Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nilsson.
Leopoldo Torre Nilsson
Description de cette image, également commentée ci-après
Leopoldo Torre Nilsson (l'homme aux lunettes) avec l'acteur Alfredo Alcón, dans le rôle du général José de San Martín, au cours du tournage d' El santo de la espada (Le Saint à l'épée)
Naissance
Buenos Aires
Nationalité Drapeau de l'Argentine argentine
Décès (à 54 ans)
Buenos Aires
Profession réalisateur, scénariste, producteur
Films notables La Maison de l'ange (1957)
Fin de fiesta (1960)
La Main dans le piège (1961)
Boquitas pintadas (1974)

Leopoldo Torre Nilsson est un réalisateur argentin, né le à Buenos Aires et décédé, dans cette ville, le [1].

BiographieModifier

Il est le fils de Leopoldo Torres Ríos (1899-1960), pionnier du cinéma populaire argentin, et de Clara May Nilsson, fondatrice en 1944 du Colegio Highlands de Buenos Aires, un établissement privé, laïque, mixte et bilingue (anglais)[2]. Suivant l'exemple de son père, il s'initie aux techniques cinématographiques et se forge une culture littéraire très poussée, dans laquelle des auteurs comme Adolfo Bioy Casares - son premier film, El Crimen de Oribe (1950) est une adaptation d'un de ses romans - et Jorge Luis Borges jouent un rôle important. Il est en réalité le premier cinéaste intellectuel moderne dans un pays essentiellement composé d'artistes instinctifs et bohèmes. Imprégné de cinéphilie, en particulier les grands classiques européens, Leopoldo Torre Nilsson manifeste, d'emblée, un penchant pour l'image baroque, expressionniste, voire symbolique et un univers personnel, parcouru par les fantasmes et les frustrations d'une société sociologiquement et psychologiquement bloquée. Cet univers renfermé et onirique s'impose, à partir de La Maison de l'ange (1957), début d'une fidèle collaboration avec la romancière Beatriz Guido (es) (1922-1988), devenue sa compagne[3].

Prix et distinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. « Je suis né d'un père espagnol et catholique et d'une mère suédoise et protestante. D'où mes deux noms, Torre, le nom de mon père, Nilsson, le nom de ma mère », dit Leopoldo Torre Nilsson. (in : Premier Plan consacré au réalisateur, no 26, décembre 1962.)
  2. (es) Site officiel
  3. Paulo Antonio Paranagua, in : Dictionnaire du cinéma sous la direction de Jean-Loup Passek, Librairie Larousse, Paris, 1986.

FilmographieModifier

Liens externesModifier