Ouvrir le menu principal

Les Fêtes vénitiennes

opéra-ballet d'André Campra

Les Fêtes vénitiennes
Les Festes vénitiennes
Description de cette image, également commentée ci-après
Les Festes vénitiennes, planche illustrant la réimpression du livret, dans Recueil general des opera...
Genre Opéra-ballet
Nbre d'actes trois, quatre ou cinq entrées,
plus un prologue (parfois omis)
Musique André Campra
Livret Antoine Danchet
Langue
originale
Français
Création
Paris, Théâtre du Palais-Royal

Les Fêtes vénitiennes (ou, dans l'orthographe originelle, Les Festes vénitiennes) est un opéra-ballet du compositeur français André Campra.

L'opéra-ballet consiste en un prologue (ultérieurement parfois omis, écourté ou remplacé) et trois entrées (quatre ou cinq dans les versions ultérieures). Les livrets sont tous d'Antoine Danchet, le librettiste attitré de Campra[1]. Il fut représenté la première fois à l'Académie royale de musique le , en la Salle du Palais-Royal.

Selon l'usage de l'époque, l'œuvre était qualifiée de « ballet » mais elle constitue une des exemples les plus importants d'un genre nouveau que les spécialistes conviendront d'appeler plus tard opéra-ballet[2].

Sommaire

Historique des représentationsModifier

Au début du XVIIIe siècle, le public de l'Opéra de Paris était de plus en plus insatisfait de la tragédie lyrique[3] et le côté innovant de l'opéra-ballet était vu comme une alternative. Le format de ce genre nouveau était extrêmement flexible : chaque entrée avait sa propre intrigue et ses propres personnages et les différents actes n'étaient liés entre eux que par un fil ténu (dans Les festes vénitiennes, le simple fait que l'action se déroule à Venise)[2].

L'opéra de Campra et Danchet se révéla incroyablement populaire dès le début et, à travers une approche par essais et erreurs, « il se perpétuait lui-même au point que de nouvelles entrées étaient écrites pour remplacer les actes qui semblaient perdre leur attrait »[3].

Entre juin et décembre 1710, Campra et Danchet expérimentèrent deux prologues et huit entrées[1] et l'opéra connut plusieurs douzaines de représentations, atteignant le 14 octobre sa cinquante-et-unième mouture, une version avec un prologue raccourci et quatre entrées (qui devaient passer au nombre de cinq en décembre).

Après son succès sans précédent en 1710-1711, l'opéra fut régulièrement remis à la scène durant le demi-siècle qui suivit (en 1712, 1713, 1721, 1731-1732, 1740, 1750-1751 et 1759), les différentes entrées étant échangées à maintes reprises[4]. Au bout du compte, il totalisa le nombre incroyable d'environ trois cents représentations jusqu'en 1760[1].

Les Fêtes vénitiennes, tableau d'Antoine Watteau (1718-1719), a été nommé ainsi, a posteriori (après la mort du peintre), en écho à l'œuvre de Campra.

RôlesModifier

Rôles[5] Type de voix Distribution lors de la première représentation, 17 juin 1710[6]
(Dirigeant: Louis de La Coste)
Prologue : Le Triomphe de la folie sur la raison dans le temps de carnaval
La Folie soprano Marie-Catherine Poussin
La Raison soprano Mlle Desmatins
Le Carnaval basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard
Héraclite basse-taille Charles Hardouin
Démocrite taille Louis Mantienne
Première entrée : "La feste des barqueroles"[7]
Un docteur vénitien basse-taille Jean Dun 'père'
Lilla soprano Mlle Dun
Damiro haute-contre Jacques Cochereau
Une gondolière représentant la Victoire soprano Mlle Hacqueville (ou D'Huqueville)
Un gondolier haute-contre Guesdon
Deuxième entrée : "Les sérénades et les joüeurs"[8]
Léandre basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard
Isabelle soprano Françoise Journet
Lucile soprano Mlle Pestel
Irène soprano Mlle Dun
Fortune soprano Françoise Dujardin
Un suivant de la Fortune haute-contre M. Buseau
Troisième entrée: "Les saltinbanques de la place St Marc ou L'Amour saltinbanque"[9]
Filindo basse-taille Charles Hardouin
Eraste haute-contre Jacques Cochereau
Léonore soprano Marie-Catherine Poussin
Nérine (travesti) taille Louis Mantienne
L'Amour saltinbanque (travesti) soprano Mlle Dun
Première entrée ajoutée ultérieurement : "La feste marine"[10] Présentée pour la première fois le 8 juillet 1710[6]
Astophe basse-taille Jean Dun 'père'
Dorante haute-contre Jacques Cochereau
Cephise soprano Françoise Journet
Doris soprano Mlle Dun
Un matelot haute-contre Guesdon
Deuxième entrée ajoutée ultérieurement :
"Le bal ou le maître à danser"
Présentée pour la première fois le 8 août 1710[6]
Alamir basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard
Themir haute-contre Buseau
Iphise soprano Françoise Journet
Un maître de musique taille Louis Mantienne
Un maître de danse danseur/taille François-Robert Marcel
Un masque haute-contre (non précisé)
Troisième entrée ajoutée ultérieurement :
"Les devins de la Place St Marc"[11]
Présentée pour la première fois le 5 septembre 1710[6]
Lèandre basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard
Zélie soprano Marie-Catherine Poussin
Une bohémienne soprano Mlle Dun
Quatrième entrée ajoutée ultérieurement :
"L'Opéra ou le maître à chanter"[12]
Présentée pour la première fois le 14 octobre 1710[6]
Damire (Borée) basse-taille Charles Hardouin
Adolphe/Un acteur de l'Opéra jouant Zephire haute-contre Buseau
Léontine (Flore) soprano Françoise Journet
Lucie (une bergère) soprano Mlle Dun
Le maître de chant haute-contre (non précisé)
Rodolphe basse-taille Courteil
Cinquième entrée ajoutée ultérieurement :
Le triomphe de la folie[13]
Présentée pour la première fois en décembre 1710[6]
Arlequin danseur/taille François Dumoulin
La Folie soprano Marie-Catherine Poussin
Un docteur basse-taille Jean Dun 'père'
Un espagnol haute-contre Jacques Cochereau
Un françois basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard
Colombine soprano Mlle Dun
Un autre espagnol taille ?
Une espagnolette soprano ?

SourcesModifier

  • Partitions d'époque:
    • Les Barquerolles Entrée, manuscript conservé à la Bibliothèque nationale de France (accessible gratuitement en ligne en Gallica - B.N.F.)
    • Feste Marine Entrée, manuscript conservé à la Bibliothèque nationale de France (accessible gratuitement en ligne en Gallica - B.N.F.)
    • Le Bal // nouvelle // entrée // ajoutée aux // festes // venitiennes // Par // M. Campra, manuscript conservé à la Bibliothèque nationale de France (accessible gratuitement en ligne en Gallica - B.N.F.)
    • Le triomphe de la folie , comedie mis [sic] en musique par Monsieur Campra, Paris, Ballard, 1711 (accessible gratuitement en ligne en Gallica - B.N.F.)
    • Les Festes Vénitiennes , Ballet en Musique, par Monsieur Campra, Maître de Musique de la Chappelle du Roy ; Représenté pour la premiere fois, par l'Academie Royale de Musique. Le Mardy dix-septiéme Juin 1710. Conforme à la Remise au Théâtre, du Jeudy 14 Juin 1731, Paris, Ballard, 1731 (accessible gratuitement en ligne en Gallica - B.N.F.)
  • (en) James R. Anthony, Fêtes vénitiennes, Les, en Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Opera, Grove (Oxford University Press), New York, 1997, II, pp. 175–176, (ISBN 978-0-19-522186-2).
  • Jean-Nicolas de Francine (éd.), Recueil general des opera réprésentez par l'Academie Royale de Musique, depuis son etablissement. Tome dixième, Paris, Ballard, 1714, pp. 129–252 (accessible gratuitement en ligne en books.google).
  • Théodore de Lajarte, Bibliothèque Musicale du Théatre de l'Opéra. Catalogue Historique, Chronologique, Anecdotique, Tome 1, Paris, Librairie des bibliophiles, 1878 (accessible gratuitement en ligne en Internet Archive)
  • (it) Raffaele Mellace, Fêtes vénitiennes, Les, en Piero Gelli et Filippo Poletti (éds), Dizionario dell'opera. 2008, Milan, Baldini Castoldi Dalai, 2007, pp. 469–470, (ISBN 978-88-6073-184-5) (reproduction en ligne en OperaManager)
  • François et Claude Parfaict, Dictionnaire des Théâtres de Paris, contenant toutes les pièces qui ont été représentées jusqu'à présent sur les différents Théâtres François et sur celui de l'Académie Royale de Musique ..., Paris, Rozet, 1767, VI, pp. 115–129 (accessible gratuitement en ligne en books.google).
  • (en) Spire Pitou, The Paris Opéra. An Encyclopedia of Operas, Ballets, Composers, and Performers – Genesis and Glory, 1671-1715, Greenwood Press, Westport/Londres, 1983 (ISBN 0-313-21420-4).
  • (en) The Viking Opera Guide éd. Holden (Viking, 1993).
  • Le magazine de l'opéra baroque, page: Les fêtes vénitiennes.

RéférencesModifier

  1. a b et c Le magazine de l'opéra baroque, page: Les fêtes vénitiennes.
  2. a et b James R. Anthony.
  3. a et b Pitou, p. 223.
  4. Pitou, p. 224; Anthony; Lajarte, p. 113.
  5. Selon Recueil General Des Opera ....
  6. a b c d e et f Sources : Parfaict et Le magazine de l'opéra baroque, page: Les fêtes vénitiennes.
  7. « Barquerole » est l'orthographe originelle.
  8. « Joüeur » est l'orthographe originelle.
  9. « Saltinbanque » est l'orthographe originelle.
  10. Cette entrée fut substituée à La feste des barqueroles lors de la 10e représentation.
  11. Cette entrée fut substituée à Les sérénades et les joüeurs lors de la 34e représentation.
  12. Cette entrée fut substituée à La feste marine lors de la 51e représentation lorsque le prologue fut restauré, bien que dans une version abrégée.
  13. La petite comédie Le triomphe de la folie fut ajoutée comme dernière entrée en décembre alors que l'opéra avait déjà connu 66 représentations.


Liens externesModifier