Le Caule-Sainte-Beuve

commune française du département de la Seine-Maritime

Le Caule-Sainte-Beuve
Le Caule-Sainte-Beuve
La mairie et l'église Saint-Jean.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Chantal Benoît
2014-2020
Code postal 76390
Code commune 76166
Démographie
Gentilé Caulois
Population
municipale
487 hab. (2017 en augmentation de 3,62 % par rapport à 2012)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 28″ nord, 1° 35′ 23″ est
Altitude Min. 161 m
Max. 241 m
Superficie 16,71 km2
Élections
Départementales Canton de Gournay-en-Bray
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Caule-Sainte-Beuve
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Caule-Sainte-Beuve
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Caule-Sainte-Beuve
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Caule-Sainte-Beuve
Liens
Site web http://www.lecaulesaintebeuve.fr/

Le Caule-Sainte-Beuve est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

GéographieModifier

Communes limitrophes de Le Caule-Sainte-Beuve
Saint-Germain-sur-Eaulne Aubermesnil-aux-Érables Landes-Vieilles-et-Neuves
Sainte-Beuve-en-Rivière   Nullemont
Auvilliers Flamets-Frétils Illois

LocalisationModifier

La commune est constituée d'un ensemble de hameaux agricoles normands situés en limite de la Basse Forêt d'Eu[1], limité au sud par l'ancienne RN 29 (actuelle RD 929).

Elle est aisément accessible par l'autoroute A29.

Communes limitrophesModifier

Quartiers, hameaux et lieux-ditsModifier

Le Caule-Sainte-Beuve est constitué de divers hameaux :

  • Le Caule, chef-lieu de la commune ;
  • Les Ventes-Mésangères, qui fut jusqu'en 1822 une commune ;
  • Sainte-Beuve-aux-Champs], qui fut jusqu'en 1824 une commune ;
  • L'Aventure ;
  • Le Bord des Bois ;
  • Génétrelle.

HydrographieModifier

Une source intermitente du fleuve côtier l'Yères se trouve dans le vallon dénommé le Puits à Corbeau[1].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Chaable en 1119, Caable fin du XIIe siècle[2].

HistoireModifier

« Un ciseau poli en silex, une hachette polie de même matière et un marteau perforé en diorite, long de 9 centimètres et ayant la forme d'une masse à cailloux » de l'époque néolithique ont été découverts dans la commune au XIXe siècle[3].

Des tuiles romaines ont été découvertes aux Ventes-Mésangères[4].

En 1634 est créée une verrerie au Caule, puis une autre en 1830. Elles fonctionnent peu de temps[5].

 
L'ancienne gare des Landes-le-Caule, devenue une habitation.

La commune du Caule, instituée par la Révolution française, absorbe en 1822 celle de Les Ventes-Mésangères et devient Le Caule-les-Ventes. En 1824, celle-ci absorbe Sainte-Beuve-aux-Champs et prend son nom actuel du Caule-Sainte-Beuve[4].

La gare des Landes-le-Caule, situé aux Landes-Vieilles-et-Neuves en limite du Caule, était desservie de 1906 à 1947 par la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique Aumale-Envermeu des Chemins de fer départementaux de la Somme (bien que située en Seine-Maritime).

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie de 1802 à 1952 du canton de Blangy-sur-Bresle, année où elle intègre le canton d'Aumale[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Gournay-en-Bray.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la petite communauté de communes du canton d'Aumale, créée fin 2001.

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prescrit que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants, celle-ci a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle, dont la commune est désormais membre.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Juin 1823 1831 Jacques Marie Auguste Boulenger    
1831 1845 Pierre Alexandre Pascal Nasse    
1845 1849 Jean-Pierre Quesnel    
1849 1849 Antoine Cossard    
1849 1865 Waning Calon    
1865 1870 Edouard Chevallier    
1870 1871 Abel Hurpin    
1871 1878 César Poussard    
1878 1884 Waning Calon    
1884 1908 César Poussard[Note 1]    
1908 1912 Athanase Gressent    
1913 1919 Jean Georges Baqué    
1919 1928 Gustave Brunet[Note 2]    
1929 1937 Gabriel Gressent    
1937 1954 Gabriel Allais    
1954 1956 Georges Bourel    
1956 1968 Michel Macré    
1969 1983 Mireille Allais    
mars 1983[7] En cours
(au 31 octobre 2019[8])
Chantal Benoît DVG Professeur de français et histoire-géographie au lycée professionnel de Neufchâtel-en-Bray
Réélue pour le mandat 2014-2020

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2017, la commune comptait 487 habitants[Note 3], en augmentation de 3,62 % par rapport à 2012 (Seine-Maritime : +0,04 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
459334408402770791834839838
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
841826808814772731688662700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
610630603569585571547605586
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
577513472418432402366448485
2017 - - - - - - - -
487--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Après des essais infructueux d'installation de distributeurs automatiques de boucherie et de pain[12], une boulangerie a ouvert en mars 2019 dans une ancienne boucherie devenue propriété communale[13].

Une cidrerie artisanale est présente depuis la fin des années 2000[14] et un brasseur artisanal s'est implanté dans la commune fin 2018[15]

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Barthélémy ou Sainte-Beuve, à Sainte-Beuve, qui conserve des éléments du XIe siècle, mais date principalement des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Église Saint-Éloi, aux Ventes-Mésangères, du XVIIe siècle, en briques rouges.
  • Église Saint-Jean, au Caule, dont le chœur en briques rouges, est du XVIe ou du XVIIe siècle, mais la nef de 1822 et le clocher du XVIIIe siècle. Elle contient un beau retable en bois à colonnes torses du milieu du XVIIe siècle qui proviendrait de l'ancien couvent des pénitants de Neufchâtel[5].
  • La maison forestière de Penthièvre aux Ventes-Mésangères, datant de 1881, propriété de la commune[16] et utilisée comme gite à l'entrée de la Forêt d'Eu[1].
  • Au hameau du Bord des Bois (basse forêt d'Eu), traces du Fossé du Roy (ancien retranchement mis au jour par l'association Détours en Bresle, édifié au cours des XIIe et XIIIe siècles entre le royaume de France et le duché de Normandie).
  • Un arbre remarquable est référencé, le Hêtre du Mont-Robert[17]

L’Aventure dans les ArtsModifier

Un village L'Aventure est cité dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[18].

Il n'existe pas de commune de ce nom en France métropolitaine, ni dans les DOM-TOM.

Toutefois, le Géoportail de l'IGN[19] trouve sous ce nom un hameau du Caule-Sainte-Beuve. ViaMichelin propose à cet endroit un hameau orthographié Laventure.

Compte tenu de la taille de ce hameau, cette localisation n'est pas convaincante et il est préférable de retenir que l'Aventure est un hameau du Bec-Hellouin.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Roger Cressent (1911-1989), enseignant, combattant volontaire de la résistance, chevalier de la Légion d'honneur, né au Caule-Sainte-Beuve[réf. nécessaire].
  • Sergent Pierre Dauge, opérateur radio d'un avion français LeO 45 no 29 abattu au Caule-Sainte-Beuve le lors de la Bataille de France. Il est le seul tué des quatre membres de l'équipage et une rue de la commune porte son nom. Une stèle se trouve devant le cimetière de Sainte Beuve aux champs[20],[21].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Décédé le 13/05/1908
  2. Décédé le 24/10/1928
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Histoire et Tourisme au Caule Sainte Beuve », Commune du Caule Sainte Beuve (consulté le 1er novembre 2019).
  2. François de Beaurepaire - 1979 - Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime - Page 57.
  3. L. Quenouille, « Inventaire des découvertes pour les temps néolithiques dans l'arrondissement de Neufchâtel-en-Bray », Bulletin de la société normande d'études préhistoriques, t. V,‎ , p. 56-109 (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019).
  4. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. a et b Abbé Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure : rédigé sous les auspices de l'Académique des sciences, belles-lettres et art de Rouen, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Répertoire archéologique de la France », , 652 p. (lire en ligne), p. 178, disponible sur Gallica.
  6. M. Coffin, G. et L. Gaudefroy, Promenade géographique historique touristique en Pays de Bray et en Vallée d'Yères, Tome VI. Editions Bertout (ISBN 2-86 743 196-4) page 169 Maires du Caule Ste Beuve
  7. Vincent Bény-Thoreux, « Municipales : partira ou partira pas ? », Le Réveil, édition Oise normande, no 3522,‎ , p. 13
  8. Vincent Bény-Thoreux, « Chantal Benoit : « Je suis encore plus motivée » », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 2630,‎ , p. 15.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Vincent Beny, « Les distributeurs de viande et pain près d’Aumale sont fermés : À peine un an après leur installation, les deux distributeurs de viande et de pain au Caule Sainte-Beuve et Illois près d’Aumale sont à l’arrêt. Sans surprise pour beaucoup », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2019).
  13. Vincent Beny, « Une boulangerie ouvrira le 18 mars au Caule-Sainte-Beuve, près d’Aumale (Seine-Maritime) : Les nouveaux boulangers de Richemont ont décidé d'ouvrir une annexe au Caule-Sainte-Beuve, près d'Aumale. Ouverture prévue le 18 mars », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2019).
  14. Raphaël Moury, « Le Caule-Sainte-Beuve : Monique et Dominique Leroux produisent du cidre et du vinaigre de cidre : Le Caule-Sainte-Beuve. Monique et Dominique Leroux produisent depuis une dizaine d’années du cidre et du vinaigre au sein de la cidrerie du Petit clos », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019),Site de la cidrerie du Petit Clos.
  15. Vincent Beny, « Brasserie Sainte-Beuve. Les premières bières attendues en novembre près d’Aumale : Les premières bières de la brasserie Sainte-Beuve devraient sortir en novembre prochain. La cave Silène et la bière Cauloise sont très attendues », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2019).
  16. « Le Caule-Sainte-Beuve : la commune achète un gîte rural : La commune a racheté la maison forestière », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019).
  17. « Arbre remarquable Le Hêtre du Mont Robert », sur http://www.normandie-tourisme.fr (consulté le 1er novembre 2019).
  18. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  19. http://www.geoportail.gouv.fr/accueil
  20. « LeO 451 n°29 », sur https://www.aerosteles.net (consulté le 1er novembre 2019).
  21. « Pierre Dauge », Tués de la 31e Escadre de Bombardement, Équipages dans la tourmente (consulté le 1er novembre 2019).