Laurent Gaudé

écrivain français

Laurent Gaudé, né le dans le 14e arrondissement de Paris[1], est un écrivain français, qui a obtenu le prix Goncourt des lycéens et le prix des libraires avec La Mort du roi Tsongor en 2002, puis le prix Goncourt pour son roman Le Soleil des Scorta[1], en 2004.

Laurent Gaudé
Image dans Infobox.
Laurent Gaudé au salon du livre de Paris, le 14 mars 2009.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

BiographieModifier

Laurent Gaudé a fait sa scolarité au collège Paul-Bert de Paris, puis à l'École alsacienne. Il poursuit ensuite des études de lettres modernes avant de s’orienter vers le département d’études théâtrales de Paris III Sorbonne Nouvelle[2]. Il y soutient d’abord un mémoire de maîtrise intitulé Le Thème du combat dans la dramaturgie contemporaine française, sous la direction de Michel Corvin (1994), puis un mémoire de DEA intitulé Le Conflit dans le théâtre contemporain, sous la direction de Jean-Pierre Sarrazac (1998).

Parallèlement à ses études, il commence à écrire. En 1994, âgé de 22 ans, il envoie un premier texte intitulé Une fille et trois garçons à Du théâtre, la revue qui le publie. Ce même texte, ajouté à deux autres, sera publié par Claude Lanzman dans la revue Les Temps modernes.

En 1996, à l’âge de 24 ans, il écrit sa première pièce de théâtre, Onysos le Furieux. L’homme de théâtre Hubert Gignoux, figure de la décentralisation théâtrale en France, en fait une lecture publique à Théâtre Ouvert en 1997. La pièce est ensuite créée au Théâtre national de Strasbourg par le metteur en scène Yánnis Kókkos en 2000 avec Jean-Yves Dubois comme interprète.

En 1998, il écrit sa deuxième pièce : Pluie de cendres qui sera montée au Studio de la Comédie-Française en 2001.

Sa troisième pièce, intitulée Combat de possédés, paraît en 1999. Elle est traduite en allemand et créée à la Schauspiel de Essen puis au Landes Theater de Linz et lue au Royal National Theatre de Londres[3].

En 2001, il écrit son premier roman Cris, un récit choral sur la guerre de 14-18 qui est publié par Actes Sud. S’ensuivent des années où Laurent Gaudé écrit aussi bien des pièces de théâtre (Médée kali, Le Tigre bleu de l’Euphrate, Les Sacrifiées, Salina…) que des romans.

En 2002, La Mort du roi Tsongor, son deuxième roman, lui vaut d’être reconnu à la fois par le monde littéraire et par le grand public. Cité pour le prix Goncourt, il est récompensé par le prix Goncourt des lycéens[1] et le prix des libraires[3]. Deux ans plus tard, il remporte le prix Goncourt ainsi que le prix du jury Jean-Giono avec son roman Le Soleil des Scorta qui sera également un succès de librairie (80 000 exemplaires vendus entre la parution du roman et l'attribution du prix Goncourt en 2004[1]).

Dans les années qui suivent, tout en poursuivant l’écriture de romans (Eldorado, La Porte des Enfers, Ouragan, Écoutez nos défaites) Laurent Gaudé continue son travail pour le théâtre et développe de nouvelles collaborations avec d’autres formes d'art : photographie, musique, poésie, films…

En 2010, il rencontre la comédienne irlandaise Olwen Fouéré qui crée à Dublin sa pièce Sodome ma douce[4]. En 2016, il écrit pour elle Danse Morob[5]. La pièce sera créée en 2017 à Dublin.

Il collabore par ailleurs avec plusieurs compositeurs contemporains : Thierry Pécou, Roland Auzet, Thierry Escaich, Michel Petrossian, Kris Defoort.

À partir de 2013, Laurent Gaudé entreprend une série de voyages (à Port-au-Prince, au Kurdistan irakien, dans la jungle de Calais, au Bangladesh…) qui donnent lieu à des reportages dans la presse, mais également à des poèmes qu’il publiera en 2017 sous la forme d’un recueil intitulé De sang et de lumière. Il écrit la voix off du film documentaire Nulle part en France[6], de Yolande Moreau, sur la jungle de Calais.

En 2018, le metteur en scène québécois Denis Marleau créé au Théâtre de Quat'Sous de Montréal Le Tigre bleu de l’Euphrate avec le comédien Emmanuel Schwartz. Ce spectacle connaît un succès retentissant et est repris la saison suivante.

En 2019, il publie un long poème Nous l'Europe, banquet des peuples qui remporte le prix du livre européen. La même année, le texte est créé au Festival In d'Avignon dans une mise en scène de Roland Auzet. En 2019 toujours, Salina, les trois exils, son dixième roman, remporte un triple prix à la Réunion : le grand prix du roman métis, le prix du roman métis des lecteurs[7] et enfin le prix du roman métis des lycéens[8].

En 2020, il publie Paris, mille vies.

En 2021, sa pièce La Dernière Nuit du monde est créée au Festival d’Avignon dans une mise en scène de Fabrice Murgia.

Durant toutes ces années, Laurent Gaudé effectue de nombreuses lectures à voix haute, en compagnie de comédiennes et comédiens tels que : Dominique Blanc, Judith Henry, Rachida Brakni, Sara Giraudeau, Didier Sandre, Carlo Brandt, Emmanuel Schwartz, Agnès Sourdillon, Bruno Putzulu, Hugues Quester, Guillaume Gallienne, Jean-Marc Bourg, Patrick Sueur, Marie Christine Barrault, Benoît Poelvoorde

Vie privéeModifier

Laurent Gaudé est le frère du journaliste Ivan Gaudé (ancien de Joystick, et cofondateur de Canard PC).[réf. nécessaire]

ŒuvresModifier

ThéâtreModifier

  • Combats de possédés, Actes Sud, 1999
  • Onysos le furieux, Actes Sud, 2000
  • Pluie de cendres, Actes Sud, 2001
  • Cendres sur les mains, Actes Sud, 2002
  • Le Tigre bleu de l'Euphrate, Actes Sud, 2002
  • Salina, Actes Sud, 2003
  • Médée Kali, Actes Sud, 2003
  • Les Sacrifiées, Actes Sud, 2004
  • Sofia Douleur, Actes Sud, 2008
  • Sodome, ma douce, Actes Sud, 2009
  • Mille orphelins suivi de Les Enfants Fleuve, Actes Sud, 2011
  • Caillasses, Actes Sud, 2012
  • Daral Shaga suivi de Maudits les Innocents, livrets d’opéra, Actes Sud, 2014
  • Danse, Morob, Actes Sud, 2016
  • Et les colosses tomberont, Actes Sud, 2018
  • La dernière nuit du monde, Actes Sud, 2021

RomansModifier

Recueils de nouvellesModifier

  • Dans la nuit Mozambique, Actes Sud, 2007 – recueil de quatre nouvelles.
  • Voyages en terres inconnues. Deux récits sidérants, Magnard, 2008 – recueil de deux nouvelles, issues du précédent recueil
Publication scolaire qui reprend deux nouvelles du recueil Dans la nuit Mozambique : la nouvelle au titre homonyme et Sang négrier

PoésieModifier

  • De sang et de lumière, Actes Sud, 2017
  • Nous, l'Europe banquet des peuples, Actes Sud, 2018

Littérature jeunesseModifier

  • La Tribu de Malgoumi, illustré par Frédéric Stehr, Actes Sud Junior, 2008 - album jeunesse

PhotographieModifier

  • Je suis le chien Pitié, avec le photographe Oan Kim, Actes Sud, Hors Collection, 2009

Adaptation de son œuvreModifier

En 2014, son roman Le Soleil des Scorta, publié dix ans auparavant, inspire le peintre et illustrateur Benjamin Bachelier, qui en tire une version illustrée, aux éditions Tishina : « Sa version de l’histoire est tantôt lumineuse comme le soleil des Pouilles, tantôt sombre comme la misère des Scorta. Dans un foisonnement de techniques - aquarelles, acryliques, dessins et encres - Benjamin réussit, surtout, à donner des couleurs inattendues aux souvenirs et aux rêves des personnages. »[9]

Principales mises en scène en FranceModifier

Principales mises en scène à l’étrangerModifier

  • 2000, Allemagne : Combats de possédés, mise en scène de Yürgen Bosse à la Schauspiel de Essen
  • 2002, Autriche : Combats de possédés, mise en scène de Gerhard Willert au Landes Theater de Linz
  • 2010, Irlande : Sodome ma douce, mise en scène de Lynne Parker (Rough Magic Theatre company) au Project Arts Centre de Dublin, avec Olwen Fouéré
  • 2013, Tunisie : Caillasses, mis en scène de Jean-Luc Garcia El Teatro de Tunis
  • 2015, Brésil : Salina, mise en scène par Ana Teixeira et Stephane Brodt à l’Amok Teatro de Rio de Janeiro
  • 2017, Irlande : Danse, Morob, mise en scène d’Olwen Fouéré et Emma Martin (Compagnie The Emergency Room). Création au Project Art Center de Dublin

DistinctionsModifier

PrixModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier