Le Coup du parapluie

film sorti en 1980
Le Coup du parapluie

Titre original Le Coup du parapluie
Réalisation Gérard Oury
Scénario Gérard Oury
Danièle Thompson
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont International
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 90 min.
Sortie 1980

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Coup du parapluie est un film comique français réalisé par Gérard Oury en 1980.

SynopsisModifier

Grégoire Lecomte, comédien sans envergure - ses contrats étant le plus souvent des spots publicitaires tel « Ragoutoutou » - et coureur de jupons, se rend à un rendez-vous pour obtenir un rôle de tueur dans un film comique. À la suite d'un quiproquo, il se retrouve engagé par de véritables mafiosi comme tueur à gages, tout en croyant que le « contrat » en question est celui de son rôle dans le film. Il part ainsi pour Saint-Tropez où il doit éliminer lors d'une soirée un trafiquant d'armes en usant d'un parapluie dont la pointe contient du cyanure. Mais Grégoire ignore que Moskovitz, le vrai tueur, est à ses trousses.

Résumé détailléModifier

Dans un grand magasin du Boulevard Haussmann le tueur à gages Moskovitz abat un homme dans un photomaton. Éternel maladroit et coureur de jupons, Grégoire Lecomte n'a que quelques figurations et publicités à son actif. Il se rend à une audition dans l'espoir de décrocher le rôle d'un tueur. Pris pour un concurrent à cause de sa tête d'assassin, Moskovitz est souillé de peinture par Frédo, l'ami et imprésario de l'acteur. Se trompant de porte, Lecomte est accueilli par Don Barberini et son "filleul" Lorenzo. Pour le compte de politiciens africains, ces mafiosi l'engagent pour éliminer Otto Krampe, un trafiquant d'armes surnommé "la Baleine", qui fête son anniversaire à St-Tropez.

A la fin du rendez-vous, Grégoire est à la fois pisté par les contractuelles – collègues de sa jalouse compagne Josyane, suivi par Moskovitz, et photographié par la D.S.T. En mission pour ce service secret, Sylvette, dite "Bunny", tombe délibérément dans les bras de Grégoire au café-théâtre où il joue un petit rôle. Croyant toujours partir pour un film, l'acteur passe chez Salvatore Bozzoni afin de récupérer un parapluie réellement équipé d'une aiguille empoisonnée. Pratiquant un double-jeu, ce tailleur prévient Krampe. En voyant une publicité, Don Barberini se rend compte de sa bévue et fait alliance avec Moskovitz.

Après avoir salué son épouse Juliette, fleuriste, Grégoire prend l'avion avec Sylvette. Sans s'en rendre compte, il élimine Stanislas dit "la folle", un passager chargé par Krampe de l'éliminer, d'un coup de son parapluie. Lui et Sylvette sont emmenés depuis l'aéroport de Nice en voiture par Frédo, son épouse Mireille et leurs cinq enfants, ils provoquent sans le savoir l'accident fatal de l'homme de main "le docteur" envoyé par Krampe pour les tuer. Devenue incontrôlable la voiture finit ses cascades sur la plage.

Grégoire et "Bunny" arrivent sains et saufs au Byblos, un hôtel où Krampe donne une réception pour son anniversaire. Cette fête à la "Gatsby le magnifique" a attiré les caméras, renforçant la conviction de l'acteur de se trouver sur les lieux d'un tournage. Croyant avoir affaire à un partenaire, Grégoire joue à Guillaume Tell avec Radj Kahn, le garde du corps hindou de Krampe. Découvrant la présence de Josyane dans sa chambre d'hôtel, Grégoire empêche sa rencontre avec Sylvette.

Invité par Otto, la maladresse de Grégoire provoque une série d'incidents et l'hilarité des convives. Entretemps Moskovitz a récupéré le parapluie empoisonné. Grégoire remonte dans sa chambre en prenant soin d'éviter ses deux maîtresses. Il découvre Moskovitz – venant de tuer Radj Kahn – qu'il affronte pour récupérer son précieux accessoire. Projeté dans la piscine, il amuse de nouveau la galerie. Rejoint par Krampe dans l'eau, celui-ci est tué par Moskovitz, lequel est ensuite abattu par Sylvette. Refusant de rejoindre son service, elle avoue tout à son bien-aimé Grégoire.

Un an plus tard, le festival de Cannes célèbre le succès de l'acteur, qui a écrit, réalisé et interprété cette histoire vécue grâce au soutien financier de Don Barberini.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • L'histoire est inspirée d'un fait réel : en 1978, deux ressortissants bulgares furent assassinés à Paris et à Londres à l'aide d'un parapluie empoisonné. Cet événement est rappelé par Don Barberini qui parle du parapluie comme étant "bulgare".
  • Ayant su que Pierre Richard et Valérie Mairesse avaient déjà joué ensemble dans C'est pas moi, c'est lui, Gérard Oury a exigé que l'actrice se teigne les cheveux en blond afin d'éviter la confusion entre les rôles.
  • Lors de la scène au théâtre, après la chute de Pierre Richard au pied de l'échelle, on peut voir au mur une affiche de la pièce "Amour, Coquillages et Crustacés" écrite par la troupe du Splendid et dans laquelle joue Gérard Jugnot.
  • Gert Fröbe, parlant couramment allemand, anglais et français, n'est pas doublé ; c'est sa véritable voix que l'on entend. À l'inverse, Gordon Mitchell s'est fait doubler lors de son unique réplique à l'aéroport (« À quelle heure le prochain vol ? »). En revanche, il prononce lui-même le chiffre 10 lorsque Pierre Richard lui demande son étage dans l'ascenseur.
  • Au début du film, sur une bande enregistrée, on entend Grégoire Leconte (Pierre Richard) parler du Théâtre Expérimental de Maubeuge, en référence à la ville du même nom.
  • Le film est dédié à la mère du réalisateur, Marcelle Oury, décédée le .
  • Le titre initial était « Le coup du parapluie bulgare », mais sous la pression d'Alain Poiré, Gérard Oury le rebaptisa à contrecœur.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier