LauncherOne

LauncherOne est un lanceur léger développé par la société américaine Virgin Orbit, filiale de Virgin Group, pouvant placer en orbite basse une charge utile d'environ 500 kg. Le lanceur est conçu pour être largué à haute altitude par un avion gros porteur Boeing 747-400. Il comporte deux étages dont la propulsion est assurée par des moteurs-fusée à ergols liquides. La conception du lanceur, entamée en 2012, a débouché, après un échec d'un vol d'essai le [1], sur un premier succès le [2].

LauncherOne
Lanceur LauncherOne
Lanceur LauncherOne
Données générales
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Constructeur The Spaceship Company
Premier vol [1]
Période développement 2012-
Statut En service
Lancements (échecs) 2 (1)
Hauteur ~16 m
Diamètre 1,8 m
Masse au décollage ~25 t
Étage(s) 2
Base(s) de lancement Lancement aéroporté
Charge utile
Orbite basse 500 kg
Orbite héliosynchrone 300 kg
Dimension coiffe 1,36 × 2,28 m
Motorisation
Ergols kérosène/oxygène liquide
1er étage Newton-3
poussée 327 kN
2e étage Newton-4
poussée 16 kN

Caractéristiques techniquesModifier

 
La fusée LauncherOne accrochée au Boeing 747 Cosmic Girl avant son premier lancement réussi le .

LauncherOne est un lanceur aéroporté de petite taille qui est conçu pour être largué à une altitude d'environ 10 km. Cette technique permet d'accroître les performances et d'adapter le site de lancement (mobile par définition) aux objectifs de l'engin spatial à satelliser. Le lanceur long d'environ 16 mètres et d'une masse de 25 tonnes comporte deux étages[3] :

PerformancesModifier

Le lanceur permet de placer en orbite terrestre basse jusqu'à 500 kg (altitude 200 km et inclinaison orbitale de 28,5°) et en orbite héliosynchrone jusqu'à 300 kg (altitude 500 km). Le volume interne de la coiffe comporte une partie cylindrique d'un diamètre de 1,36 m et d'une hauteur de 2,28 m. La hauteur hors tout de la coiffe est de 3,63 m[4].

HistoriqueModifier

ContexteModifier

DéveloppementModifier

Le développement du lanceur LauncherOne est annoncé par la société Virgin Galactic en 2012. Initialement la fusée devait être lancée depuis l'avion porteur WhiteKnightTwo développé par la même société pour des vols de tourisme spatial. Plusieurs changements sont apportés par la suite au projet : la charge utile du lanceur passe de 100 à 200 kg en orbite héliosynchrone tandis que l'avion porteur White Knight Two est remplacé par un Boeing 747-400 baptisé Cosmic Girl. Une usine est édifiée à Long Beach en Californie. Un contrat géant est signé en 2016 avec le constructeur de la constellation de satellites OneWeb pour 39 lancements[5] mais le , OneWeb s'est placé sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites[6],[7].

Prix et comparaison avec les autres lanceurs légersModifier

Le prix catalogue du lanceur est de 12 millions US$[8]. LauncherOne est en concurrence avec plusieurs lanceurs américains de la même catégorie :

Comparatif des coûts des lanceurs légers de la classe du LauncherOne (mars 2022)
Lanceur Prix (millions US$) Charge utile (kg)

(orbite basse)

Prix au kg (US$) Charge utile (kg)

(orbite héliosynchrone 500 km)

Prix au kg (US$) Statut du lanceur

(mars 2022)

Terran 1 12 1 250 9 600 900 13 333 En développement
LauncherOne 12 500 24 000 300 40 000 Opérationnel
Electron 7,5 300 25 000 200 37 500 Opérationnel
Firefly Alpha 15 1 000 15 000 600 25 000 Un seul vol (échec)
RS1 12 1 350 8 888 1000 12 000 En développement
SpaceX Rideshare (Falcon 9, lanceur moyen) 1,1 200 5 500 Opérationnel

Historique des lancementsModifier

 
Le B-747 Cosmic Girl aménagé pour le tir de LancherOne.
Vol n° Date Charge utile Orbite Résultat
1 [9] Aucune Orbite basse Échec
Extinction prématurée du premier étage juste après l'allumage
2 [10] 10 satellites (  NASA) Orbite basse Succès
Premier vol réussi
3 Plusieurs satellites (CubeSats) Orbite basse Succès
Tubular Bells, Part One
4 5 satellites Orbite basse Succès
STP-27VPB/Above the Clouds

Un vol de test du LauncherOne était envisagé pour fin 2019[11], puis en [1], pour un premier vol commercial au 2e semestre 2020.

Le premier tir a lieu le au large de Los Angeles après un décollage depuis l'aéroport et port spatial de Mojave, mais cela est un échec. La société a indiqué : « Nous avons confirmé une libération correcte par l'appareil. Mais la mission s'est terminée peu après le début du vol. Cosmic Girl et notre équipage vont bien et reviennent à la base »[12].

Son second tir se déroule avec succès le et met en orbite dix CubeSats du programme Educational Launch of Nanosatellites (en) de la NASA. L'avion décolle à 10 h 38 PST (18 h 38 UTC) et le lancement a lieu à 11 h 39 PST (19 h 39 UTC), soit à un peu moins de la moitié de la fenêtre de lancement de quatre heures qui s'est ouverte à 10 h 0 PST (18 h 0 UTC)[13]. La fusée LauncherOne est dédiée à Eve Branson, la mère du fondateur du groupe Virgin, Richard Branson, décédée des complications liées à la Covid-19 le , à l’âge de 96 ans[14].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en-US) « Launch Schedule – Spaceflight Now » (consulté le )
  2. (en) Christian Davenport, « Virgin Orbit rocket reaches Earth orbit, adding an entrant to the commercial space race », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le ).
  3. (en) « Technology - A New Approach To Proven Technology », sur Virgin Orbit (consulté le ).
  4. (en) « LoauncherOne Service Guide version 0.2 », sur Virgin Galactic, .
  5. (en) Caleb Henry, « LauncherOne to Start Test Missions in 2017 », sur satellitetoday.com,
  6. « Le crash pour la constellation satellitaire OneWeb ? », sur La Tribune (consulté le )
  7. « OneWeb en cessation de paiement », sur Air et Cosmos (consulté le )
  8. (en-US) Daniel Oberhaus, « Virgin Orbit Just Launched a Rocket From a 747 », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le )
  9. (en-US) Jeff Foust, « Virgin Orbit first launch attempt fails », sur spacenews.com, (consulté le )
  10. (en-US) Stephen Clark, « Virgin’s satellite launcher reaches orbit for first time », sur spaceflightnow.com, (consulté le )
  11. Antoine Meunier, « LAUNCHER ONE : Possible premier vol en fin d'année », sur http://www.lachroniquespatiale.com, (consulté le )
  12. « Spatial : le premier lancement aéroporté de Virgin Orbit est un échec », sur La Tribune, (consulté le ).
  13. https://www.nasaspaceflight.com/2021/01/launcherone-second-attempt-nasa-cubesats/
  14. https://www.netcost-security.fr/science/4225/virgin-orbit-met-sa-fusee-en-orbite-pour-la-premiere-fois/

DocumentationModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier