Les Coteaux

municipalité du Québec (Canada)

Les Coteaux
Les Coteaux
Coteau-Station
Drapeau de Les Coteaux
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Drapeau de Vaudreuil-Soulanges.svg Vaudreuil-Soulanges
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Denise Godin-Dostie
2017-2021
Code postal J7X
Constitution
Démographie
Gentilé Coteaulois, e
Population 5 477 hab. ()
Densité 378 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ nord, 74° 14′ ouest
Superficie 1 450 ha = 14,5 km2
Divers
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 450 267
Code géographique 2471033
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Les Coteaux
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Les Coteaux
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Les Coteaux
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
Les Coteaux
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Les Coteaux, auparavant Anse-aux-Batteaux, est une municipalité située dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Vaudreuil-Soulanges au Québec (Canada), située en Montérégie[1],[2]. La municipalité résulte de la fusion, en 1994, de Coteau-Station, au nord de l'autoroute 20, et de Coteau-Landing, au sud de celle-ci. On trouve à Coteau-Station une gare de Via Rail Canada sur la ligne Ottawa-Montréal.

GéographieModifier

La municipalité des Coteaux longe le lac Saint-François, à quelques kilomètres de Salaberry-de-Valleyfield, sur l'autre rive. Elle est entourée par les municipalités de Saint-Zotique à l'ouest, Saint-Polycarpe au nord-ouest et Coteau-du-Lac à l'est[3]. Sa superficie totale est de 14,50 km2 dont 11,60 km2 sont terrestres et 2,90 km2 en eau[1]. Le territoire est arrosé par la rivière Delisle.

Municipalités limitrophesModifier

HistoireModifier

En Nouvelle-France, dans la seigneurie de Nouvelle-Longueuil, le site au pied du coteau est connu comme l'Anse-aux-Batteaux en la Côte de Longueuil. À la fin du XVIIe siècle, un relais pour voyageurs et coureurs des bois est érigé à l'Anse-aux-Batteaux en la Côte de Longueuil[4]. Les premiers colons s'installent vers 1771[5]. Vers 1815, l'endroit est désigné par les militaires installés à Coteau-du-Lac et par les commerçants anglais comme Coteau-Landing - Landing signifiant débarcadère en anglais. Le bureau de poste local ouvre en 1847 sous le nom de Coteau-Landing. En 1853, la municipalité de Coteau-Landing est créée. En 1855, le comté de Soulanges est institué et Coteau-Landing en devient le chef-lieu. À l'époque, un bateau assure la liaison entre Coteau-Landing et Salaberry-de-Valleyfield[4].

La partie nord de la municipalité actuelle des Coteaux relève du comté de Vaudreuil entre 1830 et 1853. Ensuite, avec la constitution des municipalités en 1855, ce territoire relève de l'administration de la municipalité de Saint-Polycarpe, laquelle fait partie du comté de Soulanges. En 1887 au Québec, la municipalité de La Station-du-Coteau est créée. Elle est souvent appelée dans l'usage populaire comme Coteau-Jonction ou Coteau-Station. En 1905, le chemin de fer du Grand Tronc y aménage la gare de Coteau. Le village est longtemps un centre important de réparation d'équipements ferroviaires. En 1984, la municipalité change son appellation officielle pour Coteau-Station, suivant l'usage[4].

En 1994, la municipalité des Coteaux est constituée par la fusion des municipalités de Coteau-Landing et de Coteau-Station[4].

UrbanismeModifier

La municipalité compte trois centres communautaires, sept parcs, terrains de jeux et espaces verts, trois patinoires extérieures, deux terrains de balle, une piscine estivale, deux terrains de tennis, un camping municipal, une piste cyclable reliée au réseau local et régional et un quai municipal[6]. La municipalité possède un parc industriel ainsi qu'une école primaire.

DémographieModifier

Évolution démographique
1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016
2 2902 6132 8433 0103 7644 5685 368

AdministrationModifier

Le logotype de la municipalité comporte plusieurs éléments : le rail gris pâle rappelle le chemin de fer traversant la municipalité, le bollard noir signifie le quai, le bleu représente le lac Saint-François, le voilier d'argent rappelle les bateaux faisant halte entre Montréal et les Grands Lacs, la bande verte traduit le territoire agricole, le cercle orangé dépeint le soleil couchant, les deux goélands argentés symbolisent les deux anciennes municipalités[7].

Les citoyens des Coteaux élisent le maire et les six conseillers municipaux à date fixe tous les quatre ans, suivant un découpage en districts[1]. Réal Boisvert est maire depuis la constitution de la municipalité en 1994 jusqu'à son retrait en 2013. Son objectif a été de faire des Coteaux une municipalité où l’on serait heureux de vivre et de fonder une famille[8]. À l'élection municipale de 2013, Denise Godin Dostie lui succède avec 48,8 % des voix dans une lutte à trois et avec un taux de participation de 42,9 %[9].

Composition du conseil municipal[10]
2009-2013 2013-2017
Maire Réal Boisvert Denise Godin Dostie
District 1 Claude Lepage Claude Lepage
District 2 Sylvain Brazeau Michel Marin
District 3 Denise Godin Dostie François Deschamps
District 4 Sylvie Joly Sylvie Joly
District 5 Martin Chartrand Martin Chartrand
District 6 Jocelyne Bishop Ménard Jocelyne Bishop Ménard


Les Coteaux
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Réal Boisvert Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Denise Godin-Dostie Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


La municipalité diffuse de l'information aux citoyens par le biais du journal Le Rassembleur[11].

La municipalité des Coteaux fait partie de la MRC de Vaudreuil-Soulanges. Sur le plan de la représentation parlementaire, la population locale est comprise dans la circonscription québécoise de Soulanges[12] et dans la circonscription fédérale de Vaudreuil-Soulanges[13].

ÉconomieModifier

L’activité économique comprend le commerce de détail et les services aux particuliers, de même que le parc industriel.

ÉducationModifier

La Commission Scolaire des Trois-Lacs administre les écoles francophones[14]

  • École Léopold-Carrière

La Commission scolaire Lester-B.-Pearson administre les écoles anglophones:

  • l'École primaire Soulanges à Saint-Télesphore et L'École primaire Evergreen et l'École primaire Forest Hill (pavillons junior et senior) à Saint-Lazare servent a la ville[15].

SociétéModifier

Dans le cadre de sa politique familiale, la municipalité des Coteaux vise à accroître la mobilité des aînés et à diversifier l'habitation et les espaces. Les principales actions planifiées sont l'aménagement des parcs publics, l'amélioration de la sécurité sur la route 338, l'installation de commerces de proximité et de jardins communautaires, ainsi que l'augmentation des logements sociaux et abordables[16].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, « Les Coteaux », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 71033,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juillet 2017).
  2. Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent, (consulté le 15 avril 2013).
  3. Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation du Québec, 710 - MRC de Vaudreuil-Soulanges, Québec, Gouvernement du Québec, (lire en ligne), carte.
  4. a b c et d Commission de toponymie du Québec, « Les Coteaux (municipalité) », Banque de noms de lieux du Québec, Gouvernement du Québec, no 289307,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2013).
  5. Municipalité des Coteaux, « Historique de la municipalité » (consulté le 22 novembre 2013).
  6. Municipalité des Coteaux, « Portrait de la municipalité » (consulté le 23 août 2013).
  7. Municipalité des Coteaux, « Signification du logo », 88 (consulté le 5 février 2014).
  8. Réal Boisvert, « Chers citoyens des Coteaux : Le maire actuel quitte la politique municipale », Première édition, vol. 28, no 31,‎ , p. 57 (lire en ligne, consulté le 23 août 2013).
  9. Gouvernement du Québec, « Élections municipales 2013, Candidatures et résultats pour Les Coteaux »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 71033, Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation du Québec, (consulté le 22 novembre 2013).
  10. « Élus municipaux », sur Municipalité des Coteaux (consulté le 21 mai 2013).
  11. « Journal Le Rassembleur », sur Municipalité des Coteaux, (consulté le 21 mai 2013).
  12. Commission de la représentation électorale du Québec, « La carte électorale du Québec : Les 125 circonscriptions électorales 2011 », sur Directeur général des élections du Québec (consulté le 20 juin 2013).
  13. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », sur Ministère de la Justice du Canada (consulté le 20 juin 2013).
  14. « Les écoles et les centres », Commission Scolaire des Trois-Lacs (consulté le 18 janvier 2013)
  15. "Carte Scolaire." Commission scolaire Lester-B.-Pearson. Consulté le 28 septembre 2017.
  16. a. Municipalité des Coteaux, Vision d'avenir d'un milieu où il faut bon vivre : Politique familiale municipale des Coteaux 2013-2016, Les Coteaux, Multiplus, , 24 p. (lire en ligne).
    b. Valérie St-Onge, « La municipalité des Coteaux lance sa politique familiale », L'Étoile, vol. 46, no 44,‎ , p. 5 (lire en ligne)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier