Le Solitaire (film, 1981)

film sorti en 1981
Le Solitaire
Titre québécois Le Solitaire
Titre original Thief
Réalisation Michael Mann
Scénario Michael Mann
Musique Tangerine Dream
Acteurs principaux
Sociétés de production Mann/Caan Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre film noir
Durée 122 minutes
Sortie 1981


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Solitaire (Thief) est un film américain écrit et réalisé par Michael Mann, sorti en 1981. Le scénario est une adaptation du roman noir The Home Invaders de Frank Hohimer.

SynopsisModifier

L'accrocheModifier

À Chicago, Frank, bandit de haut vol, pactise avec un caïd sans foi ni loi, dans l'espoir de réaliser son rêve, fonder une famille.

Résumé détailléModifier

Frank est un voleur de bijoux et un ancien détenu qui a une structure bien établie dans sa vie. Avec deux entreprises prospères à Chicago, un bar et un concessionnaire automobile, comme façade pour son entreprise criminelle, Frank entreprend de réaliser la partie manquante de sa vision de vie : fonder une famille avec Jessie, une caissière avec laquelle il a commencé à sortir. Après avoir dérobé un stock majeur de diamants, Frank les donne à son receleur, Joe Gags. Cependant, avant que Frank ne puisse récupérer sa part, Gags est assassiné pour avoir obtenu l'argent de la collecte. Barry, ami et associé de Frank qui devait récupérer l'argent, découvre qu'un dirigeant de la société de placage pour lequel Gags travaillait, Attaglia, est responsable du meurtre de Gags et du vol des gains de Frank. Lors d'une confrontation avec la société de placage d'Attaglia, Frank réclame son argent. Cela conduit à une réunion avec l'employeur d'Attaglia, Leo, une receleur de haut niveau et patron de l'Outfit de Chicago. À l'insu de Frank, Leo reçoit les marchandises de Frank de Gags depuis un certain temps. Il admire l'œil de Frank pour les biens volés de qualité ainsi que son professionnalisme, et veut qu'il travaille directement pour lui, lui offrant de gros profits. Leur rencontre est surveillée à distance par la surveillance policière. Au début, Frank est réticent, ne voulant pas l'exposition ou les complications supplémentaires. Mais plus tard dans la nuit, la conversation avec Jessie le fait changer d'avis lorsqu'elle accepte de faire partie de sa vie, après qu'il lui ait raconté une histoire de survie en prison au moyen d'une attitude mentale durcie. Frank accepte maintenant de faire un seul gros score pour Leo, disant à Barry que ce sera leur dernier travail. Après avoir essuyé un refus de l'agence d'adoption, Frank est en mesure d'acquérir un petit garçon sur le marché noir grâce à l'appui de Leo, qu'il nomme David en l'honneur de son défunt mentor, surnommé Okla.

Après avoir résisté à l'extorsion d'un groupe de policiers corrompus, puis abandonné leur surveillance, Frank et son équipage sont impliqués dans un braquage de diamants à grande échelle en Californie et organisé par Leo. Le casse se déroule bien, notamment grâce à la lance thermique utilisé qui a servi à découper le coffre-fort, et Frank attend la somme convenue de 830 000 $ pour les pierres non montées d'une valeur de gros de 4 millions de dollars. Mais quand Frank revient du travail, Leo lui donne moins de 100 000 $. C'est tout ce que Frank recevra en espèces selon Leo, qui dit avoir investi le reste de la réduction de Frank dans les centres commerciaux, une idée que Frank avait précédemment rejetée. De plus, Leo veut organiser un coup à Palm Beach pour Frank en six semaines sans l'avoir consulté. Frank dit à Leo que leur accord est terminé et prend l'argent en partant, exigeant le reste de son argent en 24 heures. Frank se rend à son garage, ignorant que les hommes de main de Leo ont déjà battu et capturé Barry et attendent en embuscade. Frank est assommé et Barry est tué par Carl, l'un des exécuteurs de Leo. Frank se réveille avec Leo le regardant, entouré de ses hommes de main. Leo l'informe que lui, Jessie, leur enfant et tout ce qu'il possède sont la propriété de Leo. Il menace la famille de Frank s'il ne continue pas à travailler pour lui. Leo avertit Frank de se concentrer sur ses responsabilités. Quand Frank rentre chez lui, il ordonne à une Jessie incompréhensible de s'en aller, lui disant que leur relation est terminé. Frank demande à un associé de la conduire, le bébé et 41 0000 $ en espèces dans un endroit où ils ne peuvent pas être trouvés, informant Jessie que plus d'argent arrivera à intervalles réguliers, mais qu'il ne la rejoindra pas.

N'ayant rien à perdre, Frank fait exploser leur maison en utilisant des charges explosives. Il se rend ensuite dans ses établissements commerciaux et fait de même. Armé d'un pistolet, il s'introduit tranquillement dans la maison de Leo dans un quartier paisible. Il assomme Attaglia, qui se trouvait dans la cuisine, avant de pourchasser Leo et de le tuer dans le salon de plusieurs balles. Frank poursuit ensuite Attaglia, qui a repris conscience, alors qu'il tente de s'échapper de la maison, mais est confronté dans la cour avant par Carl et un autre homme de main. Dans la fusillade qui s'ensuit, Frank se fait tirer dessus, mais parvient à tuer le trio. Frank desserre un gilet pare-balles qu'il portait sous sa veste et quitte les lieux à pied en pleine nuit.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

En 1975, John Seybold, un voleur de bijoux de Chicago, a publié le livre The Home Invaders: The Confessions of a Cat Burglar sous le pseudonyme de Frank Hohimer. Le réalisateur Michael Mann, également de Chicago, voulait utiliser le livre comme base d'un film policier. Après son premier film tourné pour la télévision Comme un homme libre (1979), il a approché United Artists pour lui demander s'ils le soutiendraient financièrement dans son adaptation du livre. Le studio lui a donné la liberté artistique de filmer les mémoires de crime de Seybold et un budget de 8 millions de dollars[4],[5]. Parce que The Home Invaders se composait principalement de souvenirs et d'anecdotes, Mann a principalement utilisé le livre pour maîtriser la langue, le mode opératoire et l'environnement des gangsters[5]. Par exemple, le personnage principal du cambrioleur qui vole des bijoux à des femmes riches a été transformé en un voleur qui fait irruption dans des endroits où de grandes quantités de diamants sont collectées pour être distribuées. Parce que le livre se déroule dans les années 1950 et 1960, les techniques de cambriolage ont été adaptées aux années 1970 et 1980.

Le tournage de Comme un homme libre en partie dans la prison de Folsom a influencé l'écriture du Solitaire :

« Cela m'a probablement informé de ma capacité à imaginer à quoi ressemblait la vie de Frank, d'où il venait et à quoi ressemblaient ces 12 ou 13 ans de prison pour lui. L'idée de créer son personnage, c'était d'avoir quelqu'un qui était en dehors de la société . Un étranger qui a été éloigné de l'évolution de tout, de la technologie à la musique que les gens écoutent, à la façon dont vous parlez à une fille, à ce que vous voulez de votre vie et comment vous y prenez. Tout ce qui est du développement normal, que nous vivons, il a été exclu, par conception. Dans la conception du personnage et l'ingénierie du personnage, c'était l'idée »

— Michael Mann[6]

.

Le réalisateur a voulu dépeindre la vie d'un voleur de bijoux de manière aussi réaliste que possible et s'est donc plongé dans le milieu du crime de Chicago. Grâce à ses relations dans le cercle de la police, Mann est entré en contact avec de vrais voleurs et receleurs de bijoux, y compris WR "Bill" Brown et John Santucci[7]. De nombreux policiers et voleurs seraient plus tard également employés comme acteurs ou conseillers techniques. Dans sa quête de réalisme, Mann a incorporé autant d'informations réelles qu'il avait rassemblées au cours de ses recherches sur le scénario. Par exemple, Frank raconte dans le film qu'il a été menacé en prison par un gang brutal qui voulait le violer. Mann connaissait un détenu qui était arrivé à cela. Le ferrailleur qui équipe Frank du matériel de cambrioleur a été basé par Mann sur le modèle du grand-père d'un ami d'enfance[8].

Choix des acteursModifier

À la fin des années 1970, James Caan a été approché par le réalisateur avec le scénario du Solitaire. L'acteur a été impressionné à la fois par Comme un homme libre et le scénario de Mann, ce qui l'a amené à accepter de jouer le personnage principal[9]. Son frère, Ronnie Caan, est devenu par la suite l'un des producteurs du film. Caan a basé son personnage en grande partie sur le cambrioleur John Santucci, qui a également travaillé sur la production.

Le réalisateur demandera même à Caan de faire des recherches en tant que voleur pour son rôle :

« Je trouve toujours ça intéressant, des gens qui sont conscients, alertes, conscients de ce qu'ils font et sont plutôt bons dans ce domaine… Des gens qui veulent faire 50-60 heures par semaine et rentrer chez eux et qui ne sont pas vraiment conscients de la vie qui passe, ne m'intéresse pas vraiment beaucoup ... Dans le cadre du programme conçu pour qu'un acteur entre dans le personnage, j'essaie d'imaginer ce qui va vraiment aider à amener cet acteur plus pleinement dans son personnage. Et donc j'essaie d'imaginer quelles expériences vont rendre plus dimensionnelle sa prise de Frank, pour qu'il soit Frank spontanément quand je tourne. Donc, l'une des choses les plus évidentes est que ce serait plutôt bien si [James Caan] faisait aussi bien ce que Frank »

— Michael Mann[6]

.

Une grande partie de la distribution était remplie de policiers et de criminels de la vie réelle de Chicago, avec lesquels Mann collaborerait à plusieurs reprises tout au long de sa carrière. Il s'agit notamment de John Santucci, Chuck Adamson (en), WR "Bill" Brown, Sam Cirone et Dennis Farina. Farina, qui a été membre de la brigade de lutte contre le cambriolage de la police de Chicago de 1967 à 1985, a fait ses débuts d'acteur et est devenu un acteur bien connu dans les années suivantes. Outre Farina, James Belushi, qui avait fait une brève apparition non créditée dans Furie[10], William Petersen, John Kapelos et Robert Prosky font également leurs débuts au cinéma. Prosky, alors âgé de 50 ans au moment du tournage, était un acteur réputé de théâtre et de télévision[11].

TournageModifier

Le tournage, débuté en mars 1980[12], a eu lieu à divers endroits à Chicago et à Los Angeles[13]. Pour le travail de caméra, Mann a compté sur le directeur de la photographie Donald Thorin, qu'il a embauché après avoir vu un téléfilm auquel il avait collaboré[14].

L'aspect sombre et brillant du film a été obtenu grâce à un éclairage discret, de nombreuses scènes de nuit et des rues humides, qui reflètent mieux les néons et autres lampadaires. Un camion avec un réservoir d'eau d'environ 246 hectolitres (65 000 gallons) a été utilisé pour maintenir les rues constamment humides. La fibre optique a été utilisée pour filmer l'intérieur des voitures [14],[15].

Pour la scène d'ouverture du film, Caan a dû casser un vrai coffre-fort, d'une valeur de 10 000 $, avec une perceuse hydraulique[16],[17]. Une maison sur Catalpa Avenue, à Chicago a été utilisée pour la maison du personnage principal. La maison a été agrandie pour l'apogée du film avec une fausse façade qui pourrait être explosée. Cependant, l'explosion éventuelle était si grande qu'une partie de la vraie maison a également pris feu[18]. La maison a dû être démolie par la suite.

MusiqueModifier

La bande originale du film a été composée par le groupe allemand de musique électronique Tangerine Dream.

AccueilModifier

CritiqueModifier

Le Solitaire reçoit un accueil critique favorable, obtenant 95 % d'avis favorables sur le site Rotten Tomatoes, basé sur vingt commentaires collectés et une note moyenne de 7.610[19]. Le critique de cinéma Roger Ebert lui attribue la note de 3.54[20] en ajoutant « C'est un de ces films où vous sentez immédiatement le pouvoir : ce film connaît ses personnages, connaît son histoire et sait exactement ce qu'il veut nous dire à leur sujet[19],[n 3]. »

Lors de sa ressortie en salles en France, Le Solitaire rencontre un accueil critique positif, recueillant une note moyenne de 4.75 sur le site Allociné, basé sur six titres de presse[21].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis[22] 11 492 915 $
  France[23] 156 026 entrées

Le Solitaire connaît un succès commercial modeste à sa sortie[24], rapportant près de 11,5 millions de dollars en fin d'exploitation sur le territoire américain[22]. En France, le long-métrage, sorti en plein Festival de Cannes où il est sélectionné en compétition, démarre à la dixième place du box-office avec 45 767 entrées cumulées[n 4] lors de sa première semaine d'exploitation[25]. En deuxième semaine, le film chute de neuf places et totalise 29 379 entrées supplémentaires, portant le cumul à 75 146 entrées depuis sa sortie[26]. Le Solitaire passe sa troisième et dernière semaine dans le top 30 avec 17 511 entrées à cette période, portant le cumul à 92 657 entrées[27].

DistinctionsModifier

Le film a obtenu deux prix et six nominations : malgré les critiques positives de la presse et sa présence en compétition officielle au Festival de Cannes, Le Solitaire n'a pas échappé à des nominations peu flatteuses aux Razzie Awards et aux Stinkers Bad Movie Awards (en), récompensant le pire de la production cinématographique.

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  2. Le film était initialement interdit aux moins de 13 ans lors de sa sortie en salles, l'équivalent de l'interdit aux moins de 12 ans avant la réévaluation du palier de classification en 1990. La classification d'origine est utilisé pour la sortie en DVD et Blu-ray par l'éditeur Wild Side Videos.
  3. « It's one of those films where you feel the authority right away: This movie knows its characters, knows its story, and knows exactly how it wants to tell us about them. »
  4. Le cumul prend en compte les avant-premières et la première semaine en salles (45 646 entrées).

RéférencesModifier

  1. Siskel, Gene., « Movies: James Caan: Frustrated star talks tough about his career Tough talk from a frustrated star », Chicago Tribune,‎ , d2
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. « LE SOLITAIRE : Visas et Classification », sur CNC, (consulté le 13 février 2021).
  4. Existentialism and Social Engagement in the Films of Michael Mann, Vincent M. Gaine, Springer, 2011, p. 22.
  5. a et b Michael Mann: The Pocket Essential Guide, Mark Steensland, Summersdale Publishers LTD - ROW, 1 févr. 2002, p. 20.
  6. a et b Kevin Jagernauth, « Interview: Michael Mann Talks Making ‘Thief,’ The Importance Of Authenticity & What's Coming In His Next Film », sur Indiewire,
  7. F.X. Feeney, Paul Duncan, pp. 31–33.
  8. Michael Mann: The Pocket Essential Guide, Mark Steensland, Summersdale Publishers LTD - ROW, 1 févr. 2002, p. 22-23.
  9. (en) « "The Best Jewish Cowboy": An Interview with James Caan », sur Brightlightsfilm.com (consulté le 31 juillet 2008).
  10. Secrets de tournage - AlloCiné
  11. (en) Secrets de tournage du «Solitaire » sur l’Internet Movie Database
  12. « Thief (1981) : Locations », sur IMDb (consulté le 24 février 2021).
  13. (en) « Filming Locations of Chicago and Los Angeles », sur itsfilmedthere.com, (consulté le 13 février 2021).
  14. a et b (en) American Cinematographer, vol. 74, p. 23 ASC Holding Corporation, 1993
  15. (en) Films in Review: Thief, vol. 32, p. 295 National Board of Review of Motion Pictures, 1981
  16. (en) 10 Essential Michael Mann Films You Need To Watch Tasteofcinema.com, 8 août 2014
  17. (en) Violent Streets – a look into Michael Mann's incredible debut feature 'Thief' Thedatabase.au, 28 février 2017
  18. (en) Some sights and scenes to remember Chicago Tribune, 2 août 1985
  19. a et b (en) « Thief » - Rotten Tomatoes.
  20. (en) « Thief », sur Roger Ebert.suntimes.com (consulté le 24 septembre 2012).
  21. « Le Solitaire : Critiques Presse », sur AlloCiné (consulté le 5 février 2021).
  22. a et b « Thief », sur Box Office Mojo (consulté le 25 juillet 2014)
  23. « Le Solitaire (1981) », sur Jp Box-Office (consulté le 5 février 2021).
  24. Sven Mikulec, « ‘Thief’: How Michael Mann’s Cinema Debut Stole the World’s Attention », sur Cinephilia & Beyond (consulté le 6 février 2021).
  25. Fabrice BO, « BO France - 26 mai 1981 », sur Les Archives du Box-office, (consulté le 6 février 2021).
  26. Fabrice BO, « BO France - 2 juin 1981 », sur Les Archives du Box-office, (consulté le 6 février 2021).
  27. Fabrice BO, « BO France - 9 juin 1981 », sur Les Archives du Box-office, (consulté le 6 février 2021).
  28. (en) Distinctions - Internet Movie Database