Leichter Panzerspähwagen

Leichter Panzerspähwagen
Image illustrative de l’article Leichter Panzerspähwagen
SdKfz. 222 hors de combat
Caractéristiques générales
Équipage pour le Sd.Kfz. 222 : 3 (conducteur, chef de char/canonnier, pourvoyeur)
Longueur 4,80 m
Largeur 1,95 m
Hauteur 1,80 m
Masse au combat
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 8 mm sur l'avant, l'arrière, les côtés
Armement
Armement principal 1 canon de 20 mm KwK30 L/55
Armement secondaire 1 mitrailleuse MG 34 de 7,92 mm
Mobilité
Moteur Horch de 3,5 l de cylindrée - Combustible : essence
Puissance 81 ch (67 kW)
Suspension 4 roues
Vitesse sur route 85 km/h sur route, 28 km/h en tout terrain[1]
Puissance massique 18,7 ch/tonne
Autonomie 320 km sur route, 180 en tout-terrain

Le terme Leichter Panzerspähwagen (véhicule de reconnaissance léger) désigne une série de blindés à quatre roues, utilisés par la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale et produits de 1935 à 1944. Les véhicules blindés à six ou huit roues étaient désignés « Schwerer Panzerspähwagen ».

HistoireModifier

Afin de remplacer le Kfz 13, jugé dès le début de la guerre comme obsolète, la société Eisenwerk Weserhütte (de) de Bad Oeynhausen développe en 1935 un nouveau véhicule de reconnaissance, le Sd.Kfz. 221, aux capacités accrues, mais seulement armé d'une mitrailleuse MG 34 (Mise en service de ce dernier en 1937). En 1938 apparaît le Sd.Kfz. 222, dont le châssis est pourvu d'une tourelle armée d'un canon KwK 30 de 20 mm et d'une MG 34 coaxiale. Les Sd.Kfz 221 et 222 étant pourvues de moyen de communications à courte distance, l'Allemagne sortira en parallèle de l'arrivée du Sd.Kfz 222 le Sd.Kfz. 223. Ce dernier est doté d'une tourelle réduite armée d'une mitrailleuse, et d'une antenne cadre sur le dessus de l'engin. Son rôle était à l'aide d'un moyen de transmission plus longue portée, de relayer les informations données par les autres véhicules légers.

Puis apparaît le Sd.Kfz. 260, qui perd toute tourelle et tout armement, mais est doté d'un équipement radio renforcé avec antenne télescopique, destiné aux liaisons sol-air. Sur le même modèle et pour la même fonction apparaît ensuite le Sd.Kfz. 261, équipé d'un matériel de transmission plus performant, reconnaissable à une imposante antenne cadre sur le dessus de la superstructure.

La fabrication de ces véhicules fut dévolue à plusieurs entreprises, les châssis furent construits par la firme Auto Union à Zwickau, les engins étaient assemblés par les sociétés F. Schichau à Elbing et Maschinenfabrik Niedersachsen Hannover (de) à Hanovre.

Le châssis de base de ces véhicules était une conversion de celui de la voiture militaire Horch 801 de 1935, ancêtre de la Horch 901 de 1937.

Utilisé par les Aufklärungs-Abteilung (bataillons de reconnaissance) des Panzerdivision, ces véhicules opéraient sous forme de petit détachement en amont des divisions de panzer, ces détachements étaient composés principalement de Sd.kfz 221 et 222.

Ainsi l'armement présent surtout sur la variante 222, n'avait pas vocation d'affronter des cibles ou de participer à des offensives mais d'engager au mieux des cibles ennemies à la capacité de feu identique ou inférieure.

Les variantes 221, 222 et 223 opérèrent sur tous les théâtres d'opération de la Wehrmacht mais leurs incompatibilités avec les terrains escarpés comme ceux de la campagne de Russie, invita l'Allemagne à arrêter la production de ces dernières durant l'année 1943 avec comme objectif de les remplacer par des variantes plus polyvalentes sur les terrains accidentés type Sdkfz 231 (8-rad), ou bien encore la variante Sdkfz 234 ( Nommé "Puma").

Il est intéressant à souligner que cette volonté de remplacement des unités d'automitrailleuse existe dès 1939 avec la campagne de Pologne et invita notamment les ingénieurs allemands à concevoir un blindé de reconnaissance intitulé le Panzerkampfwagen II Ausführung L ("Luch") qui a eu une présence anecdotique sur le terrain en comparaison aux Leichter Panzerspähwagen avec seulement 104 exemplaires produits.

BlindageModifier

Des plaques de blindage en acier inclinées de 8 mm étaient placées à l’avant, le reste du véhicule était constitué de plaques de 5 mm. Des plaques de protection en fonte des orifices d’observation furent ajoutés par la suite. La tourelle sans toit recevait un filet métallique, la protégeant des jets de grenades.

VariantesModifier

 
SdKfz. 222 capturé et inspecté par des troupes britanniques en Afrique du Nord en 1941

SdKfz. 221Modifier

Modèle de base et première grande série. Armé d’une seule mitrailleuse MG 34 de 7,92 mm, équipage de 2 personnes et transmission intégrale. Le blindage original de 8 mm passa à 14,5 mm pour les dernières versions produites.

SdKfz. 222Modifier

Version équipée du canon mitrailleur 2-cm KwK 30 L/55 et d’une MG 34 coaxiale. L’équipage est de 3 hommes, certaines versions furent équipées du canon anti-char de 28 mm. Deux prototypes reçurent un canon de 50 mm à des fins de tests mais jamais commandés en grande série.

SdKfz. 223Modifier

Version emportant un équipement et une antenne radio longue portée, appelée antenne cadre, armement identique à la version 221 et produite en 500 exemplaires.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Magazine TNT (Trucks & Tanks) hors-série n° 7 "Véhicules de reconnaissance de l'Axe", d'avril-mai 2011.