Le Carrefour des enfants perdus

film de Léo Joannon, sorti en 1944
Le Carrefour des enfants perdus
Réalisation Léo Joannon
Scénario Stéphane Pizella
Maurice Bessy
Jean-Georges Auriol
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 110 min


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Carrefour des enfants perdus est un film français réalisé par Léo Joannon et sorti en 1944.

SynopsisModifier

A l'armistice de la drôle de guerre, un jeune journaliste, Jean Victor, fonde un centre de rééducation "nouvelle formule" pour les jeunes délinquants. Sa méthode est basée sur la confiance qu'il fait aux jeunes placés sous sa garde. Il veut ainsi réagir contre les méthodes des maisons de correction qu'il a personnellement subies. Il pourra compter sur ses deux adjoints Malory et Ferrant, eux aussi d'anciens délinquants. Une rébellion éclate, montée par le plus dur des jeunes, Jorisse, qui compromet l'existence du « Carrefour des enfants perdus ». Les conséquences dramatiques de cette révolte, ainsi que l'arrivée du petit frère de Jorisse, La Puce, ouvrent les yeux du coupable...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CommentairesModifier

  • « Ce film, sorti dans les derniers mois de l'Occupation, connut auprès de la presse et du public un grand succès qui se poursuivit bien au-delà de la Libération. Dans une production volontairement ignorante, depuis quatre ans, des problèmes du moment, il était l'une des rares œuvres à faire explicitement référence à des préoccupations et à des problèmes contemporains »[1].


Le résultat est une apologie de l'éducation par l'inculcation d'une idéologie du chef. La critique reçoit le film comme une œuvre de propagande, que ce soit pour dénoncer ou pour louer la démarche. Avec Mermoz de Louis Cuny et Coup de tête de René Le Hénaff, Carrefour des enfants perdus est un des rares films fascisants produit par le cinéma français durant l'Occupation.

Notes et référencesModifier

  1. Philippe d'Hugues. in Guide des films. Tome I. Robert Laffont. 2005.

Liens externesModifier