Ouvrir le menu principal

Le Pont-Chrétien-Chabenet

commune française du département de l'Indre
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont (toponyme).

Le Pont-Chrétien-Chabenet
Le Pont-Chrétien-Chabenet
La mairie au château du Petit Broutet en 2009.
Blason de Le Pont-Chrétien-Chabenet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement Châteauroux
Canton Argenton-sur-Creuse
Intercommunalité Communauté de communes Éguzon - Argenton - Vallée de la Creuse
Maire
Mandat
Pierre Fomproix
2014-2020
Code postal 36800
Code commune 36161
Démographie
Gentilé Pontacabanois
Population
municipale
922 hab. (2016 en diminution de 1,07 % par rapport à 2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 51″ nord, 1° 28′ 53″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 178 m
Superficie 9,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Le Pont-Chrétien-Chabenet

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Le Pont-Chrétien-Chabenet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Pont-Chrétien-Chabenet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Pont-Chrétien-Chabenet
Liens
Site web lepontchretienchabenet.fr

Le Pont-Chrétien-Chabenet est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans le sud[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Sud. Elle est formée de deux villages : Le Pont-Chrétien et Chabenet.

Les communes limitrophes[1] sont : Chasseneuil (2 km), Thenay (4 km), Saint-Marcel (4 km) et Tendu (6 km).

Les communes chefs-lieux[1] et préfectorales sont : Argenton-sur-Creuse (6 km), Châteauroux (26 km), Le Blanc (32 km), La Châtre (39 km) et Issoudun (52 km).

Localisation de la commune du Pont-Chrétien-Chabenet

Hameaux et lieux-ditsModifier

Les hameaux et lieux-dits de la commune sont : les Petites Roches, les Grandes Roches, la Reverderie, les Lutons, le Lac, Bel-Air et la Baronne[2].

Géologie et hydrographieModifier

Le Pont-Chrétien-Chabenet dispose d'une cavité souterraine naturelle nommé « Gouffre aux Rhinolophes ».

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Le territoire communal est arrosé par les rivières Creuse[2] et Bouzanne[2]. Le confluent de ces deux cours d'eau est sur le territoire de la commune.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ClimatModifier

Normales et records pour la période 1981-2010 à la station météorologique de Châteauroux - Déols
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 1,3 3,5 5,3 9,2 12,4 14,4 14,3 11,2 8,5 4,1 1,8 7,3
Température moyenne (°C) 4,2 4,9 8 10,4 14,4 17,8 20,2 20 16,6 12,8 7,5 4,7 11,8
Température maximale moyenne (°C) 7,1 8,6 12,6 15,5 19,6 23,1 26 25,6 21,9 17,1 11 7,6 16,3
Record de froid (°C)
date du record
−22,8
16-01-1985
−22,8
14-02-1929
−10,8
01-03-2005
−4,2
07-04-1929
−1,4
11-05-1928
1,2
01-06-1936
4
10-07-1948
4,5
06-08-1967
0
30-09-1936
−5,2
30-10-1997
−8,7
24-11-1998
−17
10-12-1967
−22,8
16-01-1985
Température maximale la plus basse (°C)
date du record
−14,9
16-01-1985
−10,8
02-03-1956
−1,9
05-04-1971
1,5
06-04-1911
6,9
04-05-1977
11,1
09-06-1956
12,8
19-07-1966
13,9
31-08-2007
9,5
29-09-1919
2,8
27-10-1931
−2,9
22-11-1993
−10,2
20-12-1938
−14,9
16-01-1985
Température minimale la plus haute (°C)
date du record
12
02-01-1916
12,1
27-02-1960
14,9
11-03-1981
14,5
28-04-1913
18
12-05-1912
22,3
28-06-2005
23
21-07-1995
23,3
06-08-2018
20,5
05-09-2017
18,9
01-10-2001
15,1
07-11-1954
13,4
04-12-1961
23,3
06-08-2018
Record de chaleur (°C)
date du record
18,5
05-01-1999
24
27-02-2019
28
25-03-1955
31,5
22-04-1893
34,5
29-05-1944
37,7
26-06-1947
40,2
28-07-1947
40,5
02-08-1906
38
01-09-1906
30,3
07-10-2009
24,5
02-11-1899
20,5
16-12-1989
40,5
02-08-1906
Ensoleillement (h) 72,1 91,9 155,6 178,5 208,6 210,4 231,7 235,5 189,5 128,3 79,6 59 1 840,7
ETp Penman (mm) 13,8 23,2 56,1 82,1 112,9 132,8 147,8 131,5 79,5 41,3 15,9 10,2 847,1
Record de vent (km/h)
date du record
105,4
NC
132,1
23-02-2009
126
NC
104,4
NC
94,5
NC
109,8
13-06-2002
104,4
NC
115,2
NC
104,4
NC
97,2
NC
100,8
NC
126
NC
132,1
NC
Record de la pression la plus basse (hPa)
date du record
973,1
NC
965
NC
983,7
NC
981,8
NC
989,6
NC
991,6
NC
978,2
NC
996,9
NC
989,9
NC
980,1
NC
973
NC
967,9
NC
965
NC
Record de la pression la plus haute (hPa)
date du record
1 045,1
NC
1 043,4
NC
1 046,7
NC
1 035,7
NC
1 033,5
NC
1 047,5
NC
1 030,6
NC
1 030,6
NC
1 034,9
NC
1 035,6
NC
1 040,2
NC
1 045,6
NC
1 047,5
NC
Précipitations (mm) 59,2 48,8 52,1 65,8 73,3 54,9 56,6 56,1 64,3 73,8 64,9 67,3 737,1
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
48,7
20-01-1910
29,7
05-02-1955
32,4
29-03-1978
42,6
18-04-1964
54,1
12-05-1910
67,6
04-06-2002
60,4
08-07-1919
66,1
29-08-1945
58,6
17-09-1975
43
29-10-1981
35,2
05-11-1962
51,6
24-12-1995
67,6
04-06-2002
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 1 mm 4,9 5,3 5 5,8 6,2 7,5 7,4 7,2 8,3 6,4 5,7 5,9 6,3
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
7,1
1,3
59,2
 
 
 
8,6
1,3
48,8
 
 
 
12,6
3,5
52,1
 
 
 
15,5
5,3
65,8
 
 
 
19,6
9,2
73,3
 
 
 
23,1
12,4
54,9
 
 
 
26
14,4
56,6
 
 
 
25,6
14,3
56,1
 
 
 
21,9
11,2
64,3
 
 
 
17,1
8,5
73,8
 
 
 
11
4,1
64,9
 
 
 
7,6
1,8
67,3
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm
Article détaillé : Climat de l'Indre.

Voies de communication et transportsModifier

Le territoire communal est desservi par les routes départementales : 1, 100 et 927[4].

La ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon passe par le territoire communal, une gare[4] (peu desservie) dessert la commune. L'autre gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Argenton-sur-Creuse[4], à 5 km, sur cette ligne.

Le Pont-Chrétien-Chabenet est desservie par la ligne N du Réseau de mobilité interurbaine[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 34 km.

Le territoire communal est traversé par la voie verte des Vallées[2]. Tous les départs des sentiers de randonnées locaux sont « Place de Verdun » au Pont-Chrétien où un plan décrit les parcours proposés aux randonneurs. Parmi eux il y en a le long de la Bouzanne.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

UrbanismeModifier

LogementModifier

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[6] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 571
Résidences principales 77,2 %
Résidences secondaires 13,3 %
Logements vacants 9,5 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 64,2 %

ToponymieModifier

Le le conseil municipal délibérait, en voici le compte-rendu : Des recherches faites par la municipalité, et notamment par M.Montès, auprès de Mlle Enjobras, bibliothécaire municipale de Châteauroux et de M.Duplay spécialiste des noms des localités de la région, et de M. l'archiviste en chef du département de l'Indre, il résulte que le terme de Pontcabanois conseillé par ces personnalités puisse être adopté. Après en avoir délibéré le conseil municipal décide que le nom officiel des habitants de la commune sera désormais Pontcabanois.

Ses habitants sont appelés les Pontcabanois[7].

HistoireModifier

Toutes les époques sont représentées sur le territoire de la commune avec le Paléolithique[8] (12 000 ans) avec une station de taille micro-burins[9] découverte en 1966 au confluent de la Bouzanne et de la Creuse a été découverte. À l'époque gallo-romaine au IIIe siècle, elle est traversée par trois voies romaines[10] importantes, celle de Poitiers à Lyon au Pont d’en haut - moulin d’Entraigues, le Cluzeau, celle allant d'Orléans à Clermont-Ferrand à côté de l’église, et celle d'Auxerre à Bordeaux au Pont de Mont.

Au Moyen Âge, Éléonore d'Aquitaine, répudiée par Louis VII, se marie à Henri Plantagenêt (1137) et devient reine d’Angleterre. La Bouzanne devient frontière et 14 châteaux s’édifieront sur ses rives. À la Renaissance la gabelle (impôt sur le sel) partage la France en deux, la Creuse en est une des frontières.

Rattachée à la commune de Saint-Marcel de 1790 à 1912[11], elle n’est commune que depuis cette date. Son premier maire fut Thomas Baronnet ; elle regroupe deux villages Chabenet et Le Pont-Chrétien.

La commune fut aussi rattaché du au à la communauté de communes du pays d'Argenton-sur-Creuse.

Politique et administrationModifier

La commune dépend de l'arrondissement de Châteauroux, du canton d'Argenton-sur-Creuse, de la deuxième circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Éguzon - Argenton - Vallée de la Creuse[12].

Elle dispose d'une agence postale communale[13].

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 mai 1953 Raoul Lasnier ? ?
mai 1953 1954 Leon Lamort ? ?
mars 1959 1960 Louis Gaultier ? ?
1960 mars 2001 Raymond Lamort ? ?
mars 2001[14] mars 2008 Pierre Fomproix ? ?
mars 2008[15] mars 2014 Yves Jaquet ? Retraité
mars 2014[16] En cours Pierre Fomproix DVG[17] Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1921. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2016, la commune comptait 922 habitants[Note 1], en diminution de 1,07 % par rapport à 2011 (Indre : -2,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
703757687655703669669814813
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016 -
902879880932939946924922-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

La commune dépend de la circonscription académique de La Châtre.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Chaque année, la « foire du Pont » a lieu le 5 novembre et dont l'origine remonterait au XIIIe siècle. Chaumeau, dans l'histoire du Berry de 1566, la cite comme l'une des cinq foires de la seigneurie d'Argenton.

Équipement culturelModifier

SantéModifier

SportsModifier

MédiasModifier

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, L'Écho du Berry, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

CultesModifier

ÉconomieModifier

La commune se situe dans la zone d’emploi de Châteauroux et dans le bassin de vie d’Argenton-sur-Creuse[12].

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[24].

La ZAC des Plantes est située entre le bourg du Pont-Chrétien et le bourg de Chabenet, le long de la RD 927. Sept établissements sont recensés sur le site. La commune compte cinq exploitations. Quatre sièges d'exploitation sont recensés par le RCA en 2000 (exploitations professionnelles de 100 har et plus). La superficie agricole utilisée est de 414 har, soit 44 % du territoire de la commune. Les terres agricoles sont constituées majoritairement de terres labourables. Parmi les commerces et artisans situés essentiellement le long de la rue nationale sont recensés : une imprimerie, un électricien, un maçon, un coiffeur, un boulanger, une épicerie, une menuiserie et un vannier.

Un camping est présent dans la commune. Il s'agit du camping municipal des Rives de la Bouzanne qui dispose de 50 emplacements[25].

Culture locale et patrimoineModifier

PatrimoineModifier

Château de ChabenetModifier

Le château (inscrit MH en 1927)[26] est relativement récent car construit sous Louis XI par Josselin Du Bois seigneur de Montmorillon durant la deuxième partie du XVe siècle. Il est terminé en 1471 date à laquelle des fossés larges de 8 toises (15,50 m car1 toise = 1,949 m) sont creusés par une entreprise de Saint-Gaultier. Formidable ouvrage il comprenait 14 tours et un donjon. En 1544 le petit-fils de Josselin, Jean Du Bois dit le Rouge enlève la fille du procureur des causes royales de Poitiers. Il est condamné à mort et se réfugie chez Aubert de Montjohan qui le cache. Profitant de la situation celui-ci acquiert le château. Pendant les guerres de religion il appartient à la maison protestante Pierre de Buffiere. Ce château reste propriété protestante de 1585 à 1735. En 1635 il est partiellement démantelé par Richelieu. Vendu comme bien d’émigré en 1793 il est racheté en 1803 par la famille de Poix. Louis Thomas Benjamin comte de Poix le fait restaurer en 1850 puis le lègue à sa filleule Joséphine de Boisé. Ce domaine embrase près de 2 000 hectares et va de Chabenet à la Rocherolles. Il est acheté par M. Leclerc (charcutier), puis, en 1940 par M. Willem (industriel). M. Billon (années 1970 : enduction plastique), M. Marek (années 1980 : école de langues) qui le restaura, M. Petrau (années 1990 : produits paramédicaux) et enfin Hapimag (années 2000 : séjours de vacances).

Article détaillé : Château de Chabenet.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Château du Petit BroutetModifier

C'est une gentilhommière au Moyen Âge, il relevait de Chabenet de 1520 à 1790. Il appartient à la famille Du Bost, en 1794 puis fut vendu comme bien d’émigré à Jean Rivet. Après la Révolution, il est racheté par la famille du Bost qui le conserve jusqu’en 1869, puis fut acheté par M. Barault cultivateur qui le cède à sa fille mariée à un Poitrenaud. En 1898, il est vendu au baron Liebert de Nitray, puis en 1902, il devient la propriété de M. Gleyrose. En 1925 M. Vacher industriel l’achète et en 1929. À sa mort en 1958, c’est M. Ballereau diplomate qui en est le propriétaire. Son héritier Ballereau fils demande à M. Bouchetal, directeur chez Hachette, de le vendre et c’est ainsi que la commune en devient propriétaire et y installe la mairie.

Prieuré et Église Notre-DameModifier

L'église Notre-Dame[27] fut fondé par le seigneur d’Argenton et sous l’autorité de l’abbaye (inscrit MH en 1932)[28] St-Gildas de Déols, il fut probablement créé à la fin du XIIe siècle. Le nom du village n’est pas forcément lié à l’implantation en ce lieu de la chapelle. Les traces les plus anciennes actuellement visibles sont des dernières années du XIIe siècle ; le style en est gothique primitif bien que gardant quelques traces de caractère roman (fenêtre de la nef, modillons de la corniche du cœur, à l’intérieur deux travées de la nef). La guerre de Cent Ans et le manque d’entretien sont à l’origine de dégradations et du délabrement des édifices religieux. À la fin du XVe siècle d’importantes modifications sont apportées à la chapelle : la porte latérale d’accès à la nef, les fenêtres sud agrandies, le pignon séparant la nef du cœur abattu et le prieuré reconstruit. En 1850 le comte de Poix achète l’église et fait construire le clocher. De 1892 à 1894 Mlle Joséphine de Boisé héritière et nièce du comte de Poix reconstruit la façade ouest, agrandit la nef, construit l’abside et restaure la charpente et remplace les tuiles par des ardoises. L’église Notre-Dame est propriété de la commune depuis 1984. Les toits totalement refaits en 2001.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Viaduc ferroviaireModifier

Il fait suite à un tunnel de 1 040 m, ces ouvrages grandioses ont été construits de 1848 à 1853 pour prolonger la ligne de Paris à Orléans, jusqu’à Toulouse. Le viaduc comprend 13 arches de 20 m de large ; il est haut de 38 m. Pendant la guerre, bombardé mais manqué, la 4e arche fut dynamitée par le maquis. Tranchée, tunnel et remblai auraient pu être évités en faisant passer les voies par le petit vallon situé en amont de la rivière, à 1 km de l’église, on peut penser que le comte De Poix, important actionnaire de la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, a fait revoir le tracé pour qu’il évite ses vignes et son château. Son wagon spécialement aménagé était stationné en gare de Chabenet.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pont de bois couvertModifier

Unique en France, classé monument historique le [29], son origine est controversée. Son édification a été autorisée par la préfecture de l'Indre en 1855 à la suite d'une demande du comte de Poix, seigneur de Chabenet qui désirait réunir diverses propriétés situées de part et d'autre de la Bouzanne[30]. Le pont a été restauré en 2001. À l’entrée de la grotte d’où une partie des pierres furent tirées pour la construction du viaduc, à gauche, les traces d’extraction de sarcophages.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Moulin de ChabenetModifier

C’est l’ancien moulin à grain du château dont la roue a été remplacée par une turbine au début du XXe siècle. On ne compte pas moins de 60 moulins sur la Bouzanne, soit en moyenne un moulin tous les 1,5 km. L’ancienne buanderie du château quelques centaines de mètres plus haut et le hangar à bateaux. La mécanique abritait une pompe à bélier qui permettait de remonter l’eau au château.

Moulin du BoutetModifier

Les bâtiments n’ont pas changé. Au cours des siècles il est passé de moulin à blé au XVIIIe siècle puis devient vers 1820 moulin à papier pour redevenir moulin à grain à la fin du XIXe siècle. Il arrêtera définitivement de moudre vers les années 1950.

Moulin des Petites RochesModifier

C'est l’un des plus anciens sur la rivière puisqu’on en trouve mention en 1292 sous le nom de Molindinum de Ruppé. C’est en fait un double moulin puisque le canal d’amenée alimentait deux roues verticales indépendantes. Moulins à grain ils s’arrêtent de tourner en 1926.

CarrièresModifier

De nombreuses carrières jalonnent le cours de la Bouzanne. La pierre calcaire était utilisée pour fabriquer la chaux. Les fours à chaux dont nous pouvons encore voir les vestiges, nous rappellent une industrie florissante de la fin du XIXe siècle. Cependant la première excavation rencontrée, est l’un des deux centres carriers qui a fourni les pierres utilisées dans la construction d’Argentomagus (le deuxième étant au Pont de Bois).

Gouffre aux RhinolophesModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason Écartelé, au premier d'azur au chevron d'or accompagné de trois groupes de trois carreaux du même, deux en chef ordonnés 2 et 1 et un en pointe mal ordonnés ; au second de gueules au chevron alésé d'or accompagné de trois glands versés du même ; au troisième de gueules à un cheval cabré de sable ; au quatrième d'azur au pont voûté d'une arche d'argent maçonné de sable, sommé d'une croix latine du même et posé sur une rivière aussi d'argent ondée de sable ; sur le tout d'argent à une fasce de cinq fusées et deux demies de gueules, au lambel à six pendants de même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Indre », sur le site de Lion 1906, consulté le 3 septembre 2018.
  2. a b c et d « Le Pont-Chrétien-Chabenet » sur Géoportail., consulté le 17 septembre 2018.
  3. « Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre », sur le site de la Prévention du risque sismique, consulté le 3 septembre 2018.
  4. a b c et d « Le Pont-Chrétien-Chabenet », sur le site de ViaMichelin, consulté le 3 septembre 2018.
  5. « Indre (36) - Fiches horaires », sur le site du Réseau de mobilité interurbaine, consulté le 2 septembre 2018.
  6. Site de l'Insee : Le Pont-Chrétien-Chabenet, consulté le 6 septembre 2016.
  7. « Nom des habitants des communes françaises, Le Pont-Chrétien-Chabenet », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 25 mars 2012).
  8. Patrick Paillet, Préhistoire du Val de Creuse en Berry, .
  9. André Rigaud, Une nouvelle station à microburins dans l'Indre, .
  10. Gérard Coulon, Les voies romaines en Gaule, .
  11. Site de Cassini : Le Pont-Chrétien-Chabenet, consulté le 22 août 2012.
  12. a et b « Commune du Pont-Chrétien-Chabenet (36161) », sur le site de l'Insee, consulté le 28 octobre 2018.
  13. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  14. « Résultats des élections municipales 2001 », sur le site du Ministère de l'Intérieur, consulté le 16 avril 2018.
  15. « Résultats des élections municipales 2008 », sur le site du Ministère de l'Intérieur, consulté le 16 avril 2018.
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du Ministère de l'Intérieur, consulté le 16 avril 2018.
  17. Site du Monde.fr : Le Pont-Chrétien-Chabenet, consulté le 21 septembre 2016.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  22. « Liste des établissements scolaires de l'Indre - Année scolaire 2018/2019 » [PDF], sur le site de l'Académie d'Orléans-Tours (consulté le 10 juin 2019).
  23. « Regroupements pédagogiques intercommunaux (R.P.I.) » [PDF], sur le site de l'Académie d'Orléans-Tours (consulté le 10 juin 2019).
  24. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  25. « Camping municipal Les Rives de la Bouzanne », sur le site de campingfrance.com (consulté le 13 août 2019).
  26. « Château du Chabenet », notice no PA00097431, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Étude sur l'église Notre-Dame du Pont-Chrétien-Chabenet, Ecclesia, .
  28. « Église de Pont-Chrétien », notice no PA00097432, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Pont couvert en bois », notice no PA00097495, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Source A.D.I.
  31. Gilbert Lecat, Camions Willème, ETA.
  32. Alain Gautier, Argenton et son histoire : Willème, un roi à Chabenet, celui des poids lourds, Argenton-sur-Creuse, Cercle d'histoire d'Argenton, , 28e éd. (ISSN 0983-1657), p. 7-13.