Ouvrir le menu principal

Laurence Equilbey

chef de chœur et d'orchestre français
Laurence Equilbey
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurence Equilbey lors de La Folle Journée en 2009.

Naissance (57 ans)
Paris
Activité principale chef d'orchestre
Style musique classique
Années d'activité depuis 1991
Collaborations Chœur de chambre Accentus, Insula orchestra, Orchestre de chambre de Paris, Orchestre de l'Opéra de Rouen-Haute-Normandie
Maîtres Eric Ericson, Jorma Panula, Denise Ham
Distinctions honorifiques Officier de la Légion d'honneur, Commandeur des Arts et des Lettres, Officier de l'Ordre national du mérite

Laurence Equilbey, née le à Paris, est une chef d'orchestre française. Elle a fondé trois ensembles (Accentus en 1991, le Jeune Chœur de Paris en 1995, Insula Orchestra en 2012) qui lui ont valu une grande notoriété nationale et internationale.

BiographieModifier

FormationModifier

Laurence Equilbey suit sa formation à Paris, Vienne et en Scandinavie − notamment auprès d'Eric Ericson, de Jorma Panula et à Londres, avec Denise Ham et Colin Metters.

Carrière musicaleModifier

En 1991, elle fonde à Paris le Chœur de chambre Accentus avec lequel elle rencontre un succès important. Cet ensemble vocal se consacre à la promotion de la musique a cappella et de l'oratorio, principalement autour des répertoires allant du milieu du XVIIIe siècle à la musique contemporaine[1]. Ce chœur gagne plusieurs compétitions.

En 1995, elle crée le Jeune Chœur de Paris (JCP), un nouveau chœur pour jeunes entre 16 et 24 ans. Le chœur gagne en 1999 le concours du Florilège vocal de Tours, et la deuxième place du concours Guido d'Arezzo. En 2002, le chœur devient partie d'un centre de formation pour jeunes chanteurs (de 16 à 28 ans) : le département supérieur pour jeunes chanteurs (DSJC), au sein du Conservatoire régional de Paris. Ce centre de formation s'adresse particulièrement à de jeunes adultes et débouche sur un diplôme de jeune chanteur. Elle dirige ce chœur jusqu'en 2010 avec Geoffroy Jourdain, puis laisse sa place à Henri Chalet. Elle en conserve la codirection artistique jusqu'en 2016.

Elle fonde le programme européen tenso en 2004, avec de grands ensembles vocaux européens, afin de développer l'art vocal en Europe. Cette collaboration a permis l'échange de partitions, le coaching de jeunes chanteurs et de jeunes compositeurs[2]. En 2007, avec l'appui de la fondation Orange, elle investit pour créer le e-tuner, un clavier portatif manipulable « à l'aveugle » qui permet d'aider les chanteurs a cappella à trouver la justesse au quart de ton et au tiers de ton dans des environnements sonores difficiles.

Laurence Equilbey crée en 2012 l'ensemble Insula orchestra avec le soutien du Conseil départemental des Hauts-de-Seine[3]. Cet ensemble, qui joue sur instruments d'époque et interprète la musique du siècle des Lumières[1], est en résidence à La Seine musicale sur l'Île Seguin à Boulogne-Billancourt depuis l'inauguration du lieu en avril 2017[3]. Elle est également directrice artistique d'Insula orchestra et est chargée de la programmation de la saison invitée de l'ensemble. L'orchestre a enregistré de nombreux disques depuis sa création, et joue dans toute l'Europe.

CollaborationsModifier

Laurence Equilbey collabore avec de nombreux orchestres (Lyon, Leipzig, Liège, Salzbourg, Brussels Philharmonic, Akademie für Alte Musik Berlin, Concerto Köln...), en concert ou à l'opéra, et avec ses partenaires privilégiés, l'Orchestre de chambre de Paris et l'orchestre de l'Opéra de Rouen-Haute-Normandie où elle est en résidence avec Accentus. Elle est en compagnonnage avec la Cité de la musique et la Salle Pleyel et est artiste associée de l'Orchestre de chambre de Paris ainsi que du Grand Théâtre d'Aix-en-Provence et enregistre sur le label Naïve. Elle a assuré la création d'une centaine d’œuvres musicales[1].

Passionnée d'art contemporain, elle travaille à des projets réunissant la musique et les plasticiens. En 2009, sous le pseudonyme d'Iko, elle est à l'origine du projet Private domain qui réunit des musiciens issus du domaine classique et de la musique électronique, comme la chanteuse Émilie Simon[1]. Le spectacle est créé dans la cathédrale Saint-Étienne lors du Printemps de Bourges 2009, avec Rosemary Standley, du groupe Moriarty[4].

Sur les scènes lyriques, Laurence Equilbey a notamment dirigé La Création de Haydn mise en scène par La Fura dels Baus (Grand Théâtre de Provence, La Seine Musicale, Theater an der Wien, Ludwigsburger Schlossfestspiele, Elbphilharmonie de Hambourg, Lincoln Center à New York), La Nonne sanglante de Gounod (Opéra Comique), Der Freischütz de Weber mis en scène par la compagnie de magie nouvelle 14:20 (Théâtre de Caen, Grand Théâtre de Provence, Bozar de Bruxelles, Theater an der Wien, Festival de Ludwigsbourg, Grand Théâtre de Luxembourg, Théâtre des Champs-Élysées).

DiscographieModifier

Prix et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Laurence Equilbey, du chœur à l'orchestre », Les Échos,
  2. « tenso - accentus », sur www.accentus.fr (consulté le 30 avril 2018)
  3. a et b « Sur l’île Seguin, une nouvelle cité de la musique prête à éclore », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Sylvain Siclier, « Bach, Schubert, hôtes inattendus du Printemps de Bourges », Le Monde,
  5. Décret du 14 avril 2017 portant promotion et nomination

AnnexesModifier