Les Forces musicales

Les Forces musicales sont un syndicat professionnel français fondé le qui regroupe des orchestres, des opéras et des festivals d'art lyrique implantés sur le territoire national.

FondationModifier

Fondé le , le syndicat professionnel Les Forces musicales regroupe des adhérents de l'ancienne Chambre professionnelle des Directions d'Opéra et du Syndicat national des Orchestres et des Théâtres lyriques[1]. Il est la deuxième organisation d'employeurs du spectacle vivant en termes de masse salariale et la première en termes d'emplois artistiques permanents[2].

OrganisationModifier

Loïc Lachenal, directeur général de l'Opéra de Rouen Normandie est président des Forces musicales. Aline Sam-Giao, directrice générale de l'Auditorium-Orchestre national de Lyon est vice-présidente des Forces musicales mais aussi de l'Association française des Orchestres[1].

MissionsModifier

En opérateur du service public de la culture, le syndicat mène des actions en faveur de la permanence de l'emploi et de l'activité, en lien avec les collectivités territoriales et les politiques publiques.

« Les représentants des structures [adhérentes] souhaitent établir des relations durables et confraternelles indispensables à la reconnaissance du secteur qu’ils représentent, mais aussi à la défense de son rôle dans la vie artistique, économique et sociale du pays. »

Les Forces musicales commandent au cabinet Traces TPi une étude consacrée aux vingt-deux maisons d'opéras et festivals d'art lyrique intitulée « Portrait socio-économique des opéras et festivals d'art lyrique en région » et présentée le [2].

Le , le syndicat interpelle le gouvernement face aux pertes engendrées par les mesures en lien avec la crise sanitaire qui interdisent les rassemblements de plus de 1 000 personnes et aux menaces pour l'avenir : plus de 100 000 billets à rembourser, pertes de réservations pour les spectacles à venir, mobilité internationale des artistes restreinte[3].

Le syndicat travaille en lien avec la Chambre syndicale de la Facture instrumentale sur le projet PIC-PIV, Projet pour les Instruments de musique face au Coronavirus et les Pratiques instrumentales et vocales[4].

Le , les Forces musicales en partenariat avec l'Association française des Orchestres s'associent à France Musique et France Bleu pour fêter la reprise de l'activité des orchestres et des maisons d'opéra lors d'un « Marathon des Orchestres » diffusé toute la journée sur la chaîne musicale[5],[6] et lors duquel Aline Sam-Giao et Loïc Lachenal présentent la situation des institutions musicales au sortir de la crise, les perspectives pour la rentrée et les initiatives du syndicat[1].

Le , le quotidien Libération publie une tribune signée par les quarante-six orchestres et opéras membres des Forces musicales dans laquelle ils rappellent leur mission « au chœur de la cité » (jeu de mot journalistique né de l'expression « au cœur ») et où ils rappellent leurs actions auprès du public et des personnels soignants tout au long de la crise sanitaire et invitent le public à les retrouver, « masqués mais confiants », à partir du [7].

Structures adhérentesModifier

Avec l'Association française des Orchestres, le syndicat Les Forces Musicales représente la quasi-totalité des orchestres permanents, solidaires les uns des autres[5],[7].

Liste des membres

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Aline Sam-Giao et Loïc Lachenal sont les invités du jour », sur francemusique.fr,
  2. a et b Suzanne Gervais, « Théâtres et festivals d'art lyrique en région : une première étude nationale », La Lettre du musicien,‎ (lire en ligne)
  3. Sofia Anastasio, « Coronavirus : Déjà plus de 100 000 billets à rembourser selon les Forces Musicales », sur francemusique.fr,
  4. Mathilde Blayo, « Covid-19 : pratique musicale et risque sanitaire », La Lettre du musicien,‎ (lire en ligne)
  5. a et b « Le Marathon des Orchestres le 1er juillet sur France Musique », sur francemusique.fr,
  6. « Orchestres de régions, AFO et Forces Musicales », sur francemusique.fr,
  7. a et b Les Forces musicales, « Orchestres et opéras : au chœur de la cité », Libération,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier