Le Bolchevik (Koustodiev)

Tableau de 1920 de B. Koustodiev (1920)

Le Bolchevik (en russe : Большевик) est un tableau de l'époque soviétique du peintre Boris Koustodiev, réalisé en 1920.

Le Bolchevik
Image dans Infobox.
Le Bolchevik
Artiste
Date
Type
Huile sur toile
Technique
Huile
Dimensions (H × L)
101 × 141 cm
Mouvement
Symbolisme naïf (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaires
Collection
N° d’inventaire
ЖС-27Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Il représente une figure de personnage dénommé bolchévik qui est gigantesque, tient dans ses mains un drapeau rouge flottant derrière lui, et marche sur une foule encombrant les rues, entre les maisons, les églises, les palais en traçant son chemin vers le « brillant avenir ». Cette œuvre est réalisée par Koustodiev comme une espèce de tentative de compréhension des causes et des conséquences de la révolution d'Octobre de 1917, à la suite de l'arrivée au pouvoir des Bolcheviks. Il veut exprimer un « sentiment spontané » à l'égard du bolchévisme, par un travail allégorique, inhabituel chez l'artiste qui considère le bolchévisme comme le nouveau dieu du paradis communiste. Le peintre craint d'envoyer ce tableau à une exposition, pensant qu'il serait considéré comme une provocation à l'égard du pouvoir soviétique. Mais ses craintes sont apaisées quand son tableau est considéré par la critique comme un classique de l'art soviétique des premières années post-révolutionnaires réalisé dans le genre naïf-symboliste. Actuellement le tableau est exposé à la galerie Tretiakov à Moscou. Koustodiev se tourne avec ce tableau vers l'idéal révolutionnaire bolchévique, alors que beaucoup de ses œuvres précédentes avaient comme sujet le monde des riches marchands qu'il idéalisait à souhait.

ContexteModifier

 
Autoportrait à la fenêtre de Koustodiev

Après avoir été un peintre original des mœurs du monde des riches marchands, après avoir idéalisé ceux-ci, Koustodiev se tourne plus tard vers les thèmes révolutionnaires ,[1]. Durant les quinze dernières années de sa vie il est paralysé partiellement à cause d'une tumeur de la moelle épinière qui l'a handicapé à partir de 1915, à l'âge de 34 ans [2],[3],[4]. Pratiquement confiné à son seul appartement sur sa chaise roulante, Koustodiev n'a pu voir les évènements de la Révolution de Février 1917 que depuis sa fenêtre [1]. Dans une lettre adressée à Vassili Loujski datée du , encore sous le coup de l'émotion de ce qu'il a vu par ses fenêtres, il le congratule[5] : « ... D'une certaine façon tout cela va peut-être mener au bord de la guerre. Mais il faut espérer que tout ira bien malgré tout. Tout cela nous a montré que notre peuple a encore beaucoup de forces et qu'il est capable de beaucoup de choses si seulement on le pousse à bout […] Ici tout est encore bouillant, les rues sont noires de monde bien que l'ordre règne. Jamais je ne me suis plaint autant de mon état qui ne me permet pas de sortir dans la rue, alors que l'on a dû attendre des siècles pour voir cela! »

 
27 février 1917

C'est d'après ses souvenirs récents de l'année 1917 que Koustodiev a peint son étude [6][7] (90 × 72 centimètres]; toile, huile; galerie Tretiakov)[8]. La fille du peintre, Irina, raconte [9]: « Je me souviens d'une journée froide, la fumée des cheminées montait droit au ciel. De la grande fenêtre de l'atelier qui donne sur la rue Vvedenskaïa on pouvait voir la rue enneigée. Les tas de neiges avaient des reflets bleu foncé. Le soleil d'hiver éclairait la foule porteuse de drapeaux rouges. Juste devant chez nous s'est arrêté un camion de soldats. Beaucoup portaient des drapeaux rouges à leur fusils. Père m'a demandé de pousser jusqu'à la fenêtre sa chaise d'invalide à laquelle il était déjà "enchaîné" depuis plus d'un an. […] Je lui avance la chaise. L'atelier était silencieux, dehors la rue était fort animée. Quelqu'un cria. La foule était grouillante. Mais les cris ne s'entendaient pas dans le studio. Père a peint durant trois heures jusqu'à ce que le soleil disparaisse. Quand je vis ses yeux ils étaient humides, en larmes. Pensant à ses douleurs je lui apporte ses médicaments. Irotchka tu ne comprends pas le genre de bonheur que nous ressentons à la vue du drapeau rouge de la liberté! » Et, en effet, cette journée a été l'apothéose de la révolution de février 1917 permettant, après l'abdication du Tsar, la constitution du Gouvernement provisoire[10],[11]. Selon l'avis des critiques sur le tableau, le débordement de foule, les soldats en liesse avec leurs drapeaux rouges, le tout éclairé par des couleurs vives témoigne bien de l'accueil sincère et favorable de la révolution par Koustodiev [12][7].

Malgré l'abdication de Nicolas II et la disparition de l'autocratie, les changements dans les rangs de la police, dans la gendarmerie, parmi les gouverneurs, la réforme agraire qui est reportée, la démocratisation de l'armée ont provoqué la poursuite des opérations guerrières tant et si bien que la révolution de février déboucha sur la Première Guerre mondiale [11]. Les changements positifs que Koustodiev attendait dans la vie du pays n' ont pas encore débuté et la guerre comme la terreur ne sont pas terminées. Elles sont porteuses de pauvreté, de faim et de fracture sociale[13]. Le nouveau Gouvernement provisoire, bénéficie toujours du soutien de la vieille bureaucratie, mais n'a pas de pouvoir réel. Le Soviet des députés ouvriers et des délégués des soldats de Petrograd est soutenu par les soldats, mais n'a pas d'autorité légale. Le problème du double pouvoir (Soviet et Gouvernement) est finalement résolu par la révolution d'Octobre 1917 et l'arrivée au pouvoir des Bolcheviks[11]. La guerre civile devient une lourde épreuve pour Koustodiev : beaucoup de ses amis fuient à l'étranger, il est difficile pour sa famille de joindre les deux bouts[13]. Malgré les nécessités de l'époque et les conséquences désagréables dans sa vie, Koustodiev, comme la plus grande partie des artistes russes, se tient du côté de la révolution et ne tient pas compte des évènements négatifs pour son pays[14],[13],[1]. Il prend conscience de la gravité de sa maladie et répète souvent à ses enfants Irina et Cyrille : « Soyez heureux, survivez et vous verrez toute la beauté de la vie qui se poursuivra »[15]. Depuis les premières années post révolutionnaires Koustodiev crée des nouvelles toiles pour le nouveau pouvoir soviétique. Il participe aussi à la décoration de la ville de Petrograd lors du premier anniversaire de la révolution d'Octobre, illustre des livres sur Lénine, peint quatre portraits de lui, prend part à la conception de la casquette des révolutionnaire la Boudionovka, crée des panneaux de louboks, des peintures murales glorifiant la révolution et représente la Russie révolutionnaire dans les couleurs de l'arc-en-ciel [16],[13],[1],[17],[18]. Il devient ainsi un des premiers peintres reconnus du nouveau mouvement artistique, le réalisme socialiste[13].

CréationModifier

Trois ans après la révolution d', Koustodiev tente de synthétiser les évènements qui se sont passés. Son tableau Le Bolchevik, réalisé en 1920, est le fruit de sa pensée sur le sujet[19],[20],[15],[7],[13]. L'artiste comprend cette révolution comme une rébellion du peuple, spontanée et gigantesque dans son ampleur.

 
Avènement 1905. Moscou (première variante)
 
Avènement 1905. Moscou (deuxième variante)

Le sujet du Bolchévik est une répétition en son genre d'autres œuvres de Koustodiev, consistants en caricatures antimonarchiques intitulées Avènement( 1905. Moscou) , réalisées en deux variantes pour la revue Joupel (26 × 26 cm; sur papier, à l'encre, aquarelle; Galerie Tretiakov). Sous forme d'allégorie, il représente la version sanglante des évènements, dans la rue Presnaïa, lors de l'insurrection de Moscou de décembre 1905 : les soldats tirent sur les manifestants portant des drapeaux rouges, détruisent les maisons, allument des feux, tuent les gens, et l'image de la mort domine le spectacle sous forme d'un énorme squelette sanglant qui se lève au-dessus des maisons et fait irruption dans les rues de la ville avec un hurlement sauvage[21],[22],[23],[24],[25],[26]. Pour son tableau Le Bolchevik, commencé en 1919, [27] il utilise les caricatures et l'on retrouve sa conception et sa composition des entrelacs des rues [28].

 
Portrait d'Ievgueni Zamiatine par Koustodiev

L'ami du peintre, l'écrivain Ievgueni Zamiatine est venu poser dans l'atelier du peintre pour qu'il réalise son portrait qui est daté de 1923. Au début, l'écrivain était amoureux de la révolution comme d'une femme libre, aimée passionnément. Mais après la victoire des bolcheviks, il commence à retrouver la censure des publications, les arrestations par la police des dissidents et l'esprit familier de la police secrète. À deux reprises, en 1919 et en 1922, Zamiatine est arrêté pour activité antisoviétique et risque l'exclusion d'Union soviétique lors de l'opération appelée bateaux des philosophes organisée contre les intellectuels en 1922 et pour la publication de son roman Nous autres qui est interdit en 1923.

CompositionModifier

Les mesures du tableau sont de 101 × 141 cm. C'est une peinture à l'huile, sur toile. Il est signé en bas à gauche : Boris Koustodiev [29],[30].

 
«Colosse», par Francisco de Goya, réalisé en 1808, présente une certaine similitude d'idée avec son géant sortant de la mer et la foule qui fuit.
 
fragment du tableau Le Bolchevik

Il représente la figure symbolique et grotesque d'un énorme individu qui est debout avec un drapeau rouge en main, qui flotte loin derrière lui au-dessus de la ville et du peuple[14],[20],[19]. L'image ne diffère pas des caractéristiques de la vie quotidienne. Elle est simple et naïve : le personnage a le visage du russe barbu, des vêtements sans apprêts, une veste d'hiver, des bottes, un chapeau avec cache-oreilles, son écharpe grise vole au vent[14],[23][31],[32],[15],[19],[27],[33]. Indomptable, énergique, volontaire et courageux, c'est un Bolchevik entièrement disproportionné, tel un Ilya Mouromets marchant entre les palais, les maisons, les coupoles des églises[34],[32][16],[20],[33],[27]. On peut voir dans ce bogatyr une personnification de la révolution d'octobre tel que le héros Ivan du poème de Vladimir Maïakovski 150 000 000 : « Ivan c'est la Russie, et son bras c'est la Neva, et ses talons ce sont les steppes de la Caspienne… ». Le bolchevik marche à travers la foule des hommes-fourmis comme Gulliver au milieu des lilliputiens. [31],[23],[14],[27]. Les manifestants en armes ont des allures tout à fait ordinaires. Les soldats sont en gris, les marins portent des bérets, quelques-uns sont à cheval, l'un des manifestants conduit une automobile et est entouré par la foule. La foule se déplace dans Moscou vers le Kremlin, à travers les pâtés de maisons, parmi lesquelles on reconnaît le musée Roumiantsev (devenu plus tard la Bibliothèque d'État de Russie)[23],[14],[27],[35]. Le bolchevik est présenté comme s'il se développait à partir d'un corps humain collectif composé par la foule et ses innombrables visages, une masse sombre de millions de gens qui remplissent les rues et les ruelles en courant comme coule un ruisseau derrière un chef qui leur montre la voie lumineuse de l'avenir[15],[16],[32],[13],[19],[36].

 
Certains critiques voient dans l'église située à l'avant-plan sur la route du bolchevik le dernier symbole autocratique de la fidèle gardienne de l'ordre ancien, vers lequel le géant se dirige

Perception et influenceModifier

Le Bolchevik est l'un des premiers tableaux parmi les plus connus de la production de ces années qui ont suivi la révolution et qui utilisent encore les allégories de l'Art soviétique classique[37],[38],[39],[15],[16],[40]. Selon l'opinion de Zilberstein, « ce tableau occupe une place exceptionnelle dans l'œuvre de Koustodiev », et s'en distingue par « la véracité d'une idée claire et d'une émotion forte que fait ressentir le peintre »[41]. Comme l'écrit Anatoli Dmitrenko, « malgré une certaine naïveté et certaines solutions artificielles », le tableau est émouvant « par son audace, par sa construction composite, par sa sincérité, par le souhait de l'artiste de répondre à un évènement précis du moment »[20]. Mais en même temps, certains critiques soviétiques dans leur évaluation du Bolchevik ne manquent pas de souligner le caractère séditieux de l'artiste qui reprend une nouvelle mouture de ses dessins satiriques de l'année 1905. Ce qui montre bien, à leur avis, que « Koustodiev était incapable de comprendre le caractère prolétarien de la révolution d'Octobre » [42]. Ils notent en même temps que « les thèmes révolutionnaires sont traités avec des symboles décoratifs et stylistiques qui rendent compte du fait que son travail, à cette époque, est de type petit-bourgeois ». Cela se traduit dans Le Bolchevik par une « compréhension erronée de la révolution russe comme une manifestation de forces populaires et spontanées »[43]. Mais il faut remarquer, qu'en réalité, la plupart des tableaux de Koustodiev qui sont réalisés dans les premières années après la révolution sont remplis d'images romantiques et pathétiques afin de transmettre le sentiment du changement grandiose vécu par un pays dont l'atmosphère est remplie de joie et d'excitation[20],[44],[1]. L'approche de Koustodiev, dont l'œuvre est entré dans une phase d'Art naïf-symboliste, pour apprécier la révolution est proche de la méthode de Constantin Youon, qui représente dans son tableau Nouvelle planète (année 1921; 71 × 100,8 cm; carton, tempera; galerie Tretiakov) par l'analogie qu'il présente avec ce monde du cosmos détruit dans l'ordre ancien et qui renaît comme le nouveau gouvernement soviétique[45],[39],[40],[46],[47]. Ce qui apparaît dans Le Bolchevik, selon Rafail Kaufman, c'est la conviction et cela malgré le caractère abstrait et allégorique. C'est cette conviction et la joie qui en résulte que Koustodiev utilise dans son tableau de la fête en l'honneur du deuxième congrès du Komintern du . Il s'agit d'une manifestation sur la place du Palais (1921 ; 133 × 268 cm; toile et huile ); Musée Russe et dans sa Nuit de fête sur la Néva' (1923); (107 × 216 cm huile, toile ; Musée russe)[48],[44],[49],[50].

   
Fête en l'honneur du deuxième congrès du Komintern Nuit de fête sur la Neva

DestinéeModifier

Koustodiev n'a pas présenté son tableau à des expositions immédiatement après sa réalisation, craignant qu'il ne soit regardé comme une provocation idéologique contre le nouveau pouvoir en place. La première exposition où il apparaît avec sa toile est celle de 1923, la quatrième de l'Association des artistes de la Russie révolutionnaire[29],[30],[4]. La même année, Koustodiev propose son Bolchevik à une exposition de peinture et de sculpture intitulée Armée rouge 1918-1923 pour fêter le cinquième anniversaire de la création de cette armée. Il signale qu'il est prêt à vendre la toile au musée central des forces armées, et cette proposition est acceptée avec enthousiasme, ce que le peintre n'attendait pas du tout. La direction du musée voyait en effet dans ce tableau un sens différent de celui envisagé par Koustodiev. Les revues Krasnaïa nov et Vsemirnaïa Illustratsia, publient une reproduction dans leurs pages et l'éditeur de la dernière édition Nikolaï Chebouiev écrit que le Bolchevik est « le plus puissant, lumineux, talentueux, idéologique » de toute l'exposition et que le sujet est : « Un travailleur colossal au visage hâlé et aux mains calleuses qui marche sur des cadavres étendus par terre, dans un monde auquel il faut mettre fin»[51],[52]. En 1924, Koustodiev envoie le tableau à une exposition à Venise où il est intitulé autrement sous le nom : Le Triomphateur [53],[29],[30]. Après la mort du peintre en 1927, à l'âge de 49 ans, [54],[15], Le Bolchevik est encore exposé par le musée Russe et la Galerie Tretiakov lors d'expositions[55]. En 1954 la tableau est transféré du musée central des forces armées à la galerie Tretiakov à Moscou[29],[30], où il se trouve encore aujourd'hui[56]. En 2017, Le Bolchevik est exposé à la Royal Academy à Londres lors d'une exposition consacrée à l'art né de la révolution d'Octobre [57]. Le tableau est peu connu au Royaume-Uni[58], et c'est pourquoi il a servi d'affiche pour l'exposition[59].

Reflet dans la cultureModifier

 
Timbre poste Le Bolchekiv.

Pour le cinquantième anniversaire de la révolution d'Octobre la reproduction du tableau de Koustodiev a été utilisée comme première page du premier numéro de l'année de la revue «Ogoniok» en 1967 [60].

En 1978 pour le centième anniversaire de la naissance du peintre Koustodiev (1878—1927), une série de cinq timbres a été tirée avec l'image du Bolchévik[61],[62].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e AXPP 2014, p. 25.
  2. (ru)« Extraits du livre de L. I. Dvoretski Art et Médecine /Отрывки из книги Л. И. Дворецкого Живопись и медицина. Недуги великих. Праздничный художник », Consilium Medicum, no 7,‎ , p. 48—51 (lire en ligne)
  3. (ru)Maria Mikoulina/Мария Микулина, « Koustodiev, quand la création est plus importante que le physique/Предстал в новом цвете. Кустодиев: когда созидательное важнее физического », Частный корреспондент,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2017)
  4. a et b (ru)« Кустодиев Борис Михайлович », Galerie Tretiakov,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  5. Kaplanova 1979, p. 82—83.
  6. Dolgopolov 1986, p. 46.
  7. a b et c Volodarski 2004, p. 34.
  8. « 27 février 1917. 1917 », sur Art-Catalog.ru, (consulté le 2 mai 2017)
  9. Dolgopolov 1986, p. 46—47.
  10. (ru)Alexeï Boris Sokolov /Борис Соколов, Алексей Синяков, « Fin du monde et de la peinture : 6 artistes de la révolution/Конец света и живопись: 6 художников русской революции », sur Mir24.tv, Мир (телерадиокомпания),‎ (consulté le 27 mai 2017)
  11. a b et c (ru)« 27 février 1917. Koustodiev/Кустодиев. », Université de Saratov/Саратовский государственный университет имени Н. Г. Чернышевского,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  12. « Koustodiev le 27 février 1917/Кустодиев Б. М. «27 февраля 1917 года» », sur Koustodiev-Art.ru,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  13. a b c d e f et g Koustodiev 2014, p. 45.
  14. a b c d et e Shkarloupina 2015, p. 312.
  15. a b c d e et f Dolgopolov 1986, p. 47.
  16. a b c et d Dolgopolov 1986, p. 158.
  17. (ru)V Lebedeva /Лебедева В. Е., « Кустодиев Борис Михайлович », БСЭ,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  18. (ru)Владимир Богданов, Юлия Максимова, Мария Онучина, « Самые дорогие картины русских художников », Artinvestment.ru,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  19. a b c et d Pikoulev 1951, p. 29.
  20. a b c d et e Dmitrienko 1970, p. 290.
  21. Etkind 1960, p. 48.
  22. Sokolov 2013, p. 271.
  23. a b c et d Koubriakova et Yanko 2017, p. 28.
  24. (ru)Artiom Lokalov/Артем Локалов, « Некто 1917. Чем встретит Третьяковка столетие Октября », Российская газета,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  25. (ru)« Вступление. 1905 год. Moscou. 1905 », sur Art-Catalog.ru,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  26. (ru)« Вступление. 1905 год. Moscou. 1905 », sur Art-Catalog.ru,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  27. a b c d et e Koudri 2006, p. 227.
  28. Voinov 1967, p. 209.
  29. a b c et d Etkind 1982, p. 198.
  30. a b c et d Brouk et Iovleva 2005, p. 217.
  31. a et b Stepanov 2001, p. 35.
  32. a b et c Bobrinskaïa 2001, p. 496.
  33. a et b Saakiants 2002, p. 284.
  34. Dokoutchaeva 1991, p. 30.
  35. Voinov 1967, p. 208.
  36. Dmitri Barabanov/Дмитрий Барабанов, « « Angle rouge ». Олег Кулик (совместно с Юрием Бабичем). ХL-галерея, Москва », Художественный журнал, no 24,‎ (lire en ligne)
  37. Kaufman 1951, p. 49.
  38. Etkind 1960, p. 118.
  39. a et b Abolina 1977, p. 25.
  40. a et b Kamenski 1989, p. 89.
  41. Zilberstein Ilya/Зильберштейн И. С., « « Copie ou plagiat ? » », Журнал «Ogoniok», Maison d'édition Pravda, Письма в редакцию no 4 (2117),‎ , p. 29 (lire en ligne)
  42. Koudri 2006, p. 293—294.
  43. Koudri 2006, p. 297—298.
  44. a et b Koustodiev 2014, p. 46.
  45. Kaufman 1951, p. 49—50.
  46. AXPP 2014, p. 35.
  47. « Новая планета. 1921 », sur Art-Catalog.ru,‎ (consulté le 28 juin 2017)
  48. Kaufman 1951, p. 50.
  49. « Праздник в честь открытия II конгресса Коминтерна 19 июля 1920 года. Демонстрация на площади Урицкого. 1921 », sur Art-Catalog.ru,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  50. « Ночной праздник на Неве. 1923 », sur Art-Catalog.ru,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  51. Koudri 2006, p. 260.
  52. Etkind 1982, p. 434.
  53. Voinov 1925, p. 40.
  54. Kaplanova 1979, p. 11.
  55. Nikita Eliseev/Никита Елисеев, « Оборотная сторона семьи художника », Revue Expert/Эксперт (журнал),‎ (consulté le 2 mai 2017)
  56. « Большевик », Galerie Tretiakov,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  57. Нина Спиридонова, Алиса Курманаева, « Que montrent les musées du monde pour le jubilé de la révolution d'Octobre/Что музеи мира показывают к столетию Октябрьской революции », РБК,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  58. Вадим Михайлов, « Красная революция дотянулась до Лондона и Нью-Йорка », The Art Newspaper,‎ 9 февраля 2017 (consulté en 2 мая 2017)
  59. Александр Кан, « Культурная жизнь Лондона: Александр Кан отвечает на ваши вопросы », BBC Russian,‎ 26 января 2017 (consulté le 2 mai 2017)
  60. Юрий Вострецов, « Volga Rouge /Красная Волга. Пролетарский художник Борис Кустодиев », Troudovaïa Russia,‎ (consulté en 2 мая 2017)
  61. « Б. Koustodiev/ М. Кустодиев (1878—1927) », sur MarkiMira.ru,‎ (consulté le 2 mai 2017)
  62. [1]

BibliographieModifier

  • (ru) V. V. Voinov (В. В. Воинов), Б. М. Кустодиев [« B. M. Koustodiev »], Госуд. издат.,‎ , 95 p. (lire en ligne)
  • (ru) V. M. Nikiforov (В. M. Никифоров), Живопись : Краткий очерк [« Peinture »], Искусство,‎ , 173 p. (lire en ligne)
  • (ru) Ivan Ivanovitch Pikoulev, Борис Михайлович Кустодиев : 1878-1927 [« Boris Koustodiev »], Искусство,‎ , 38 p. (lire en ligne)
  • (ru) Rafaël Samuelovitch Kaufman (Рафаил Самуилович Кауфман), Советская тематическая картина 1917—1941 [« Thématique soviétique des tableaux de 1917-1941 »], Издательство Академии наук СССР,‎ , 171 p. (lire en ligne)
  • (ru) Mark Grigoryevich Etkind (Марк Григорьевич Эткинд), Борис Михаилович Кустодиев [« Boris Mikhailovich Koustodiev »], Искусство,‎ , 217 p. (lire en ligne)
  • (ru) Vsevolod Vladimirovich Voinov (Всеволод Владимирович Воинов) et Капралов Б. А. (compilateur et éditeur), Борис Михайлович Кустодиев : мемуары, Художник РСФСР,‎ , 433 p. (lire en ligne), 3 декабря
  • (ru) Anatoli Fedorovitch Dmitrienko (Анатолий Фёдорович Дмитренко), Пятьдесят кратких биографий мастеров русского искусства [« 50 ans de biographie des maîtres russes »], Аврора,‎ , 301 p. (lire en ligne), Кустодиев Борис Михайлович
  • (ru) Raissa Abolina, Boris Veimarn et Oleg Sopotsinski, Art soviétique de 1917-1941/Советское изобразительное искусство : 1917-1941, Искусство,‎ , 212 p. (lire en ligne)
  • (ru) Sophia. G. Kaplanova, Новое о Кустодиеве : Пути творческих поисков [« Nouveau sur Koustodiev: les moyens de la quête créative »], Изобразительное искусство,‎ , 190 p. (lire en ligne), В. В. Лужскому
  • (ru) M. Lifchits (М. А. Лифшиц), Философия искусства в прошлом и настоящем [« Philosophie de l'art ancien et actuel »], Искусство,‎ , 421 p. (lire en ligne)
  • (ru) Mark G. Etkind (Марк Григорьевич Эткинд, directeur), Борис Кустодиев [« B. Koustodiev »], Советский художник,‎ , 453 p. (lire en ligne)
  • (ru) Igor Dolgopolov, Maître et chefs-d’œuvre, Издательство «Изобразительное искусство»,‎ , 784 p. (lire en ligne), Борис Кустодиев
  • A. A. Kamenski (А. А. Каменский), Романтический монтаж [« Montage romantique »], Советский художник,‎ , 334 p. (lire en ligne)
  • (ru) Vera Dokoutchaeva (Вера Николаевна Докучаева), Борис Кустодиев : Жизнь в творчестве [« Boris Koustodiev vie et œuvre »], Изобразительное искусство,‎ , 205 p. (lire en ligne)
  • (ru) Ecatherina Bobrinskaïa (Е. А. Бобринская), « Философия коллективизма» в советской живописи 1930-х годов », Искусствознание: журнал по истории и теории искусства, Moscou, Государственный институт искусствознания, no 2,‎ , p. 489—506 (lire en ligne)
  • (ru) Iouri Stepanov (Ю. С. Степанов), Константы : словарь русской культуры, Академический проект,‎ , 989 p. (lire en ligne)
  • (ru) Anna Saakiants (А. А. Саакянц), Жизнь Цветаевой : бессмертная птица — феникс, Центрполиграф,‎ , 825 p. (ISBN 978-1-56100-937-4, lire en ligne)
  • (ru) Vsevolod Volodarski, B. Koustodiev, Белый город,‎ , 47 p. (ISBN 978-5-7793-0769-7, lire en ligne)
  • (ru) Jacob Brouk (Я. В. Брук) et Lidia Ivanovna Iovleva (Лидия Ивановна Иовлева), /Государственная Третьяковская галерея : Живопись конца XIX-начала XX века [« Galerie Tretiakov »], Красная площадь,‎ , 416 p. (lire en ligne)
  • (ru) Arkadi Koudri (А. И. Кудря), Koustodiev, Молодая гвардия,‎ , 321 p. (ISBN 978-5-235-02781-7, lire en ligne), Глава XXVIII. «Большевик» и другие картины
  • (ru) Vladimir Kantor, «Судить Божью тварь» : пророческий пафос Достоевского : очерки, РОССПЭН,‎ , 421 p. (lire en ligne)
  • (ru) Mikhaïl Sokolov (М. Н. Соколов), Искусство Возрождения как перворубеж виртуального пространства [« Temps et lieu. L'art de la renaissance »], Directmedia,‎ , 380 p. (ISBN 978-5-89826-124-5, lire en ligne)
  • (ru) Кустодиев Борис Михайлович [« Boris Koustodiev »], Комсомольская правда/Директ-Медиа,‎ , 49 p. (ISBN 978-5-87107-201-1, lire en ligne)
  • (ru) Association des peintres de la révolution/ Ассоциация художников революционной России, Комсомольская правда/Директ-Медиа,‎ , 49 p. (ISBN 978-5-7475-0132-4, lire en ligne)
  • (ru) Galina Shkarloupina, Пособие по методике для студентов и учителей [« des pas dans le monde de la culture »], Directmedia,‎ , 370 p. (ISBN 978-5-4475-1592-8, lire en ligne)
  • (ru) Elena Koubriakova (Е. С. Кубрякова) et Tatyana Evgenevna Yanko (Татьяна Евгеньевна Янко), Язык и культура. Факты и ценности. К 70-летию Юрия Сергеевича Степанова [« Langue et culture. Fait et évaluation »], Litres,‎ , 600 p. (ISBN 978-5-457-51221-4, lire en ligne)