Le Droit de tuer ?

film américain réalisé par Joel Schumacher et sorti en 1996
Le Droit de tuer ?
Titre québécois Non coupable
Titre original A Time to Kill
Réalisation Joel Schumacher
Scénario Akiva Goldsman
Musique Elliot Goldenthal
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Regency Enterprises
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame juridique
Durée 149 minutes
Sortie 1996


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Droit de tuer ? ou Non coupable au Québec, (A Time to Kill) est un film américain réalisé par Joel Schumacher et sorti en 1996. Il est adapté du roman Non coupable de John Grisham publié en 1989.

Le film est un succès critique et commercial, tout comme la précédente adaptation d'un roman de John Grisham par le même réalisateur, Le Client (1994)

SynopsisModifier

Carl Lee Hailey, ouvrier agricole noir, vit avec sa femme et ses enfants dans une petite ville de Canton au Mississippi. Un matin, alors qu'elle rentre chez elle, Tonya — sa fille de 10 ans — se fait kidnapper, violer et torturer par deux délinquants blancs, Billy Ray Cobb et Pete Willard. Laissée pour morte, la fillette survit à ses blessures mais ne pourra malheureusement jamais donner la vie. Les suspects sont arrêtés par le shérif Ozzie Walls. Furieux et détruit, le père commet un acte fatal : alors que les deux suspects sont sur le point de comparaître devant le juge, et de crainte que la justice ne les libère, il sort une arme et les tue. L'avocat Jake Brigance est chargé de le défendre dans un procès où le jury n'est composé que de Blancs. De plus, Freddie Lee Cobb prévoit de venger la mort de son frère Billy Ray en demandant de l'aide à la branche locale du Ku Klux Klan et de son « Grand Dragon », Stump Sisson.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Le scénario est l'adaptation de Non coupable, premier roman de John Grisham publié en 1989. L'auteur s'est en partie inspiré d'une affaire jugée à Hernando en 1984[2]. Le réalisateur Joel Schumacher avait déjà adapté un roman de John Grisham pour le film Le Client (1994), également scénarisé par Akiva Goldsman.

Distribution des rôlesModifier

Matthew McConaughey devait à l'origine incarner le rôle de Freddie Lee Cobb, incarné dans le film par Kiefer Sutherland, mais préféra incarner le rôle de Jake Brigance. Pour ce rôle, les premiers choix étaient Kevin Costner, Val Kilmer, Brad Pitt, Alec Baldwin, Bill Paxton, Ralph Fiennes ou encore Aidan Quinn. Woody Harrelson voulait lui aussi incarner ce rôle[2].

Il s’agit des retrouvailles de Sandra Bullock et Kiefer Sutherland 4 ans après le film La Disparue où Sandra n'avait qu'un petit rôle (la fiancée, qui a été enlevée, du personnage joué par Kiefer Sutherland). D'autres comédiens se retrouveront comme Kevin Spacey qui retrouvera Samuel L. Jackson et Chris Cooper respectivement dans Négociateur et American Beauty.

Pour le rôle de Lucien Wilbanks, le premier choix était Paul Newman, qui le refuse car il n'apprécie pas le message véhiculé par le film[2]. Pour le rôle du juge Noose, le premier était Bruce Dern. Dans ce film on peut trouver six lauréats des Oscars tels que Matthew McConaughey, Sandra Bullock, Kevin Spacey, Brenda Fricker, Octavia Spencer et Chris Cooper , ainsi que le nominé aux Oscars Samuel L. Jackson[2].

TournageModifier

Le tournage a eu lieu de septembre à décembre 1995. Il se déroule à Canton et Jackson (Mississippi), à Tampa (Floride) et à London au Canada[3].

AccueilModifier

CritiqueModifier

Le film reçoit des critiques plutôt positives aux Etats-Unis. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 67% d'opinions favorables pour 55 critiques et une note moyenne de 6,210[4]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 54100 pour 21 critiques[5]. Le célèbre critique du Chicago Sun-Times Roger Ebert lui donne la note de 3 sur 4 et écrit notamment : « J'ai été absorbé par le film et j'ai trouvé les performances fortes et convaincantes » et décrit le film comme l'un des meilleures adaptations d'un roman de John Grisham[6]. Le film reçoit aussi quelques avis négatifs comme Anthony Puccinelli du Chicago Reader qui le qualifie de « sans valeur »[7].

Auteur du roman original, John Grisham est plutôt satisfait de l'adaptation : « En fin de compte, j'en étais content, heureux que nous ayons pu trouver un jeune comme Matthew McConaughey. Ce n'était pas un grand film, mais c'était un bon film »[8].

En France, le film est vivement critiqué par certains journalistes qui y voient une apologie de la peine de mort et de l'auto-justice. Volontairement ou non, un point d’interrogation est ajouté par le distributeur à la fin du titre français[9]. La critique parue dans Les Inrockuptibles en 1996 est très virulente. Olivier Nicklaus y écrit notamment « Faut-il laisser à Joel Schumacher le droit de filmer ? Voilà une question qu'on aimerait bien poser aux producteurs de ce Droit de tuer ? Assumer une telle charge crypto-fasciste exige en effet des reins solides. Déjà dans Chute libre (1993), Schumacher filmait le pétage de plombs de Michael Douglas avec une détestable complaisance[10]. »

Didier Péron de Libération écrit quant à lui « Le point d'interrogation figurant dans le titre français du nouveau film de Joel Schumacher (Le Droit de tuer ?) trahit le titre original (A Time to Kill) tout en ajoutant une nuance polémique qui ne s'y trouvait pas. Opération de pure forme, puisque le film, lui, ne se pose pendant deux heures trente la question que pour mieux l'évacuer. » Il juge par ailleurs le scénario « édifiant »[11].

Box-officeModifier

Le film rencontre un bon succès notamment aux États-Unis où il se classe 10e du box-office annuel. En France, le succès demeure plutôt modeste avec plus de 260 000 spectateurs[1]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
108 766 007 $[12] [13] [13]
  France 262 886 entrées[1] - -

  Total mondial 152 206 165 $[1] - -

Distinctions principalesModifier

Source : Internet Movie Database[14]

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Le Droit de tuer ? », sur JP's Box-office (consulté le 6 mars 2021)
  2. a b c et d (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  3. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  4. (en) « A Time to Kill (1996) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 6 mars 2021)
  5. (en) « A Time to Kill Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 6 mars 2021)
  6. (en) Roger Ebert, « A Time To Kill » [archive du ], sur Chicago Sun-Times
  7. « Chicago Reader », sur Chicago Reader
  8. (en) « John Grisham issues judgment on ALL his novels », sur Entertainment Weekly,
  9. A time to kill – Cinémathèque française « https://web.archive.org/web/20100722194626/http://cinema.encyclopedie.films.bifi.fr/index.php?pk=60362 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  10. « Le Droit de tuer ? », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 6 mars 2021)
  11. Didier Péron, « CINEMA. Sur fond de conflit racial et d'autodéfense, un extrêmement scabreux. Joel Schumacher filme l'injustifiable. Le droit de tuer? de Joel Schumacher avec Matthew McConaughey, Sandra Bullock, Samuel L. Jackson, Kevin Spacey », sur Libération, (consulté le 6 mars 2021)
  12. (en) « A Time to Kill », sur Box Office Mojo (consulté le 6 mars 2021)
  13. a et b (en) « A Time to Kill - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 6 mars 2021)
  14. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier