Ouvrir le menu principal

Le Prénom (film)

film d'Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, sorti en 2012
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film. Pour la pièce de théâtre dont il est tiré, voir Le Prénom.
Le Prénom
Description de cette image, également commentée ci-après

Réalisation Alexandre de La Patellière
Matthieu Delaporte
Scénario Alexandre de La Patellière
Matthieu Delaporte
Acteurs principaux
Sociétés de production Chapter 2
Pathé Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Comédie
Durée 109 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Prénom est un film franco-belge d'Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, adapté de leur pièce éponyme et sorti en 2012.

Ayant totalisé 3 347 000 entrées au cinéma[1], il est devenu le troisième film français le plus rentable de 2012[2]. Il a également été nommé à cinq reprises aux Césars, remportant ceux du meilleur acteur et de la meilleure actrice dans des seconds rôles, pour Guillaume de Tonquédec et Valérie Benguigui.

Au cours d'une soirée, lors d'un dîner familial, l'un des convives annonce que son épouse et lui vont appeler « Adolphe » leur fils à naître. Cette déclaration provoque d'intenses débats sur les prénoms susceptibles d'être donnés ou non à des enfants. De fil en aiguille, les ressentiments et non-dits cachés vont être révélés et des règlements de compte vont avoir lieu.

RésuméModifier

Élisabeth Garraud-Larchet surnommée « Babou » est professeur de français au collège Paul-Valéry de Vincennes[3] et syndiquée au FSU. Son époux est Pierre Garraud, professeur de littérature à la Sorbonne. Ils sont parents de deux enfants : Apollin (quatre ans) et Myrtille (douze ans). Élisabeth et Pierre ont invité à dîner trois personnes de leur entourage. Il s'agit du frère d’Élisabeth, Vincent Larchet, qui est agent immobilier, l'épouse de celui-ci prénommée Anna et Claude Gatignol (ami d’enfance du frère et de la sœur), qui est premier trombone à l’Orchestre philharmonique de Radio France.

Élisabeth se démène pour le repas et cherche à ce que tout soit parfait. Parmi les personnes présentes, nul ne l'aide pourtant et plusieurs fois, elle demande d'être attendue pour assister aux échanges.

Alors qu'Anna est en retard en raison de son activité professionnelle, Vincent est invité par sa sœur et ses deux amis à donner des nouvelles de l'examen prénatal qu’Anna, enceinte de cinq moins, a subi en vue de la naissance de leur fils. Vincent présente l'examen échographique. Après s'être amusé à faire énumérer des prénoms commençant par la lettre A, Vincent annonce tout enjoué qu’Adolphe sera le prénom qui sera donné à l'enfant à naître (cela en référence au roman éponyme de Benjamin Constant).

Une violente dispute éclate alors, car le futur père se joue de la colère qui prend aux tripes ceux qui lui font face. Pierre n’admet pas que son futur neveu puisse porter le même prénom qu'Hitler, qu'importe l'orthographe du prénom.

En réalité, il s'agit d'une blague car Vincent et Anna veulent appeler leur fils Henri, comme le père décédé de Vincent et d'Élisabeth, mais cela n'est compris que de l'ami d'enfance, plus tard. Celui-ci lit par hasard, dans la bibliothèque du salon, la couverture d'un livre où le prénom Adolphe est apparent et comprend le coup monté. Pierre et Élisabeth ne le savent pas encore car le futur père demande à son ami de se taire.

Les quatre adultes débutent le repas sans attendre Anna et restent silencieux jusqu'à son arrivée. Lorsque la future maman prend place parmi les convives, elle ne comprend pas le brusque sentiment de rejet qui entoure le prénom de son futur enfant : elle présume avec logique que son époux leur a indiqué le bon. La controverse s'envenime tout de suite car le futur père a trop laissé les choses s'envenimer en amont pour que la colère présente entre les participants soit laissée sous silence. Cela donne bientôt l'occasion aux vieilles rancunes de resurgir et aux secrets enfouis de se dévoiler :

  • les défauts de Vincent (égoïste, égocentrique, vaniteux, méprisant) et la mimique involontaire qu'il fait lorsqu'il se moque de quelqu'un ;
  • les défauts de Pierre (radin, snob, hautain, « bobo ») ; les prénoms donnés aux enfants d'Élisabeth et de Pierre qui sont fort peu usuels;
  • le surnom de Claude, « la Prune », qui lui est secrètement donné par ses amis en raison de son aspect efféminé ;
  • Anna toujours en retard aux repas ;
  • le « couple parfait » des deux profs Pierre et Élisabeth en pleine crise : pannes de sexualité de l'un, perte de désir et embonpoint de l'autre ;

Claude se défend d'être efféminé et a fortiori d'être homosexuel. Il révèle alors qu'il fréquente une femme depuis un certain temps. Ayant le sentiment d'en avoir trop dit, il se tait brutalement. C'est alors qu’Élisabeth, Pierre et Vincent cherchent à en savoir plus. Vincent lui ordonne de révéler le nom de la personne en question, qu'Anna semble d'ailleurs connaître elle aussi. Elle incite Claude à révéler son secret. Tous commencent à croire que Claude se trouve sur le point d'annoncer qu'il a une liaison avec la future maman, ce qui est présenté par une série de visions de la liaison supposée entre eux deux.

Claude, au dernier moment, avoue en fait avoir une liaison avec Françoise, la mère d'Élisabeth et de Vincent. La situation lui permet de crever l’abcès et Claude se lance dans le récit de la naissance de sa passion et de son amour, tandis que ses amis restent stupéfaits et interloqués.

Par la suite, Vincent, hors de lui, le frappe violemment au visage et Claude chute lourdement sur une table basse où se trouvaient les desserts.

Alors que chacun commence à relativement se calmer, Françoise téléphone à l'improviste. Sa fille vide son sac à son tour et règle ses propres comptes avec tous les convives car elle porte elle aussi une part de secret et de souffrance : sœur au service d'un frère adulé enfant à qui tous les caprices étaient pardonnés, épouse auto-sacrifiée à la réussite de son mari hypocrite et oublieux et mère de famille dévouée à ses enfants dont le père ne s'occupe jamais non plus, le fait que nul la remercie pour le repas, hormis Anna. S'y rajoute la déception de ne pas avoir été la confidente de Claude ni son égérie et la découverte impromptue de la liaison secrète de sa mère. Le tout a déclenché la profonde colère qu'elle gardait en elle et qu'elle est la dernière à prononcer. Exténuée, elle part se coucher, laissant à son époux la responsabilité de la vaisselle à venir et des enfants.

Anna est excédée par l'attitude désinvolte de Vincent qui continue son auto-apitoiement « Mais enfin ce n'était qu'une blague ! ». Elle s'en va avec la voiture du couple pour raccompagner Claude chez Françoise. Elle précise très nettement à son mari que celui-ci a tout intérêt d'arrêter son comportement puéril s'il ne veut pas se retrouver divorcé. On perçoit qu'elle a pris de l'ascendant sur son compagnon, qui joute encore à fleuret moucheté avec Pierre alors que celui-ci ne joue plus le jeu.

Les deux hommes finissent la soirée avec le mauvais rosé apporté par Claude et dormiront tous deux dans le salon, sans leur femme, « entre coqs », dépités tout de même du désastre qu'ils ont déclenché.

Quatre mois après, l'enfant de Vincent et d'Anna naît enfin, mais à leur grand étonnement, c'est une fille. Les parents choisissent de l'appeler Françoise, prénom de la mère de Vincent et d'Élisabeth (gag et clin d’œil à leur décision initiale d'appeler leur enfant Henri ; du prénom du grand-père, on passe au prénom de la grand-mère) et l'annoncent à Claude, accompagné de Françoise, Babou et Pierre, présents à la clinique et heureux de l'événement.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

AccueilModifier

Réception critiqueModifier

Lors de sa sortie, Le Prénom rencontre un accueil critique favorable : le site Allociné lui attribue une moyenne de 3,25 (64 %), basé sur dix-neuf commentaires collectés[6]. Dans les pays anglophones, 75 % des douze commentaires collectés par le site Rotten Tomatoes sont positifs, pour une moyenne de 5,310[7](53 %), tandis qu'il obtient un score de 66100 (66 %) sur le site Metacritic, pour 6 commentaires[8].

Box-officeModifier

Distribué en France dans 457 salles la semaine de sa sortie, Le Prénom démarre à la seconde place du box-office avec 1 086 313 entrées, se positionnant derrière The Avengers au classement des meilleures entrées de la semaine[13]. La semaine suivante, le film est distribué dans 42 salles supplémentaires et totalise 701 507 entrées, portant le cumul à 1 787 820 entrées. Toutefois, il chute à la troisième place, la seconde étant occupé par American Pie 4, sorti durant cette deuxième semaine d'exploitation du Prénom[14]. Pour sa troisième semaine de présence à l'affiche, Le Prénom garde sa troisième position et gagne 115 salles supplémentaires par rapport à la semaine précédente, tout en totalisant 333 516 entrées, permettant ainsi d'atteindre le seuil des 2 millions d'entrées[15]. Il atteint le seuil maximal de salles en quatrième semaine (705 salles) et reste en quatrième place durant deux semaines consécutives (quatrième et cinquième), portant le cumul à 2 773 694 entrées[16]. Le Prénom franchit le cap des 3 millions d'entrées lors de sa septième semaine en salles[16]. Finalement, après être resté vingt semaines dans les salles françaises, Le Prénom finit avec 3 347 000 entrées.

Distribué aux États-Unis dans 12 salles sous le titre What's In a Name?, Le Prénom totalise 8 111 $ en douze semaines[10]. Les recettes mondiales atteignent près de 29 540 000 $[12].

Diffusion télévisionModifier

Le film est diffusé le 30 novembre 2014 sur TF1[17]. Il réunit 7,717 millions de téléspectateurs, soit une part de marché de 29,8%[18].

DistinctionsModifier

Autour du filmModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici. Au début du film, en voix off, Vincent Larchet évoque deux chansons françaises :

Dans la première partie du film, Valérie Benguigui chante à tue-tête Vanina de Dave.

Le film a été adapté en Italie, sous le titre Il nome del figlio réalisé par Francesca Archibugi avec Alessandro Gassman, Micaela Ramazzotti, Valeria Golino, Luigi Lo Cascio et Rocco Papaleo. Dans cette adaptation, le nom envisagé pour le bébé n'est plus « Adolphe » mais « Benito », pour Benito Mussolini.

Bernard Murat qui joue l'obstétricien dans le film, est le metteur en scène de la pièce de théâtre.

Le film a aussi été adapté en allemand, sous le titre Der Vorname (de). Réalisé par Sönke Wortmann et notamment avec Florian David Fitz, Janina Uhse et Caroline Peters, il sort en octobre 2018 en Allemagne.

Notes et référencesModifier

  1. [1]
  2. a et b Les 10 films les plus rentables du cinéma français en 2012 sur Allociné, publié le , Laëtitia Forhan avec BFM Business et CBO Box-office.
  3. Dans la réalité, le lycée Paul-Valéry où sont tournées quelques scènes se situe dans le 12e arrondissement de Paris.
  4. Alexandre de La Patellière, Matthieu Delaporte, Charles Berling et Guillaume de Tonquédec, What's in a Name?, (lire en ligne)
  5. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  6. « Le Prénom : Critique presse », sur AlloCiné (consulté le 27 mai 2014)
  7. (en) « What's in a Name? (2013) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 27 mai 2014).
  8. (en) « What's in a Name? Reviews », sur Metacritic (consulté le 27 mai 2014).
  9. « Le Prénom », sur JP's Box Office (consulté le 10 août 2014)
  10. a b et c (en) « What's in a Name? », sur Box Office Mojo (consulté le 27 mai 2014)
  11. « LE PRÉNOM (2012) - Box-office » (consulté le 18 avril 2017)
  12. a et b (en) « Le Prénom », sur Box Office Mojo (consulté le 27 mai 2014)
  13. « Box-office français de la semaine du 25 avril 2012 », sur JP Box-Office (consulté le 28 septembre 2013).
  14. « Box-office français de la semaine du 2 mai 2012 », sur JP Box-Office (consulté le 28 septembre 2013).
  15. « Box-office français de la semaine du 9 mai 2012 », sur JP Box-Office (consulté le 28 septembre 2013).
  16. a et b « Le Prénom », sur JP Box-Office (consulté le 28 septembre 2013).
  17. Anaëlle Grondin, « Audiences TV: 7,7 millions de téléspectateurs et 25.325 tweets pour «Le prénom», diffusé sur TF1 », sur 20minutes.fr, (consulté le 2 février 2019).
  18. Émilie Geffray, « Audiences : Le Prénom pulvérise De rouille et d'os », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le 2 février 2019).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

  • Il nome del figlio (traduction littérale : « Le prénom du fils ») film italien inspiré du même sujet réalisé par Francesca Archibugi sorti en 2015.
  • « Art », pièce de théâtre de Yasmina Reza évoquant le délitement de l’amitié de trois hommes après l'achat par l'un d'eux d'un tableau entièrement blanc.

Liens externesModifier