Ouvrir le menu principal

Le Monde (presque) perdu

film sorti en 2009
Le Monde (presque) perdu
Titre québécois Terre Perdue
Titre original Land of the Lost
Réalisation Brad Silberling
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Relativity Media
Sid & Marty Krofft Pictures
Mosaic Media Group
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Aventure
Science-fiction
Durée 102 minutes
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Monde (presque) perdu ou Terre Perdue au Canada (Land of the Lost) est un film américain réalisé par Brad Silberling et sorti en salles en 2009. Le film est une adaptation cinématographique de la série télévisée Land of the Lost, diffusée de 1974 à 1976 sur NBC.

SynopsisModifier

Un paléontologue, une jeune étudiante et un péquenot débrouillard se retrouvent envoyés dans un monde où se côtoient dinosaures et autres créatures.

RésuméModifier

Trois ans après s'être fait ridiculiser en public dans une émission de télévision, le docteur Rick Marshall, paléontologue ringard, a vu sa carrière ruinée à la suite de cet incident et travaille dorénavant au La Brea Tar Pits. Un jour, Holly Cantrell, une jeune étudiante lui dit que ses théories controversées sur la faille temporelle et la paléontologie l'ont inspirée et lui montre un fossile portant l'empreinte d'un briquet qu'il reconnaît comme le sien ainsi qu'un cristal qu'elle porte en collier qui dégage intensément des tachyons. Elle le convainc de terminer son amplificateur de tachyons et de l'aider pour une expédition de routine en apparence au milieu de nulle part.

Marshall et Holly partent dans la grotte où elle a trouvé le fossile. Emmenés par le propriétaire d'une boutique de cadeaux de la grotte, Will Stanton, ils partent en radeau où le paléontologue détecte grâce à l'amplificateur un niveau élevée de tachyons. Mais un tremblement de terre ouvre une spirale spatio-temporelle, où les trois personnes se retrouvent happées et éjectées dans la quatrième dimension (la dimension où le passé, le présent et le futur coexistent).

Marshall, Holly et Will se retrouvent sans armes ni aptitude spéciale pour survivre sur cette autre Terre où se côtoient dinosaures en maraude et autres créatures fantastiques inter-dimensionnelles — un pays riche en visions spectaculaires et effets comiques hors normes connu sous le nom du Monde (presque) perdu. Mais une créature, nommé Cha-Kha, prince déchu de la tribu Pakuni, devient leur ami et les aide à sortir de ce monde et à retrouver l'amplificateur...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

 
L'acteur principal Will Ferrell, l'année de sortie du film.
Sources et légendes : Version française (V.F.) sur AlloDoublage[4] Version québécoise (V.Q.) sur Doublage Québec[5].

DVDModifier

En France, le film est sorti en DVD le avec pour bonus [6]:

  • 3 scènes coupées
  • Une journée dans la vie d’une grande star de cinéma
  • Publicité et visite du magasin du canyon du diable
  • Commentaire audio de Brad Silberling

RéceptionModifier

Tourné avec un budget de 100 millions de dollars, il n'a récolté que 49 millions de dollars de recettes au box-office américain, soit la moitié du budget initial, et 20 millions pour le reste du monde, ce qui en fait un échec commercial très coûteux. Il a également subi des critiques négatives, obtenant seulement 26 % de critiques positives sur le site Rotten Tomatoes[7]

Enfin, Le monde (presque) perdu a reçu sept nominations aux Razzie Awards, qui récompense les pires films de l'année.

Néanmoins, la critique reste partagée car le film a également recueilli quelques bons commentaires :

  • Nouvel Obs (La rédaction de TéléCinéObs) : au navet redouté se substitue la bonne surprise d'une comédie délirante et débridée. Lorsque le régressif avoué rime, comme ici, avec jouissif, pourquoi bouder son plaisir ?
  • Journal du dimanche (Stéphanie Belpêche) : attention, nanar ! Si on la prend au second degré, cette comédie totalement décomplexée fonctionne grâce aux délires de Will Ferrell, en roue libre. Du grand n'importe quoi, mais qu'est-ce que c'est drôle !
  • La critique de Première (site internet) - Julien Welter : adapté d’une série pour enfant datant des années 1970, Le Monde (presque) perdu est une œuvre pas totalement convaincante, prise entre le comique déjanté de Will Ferrell et le devoir de livrer un divertissement pour toute la famille. Les aventures frappadingues du Dr Rick Marshall (Ferrell) dans une dimension peuplé de dinosaures et d’affreux Sleestaks sont plaisantes et souvent drôles mais elles brident l’humour transgressif de son acteur, de loin celui qui est le plus hilarant. Il en résulte une œuvre mi-figue, mi-raisin. On est loin des chefs-d’œuvre comme Les Rois du Patin ou Ricky Bobby, roi du circuit.

VidéographieModifier

Autour du filmModifier

  • La chanson que chantent Will Ferrell et Danny McBride est la chanson Believe de la chanteuse Cher.
  • Le Monde (presque) perdu est l'adaptation de la série télévisée américaine des années 1970 Land of the Lost, créée par Sid et Marty Krofft.
  • En 2001, Will Ferrell incarnait le Marshall Willenholly dans Jay et Bob contre-attaquent (2001), qui est une contraction des noms des trois personnages principaux de la série Land of the Lost, qui a servi pour l'adaptation cinématographique du Monde (presque) perdu[8].
  • Anna Friel, principal rôle féminin du film avait déjà joué dans un film abordant le thème des voyages temporels en 2003 : Prisonniers du temps (Timeline), de Richard Donner

DistinctionsModifier

  • Le film a obtenu le Razzie Award, récompensant les pires films de l'année, dans la catégorie pire remake. Il fut également nommé six fois - toujours aux Razzies - dans les catégories pire film, pire réalisateur (Brad Silberling), pire acteur (Will Ferrell), pire acteur dans un second rôle (Jorma Taccone), pire couple à l'écran (Will Ferrell et n'importe quel second rôle ou créature) et pire scénario.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier