Le Tour d'écrou

livre de Henry James

Le Tour d'écrou
Image illustrative de l’article Le Tour d'écrou
Première page de la première partie du récit parue dans le magazine Collier's Weekly en janvier 1898.
Publication
Auteur Henry James
Titre d'origine
The Turn of the Screw
Langue Anglais
Parution William Heinemann, Londres ;
The Macmillan Co., New York :
Intrigue
Genre Roman court fantastique,
histoires de fantômes
Lieux fictifs Manoir dans l'Essex, Angleterre
Personnages Prologue:
Le premier narrateur ;
Douglas, le second narrateur ;
Mrs Griffin, auditrice.

Récit :
Douglas, narrateur de la première histoire.

Oncle et tuteur des enfants ;
La nouvelle gouvernante ;
Miles, âgé de dix ans ;
Flora, petite sœur de Miles, âgée de huit ans ;
Mrs Grose, intendante ;
Miss Jessel, gouvernante décédée ;
Peter Quint, valet décédé

Le Tour d'écrou (The Turn of the Screw[1]) est un roman court fantastique (appartenant au sous-genre des histoires de fantômes) de l'écrivain américano-britannique[2] Henry James, parue initialement en feuilleton dans le magazine Collier's Weekly, du 27 janvier au 2 avril 1898. Mais le récit est autant une histoire de fantômes qu'une histoire de fantasmes. Le Tour d'écrou a été également popularisé dans le monde, après son adaptation en opéra par Benjamin Britten en 1954.

RésuméModifier

Le narrateur assiste à la lecture du journal d'une gouvernante. La jeune femme a été engagée par un riche célibataire pour veiller sur ses neveu et nièce, Flora et Miles. Orphelins, ceux-ci vivent dans une vaste propriété isolée à la campagne. Les deux enfants apparaissent extraordinairement charmants[3], mais leur comportement semble de plus en plus étrange à la jeune gouvernante. Elle se rend compte, peu à peu, d'effrayantes apparitions, dont celle d'un homme, un ancien serviteur, Peter Quint, qui entretenait une liaison avec la précédente gouvernante, miss Jessel. Les deux sont morts peu avant l'arrivée de la nouvelle gouvernante, mais ils semblent toujours exercer sur les enfants une attirance maléfique. La nouvelle gouvernante essaye de les en détourner.

PersonnagesModifier

  • Le premier narrateur introduit le lecteur dans le récit ; il fait partie des auditeurs qui écoutent l'histoire (de la gouvernante) racontée par Douglas ;
  • Douglas, le second narrateur, lit l'histoire provenant d'un manuscrit qu'il tient d'une femme morte depuis 20 ans, qui a été la gouvernante de sa sœur ;
  • Mr Griffin , première histoire
  • Mrs Griffin, une des auditrices.

Personnages du récitModifier

  • L'oncle de Miles et Flora, qui vit à Londres, est leur tuteur légal ; c'est lui qui engage la nouvelle gouvernante ;
  • La nouvelle gouvernante[4], personnage principal du récit ; c'est son manuscrit qui est lu par Douglas  ;
  • Miles, âgé de dix ans, renvoyé de son pensionnat pour une raison que la nouvelle gouvernante ignore ;
  • Flora, âgée de huit ans, petite sœur de Miles ;
  • Mrs Grose, « intendante » de la maison, s'occupe des enfants, avant l'arrivée de la nouvelle gouvernante ;
  • Miss Jessel, l'ancienne gouvernante, morte de façon inexpliquée ;
  • Peter Quint, valet employé à la propriété, mort lui aussi, a été l'amant de Miss Jessel.

AnalyseModifier

Considérée comme un remarquable exemple du genre, cette nouvelle fantastique fait osciller le lecteur entre une interprétation rationnelle et une interprétation surnaturelle des faits, en instaurant une tension au sein du réel, mais aussi en raison des ellipses et des non-dits distillés par l'auteur. En effet, « l'inquiétante étrangeté » du récit réside dans le fait que le lecteur ne sait jamais vraiment si les apparitions perçues par la gouvernante sont de « vrais » fantômes ou des hallucinations. De même qu'on ne saura jamais rien des agissements exacts de Quint et de Miss Jessel, les anciens serviteurs, avec les deux enfants, si ce n'est qu'aux yeux d'une certaine bienséance, Miles passait trop de temps avec Quint, un « vil domestique », selon les termes de Mrs Grose - ignorance suscitant chez le lecteur le sentiment d'une attente trompée[5]. Autre mystère : le lecteur ne connaîtra jamais la raison exacte du renvoi de Miles de son collège. Ces mystères et ce brouillage de la réalité ou de la « vérité » des rencontres occultes des enfants et des fantômes qui hantent la jeune institutrice apparaissent ainsi comme les « fils de cette tapisserie mentale[6] », métaphore du texte littéraire selon James : une tapisserie dont le dessin se constitue fil après fil, thème auquel il consacra une autre nouvelle en 1896, Le Motif dans le tapis. La virtuosité de James consiste ainsi à mettre en place « une redoutable stratégie narrative », en multipliant les pistes et fausses pistes, aiguisant l'imagination du lecteur, lui laissant le soin de combler les lacunes de la narration et d'élaborer sa propre interprétation. Dans son Art du roman, James définit Le Tour d'écrou comme « une excursion dans le chaos ».

La nouvelle, parfois considérée comme un court roman, fut saluée lors de sa parution, autant par la critique que par des auteurs tels Oscar Wilde[7] ou, par la suite, Jorge Luis Borges. Mais elle suscita aussi, à l'époque de sa publication, de nombreuses réactions indignées, l'imagination des lecteurs se laissant prendre au piège à fantasmes tendu par James ; comme en témoigne une critique dans le journal The Independent du 3 janvier 1899, évoquant « l'histoire la plus irrémédiablement dépravée que nous ayons jamais lue dans la littérature ancienne et moderne », une « étude de l'infernale débauche humaine[8] ». Elle a longtemps nourri la réflexion de commentateurs du genre, comme Tzvetan Todorov, et continue d'en nourrir d'autres encore aujourd'hui.

Traductions françaisesModifier

  • Le Tour d'écrou (suivi de Les Papiers d'Aspern), traduit par M. Le Corbeiller, préface de Edmond Jaloux, Paris, Stock, Delamain et Boutelleau, 1929 ; réédition de la nouvelle seule, Paris, Le Club du livre français, coll. « Romans » no 73, 1950 ; réédition (précédé de Les Papiers d'Aspern), Lausanne, Éditions Rencontre, coll. « Sommets du roman américain », 1964 ; réédition (précédé de Les Papiers d'Aspern), Paris, Éditions Stock, 1968 ; réédition de la nouvelle seule, Paris, Gérard, coll. « Bibliothèque Marabout. Fantastique » no 412, 1972 ; réédition de la nouvelle seule, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche. Biblio » no 3086, 1987 ; réédition dans Les Énigmes du cœurs (avec d'autres textes), Paris, Éditions Omnibus, 2013
  • Le Tour d'écrou, traduit par Denise Van Moppès, Paris, Éditions Seghers, coll. « Nouveaux horizons » no 79, 1970
  • Le Tour d'écrou, traduit par Monique Nemer, Paris, Éditions Stock, coll. « Le Cabinet cosmopolite », 1994 ; réédition de cette traduction dans une édition bilingue avec le titre original, Paris, Pocket no 3098, 1998 ; réédition, Le Livre de poche, coll. « Les Classiques de poche » no 32862, 2014
  • Le Tour d'écrou, traduit par Jean Pavans, Paris, EJL, coll. « Librio » no 200, 1997 ; réédition, Paris, Flammarion, coll. « Garnier-Flammarion bilingue » no 1034, 1999 ; Paris, Flammarion, coll. « Étonnants Classiques » no 236, 2006 ; réédition dans Nouvelles complètes, tome IV, Paris, Éditions de la Différence, 2009
  • Le Tour d'écrou, traduit par Christine Savinel, dans Nouvelles complètes, tome IV, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2011

AdaptationsModifier

MusiqueModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Bande dessinéeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Littéralement, le titre original se traduit par « le tour de vis », que l'on peut rapprocher de l'expression « to turn the screw » qui signifie « exercer une pression psychologique », référence à la tension perpétuelle qui agite les personnages et aux multiples événements qu'ils ont à affronter. Néanmoins, une des traductrices du récit en français, Monique Nemer estime que « les deux traductions (“tour d'écrou” ou “tour de vis”) seraient possibles » ; toutefois le choix de « tour d'écrou » « se justifie par l'heureuse assonance entre l'anglais et le français, mais aussi parce que “donner un tour de vis” a des connotations assez différentes, plus proches de la notion consciente d'autorité et de coercition que d'anxiété diffuse se resserrant sur ses victimes. », note in Le Tour d'écrou, Le Livre de poche, 2014, p. 20.
  2. Né américain et naturalisé britannique à la fin sa vie
  3. Le mot « charmant » (charming en anglais) est sans cesse répété dans le texte.
  4. À aucun moment du récit, la nouvelle gouvernante n'est nommée par son nom. Dans certaines adaptations du roman, elle est simplement prénommée Ann.
  5. « A deceived expectation », cité par Monique Nemer dans sa préface, Le Tour d'écrou, p. 9.
  6. Le Tour d'écrou, p. 104.
  7. Oscar Wilde disait que c'était « a venimous little tale », cité par Monique Nemer dans sa préface, Le Tour d'écrou, p. 7.
  8. Cité par Monique Nemer dans sa préface, p. 11.
  9. Marianne Peyronnet, « Kate Bush : le temps du rêve de Frédéric Delâge », sur wordpress.com, (consulté le 6 octobre 2017).
  10. Annick Duperray, The Reception of Henry James in Europe, p. 222.
  11. Fiche du téléfilm.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :