénuphars
1907
Musée d'Israël (Jérusalem)
  Nymphéas
1907
73 × 92 cm
Kawamura Memorial DIC Museum of Art (Sakura (Chiba)) (Japon)
  Nymphéas
1907
Bridgestone Museum of Art (Tokyo)
  Nymphéas
1907
91 × 81 cm
Musée des beaux-arts de Houston
  Le bassin aux nymphéas ou Les nymphéas à Giverny
1907
100 × 200 cm
Musée des beaux-arts de Nantes
  Nymphéas au soleil couchant
1907
73 × 93 cm
National Gallery (Londres)
  Nymphéas (W1733)
1907
73 × 93 cm
Worcester Art Museum (Massachusetts)
  Nymphéas
1908
90 × 92 cm
Collection (Saint-Gall)
  Nymphéas
1908
Diam. 80 cm
Musée d'art de Dallas
  Nymphéas
1914-1917
181 × 202 cm
Galerie nationale d'Australie (Canberra)
  Nymphéas, le matin clair aux saules
1914-1926
200 × 1 257 cm
Musée de l'Orangerie (Paris)
  Nymphéas, reflets verts
1914-1926
200 × 850 cm
Musée de l'Orangerie (Paris)
  Nymphéas, Soleil couchant
1914-1926
200 × 600 cm
Musée de l'Orangerie (Paris)
  Nymphéas, les nuages
1914-1926
200 × 1 275 cm
Musée de l'Orangerie (Paris)
  Nymphéas, les deux saules
1914-1926
200 × 1 700 cm
Musée de l'Orangerie (Paris)
  Nymphéas, reflets d'arbres
1914-1926
200 × 850 cm
Musée de l'Orangerie (Paris)
  Nymphéas
1915-1926
200 × 425 cm
Musée d'art Nelson-Atkins (Kansas City)
  Nymphéas
vers 1915
200 × 425 cm
Neue Pinakothek (Munich)
  Nymphéas
1915
Musée Marmottan (Paris)
  Nymphéas blancs et jaunes
1915-1917
200 × 200 cm
Musée Oskar Reinhart « Am Stadtgarten » (Winterthour)
  Le Bassin aux nymphéas
1915-1926
Musée d'art de Chichū (Japon)
  Nymphéas (W1800)
1916
200 × 200 cm
Musée national de l'art occidental (Tokyo)
  Nymphéas
1916 (après)
200 × 427 cm
National Gallery (Londres)
  Nymphéas, reflets de saule
1916-1919
200 × 200 cm
Musée Marmottan (Paris)
  Vue du bassin aux nymphéas avec saule
1916-1919
140 × 150 cm
Collection, vente Christie's New York, 18-11-1998
  Nymphéas bleus
1916-1919
200 × 200 cm
Musée d'Orsay (Paris)
  Nymphéas
1917-1919
Honolulu Museum of Art
  Bassin aux nymphéas
1917-1919
Albertina (Vienne)
  Bassin aux nymphéas
1917-1920
300 × 200 cm
Fondation Beyeler (Bâle)
  Le Bassin aux nymphéas
1919
Metropolitan Museum of Art (New York)
  Les Nymphéas
1920-1926
219 × 602 cm
Musée de l'Orangerie
  Reflets de nuages sur le bassin aux Nymphéas
1920
200 × 276 cm
Museum of Modern Art (New York)
  Le Pont japonais
1918-1924
115 × 89 cm
Fondation Beyeler (Bâle)
  Le Pont japonais
1919-1924
Musée Van Gogh (Amsterdam)
  Le Pont japonais
1920-1922
Museum of Modern Art (New York)
  Le Pont japonais, Giverny
1920-1924
94 × 89 cm
Musée des beaux-arts de Houston
  Le Pont japonais, sur le bassin aux nymphéas
1920-1924
89 × 92 cm
Musée d'art de São Paulo
  Nymphéas et Pont japonais
1920-1924
Philadelphia Museum of Art
  Jardin d'eau à Giverny
1920
118 × 83 cm
Musée de Grenoble
  Nymphéas
1922
200 × 213 cm
Musée d'art de Toledo (Ohio)

Notes et référencesModifier

  1. Susan Bell. « Paris voit-il Monet dans une nouvelle lumière. » Les Fois. 8 mai 1999
  2. Tucker, Paul Hayes, Monet dans les années 90 : les Peintures de la série, 1989, musée des beaux-arts de Boston en association avec Yale University Press, p. 41
  3. "Monet, Claude." Grove Art Online.
  4. Sylvie Patin, Claude Monet. « Un œil... mais, bon Dieu, quel œil ! », éditions Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 131), , p. 121-123
  5. Thème du pont traité dès 1895 mais repris en 1918, la passerelle étant entre-temps recouverte d'arceaux de glycines.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Musée de l'Orangerie, Les Nymphéas de Claude Monet, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, (ISBN 2-7118-5068-4)
  • Charles F. Stuckey, Nymphéas, Paris, könemann, (ISBN 3-89508-059-4)

Article connexeModifier

Liens externesModifier