Ouvrir le menu principal

Le Film d'Art est une société de production française fondée en 1908.

Elle est sans rapport avec son homonyme immatriculée en 2009[1].

Sommaire

HistoireModifier

En 1908, Paul Laffitte fonde, sur sollicitation des sociétaires de la Comédie-Française, la société Le Film d’Art pour assurer la production à l'écran de scènes historiques, mythologiques ou théâtrales filmées à partir d'adaptations authentiques et renommées[2].

Le but principal de la création de cette société est à la fois d'élargir le public du cinéma (alors plutôt populaire) aux couches plus cultivées de la population et de faire du cinéma «  le grand éducateur du peuple[3] ». Victime de sa réputation de spectacle de foire, le cinéma est à l'époque un spectacle dont se détournent le public du théâtre et celui de l'opéra. Pour les amener au cinéma, Le Film d'Art fait appel aux comédiens et metteurs en scène du théâtre.

La soirée du 17 novembre 1908, avec la projection de L'Assassinat du duc de Guise, marque ainsi selon les mots de Georges Sadoul « un tournant dans l'histoire du cinéma »[4]. Le film, écrit par l'académicien Henri Lavedan et réalisé par André Calmettes et Charles Le Bargy, reçoit un accueil enthousiaste de la part d'un public et a droit, c'est une première et une promotion pour le cinéma, à une critique d'Adolphe Brisson dans le quotidien Le Temps[5].

La société eut pour directeurs : Paul Laffitte (1908-1909), puis Paul Gavault (1909-1911), puis Charles Delac (1911-) et Marcel Vandal.

Comme L'Assassinat du duc de Guise, les films les plus célèbres sont des reconstitutions historiques ou des « grands sujets » : Le Baiser de Judas (1908) réalisé par Armand Bour et André Calmettes ou Le Retour d'Ulysse (1909) réalisé par André Calmettes et Charles Le Bargy, etc.

Le Film d'Art adapte pour le cinématographe un certain nombre de mimodrames ayant eu du succès, quelques années plus tôt, sur les scènes parisiennes comme L'Empreinte ou la Main rouge réalisé par Paul-Henry Burguet (1908), L'Homme aux poupées (1909) et La Main (1909), réalisés tous deux par Henry Bérény.

Filmographie partielleModifier

Notes et référencesModifier

  1. « "le Film d'Art - identité" », sur www.societe.com (consulté le 24 mai 2019)
  2. L'acte de constitution (février 1908) du Film d'Art annonce « la fabrication […] de scènes établies sur scénarios signés d’auteurs contemporains, avec le concours d’artistes connus ». Cité in 1895, no 33, Dictionnaire du cinéma français des années vingt, 2001, p. 198
  3. Ibid.
  4. In Histoire générale du cinéma, tome 2, Paris, Denoël, 1948, p. 504
  5. Reproduit in Daniel Banda et José Moure, Le cinéma : naissance d'un art. 1895-1920, Paris, Flammarion, Champs, 2008

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Alain Carou et Béatrice de Pastre (dir.), « Le Film d'Art & les films d'art en Europe (1908-1911) », in 1895 : Revue de l'association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 56, AFRHC, 2008 (ISBN 978-2-9137-5857-5), [présentation en ligne].

Liens externesModifier