Les Éléments (opéra-ballet)

Les Éléments (ou les Les Élémens) est un opéra-ballet composé par André Cardinal Destouches et Michel-Richard de Lalande sur un livret de Pierre-Charles Roy et une chorégraphie de Claude Ballon, qui connut un grand succès au cours du XVIIIe siècle, après une première représentation en 1721, avec la participation de Louis XV danseur, âgé de onze ans. Il comprend un prologue et quatre entrées.

Page de titre du livret de 1725
(Recueil général des opéra, 1734)[1]

CompositionModifier

Dans une lettre de 1726 adressée au prince Antoine de Monaco, Destouches évoque les circonstances de la composition : « On nous ordonna de travailler ensemble ; il [Delalande] y a fait de très-belles choses du détail desquelles je vous supplie de me dispenser, parce qu'il a exigé de moi que nous fussions couverts du même manteau[2]. »

Prologue : ChaosModifier

Le court prologue orchestral n’a aucune visée musicale descriptive, le chaos étant figuré par le décor représentant un amas de nuages, de rochers, d’eaux immobiles et suspendues et de feux s’échappant de volcans.

Après la mise en place des éléments par le Destin et un chœur célébrant l’ordre et la paix de l’univers, Vénus apparaît se plaignant de l’absence de l’Amour. Le Destin la rassure en lui montrant son futur fils Louis XV (présent en personne sur scène), ou, dans les versions ultérieures, une statue de lui :

« Tu vois, c’est des Dieux, le plus parfait ouvrage,
Célèbre les beaux jours que son règne présage. »

Le chœur répond  :

« Trompettes éclatez, frappez les airs, éclatez,
Annoncez un maître à l’univers ! »

Dans la première version de 1721, le divertissement était personnellement dansé par le roi avec douze autres jeunes seigneurs de la cour.

EntréesModifier

Les quatre entrées sont successivement consacrées à l’air, à l’eau, au feu et à la terre dans la mythologie de l’Antiquité. Les éléments y sont principalement évoqués par le texte chanté et la danse, le traitement musical étant limité à quelques mouvements fluides en notes liées dans l’eau et à des passages en doubles-croches dans le feu.

Ces parties sont ainsi décrites par les auteurs :

« L’air offre l’événement tragique d’Ixion et son amour pour Junon qui préside à cet élément,
L’eau est caractérisé par le naufrage d’Arion, par sa réception chez Neptune […] et par son mariage avec une syrène,
Le feu élémentaire ne pouvait être que celui des vestales qui s’allumait aux rayons du soleil (car Vulcain ne désignerait que le feu terrestre). Le trait d’histoire qu’on a adopté est célèbre, le péril d’Émilie intéressant et l’action est dénouée par un prodige assorti à la superstition des Romains.
La terre rassemble tous les Dieux qui l’habitent ou qui la cultivent et l’aventure de Vertumne et de Pomone qui n’avait point encor été mise au théâtre, telle qu’Ovide nous l’a laissée.
[…] à l’exemple de Virgile, on a cru pouvoir annoncer dès le commencement du monde, les destinées d’un Prince qui en doit faire le bonheur.[3] »

.

ÉpilogueModifier

Dans la première version de 1721 il y avait aussi un « épilogue » (supprimé plus tard dans les éditions suivantes) dans lequel le roi et les douze jeunes courtisans qui avaient dansé avec lui dans le « prologue » étaient à nouveau présentés sur scène, pour symboliser le Soleil dans son char, environné des Signes du Zodiaque; ils étaient suivis par quatre autres grands seigneurs de la court flanqués chacun d'une danseuse, pour symboliser les quatre continents. L'opéra se terminait avec Pomone et une nymphe de sa suite chantant à la fois les louanges du Soleil et de Louis XV, accompagnées par le choeur général de tous les autres interprètes.

ReprésentationsModifier

La première représentation eut lieu le sous la direction de Jean-Féry Rebel et sur une chorégraphie de Claude Ballon, maître de danse du roi, dans un petit théâtre aménagé dans la Galerie du palais des Tuileries, avec la participation dans les ballets du roi Louis XV âgé de 11 ans. L'opéra fut jugé fort ennuyeux par le roi et ne plut guère, mais fut quand même répété quatre fois à la cour au début de 1722[4].

Après un remaniement considérable de la partition de 1721, le ballet fut repris à l’Académie royale de musique le 29 mai 1725 et connut dès lors un grand succès. Représenté une trentaine de fois entre 1729 et 1752 c’est une des œuvres les plus jouées au XVIIIe siècle. Il suscita plusieurs parodies notamment Le Chaos, ambigu comique composé par Jean-Joseph Mouret, représenté en 1725 à la Comédie-Italienne à l’hôtel de Bourgogne[5].

Le Ballet des Élémens fut l'opéra le plus réussi de Destouches et la seule pièce de son maître Delalande à être montée à l'Opéra de Paris. À la cour, il « marqua la fin de plusieurs époques: ce fut là la dernière œuvre scénique de Lalande, la dernière apparition sur scene de Louis XV et le dernier ballet de cour en France »[6].

Rôles et interprètesModifier

Rôle Voix Distribution de la première aux Tuileries
31 decembre 1721
(selon le livret original)
(chef d'orchestre : Jean-Féry Rebel)
Distribution de la première à l'Opéra de Paris
29 mai 1725
(selon le livret original)
Prologo: Le Chaos
Le Destin basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard Gabriel-Vincent Thévenard
Vénus dessus Marie-Gabrielle Lizarde Mlle Lambert
Une Grâce dessus Anne Mignier
Première entrée: l'Air
Junon dessus Marie Antier Marie Antier
Ixion basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard Gabriel-Vincent Thévenard
Jupiter basse-taille Justin Destouches du Bourg (Dubourg) Claude-Louis-Dominique Chassé de Chinais
Mercure haute-contre Louis Murayre (Muraire) Denis-François Tribou
Une Heure dessus Anne Mignier
Deuxième entrée: l'Eau
Leucosie dessus Julie Eeremans Julie Eeremans
Doris dessus Mlle Souris l’Aînée Mlle Souris l’Aînée
Arion haute-contre Antoine Boutelou[7] Louis Murayre
Neptune basse-taille Justin Destouches du Bourg Justin Destouches du Bourg
un triton basse-taille Dun fils
Troisième entrée: le Feu
Émilie dessus Marie Antier Marie Antier
Valère basse-taille Gabriel-Vincent Thévenard Gabriel-Vincent Thévenard
L'Amour dessus Catherine-Nicole Le Maure (Lemaure) Mlle Dun
Quatrième entrée: la Terre
Pomone dessus Marie Antier Cathérine-Nicole Le Maure
Vertumne haute-contre Antoine Boutelou[7] Louis Murayre
Plutus haute-contre Louis Murayre
Pan basse-taille Dun fils Claude-Louis-Dominique Chassé de Chinais
Deux Bergères
(une dans la version 1725)
soprano Mlles Constance e Catin Anne Mignier
Épilogue (uniquement dans la première version)
Pomone soprano Marie Antier
Une Nymphe de la Suite de Pomone soprano Mlle de S. Êtienne

RéférencesModifier

  1. Recueil général des opéra, représentez par l'Académie royale de musique, depuis son établissement, 13e volume, Paris, Ballard, 1734
  2. « Destouches éléments », sur operabaroque.fr (consulté le 30 avril 2019)
  3. Jean-Féry Rebel (1666-1747) : musicien des Éléments, p. 104.
  4. Opéra Baroque - Les Éléments; Sawkins.
  5. Jean-Féry Rebel (1666-1747) : musicien des Éléments, p. 105.
  6. Coeyman, p. 35: [it] « marked the end of several eras: it was Lalande's final stage work, Louis XV's last stage appearance and the final French court ballet ».
  7. a et b Le livret original ne contient que le nom de famille de l'interprète, mais il devrait presque certainement s'agir du plus jeune membre de la famille Boutelou, Antoine, dont le père et le frère aîné, respectivement Jean et Marin, avaient été membres de la troupe de l'Académie Royale de Musique dans les décennies au tournant du siècle. Antoine, quant à lui, était ténor à la Chapelle royale et ne participait donc pas aux représentations publiques de l'Académie, bien qu'il puisse à la place jouer dans les performances lyriques à la cour. Quant à la nomenclature de la famille Boutelou, traditionnellement source de confusion considérable, veuillez vous référer au Dictionnaire de l'Opéra de Paris sous l'Ancien Régime (1669-1791) (directeurs d'ouvrage: Sylvie Bouissou, Pascal Denécheau et France Marchal-Ninosque), Paris, Classiques Garnier, 2019, tome I (A-C), ad nomina (ISBN 978-2406090656).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Livrets originals:
    • (1721) Les Élémens, Troisième Ballet Dansé par le Roy, Dans son Palais des Tuilleries, le Mercredy 31 Decembre 1721, Paris, Ballard, 1721 (accessible en ligne en Gallica - B.N.F.) 
    • (1725) Les Élémens, Ballet, Dansé par le Roy, Dans son Palais des Thuilleries, le 22 Decembre 1721, Réprésenté par l'Académie Royale de Musique le 15 May 1725, Paris, Ribou, 1725 (accessible en ligne en Gallica - B.N.F.) 

Liens externesModifier