Ouvrir le menu principal

Laurent Sagart

sinologue et chercheur au CNRS français
Laurent Sagart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Mario Rossi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Leonard Bloomfield Book Award (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Laurent Sagart (né en 1951[1] à Paris) est un sinologue français.

Membre du Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale (CRLAO - UMR 8563), il est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)[2].

Sommaire

BiographieModifier

Laurent Sagart a obtenu son doctorat en 1977 à l'université Paris VII-Diderot et son doctorat d'État en 1990 à université d'Aix-Marseille 1[2]. Ses premiers travaux s'intéressaient à la dialectologie chinoise, et ses travaux les plus récents, en collaboration avec William H. Baxter, concernent la reconstruction du chinois archaïque. La reconstruction de 4 000 sinogrammes a été publiée en ligne[3].

Laurent Sagart propose de réunir dans un ensemble « austronésien » les langues formosiennes, les langues malayo-polynésiennes et les langues taï-kadai, ces deux dernières familles étant considérées comme issues d'un groupe de langues formosiennes de l'est de Taïwan (East coast linkage). À un niveau plus élevé, il lie austronésien et sino-tibétain dans une famille « sinotibétain-austronésien » (STAN).

Il s'est également intéressé aux études indo-européennes, et a publié un article avec Romain Garnier et Benoît Sagot sur le rôle de l'acquisition de la tolérance au lactose comme l'un des facteurs expliquant l'expansion indo-européenne[4].

OuvragesModifier

PrixModifier

RéférencesModifier

  1. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/875/introduction.asp?id=875
  2. a et b http://crlao.ehess.fr/document.php?id=213
  3. W Baxter et L Sagart, Baxter-Sagart Old Chinese reconstruction (v. 1.00) (lire en ligne)
  4. Romain Garnier, Laurent Sagart et Benoît Sagot (2018), « Milk and the Indo-Europeans, Language Dispersal Beyond Farming », edited by Martine Robbeets and Alexander Savelyev, pp 291–311, [1]
  5. https://www.linguisticsociety.org/content/leonard-bloomfield-book-award-previous-holders.

AnnexesModifier