Le Chant du cygne (Tchekhov)

Le Chant du cygne est une petite pièce de théâtre en un acte d'Anton Tchekhov qu'il écrivit en une heure et cinq minutes[1] à l'âge de vingt-six ans, fin 1886 et début 1887.

Les protagonistes de ce petit chef-d'œuvre de quelques pages sont Vassili Vassiliévitch Svetlovidov, vieil acteur dont la longue et importante carrière est derrière lui, et le vieux Nikita Ivanytch son ancien souffleur.

Cette pièce avait préalablement la forme d'une nouvelle, publiée le dans Le Journal de Pétersbourg.

ArgumentModifier

Une nuit, Svetlovidov s'endort ivre dans sa loge, après avoir interprété Calchas dans La Belle Hélène, célèbre opéra-bouffe d'Offenbach[2]. Il s'éveille en pleine nuit, seul, apeuré et oublié de tous. Les portes du théâtre sont fermées de l'extérieur et il ne peut sortir. Cherchant de l'aide, il rencontre Ivanytch, qui ne sachant où demeurer passe la nuit dans une des loges. Cette rencontre inattendue amène les deux hommes à évoquer les heures glorieuses du théâtre autrefois, et la carrière passée de Svetlovidov, aujourd'hui âgé et malade. Il récite des tirades de ses chevaux de bataille, comme Boris Godounov, Othello, Le Roi Lear, Hamlet, dans une interprétation magistrale qui est son chant du cygne.

ReprésentationsModifier

La première de la pièce a eu lieu au théâtre Korch de Moscou en 1888, le rôle de Svetlovidov étant interprété par Vladimir Davydov.

Le Chant du Cygne en FranceModifier

Adaptations cinématographiquesModifier

Édition en françaisModifier

NotesModifier

  1. Dictionnaire Tchekhov, page 49, Françoise Darnal-Lesné, Édition L'Harmattan, 2010, (ISBN 978 2 296 11343 5)
  2. Le livret est d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy