Ouvrir le menu principal

Latrun est un contrefort de Cisjordanie annexé par Israël au lendemain de la guerre des Six Jours. Il fait partie des territoires palestiniens occupés.

HistoireModifier

 
Zone de Latroun (19 juillet 1948).

Au début du XXe siècle, l'endroit comprenait un village arabe et un monastère trappiste.

Durant la Grande Révolte arabe de 1936-1939 en Palestine mandataire, les Britanniques y construisent un fort et un camp d'internement.

Le Plan de Partage de la Palestine voté en 1947 l'attribue à l'État arabe. Il devient un endroit stratégique qui contrôle la route de Jérusalem. Les Britanniques l'abandonnent le 13 mai et il fait ensuite l'objet de plusieurs assaults meurtriers des forces israéliennes qui tentent de le prendre aux Jordaniens.

Le lieu est conquis en 1 heure en 1967. Ses habitants arabes sont expulsés et leurs villages rasés. Israël annexe le contrefort à son territoire dans la foulée. Un parc national (le Canada Park, subventionné par des fonds de Juifs canadiens[1]) et un musée à la gloire du corps des blindés y sont érigés. Le tracé de la route reliant Tel-Aviv à Jérusalem est également modifié avec la construction d'un échangeur autoroutier au niveau de Latroun.

Notes et référencesModifier

  1. Stef Jansen, Struggles for home: violence, hope and the movement of people, Berghahn Books, 2008, p.32.

Articles connexesModifier