Ouvrir le menu principal

Le Retournement

roman

Le Retournement
Auteur Vladimir Volkoff
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman d'espionnage
Éditeur Éditions Julliard /
Éditions L'Âge d'Homme
Date de parution 1979
Nombre de pages 360
ISBN 2-260-00167-X

Le Retournement est un roman d'espionnage de Vladimir Volkoff publié en 1979, ayant fait l'objet d'une coédition Julliard / L'Age d'Homme. Traduit en douze langues, il a rencontré un succès international.

RésuméModifier

L'action se situe à Paris, à la fin des années 1960. Le roman raconte une histoire d'espionnage où s'affrontent services de renseignement américains, français et soviétiques. Le narrateur, lieutenant, travaille aux Invalides dans un service technique spécialisé, le GEST. Parce qu'il a peur d'une mutation, il invente de toutes pièces une opération Couleuvrine, qu'il fait avaliser par un de ses supérieurs. Cette opération a pour objectif de retourner un agent soviétique, le major Igor Popov du Bureau T (sciences et techniques) du KGB, en utilisant sa faille principale, ou présumée telle : les femmes blondes et opulentes. Le lieutenant Volsky s'arrange pour faire se rencontrer Popov et une de ses relations correspondant à ces critères, mais il ne la contrôle pas si bien qu'il le pense. Elle amène le major dans une église orthodoxe.

Popov semble troublé au plus profond de lui-même. Le retournement pourrait avoir lieu, mais l'opération est annulée en urgence pour conserver la productivité d'un agent triple, qui constituait la véritable raison d'être du GEST. Popov est abattu le lendemain de sa révélation religieuse au sortir de la divine liturgie.

AnalyseModifier

Sous le terme de "retournement" se cachent une opération classique de l'espionnage en elle-même et deux autres caractéristiques qui la dépassent : la conversion religieuse (métanoïa), une nouvelle façon d'appréhender le monde et l'assimilation de l'agent secret à l'écrivain. Ainsi, le lecteur peut supposer que le major Popov meurt en état de grâce. Le narrateur-lieutenant tourne casaque et s'oriente vers la littérature : la construction d'un roman, souvent répété, s'apparente au montage d'une opération de renseignement avec des situations à fabriquer, une façon de prendre le point de vue de quelqu'un pour se demander comment il agirait à un instant précis.

Bien plus, comme Volkoff l'approfondira dans Le montage, espionnage, conversion et littérature ont en commun les thèmes de la création (divine ?) et de la créature (manipulée ?).

RécompensesModifier

Adaptation au théâtreModifier

Le chapitre du livre où Vladimir Volkoff met en scène la conversion inattendue du major du KGB lors d'une visite dans une église orthodoxe a donné lieu à une adaptation pour le théâtre par Robert Bourseiller. La pièce est créée en 1982 sous le titre "La conversion du major Igor Maksimovitch Popov du KGB" au Théâtre Marie Stuart à Paris (mise en scène de Nicolas Peskine, le major Popov : Boudjema Boutada, le pope : Marc Ayraud). Elle est reprise en 1993 au Nouveau théâtre Mouffetard sous le titre de "Retournements" (mise en scène de Maurice Chevit, le major Popov : Marie-Pierre de Gerando, le pope : Michel Orphelin)[1].

Notes et référencesModifier

  1. Lydwine Helly, Vladimir Volkoff : Les dossiers H,, L'Age d'Homme, (ISBN 2-82513630-1, ISSN 0339-4654, notice BnF no FRBNF41006622, lire en ligne), p. 177