Le Mans 66

film américain de 2019 réalisé par James Mangold
Le Mans 66
Description de cette image, également commentée ci-après
Carroll Shelby, ici, en 2007, est incarné par Matt Damon
Titre québécois Ford contre Ferrari[1]
Titre original Ford v. Ferrari
Réalisation James Mangold
Scénario Jez Butterworth
John-Henry Butterworth
Jason Keller
Acteurs principaux
Sociétés de production Chernin Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre biographie
Durée 152 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Mans 66 ou Ford contre Ferrari[1] au Québec (Ford v. Ferrari) est un film américain réalisé par James Mangold, sorti en 2019. Il s’agit d'une adaptation du livre Go Like Hell: Ford, Ferrari, and Their Battle for Speed and Glory at Le Mans d'A. J. Baime (2010).

SynopsisModifier

 
La Ford GT40 Mk II seconde des 24 Heures du Mans 1966.
 
La même, vue de dos.

Au début des années 1960, la Ford Motor Company connaît des problèmes financiers. Henry Ford II met alors la pression à ses employés pour trouver des solutions. Lee Iacocca suggère de relancer la marque dans l'univers de la compétition automobile. Il est alors envisagé que Ford rachète Ferrari. Mais la rencontre avec Enzo Ferrari tourne au fiasco et c'est finalement Fiat qui signe l'accord de rachat. Le « Commendatore » est même très insultant envers la marque américaine et son patron Henry Ford II. Ce dernier, piqué au vif, en fait une affaire personnelle. Ford décide alors de faire appel à Carroll Shelby, le seul Américain vainqueur des 24 Heures du Mans (en 1959). Il est chargé de construire une voiture capable d'anéantir la suprématie de Ferrari pour les 24 Heures du Mans 1966. Carroll Shelby va ainsi développer la Ford GT40 Mk II avec l'aide de Ken Miles, un pilote au caractère bien trempé qui ne plaît pas trop au sein de Ford.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  • Titre original : Ford v. Ferrari
  • Titre français : Le Mans 66
  • Titre québécois : Ford contre Ferrari[1]
  • Réalisation : James Mangold
  • Scénario : Jason Keller, Jez Butterworth et John-Henry Butterworth, d'après Go Like Hell: Ford, Ferrari, and Their Battle for Speed and Glory at Le Mans d'A. J. Baime
  • Direction artistique : Maya Shimoguchi
  • Décors : François Audouy
  • Costumes : Daniel Orlandi
  • Photographie : Phedon Papamichael
  • Montage : Michael McCusker
  • Musique : Marco Beltrami
  • Production : Peter Chernin, Lucas Foster, James Mangold, Jenno Topping et Alex Young
Producteurs délégués : Dani Bernfeld, Kevin Halloran, Michael Mann et Adam Somner

DistributionModifier

 
La GT40 n°1 aux 24 Heures du Mans 1966
version française réalisée par la société de doublage Dubbing Brothers sous la direction artistique de Michel Derain.
adaptation française : Bruno CHEVILLARD http://www.brunochevillard.fr/-Adaptations-de-films- [archive]
  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3]
  Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[4]

ProductionModifier

 
Henry Ford II est incarné à l'écran par Tracy Letts

Genèse et développementModifier

Un projet avait un temps été annoncé en 2013, avec Tom Cruise et Brad Pitt[5]. En , il est annoncé que James Mangold réalisera un film sur la rivalité entre Ford et Ferrari au Mans en 1966, d'après un script des frères Jez Butterworth et John-Henry Butterworth[6].

Le scénario est basé sur le livre Go Like Hell : Ford, Ferrari, And Their Battle For Speed And Glory At Le Mans d'A. J. Baime, publié en 2010[7].

Distribution des rôlesModifier

En , Caitriona Balfe, Jon Bernthal et Noah Jupe sont annoncés dans des rôles principaux[8],[9]. Matt Damon est annoncé dans le rôle de Carroll Shelby en [7].

Le pilote Dan Gurney est ici incarné par son propre fils, lui aussi pilote, Alex Gurney.

TournageModifier

Le tournage débute en [7],[10]. L'usine Ford légendaire de Dearborn, Ford River Rouge Complex, est recréée en partie dans une ancienne aciérie centenaire du centre de Los Angeles. Certains scènes se déroulant chez Ferrari sont tournées au Lanterman Developmental Center de Pomona (Californie). Certains passages de la course du Mans 1966 sont tournées dans diverses villes rurales de l'État de Géorgie[11]. Le circuit Auto Club Speedway de Fontana (Californie) est utilisé pour les scènes au Daytona International Speedway[12].

Seules quelques scènes sont tournées en France, notamment au Mans (place du Cardinal Grente, place Saint-Michel, rue du Château etc.) ainsi qu'à Peille dans les Alpes-Maritimes[13].

MusiqueModifier

Original scoreModifier

Ford v Ferrari
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Marco Beltrami et Buck Sanders
Sortie
Durée 39:29
Genre musique de film
Compositeur Marco Beltrami, Buck Sanders
Label Hollywood Records

La musique originale du film est composée par Marco Beltrami et Buck Sanders. Marco Beltrami collabore pour la quatrième fois avec James Mangold, après 3 h 10 pour Yuma (2007), Wolverine : Le Combat de l'immortel (2013) et Logan (2017)[14].

Liste des titres
  1. Le Mans 66 (5:42)
  2. Wide View (1:35)
  3. Driving in the Rain (1:52)
  4. Henry Ford the Second (0:44)
  5. Ferrari Factory (1:35)
  6. Iacocca's Idea (0:59)
  7. Photos to Fiat (1:10)
  8. 7000 RPM (1:28)
  9. Willow Sprints (1:19)
  10. Henry Ford's Revenge (1:00)
  11. Thirty Minutes (0:51)
  12. Miles Is Not a Ford Man (1:08)
  13. Walk the Track (1:57)
  14. Chasing Bandini (3:14)
  15. Night Driving (2:27)
  16. Miles Did It (1:11)
  17. The Request / The Car Is Yours / Perfect Lap (4:36)
  18. Team Player (3:20)
  19. Crescent Wrench - Edit (1:47)
  20. Le Mans 59 (1:33)

Original SoundtrackModifier

Ford v Ferrari
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de divers artistes
Sortie
Durée 39:44
Genre pop rock, rhythm and blues
Label Hollywood Records

Un autre album avec les chansons présentes dans le film est commercialisé[14].

Liste des titres
  1. Polk Salad Annie (Ford V Ferrari Remix) - James Burton (3:26)
  2. Money (That's What I Want) - The Kingsmen (2:19)
  3. Have Love, Will Travel - The Sonics (2:38)
  4. I Put a Spell on You - Nina Simone (2:36)
  5. Une fille comme toi - Lucky Blondo (2:34)
  6. Love's Gonna Live Here - Buck Owens (2:00)
  7. Stranger in a Strange Land - The Byrds (3:05)
  8. Le Mans 66 - Marco Beltrami & Buck Sanders (5:41)
  9. Team Player - Marco Beltrami & Buck Sanders (3:17)
  10. Crescent Wrench - Marco Beltrami & Buck Sanders (1:35)
  11. Ace of Spades - Link Wray (2:18)
  12. Dark Side - The Shadows of Knight (2:02)
  13. Hipsville 29 B.C. (I Need Help) - The Sparkles (2:12)
  14. Flyin Saucers Rock N Roll - Billy Lee Riley (2:04)
  15. Shooting Star - Les Baxter (1:57)

AccueilModifier

CritiqueModifier

Le Mans 66
Score cumulé
SiteNote
Allociné3,85[15]
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Parisien [16]
CinéSéries [17]
Le Nouvel Observateur [18]

Le film reçoit des critiques globalement positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 92% d'opinions favorables pour 255 critiques et une note moyenne de 7,7510[19]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 81100 pour 43 critiques[20].

Le film est globalement très apprécié par la presse française. Il reçoit la moyenne de 3,85 sur Allociné pour 32 avis[15].

Le Parisien a beaucoup aimé le film et dit que « Les deux comédiens principaux participent pleinement à cette grande victoire du septième art : Matt Damon tout en finesse dans le rôle de Shelby, Christian Bale déchaîné, entre répliques hilarantes et pétage de plombs dans celui de Miles. On vit sans cesse la course et ses à-côtés en leur compagnie : la classe à fond la caisse. »[21]

CinéSéries a également apprécié le film qui est « Terriblement efficace et porté par deux acteurs géniaux, "Le Mans 66" ravira les fans de course automobile, ainsi que les cinéphiles nostalgiques des grands films d'aventures de leur enfance. »[22]

Le Nouvel Observateur dit simplement que « Ce film est un bonheur. »[23].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
117 589 553 $[24] en cours[25] en cours[25]
  France 1 138 077 entrées[26] 10

  Total mondial 225 473 406 $[24] - 16 (en cours)

Libertés avec la vérité historiqueModifier

Pour les besoins de la narration et afin d'accentuer la dramaturgie, en laissant notamment penser que l'exploit de la victoire a pu être réalisé grâce à deux héros en quelques mois, le film prend de nombreuses libertés avec la vérité historique :

  • Lorsque Shelby est engagé par Ford, d'autres Américains ont déjà été vainqueurs des 24 Heures du Mans avant lui. Phil Hill avait remporté l'édition précédente, en 1958. En 1949, Luigi Chinetti, Italien naturalisé américain en 1946, avait également remporté l'édition 1949 ainsi que deux autres éditions avant la Seconde Guerre mondiale.
  • La conception de la Ford GT 40 a débuté bien plus en amont que le laisse entendre le film. Carroll Shelby est associé au projet après 1964 alors que la Ford GT40 est non seulement largement en cours de développement, (elle est basée à l'origine sur une voiture conçue par le britannique Eric Broadley, propriétaire de Lola Cars, qui continue ensuite avec son équipe de faire évoluer le projet pour Ford), mais elle va également participer à de nombreuses courses avant celle racontée dans le film. Shelby a été nommé responsable du projet devant le manque de résultats. La participation de Ford au Mans en 1965 avec plusieurs voitures se soldera pourtant par un échec cinglant.
  • Ken Miles n'a pas été empêché de concourir aux 24 Heures du Mans 1965 par la direction de Ford et contraint de suivre la course à la radio. Il avait bel et bien participé à cette édition en duo avec Bruce McLaren mais avait dû abandonner après 45 tours.
  • Carroll Shelby n'a jamais emmené Henry Ford II dans sa voiture pour le convaincre d'accepter Ken Miles comme pilote. D'ailleurs, les réticences de Ford à propos de Ken Miles sont largement exagérées par rapport à la réalité.
  • Durant les  24 Heures de Daytona 1966, Ken Miles n'a pas été bridé à 6 000 tours/minute comme indiqué dans le film et a remporté la course beaucoup plus facilement, avec 8 tours d'avance, et non dans les derniers mètres.
  • À l’arrivée des 24 Heures du Mans 1966, la Ford GT40 Mk II n°1 pilotée par Ken Miles n'a pas franchi la ligne en première mais en deuxième position. En effet, les trois Ford officielles, ayant réussi à se placer aux trois premières places, se sont regroupées à l’approche du dernier tour sur ordre du stand Ford afin que l'image finale soit plus impressionnante. Elles devaient cependant garder leurs positions respectives, avec en tête la n°1 qui avait mené jusque là. Mais la décision des officiels de la course concernant le classement final était déjà connue. Suite à la demande de Ford, les officiels avaient donné leur accord pour une arrivée groupée, en soulignant cependant que le classement, et donc la victoire officielle, seraient fonction de la distance parcourue, comme le stipulait le règlement. Cela privait la n°1 de la victoire, à cause de la distance entre les deux voitures sur la grille de départ, la n°1 ayant de fait parcouru quelques dizaines de mètres de moins que la n°2. Aussi, Ken Miles, qui avait joué un rôle important dans le développement de la voiture et dans sa préparation, de dépit devant les consignes de course de Ford, a-t-il volontairement levé le pied à quelques mètres de la ligne d'arrivée pour laisser passer la voiture qui devait être officiellement classée première.
  • De plus, dans le film, l’arrivée se déroule sous un beau soleil, alors que dans la réalité, il pleuvait.
  • Enzo Ferrari n'a pas assisté aux 24 heures du Mans 1966 contrairement à ce qui est montré dans le film.
  • Le rachat de Ferrari par Ford a bien été un projet au début des années 1960. Mais le film sous-entend qu'Enzo Ferrari a manipulé Ford pour faire monter les enchères alors que Fiat n'a racheté Ferrari qu'en 1969, soit plusieurs années après les événements du film. Enzo Ferrari a refusé de vendre car il ne voulait pas se voir imposer ses choix sportifs par Ford.

Distinctions principalesModifier

Source et distinctions complètes : Internet Movie Database[27]

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Ford contre Ferrari », sur Cinoche (consulté le 30 août 2019).
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage.
  4. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage Québec (consulté le 2 novembre 2019).
  5. (en) « Brad Pitt Courted to Join Tom Cruise in 'Go Like Hell' (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 25 juin 2018).
  6. (en) « James Mangold to Direct Ford vs. Ferrari Film as ‘Logan’ Follow-Up », sur Variety, (consulté le 25 juin 2018).
  7. a b et c « Matt Damon sera Carroll Shelby dans le film Ford v. Ferrari », sur Autofocus, (consulté le 25 juin 2018).
  8. (en) « 'Outlander' Star Caitriona Balfe, 'Quiet Place' Breakout Noah Jupe Join Ford vs. Ferrari Movie », sur The Hollywood Reporter (consulté le 23 mai 2018).
  9. (en) « Jon Bernthal In Talks To Play Lee Iacocca In ‘Ford V Ferrari’ », sur Deadline, (consulté le 25 juin 2018).
  10. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database.
  11. Secrets de tournage - Allociné
  12. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  13. Ça s'est tourné près de chez vous - Le Mans 66 - Commission nationale du film France
  14. a et b Le Mans 66 - Cinézil
  15. a et b « Le Mans 66 - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 19 novembre 2019)
  16. « Sorties cinéma du 13 novembre : «Le Mans 66», «Countdown»… nos coups de cœur », leparisien.fr
  17. « Le Mans 66 : l’ivresse de la vitesse pour Christian Bale et Matt Damon »
  18. « « Le Mans 66 », « J’accuse », « le Bel Eté »… les films à voir (ou pas) cette semaine », nouvelobs.com
  19. (en) « Ford v Ferrari (2019) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 19 novembre 2019)
  20. (en) « Ford v Ferrari Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 19 novembre 2019)
  21. Par Renaud Baronian et Michel Valentin, « Sorties cinéma du 13 novembre : «Le Mans 66», «Countdown»… nos coups de cœur », sur leparisien.fr, (consulté le 18 novembre 2019)
  22. « Critique de Le Mans 66 (Film, 2019) », sur CinéSéries, (consulté le 18 novembre 2019)
  23. « « Le Mans 66 », « J’accuse », « le Bel Eté »… les films à voir (ou pas) cette semaine »
  24. a et b (en) « Ford v Ferrari », sur Box Office Mojo (consulté le 10 février 2019)
  25. a et b (en) « Ford v Ferrari - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 8 février 2019)
  26. « Le Mans 66 », sur JP's Box-office (consulté le 10 février 2019)
  27. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier