Le Lion rouge

hymne national du Sénégal

Le lion rouge (fr)
Image illustrative de l’article Le Lion rouge
Armoiries du Sénégal

Hymne national de Drapeau du Sénégal Sénégal
Paroles Léopold Sédar Senghor
Musique Herbert Pepper
Adopté en 1960

Le Lion rouge, également désigné par Pincez tous vos koras, frappez les balafons, est l'hymne national du Sénégal.

Écrit par Léopold Sédar Senghor, la musique fut composée par l'ethnomusicologue français Herbert Pepper (1912-2001), également compositeur de La Renaissance, l'hymne national centrafricain. Le lion rouge est parfois joué avec des instruments tels que la kora et le balafon.

Paroles en FrançaisModifier

Paroles officielles

1er couplet :

Pincez tous vos koras, frappez les balafons.
Le lion rouge a rugi.
Le dompteur de la brousse
D'un bond s'est élancé,
Dissipant les ténèbres.
Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir.
Debout, frères, voici l'Afrique rassemblée

Refrain :

Fibres de mon cœur vert.
Épaule contre épaule, mes plus que frères,
O Sénégalais, debout !
Unissons la mer et les sources, unissons la steppe et la forêt !
Salut Afrique mère.

2e couplet :

Sénégal toi le fils de l'écume du lion,
Toi surgi de la nuit au galop des chevaux,
Rend-nous, oh ! rends-nous l'honneur de nos ancêtres,
Splendides comme ébène et forts comme le muscle
Nous disons droits - l'épée n'a pas une bavure.

(Refrain)

3e couplet :

Sénégal, nous faisons nôtre ton grand dessein :
Rassembler les poussins à l'abri des milans
Pour en faire, de l'est à l'ouest, du nord au sud,
Dressé, un même peuple, un peuple sans couture
Mais un peuple tourné vers tous les vents du monde.

(Refrain)

4e couplet :

Sénégal, comme toi, comme tous nos héros,
Nous serons durs sans haine et des deux bras ouverts.
L'épée, nous la mettrons dans la paix du fourreau,
Car le travail sera notre arme et la parole.
Le Bantou est un frère, et l'Arabe et le Blanc.

(Refrain)

5e couplet :

Mais que si l'ennemi incendie nos frontières
Nous serons tous dressés et les armes au poing :
Un peuple dans sa foi défiant tous les malheurs,
Les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes.
La mort, oui ! Nous disons la mort, mais pas la honte.

(Refrain)

Paroles en WolofModifier

Paroles en Wolof

1er couplet :

Yëngël len koora yii
Ndënd yeek balafoŋ yi
Gayndék sibi ñaare na
Ki jafé ca àll ba
Jugléen mélni kuy naaw
Dólli xàjji lëndëm gi
Feeñal njaxare yi
Leeral suñu yaakaar
Taxawleen doomi nday, Afrika dajéna
Yéenay sama buumi xol
Na mbàgg yi tóllo
Ma doomi nday, yéen wa Senegaal jugleen
Ñu boole géej gi ak ndox mi bàll
Te boole ñaay bi ak àll bi
Sargal Afrik suňu yaay

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Michael Jamieson Bristow, National anthems of the world, Weidenfeld & Nicolson, Londres, 2006 (11e éd.), 629 p. (ISBN 9780304368266)
  • (fr) Waly Ndiaye, Les institutions et symboles de la République du Sénégal, Dakar, 2008 (2e éd.), 76 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier