Ouvrir le menu principal

Le Révolté (journal)

journal anarchiste
(Redirigé depuis Le Révolté (Journal))

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Révolté.

Le Révolté
Image illustrative de l’article Le Révolté (journal)

Pays Suisse
France
Langue Français
Périodicité Bimensuel
Hebdomadaire
Genre Presse écrite
Presse anarchiste
Prix au numéro 10 centimes
Diffusion 2000 ex. (1879-1887)
Fondateur Pierre Kropotkine
François Dumartheray
Georges Herzig
Date de fondation
Date du dernier numéro
Ville d’édition Genève (1879-1885)
Paris (1885-1887)

ISSN 0223-3541
Le Révolté, no 80 du 20 novembre 1882.

Le Révolté est un journal communiste libertaire fondé à Genève le par Pierre Kropotkine, François Dumartheray, Varlam Tcherkezichvili[1], Georges Herzig[2],[3], aidé par Élisée Reclus et Jean Grave qui prend la direction du journal à partir de 1883[n 1],[4],[5].

Le journal déménage à Paris en 1885 et change de nom pour devenir La Révolte, en 1887. Le titre disparait en 1894.

Sous ses différentes déclinaisons, il est considéré comme « le principal journal anarchiste français » pour la période concernée[6].

Sommaire

Éléments historiquesModifier

Première époque : Le Révolté (1879-1885)Modifier

En 1879, Pierre Kropotkine fonde, avec notamment, Élisée Reclus, François Dumartheray et Georges Herzig, le journal Le Révolté dont ils confient la direction, en 1883, à Jean Grave[n 2],[n 3],[n 4],[7].

Publié à Genève, le journal est d'abord sous-titré « organe socialiste »[8], puis « organe anarchiste » et enfin « organe communiste-anarchiste »[4].

Des contributeurs notoires interviennent dans les colonnes du journal, tels Paul Brousse ou Errico Malatesta.

Son premier tirage est de 1500 exemplaires et monte à 3000 dès la fin de 1883[4].

Deuxième époque : Le Révolté (1885-1887)Modifier

Le journal déménage à Paris le [9].

Sa parution est alors bimensuelle et ne deviendra hebdomadaire qu'à partir du .

Troisième époque : La Révolte (1887-1894)Modifier

 
La Révolte (vers 1892).

Condamné le pour avoir organisé une loterie non autorisée, le journal change de nom pour échapper à l'amende et devient, le , La Révolte[10],[11].

Pour l'historien Gaetano Manfredonia, il s'agit du « principal périodique libertaire des années 1880 »[n 5].

La Révolte publie un Supplément littéraire de 1887 à 1894[12].

Le titre disparait le [13].

Jean Grave poursuit son activité éditoriale avec Les Temps nouveaux, fondé en 1895[14].

Maisons d'éditionsModifier

En plus de la publications des journaux, pendant ces trois époques, ces titres ont publié plusieurs dizaines d'ouvrages sous les intitulés « Éditions du Révolté » (Genève puis Paris) et « Éditions de La Révolte » (Paris)[15].

Le Révolté - BruxellesModifier

 
Le Révolté, Bruxelles, 1908.

Sous le même titre est édité, à l'origine par le Groupe révolutionnaire de Bruxelles, de 1907 à 1914, un « Organe de propagande anarchiste paraissant au moins une fois par mois »[16].

De tendance individualiste libertaire, publication de la colonie libertaire L'Expérience, le journal accueille des textes de Raymond Callemin, Francisco Ferrer, Élisée Reclus, Victor Serge, Georges Thonar, Jean De Boë, etc.[17],[18],[19].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Jean Grave fut l'homme de confiance des intellectuels et des philosophes, groupés autour d'un journal qui eut successivement pour titre : Le Révolté, La Révolte, Les Temps Nouveaux. Les inspirateurs en furent Pierre Kropotkine et Elisée Reclus. » - Jean Maitron, Jean Grave 1854-1939, Revue d'histoire économique et sociale, Vol. 28, n°1, 1950, p. 107, [lire en ligne].
  2. « Lié d'amitié avec Élisée Reclus, il fonde avec lui le journal Le Révolté (qui devient peu après La Révolte), dont ils confient la direction à l'anarchiste Jean Grave », Paul Claudel, Pierre Kropotkine, Encyclopédie Universalis, [lire en ligne].
  3. « Sur la demande d'Élisée Reclus, il se rend à Genève pour prendre en main la direction du journal Le Révolté : il a dès lors trouvé sa vocation », Paul Claudel, Jean Grave, Encyclopédie Universalis, [lire en ligne].
  4. « Depuis 1883, il s'occupait à la demande d'Élisée Reclus, du journal Le Révolté qu'il avait réussi à maintenir en dépit d'innombrables difficultés financières et judiciaires. » - Thierry Lévy, Plutôt la mort que l’injustice : Au temps des procès anarchistes, Odile Jacob, , 288 p. (lire en ligne).
  5. « Jean Grave, le rédacteur de La Révolte (ex-Le Révolté), le principal périodique libertaire des années 1880. », Gaetano Manfredonia, L'anarchisme, dans Histoire des gauches en France, Volume 1, Paris, La Découverte, « Poche/Sciences humaines et sociales », 2005, lire en ligne.

RéférencesModifier

  1. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron », 2014 : Warlaam Tcherkesoff.
  2. Dictionnaire international des militants anarchistes : RICARD, Jean-Baptiste, Jules, notice biographique.
  3. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : HERZIG Georges, Henri [dit Sergy] .
  4. a b et c René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, Le Révolté, organe socialiste (puis) organe anarchiste (puis) organe communiste-anarchiste.
  5. Alain Pessin et Patrice Terrone, Littérature et anarchie, Presses universitaires du Mirail, coll. « Cribles », , 543 p. (ISBN 9782858163083, lire en ligne), p. 141.
  6. Georges Weill, Grave (Jean), Le mouvement libertaire sous la 3e République, 1930, Revue d'histoire moderne, tome 5, n°27, 1930. p. 227.
  7. L'Éphéméride anarchiste : Le Révolté.
  8. Institut international d'histoire sociale (Amsterdam) : Le révolté : organe socialiste.
  9. René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, Le Révolté, organe communiste anarchiste.
  10. René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, La Révolte, organe communiste-anarchiste.
  11. L'Éphéméride anarchiste : La Révolte.
  12. La Révolte, Supplément littéraire, (notice BnF no FRBNF34359893), (ISSN 0223-3576), (OCLC 473316424).
  13. Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, Gallimard, coll. « Tel », 1992 (ISBN 2070724980)
  14. René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, Les Temps nouveaux.
  15. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : Éditions du Révolté (Genève puis Paris) / Éditions de La Révolte (Paris).
  16. Institut international d'histoire sociale (Amsterdam) : Le révolté : organe de propagande anarchiste.
  17. L'Éphéméride anarchiste : Le Révolté.
  18. Pierre Pascal, Mon journal de Russie, tome 2, En communisme, Éditions L'Âge d'Homme, 1977, page 105.
  19. Anne Steiner, Les en-dehors : anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle époque, Montreuil, l'Échappée, 2008, (ISBN 978-2-915830-13-2), lire en ligne

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

Le Révolté (1879-1885)
Le Révolté (1885-1887)
La Révolte (1887-1894)

Sources primairesModifier

Le Révolté (1879-1885)

Articles connexesModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Le Révolté.

Liens externesModifier

Le Révolté (1879-1887)
La Révolte (1887-1894)