Le Don paisible

livre de Mikhaïl Cholokhov

Le Don paisible
Image illustrative de l’article Le Don paisible
Couverture du Magazine Roman consacré au Don paisible en 1928.

Auteur Mikhaïl Cholokhov
Pays URSS
Genre Roman
Version originale
Langue russe
Titre Тихий Дон
Date de parution 1928-1940
Version française
Traducteur Antoine Vitez
Éditeur Julliard
Collection Capricorne
Lieu de parution Paris
Date de parution 1959-1964
ISBN 978-2-258-05137-9

Le Don paisible (en russe Тихий Дон) est un roman de l'écrivain soviétique Mikhaïl Cholokhov (1905-1984) sous forme d'épopée qui dépeint la vie des Cosaques dans la région du Don au cours de la Première Guerre mondiale et de la guerre civile russe (1917 - 1922).

Dès les années 1940, Cholokhov a été célébré comme l'écrivain soviétique par excellence. Jusqu'en 1980, Le Don paisible a été tiré à 79 millions d'exemplaires dans 974 éditions et traduit dans 84 langues[1],[2]. Unanimement salué comme un chef-d'œuvre de la littérature russe, le roman a valu le prix Staline en 1941, puis le prix Lénine (littérature) en 1960 et enfin le prix Nobel de littérature à Cholokhov en 1965. Mais, dès l'origine, l'œuvre est aussi entachée d'une polémique récurrente portant sur l'identité réelle de son auteur[3].

RésuméModifier

 
Oblast de l'armée du Don ou le Donbass et le bassin du Don dans les années 1920 et ss.

L’histoire du roman se déroule principalement dans le village Tatarski de la stanitsa Vechenskaïa, entre 1912 et 1922. La famille Melekhov y est confrontée à la Première Guerre mondiale et à la guerre civile russe. Le héros du roman, Grigori Melekhov, est un cosaque du Don qui de simple soldat devient officier, déchiré entre deux femmes et par la guerre civile fratricide.

Selon ses biographes, Cholokhov a étudié en détail l'histoire des Cosaques, de la guerre civile russe et de la révolution d'octobre. Il est né en 1905 et il a vu plusieurs de ces évènements avec ses yeux d'adolescent. Il a également étudié les mémoires de personnalités telles que Anton Denikin commandant en chef de l'armée des volontaires, l'une des premières armées blanches russes. À bien des égards, le succès du roman Le Don paisible a été prédéterminé par le fait que le roman est presque la seule source à partir de laquelle le public soviétique pouvait apprendre la véritable histoire de la première guerre mondiale et des guerres civiles russes. Cholokhov décrit en détail le front en Autriche-Hongrie, sur lequel se bat le personnage de Grigori, l'offensive Broussilov, les évènements de Prusse orientale. Cholokhov ne parle pas en détail des événements héroïsés par l'idéologie officielle mais par exemple de la campagne de glace d'Ekaterinodar ou de l'évacuation des adversaires des bolcheviks. Des personnages des Armées blanches comme l'ataman Piotr Krasnov sont présentés de manière extrêmement positive. L'Insurrection de Vechenskaïa [4]des Cosaques du Don contre les bolcheviks est décrite en détail et de manière fiable. Le romancier fait preuve d'une grande précision historique mais il n'évite pas non plus certaines erreurs.[5]

Les limites de l'Oblast de l'armée du Don, qui doit son nom aux Cosaques du Don, se situent au début du XXe siècle et pour leurs parties occidentales, dans la région disputée depuis 2014 par l'Ukraine et la fédération de Russie, c'est-à-dire le Donbass. En février 2022, cette partie occidentale a été envahie par la fédération de Russie. Par ailleurs, les protagonistes du roman sont, outre les Cosaques, des Ukrainiens, des Russes, des Tziganes, des Polonais. Ces personnages et la zone géographique où se déroule l'action donne à ce roman certaines tonalités qui font penser aux évènements de l'année 2022 dans la même région, près de cent ans après la parution de l'ouvrage de Cholokhov.

Le choix du titre Don paisibleModifier

Les scènes les plus importantes du roman se déroulent à proximité du fleuve Don. Depuis la rencontre d'Aksinia et du héros Grigori jusqu'à la mort de celle-ci. Daria, la belle-sœur de Grigori, s'y noie dans ses eaux. Dans la finale du roman, Grigori jette son fusil et son pistolet dans le fleuve. Les chansons et le folklore en général forment une partie importante de la poétique du roman. C'est chez elles que Cholokhov trouve le thème de la terre cosaque, territoire libre et dangereux, vivant ses propres lois à l'écart des étrangers. Une vieille chanson cosaque est choisie comme épigraphe du roman:

 Ce n'est pas la charrue qui laboure notre terre glorieuse …
Notre terre est labourée par les sabots des chevaux,
Notre terre est ensemencée de têtes cosaques,
Notre Don passible est orné de jeunes veuves,
Notre père le Don paisible est fleuri d'orphelins,
Les vagues du Don paisible roulent les larmes des pères et mère,…

.[6]

L'un des premiers chapitres du roman raconte l'histoire de la pêche du père et du fils Melekhov, qui se battent avec une carpe. Cholokhov montre immédiatement à quel point l'élément caché par la rivière est insidieux et incontrôlable. La même image du Don boueux, à la force cachée et imperceptible explique les évènements décris dans le troisième volume ; exécutions, tortures, violences, cruautés[7].

 
Grigori et Aksinia. Peinture de Sergueï Korolkov illustrant l'édition de 1935 

CaractéristiquesModifier

Ce roman est parfois qualifié d'épopée prétendant au statut de Guerre et Paix devenu soviétique, se déroulant cent ans après les évènements du début du XIXe siècle évoqués dans le chef- d'œuvre de Léon Tolstoï. Il suit, à son époque, la structure du roman-épopée : au centre du récit, les héros liés les uns aux autres par des liens familiaux et des relations amoureuses, voient leur destin influencé par des évènements historiques réels, des guerres, des révolutions. Mais les principaux personnages des épopées sont traditionnellement des créateurs actifs de l'histoire. Cholokhov, lui, remplace ces héros d'épopées par des personnes ordinaires, qui participent à des évènements historiques, non pas en vertu de droits acquis par leur naissance, mais simplement du fait de leurs propres efforts.

La langue utilisée dans le roman a pour particularité d'utiliser de nombreux régionalismes de la langue russe, tant dans le discours du narrateur que dans celui des différents personnages. Ceci est particulièrement vrai dans les deux premières parties. Les troisièmes et quatrièmes parties présentent beaucoup moins d'expressions régionalistes colorées. Elles sont remplacées par des images fortes et expressionnistes. Ce changement de vocabulaire transforme le roman en un récit sur la perte d'identité qui suit les cataclysmes mondiaux comme les guerres et aboutit notamment à des statures et des discours plus rigides, plus artificiels.

Outre son langage brillant et coloré et ses nouveaux personnages, Cholokhov introduit un autre élément important dans le roman : la physiologie, tant à la mode dans la littérature française du XIXe siècle et d'autre part la violence. En sont un exemple, les détails et les expressions dans les scènes de lit qui sont décrites ("Les doigts d'Aksinia sentent le lait de vache frais; quand Grigori tourne la tête, mettant son nez sous l'aisselle d'Aksinia, une odeur de sueur douceâtre de femme, frappe ses narines") et - dans le troisième volume - des scènes de violence et d'exécutions (où un officier blessé "saigne et pisse"). Si la physiologie des scènes de sexe fait simplement partie de la poétique générale riche en images du roman, par contre, les descriptions détaillées de la violence nécessitent une explication. La physiologie, la cruauté sont contenues non seulement dans la langue, mais aussi dans l'intrigue même du roman. Elles commencent dès les premières lignes du roman : la grand-mère de Gregori, femme turque amenée par son mari après une guerre russo-turque dans une ferme cosaque, est battue et est soupçonnée de sorcellerie (après son apparition dans le village, la peste a commencé). Puis elle accouche prématurément et meurt immédiatement. L'héroïne Aksinia a, quant à elle, été violée par son propre père. Ce dernier est battu à mort par son frère et sa mère (ce qui est également décrit de manière colorée : « La veille mère d'habitude paisible arrachait frénétiquement les cheveux de son mari sans connaissance… » [8]. À son retour à la maison, le père mourant remplit l'oreiller de sang et de matière blanche d'une oreille arrachée. Tous ces événements sont décrits de telle manière qu'il devient évident que dans ce roman, la violence et le meurtre sont dans l'ordre des choses. La violence est un moyen de communication courant entre les Cosaques. C'est la manifestation du pouvoir caché qui est contenu dans le Don paisible et qui éclate[9].

Cholokhov a été influencé par les matériaux des histoires de Cosaques, des essais sur la vie dans le Sud russe, publiés abondamment au tournant des XIXe siècle et XXe siècle. Mais le roman peut également être considéré comme un dialogue entre le roman-épopée classique de Tolstoï Guerre et Paix et une texture cosaque des évènements du début du XXe siècle en Russie : des descriptions de blessures, des affrontements entre hussards et soldats français de l'épopée tolstoïenne se retrouvent en écho dans Le Don paisible.

Une autre source d'inspiration est l'œuvre d' Ivan Bounine. Cholokov lui emprunte l'imagerie poétique, avec ses détails de couleurs (les mains noires des Cosaques, les crépuscules mauves, les levers de soleil rouge-vin, les ciels violet lointain, les blancs d'yeux bleus)[10].

Accueil du romanModifier

Après la publication des premières parties du Don paisible, dans la revue Oktyabr, en 1928, la critique soviétique et les collègues de Cholokhov ont accueilli le roman avec enthousiasme. De plus, le critique Vladimir Yermilov (en), lors du premier congrès des écrivains prolétariens, a qualifié le Don paisible de «beau cadeau à notre congrès» et de «grande conquête de la littérature prolétarienne». Toutefois, immédiatement après ce début, des difficultés se sont présentées pour la publication de l'ouvrage. Des articles incriminants l'auteur du roman ont commencé à apparaître dans la presse. L'article le plus caractéristique de ce courant, intitulé «Pourquoi Cholokhov a-t-il aimé les gardes blancs ?», est paru dans le magazine sibérien le Présent, proche du prolétariat .

Suivant cet article, le problème est de savoir de quelle classe, obscurcissant la lutte de classe dans le village pré-révolutionnaire, l'écrivain prolétarien Cholokhov s'est préoccupé ? La réponse est : ayant les meilleures intentions subjectives, Cholokhov a objectivement accompli la tâche de koulak, d'exploiteur. <...> Il en résulte que l'opinion de Cholokhov est devenue acceptable, même pour les blancs.

À bien des égards, la raison de cette attitude hostile de la critique officielle soviétique était la réception vraiment bienveillante du roman dans les milieux émigrés. Gueorgui Adamovitch , dans un article publié dans le magazine New Russian Word, à New York, écrit: "Le nouveau mot Russe".:

« Cholokhov a, sans aucun doute, un grand talent naturel. Cela se ressent dans les pages d'introduction du Don paisible et cette impression subsiste jusqu'à la fin du roman... <...> ...chaque personnage parle à sa manière, chaque détail psychologique ou descriptif est véridique. Le monde n'est pas inventé, mais réfléchi. Il se confond avec la nature, plutôt que d'agir sur elle capricieuse en s'imposant comme un mobile étranger. L'art de Cholokhov est organique. ».

D'autre part, de nombreux écrivains expatriés, par exemple Vladimir Nabokov, ont accueilli ce roman froidement. Dans l'une de ses conférences sur la littérature russe, donnée à l'Université Cornell en 1958, il s'exprimait encore plus clairement: «tout le monde connaît ces lourds best-sellers du genre Le Don paisible, La Case de l'oncle x qui sont des montagnes de vulgarité, des kilomètres de banalités, que les journalistes étrangers appellent du sang-puissant et de l'irrésistible ».[9].

Attribution du Prix Nobel de littérature en 1965Modifier

En 1958, c'est Boris Pasternak qui obtient le prix Nobel de littérature pour son roman Docteur Jivago. Les autorités soviétiques obligent ce romancier à le refuser. Elles craignent cette attribution à Pasternak et ont tenté d'influencer la décision du comité du Prix Nobel en faveur de Cholokhov. Mais ce n'est qu'en 1965, que ce comité fixe son choix sur Cholohkov « pour la force artistique et l'intégrité de son œuvre sur Le Don paisible, à une époque charnière pour la Russie. ». Il est peu probable que le choix du comité se soit fixé sur Cholokhov à cause de la pression de l'Union des écrivains soviétiques. Il existe toutefois une opinion suivant laquelle Cholokhov a été récompensé en raison du réchauffement notable des relations entre la Suède et l'URSS dans les années 1960. Le poète Joseph Brodsky par exemple partage cette opinion[9]. Toujours est-il que Cholokhov est le seul auteur russe ayant été récompensé par l'attribution du Prix Nobel, avec l'approbation des autorités soviétiques.

Personnages historiques apparaissant dans le récitModifier

ÉditionsModifier

Édition russeModifier

L'édition russe se compose de 4 livres et 8 parties[11],[12] :

  • Livre I : 1re, 2e et 3e parties.
    Le premier livre est envoyé en 1927 à la revue Oktiabr[13]. Malgré la demande de coupures importantes, les trois premières parties paraissent intégralement en 1928.
  • Livre II : 4e et 5e parties ;
    Parution en 1928.
  • Livre III : 6e partie.
    Publication entre 1929 et 1933, malgré de nouvelles pressions visant à supprimer les passages décrivant la répression soviétique. La publication se poursuivit après que Staline eut pris la défense de Cholokhov[14].
  • Livre IV : 7e et 8e parties.
    Publication de la 7e partie dans la revue Novy mir en 1937-1938 et de la dernière partie en 1940.

Édition françaiseModifier

Œuvres inspirées du Don paisibleModifier

OpéraModifier

En 1935, le roman (alors inachevé) de Cholokhov a inspiré à Ivan Dzerjinski Le Don paisible, un « opéra en chansons » dont le primitivisme a été encouragé par Staline lui-même, qui souhaitait un « opéra classique soviétique ». À cette fin, les auteurs de l'opéra ont eu droit à un entretien personnel de Staline et de Viatcheslav Molotov. Selon Félix Roziner, il semble que ce soit là (avant Andreï Jdanov) la première intrusion de Staline dans le monde de la création musicale[15]. En , l'opéra Lady Macbeth du district de Mtsensk de Dmitri Chostakovitch ne connaîtra pas la même chance et sera voué aux gémonies par le maître du Kremlin.

CinémaModifier

Le roman a inspiré plusieurs adaptations cinématographiques.

ChansonModifier

Une comptine cosaque citée dans le roman a inspiré Where Have All the Flowers Gone?, une protest song composée par Pete Seeger en 1955, complétée plus tard par Joe Hickerson et popularisée dans les années 1960 par de nombreux interprètes (Joan Baez, Chris de Burgh, Dalida, Marlène Dietrich, Dolly Parton, Peter, Paul and Mary etc.).

ThéâtreModifier

L'écrivain allemand Heiner Müller a écrit en 1970 une pièce didactique Mauser dont il dit lui-même que ce sont des « variations sur un thème tiré du roman de Cholokhov ».

Notes et référencesModifier

  1. (de) NZZ du 23 avril 2005 « Copie archivée » (version du 29 septembre 2007 sur Internet Archive), consulté le 29 juin 2010
  2. Toutefois, jusqu'au milieu des années 1950, Le Don paisible a connu les affres de la censure : on a recensé plus de 250 coupures, allant d'un mot à plusieurs pages, chaque fois pour éliminer de passages défavorables aux bolcheviks (Herman Ermolaev, article « Mikhaïl Cholokhov » in Efim Etkind, Histoire de la littérature russe, tome 6, p. 93).
  3. L'édition parue chez Omnibus se termine avec un dossier d'Alla Chevelkina « Qui a écrit Le Don paisible ? » qui fait l'historique des accusations de plagiat et de la polémique qui entoure le roman (p. 1390).
  4. Cette localité est par ailleurs le village natal de Cholokhov en 1905
  5. Tchouviviliaiev.
  6. Don paisible-Presses de la Cité-Omnibus p.7.
  7. Tchouviliaiev.
  8. Don paisible, Presses de la Cité-omnibus p.37-38.
  9. a b et c Ivan Tchouviliaiev.
  10. (ru) Ivan Tchouviliaiev, « МИХАИЛ ШОЛОХОВ ТИХИЙ ДОН », Polka
  11. Le Don paisible, p. 6 et 1389, Omnibus
  12. La division en 4 livres, chacun avec son titre propre, est totalement escamotée dans l'édition française d'Omnibus.
  13. Organe de l'Association des écrivains prolétariens de Moscou et de toute l'Union (Herman Ermolaev, article « Mikhaïl Cholokhov » in Efim Etkind, Histoire de la littérature russe, tome 6, p. 85.
  14. Herman Ermolaev, article « Mikhaïl Cholokhov » in Efim Etkind, Histoire de la littérature russe, tome 6, p. 86.
  15. Félix Roziner, article « La Musique russe sous Staline » in Efim Etkind, Histoire de la littérature russe, Tome 6, p. 276.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier