Le Scorpion rouge

film de Joseph Zito sorti en 1988

Le Scorpion rouge (titre original ; Red Scorpion) est un film américano-sud-africain réalisé par Joseph Zito, tourné en Namibie et sorti en 1988.

SynopsisModifier

Nikolai Petrovitch Rachenko, un agent soviétique de Spetsnaz , est envoyé dans un pays africain où les forces soviétiques , tchécoslovaques et cubaines aident le gouvernement à combattre un mouvement anti-communiste rebelle. Il est chargé de la mission d'assassiner le chef rebelle. Afin d'infiltrer le mouvement rebelle et de se rapprocher de sa cible, il provoque des troubles dans le bar local et est arrêté pour conduite désordonnée. Il est placé dans la même cellule qu'un commandant de la résistance capturé et gagne sa confiance en facilitant la fuite. En arrivant finalement au camp des rebelles, il se heurte à la méfiance des rebelles. Pendant la nuit, il tente d'assassiner sa cible mais ne réussit pas quand les rebelles méfiants anticipent ses actions.

Disgracié et torturé par ses commandants pour avoir échoué à sa mission, il sort de la salle d'interrogatoire et s'échappe dans le désert, pour ensuite être retrouvé par des bushmen indigènes. Il apprend vite sur eux et leur culture, et après avoir reçu une cicatrice de brûlure cérémonielle sous la forme d'un scorpion (d'où le titre), il rejoint les rebelles et mène une attaque contre le camp soviétique après une attaque précédente sur les pacifiques Bushmen. Nikolai obtient un AO-63 de l'armurerie, confronte ses officiers corrompus et traque le général Vortek, qui tente de s'échapper dans un Hind Mil-24 pour être abattu après le décollage. Nikolai défait et tue Vortek, alors que les rebelles finissent par vaincre les forces soviétiques qui assistaient le gouvernement.

 
Dolph Lundgren
 
Carmen Argenziano

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Après avoir été privé du droit de tourner au Swaziland et d'avoir cherché d'autres lieux, le film a été tourné dans le Sud-Ouest africain (actuelle Namibie), alors gouverné par l'Afrique du Sud.

Warner Bros, qui a eu un contrat de ramassage négatif pour sortir la photo, s'est retiré pour la violation de leur contrat avec la production. Artists United Against Apartheid a ensuite condamné la production pour avoir rompu le boycott international contre l'Afrique du Sud. Le film aurait reçu l'aide du gouvernement sud-africain dans le cadre de ses efforts de propagande pour saper la sympathie internationale envers le Congrès national africain (voir International Freedom Foundation).

Avec tous les problèmes de délais et de productions, le film a dépassé le budget de 8 à 10 millions de dollars (environ le double du montant initial).

Le producteur Jack Abramoff a prétendu par la suite qu'il n'avait pas l'intention que le film contienne autant de violence et de blasphème, blâmant le réalisateur. Il a créé un « Comité pour les valeurs juives traditionnelles dans le divertissement » de courte durée afin de sortir des films plus conformes à ses valeurs, mais a abandonné le projet plus tard, estimant que ce serait irréalisable.

VersionModifier

Le Scorpion rouge a été projeté sur le marché du film MIFED en 1988 et est sorti en Corée du Sud fin décembre 1988, en Allemagne de l'Ouest et au Japon en janvier 1989, puis aux États-Unis le 21 avril 1989. Le film sort en salles dans le monde entier sauf au Royaume-Uni (où il est sorti en vidéo en janvier 1990).

Le film est sorti aux États-Unis en VHS et en Laserdisc en août 1989 chez Shapiro-Glickenhaus Entertainment Home Video. Le film est sorti en DVD Région 1 deux fois. Le premier DVD est sorti en 1998 chez Simitar et le deuxième DVD est sorti en 2002 chez 20th Century Fox. En 2005, Tango Entertainment a sorti une version UMD du film pour Sony PlayStation Portable. Les deux DVD sont maintenant épuisés.

Le film est sorti en éditions spéciales en Blu-ray au Royaume-Uni par Arrow Video le 6 février 2012 et aux États-Unis par Synapse Films le 12 juin 2012.

RéceptionModifier

Stephen Holden du New York Times a écrit que le physique de Lundgren est la véritable star du film, car il communique plus d'émotion que son jeu.

Le film est souvent ressenti comme un pure film d'action des années 80 bien qu'il soit un film de serie B. Il est comparable aux films de gros bras d'Hollywood qui dévastaient le box-office. Sylvester Stallone ("Rambo"), Arnold Schwarzenegger ("Commando") et Chuck Norris crevaient l'écran à cette même époque.

SequelModifier

Une suite, Le scorpion rouge 2 , est apparue en 1994, bien que l'histoire ne soit pas liée au premier épisode.

Liens externesModifier