Ouvrir le menu principal

Rhodanien
Image illustrative de l’article Le Rhodanien
SNCF CC 6572

Type Rapide (1964–1971)

Trans Europ Express (TEE) (1971–1978)

Pays Drapeau de la France France

Drapeau de la Suisse Suisse

Départ Genève Cornavin

Paris gare de Lyon

Terminus Marseille
Exploitant SNCF
Premier jour de circulation 31 mai 1964
Dernier jour de circulation 29 septembre 1978
Écartement 1435 mm
Électrification 1500 V continu

Le Rhodanien a été le nom de deux trains rapides de voyageurs qui ont circulé dans le sillon Rhodanien, nom donné à la vallée du Rhône.

Sommaire

HistoireModifier

Train de Genève à MarseilleModifier

Le premier train a été créé le 31 mai 1964, et a disparu le 25 mai 1971. Il a été remplacé par un train Intercités de Genève à Marseille.

Il circulait entre Genève-Cornavin et Marseille-Saint-Charles via Culoz, Chambéry - Challes-les-Eaux, Grenoble, Valence-Ville et Avignon-Centre, sous la forme d'un train rapide de première classe à supplément.

Il était assuré en traction diesel par des rames RGP X 2770 du dépôt de Marseille-Blancarde.

Il correspond aujourd'hui au service commercial TGV de Genève-Cornavin à Marseille-Saint-Charles qui emprunte la ligne de Lyon-Perrache à Genève (frontière) puis la ligne de Combs-la-Ville à Saint-Louis (LGV). Cependant, depuis le 22 février 2014, un TGV circulant seulement les weekends de la saison hivernale, effectue, à nouveau le parcours originel, entre Aix-les-Bains et Marseille, empruntant la Ligne du Sillon Alpin via Grenoble (itinéraire totalement électrifié), son origine et son terminus sont reportés à Annecy.

Train de Paris à MarseilleModifier

Le second train qui a porté ce nom a été créé le 25 mai 1971. Il correspondait à une relation Trans Europ Express entre Paris-Gare de Lyon et Marseille-Saint-Charles (TEE 16 & 17). Il a cessé de circuler le 29 septembre 1978.

Assuré en matériel grand confort type "Mistral", il effectuait le parcours de Paris à Marseille en h 35[1] et desservait Lyon-Perrache, Valence-Ville et Avignon-Centre.

Notes et référencesModifier

  1. Indicateur officiel de la SNCF, éditions Chaix, service d'été 1975, tableau 500.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier