Ouvrir le menu principal

Les Mesnuls

commune française du département des Yvelines

Les Mesnuls
Les Mesnuls
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Aubergenville
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Michel Roux
2014-2020
Code postal 78490
Code commune 78398
Démographie
Gentilé Mesnulois
Population
municipale
862 hab. (2016 en diminution de 0,12 % par rapport à 2011)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 28″ nord, 1° 50′ 15″ est
Altitude Min. 93 m
Max. 184 m
Superficie 6,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Les Mesnuls

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Les Mesnuls

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Mesnuls

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Mesnuls
Liens
Site web lesmesnuls.fr

Les Mesnuls est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Sommaire

GéographieModifier

 
Position des Mesnuls dans les Yvelines.

LocalisationModifier

La commune est située à l'extrémité nord-est du massif forestier de Rambouillet à 26 kilomètres à l'ouest de Versailles et à 16 kilomètres au nord de Rambouillet.

Le centre-village proprement dit, avec ses quelques commerces et sa mairie un peu excentrée, est regroupé autour de l'église et une majestueuse allée de tilleuls pavée conduit au châtelet d'entrée du château. Une importante partie de l'habitat s'étend vers l'est sur un contrefort boisé qui jouxte la commune de Saint-Rémy-l'Honoré.

Le hameau de la Millière est un lieu-dit résidentiel, vers le sud-ouest, au cœur de la forêt de Rambouillet.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

 
Le lavoir.

Transports et voies de communicationsModifier

Réseau routierModifier

La commune est traversée selon un axe nord-sud par la route départementale 191, qui mène à Mareil-le-Guyon et la vallée de la Mauldre vers le nord et au Perray-en-Yvelines vers le sud. Le trajet fut modifié au sud (Conseil Municipal du 21 décembre 1843), par un redressement du trajet aboutissant à une démolition partielle du hameau de la "Foucharderie". A un carrefour avec cette RD 191, au nord du village, commence la route départementale 155 qui mène à Montfort-l'Amaury vers l'est.

Desserte ferroviaireModifier

Les gares ferroviaires les plus proches de la commune sont celles de Montfort-l'Amaury - Méré à 7 km et Villiers - Neauphle - Pontchartrain à 8 km.

BusModifier

La commune est desservie par la ligne 5 de la société de transport Hourtoule qui permet une liaison jusqu'à la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines via les communes de Montfort-l'Amaury et Jouars-Pontchartrain. En période scolaire, les lignes V, 39 et 79, exploitées respectivement par l'entreprise Hourtoule pour la première et par l'établissement Transdev de Rambouillet pour les deux autres, permettent la desserte des établissements situés à Villiers-Saint-Frédéric, La Queue-les-Yvelines et Rambouillet.

ToponymieModifier

HistoireModifier

 
Le monument aux morts.

À l'époque romaine une voie romaine orientée nord-sud et reliant Chartres à Beauvais traversait l'actuel territoire communal, une borne en a été retrouvée au hameau de La Millière. En 1964, ce sont les ruines d'une villa gallo-romaine qui sont mises au jour sur un versant de la vallée de la Guyonne, au lieu-dit « le bois de Mareil ». On y a retrouvé notamment une fresque dite « des quatre saisons », datant des Ier et IIe siècles apr. J.-C.[1]

L'histoire ultérieure du village est liée à celle du château, construit à l'origine, vers 1530, par Christophe de Refuge, gentilhomme de François 1er. Plusieurs propriétaires s'y sont ensuite succédé, dont le comte de Maupeau au XVIIIe siècle.

L'église possède des reliques de sainte Véronique transférées de Lyon en 1856.

Pendant la Révolution, la chapelle Notre-Dame-du-Chêne, construite à l'origine par Amaury de Montfort est détruite. Elle fut reconstruite en 1825 sur souscription.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Marc Lautour[2]    
2014 En cours Michel Roux    

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 862 habitants[Note 1], en diminution de 0,12 % par rapport à 2011 (Yvelines : +1,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
304688709686680700665660611
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
605594620617584556570555544
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
539509425419455463376425578
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
545565675770793883879879878
2013 2016 - - - - - - -
841862-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,8 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 14,1 %, 45 à 59 ans = 29,3 %, plus de 60 ans = 22,3 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 11,5 %, 30 à 44 ans = 15,7 %, 45 à 59 ans = 30,1 %, plus de 60 ans = 21,3 %).
Pyramide des âges à Les Mesnuls en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,0 
4,8 
75 à 89 ans
5,6 
17,3 
60 à 74 ans
15,7 
29,3 
45 à 59 ans
30,1 
14,1 
30 à 44 ans
15,7 
16,4 
15 à 29 ans
11,5 
17,8 
0 à 14 ans
21,3 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

EnseignementModifier

La commune administre une école élémentaire publique[9].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SportsModifier

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Éloi.
  • Église Saint-Éloi, XVe siècle.
  • Le château des Mesnuls : la construction des premiers éléments (châtelet d'entrée, douves) remonte au XVIe siècle, et le corps principal du château date de 1731. Protégé depuis 1945, il est classé monument historique depuis 1975.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Chêne sur la route de Montfort-l'Amaury, construite en 1825.
  • Lavoir de la rue du Moulin, XIXe siècle.
  • La compagnie Thomson-CSF, (aujourd'hui Thales) a longtemps possédé le château, actuellement le château est occupé par la société "Chateauform".

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Voir la page concernée du site de l'ADRACHME et le document de présentation sur le site de la ville
  2. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture des Yvelines.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Évolution et structure de la population à Les Mesnuls en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 mai 2011).
  8. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 9 mai 2011).
  9. « Site officiel de l'inspection académique des Yvelines »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  10. Hélène Jourdan-Morhange, « Ravel à Montfort-l'Amaury », Maurice Ravel par quelques-uns de ses familiers, Paris, Éditions du Tambourinaire,‎ , p. 163-169 (166)
  11. (en) Sonya Faure, Hideaways: Cabins, Huts, and Tree House Escapes, Random House Incorporated, , 144 p. (lire en ligne)
  12. Sophie des Déserts, « Les deux visages de Matthieu Pigasse, Dr Money & Mr Cool », Vanity Fair no 50, septembre 2017, p. 94-103.