Ouvrir le menu principal

Le Désordre et la Nuit

film de Gilles Grangier, sorti en 1958
Le Désordre et la Nuit
Réalisation Gilles Grangier
Scénario Jacques Robert
Michel Audiard
d'après le roman de
Jacques Robert
Acteurs principaux
Sociétés de production Orex-Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame Policier
Durée 90 minutes
Sortie 1958

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Désordre et la Nuit est un film français réalisé par Gilles Grangier en 1958.

SynopsisModifier

Propriétaire de la boîte de nuit parisienne « l'Œuf », Albert Simoni est abattu dans un bois. Les inspecteurs de police Valois et Chaville sont chargés de l'enquête. Le défunt entretenait une liaison avec Lucky, une jeune droguée vivant de prostitution occasionnelle. Le commissaire Janin avertit Valois, son subordonné, que le frère de Simoni étant un industriel pharmaceutique influent, l'enquête doit être menée avec doigté et aboutir rapidement. Valois tombe amoureux de Lucky. Il apprend qu'elle est la fille d'un homme d'affaires allemand, qui menace de lui couper les vivres si elle ne rentre pas à Munich. Poursuivant son enquête, Valois rencontre une amie de Lucky, Thérèse Marken. Épouse d'un ingénieur chimiste, elle tient une pharmacie dans un quartier aisé. Il la soupçonne rapidement d'être impliquée dans le meurtre. Fréquemment indisposée par son état de manque, Lucky disparaît. Suivant son intuition, Valois se rend chez le couple Marken, à Boulogne-Billancourt. Il y découvre Lucky alitée et droguée. Thérèse finit par avouer à Valois l'assassinat de Simoni, auquel l'attachait une passion non réciproque et destructrice. Elle l'avait rencontré en lui fournissant de la drogue dont elle sut, assez tôt, qu'elle était destinée à Lucky. Les exigences de Simoni avaient fini par devenir insupportables. Lucky a été témoin du meurtre et Thérèse achète son silence en la pourvoyant en drogue. Valois propose à Thérèse de présenter le meurtre comme un crime passionnel qui lui attirera la clémence des jurés. Dégoûtée d'elle-même mais respectueuse de son mari, la pharmacienne accepte, non sans cacher à l'inspecteur le mépris que lui inspire Lucky. Poussé à bout par Janin qui lui reprochait sa mauvaise gestion de l'enquête, Valois démissionne de la police. Plus que jamais épris de Lucky, il la conduit dans une clinique pour qu'elle suive une cure de désintoxication.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier