Larry Csonka

joueur américain de football américain
Larry Csonka
Description de cette image, également commentée ci-après
Larry Csonka en 2013
Nom complet Larry Richard Csonka
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (73 ans)
à Stow, Ohio
Taille 1,92 m (6 4)
Poids 108 kg (238 lb)
Numéro 39
Position Fullback
Carrière universitaire ou amateur
1965-1967 Orange de Syracuse
Carrière professionnelle
Choix draft NFL Dolphins de Miami
(1968, 8e choix au total)
1968-1974
1976-1978
1979
Dolphins de Miami
Giants de New York
Dolphins de Miami
1975 Southmen de Memphis
Super Bowl VII, VIII (MVP)
Pro Bowl 1970, 1971, 1972, 1973, 1974
All-Pro 1971, 1972, 1973
Carrière pro. 1968-1979

College Football Hall of Fame 1989

Pro Football Hall of Fame 1987

(en) Statistiques sur nfl.com

Larry Richard Csonka, né le à Stow, est un joueur américain de football américain.

Ce fullback a joué pour les Dolphins de Miami (1968–1974, 1979) et les Giants de New York (1976–1978) en National Football League (NFL). Il a également joué aux Southmen de Memphis (1975) en World Football League (WFL)[1].

Il faisait partie de l'équipe des Dolphins qui a réalisé en 1972 une saison NFL parfaite[2] et avec qui il remporte les Super Bowls VII et VIII[1].

Il est intronisé au College Football Hall of Fame en 1989[3] et au Pro Football Hall of Fame en 1987[4]. Le no 39 qu'il portait chez les Dolphins de Miami a été retiré en 2002[5].

Sa jeunesseModifier

Csonka est né Stow, ville située en périphérie d'Akron dans l'État d'Ohio. Il est élevé dans une ferme au sein d'une famille hongroise avec six enfants[6].

Csonka commence sa carrière footbalistique à la Stow High School (en) où il deviendra titulaire des Bulldogs de Stow Bulldogs au poste de tailback. Il y joue de 1960 à 1963 et, sous les ordres de l'entraîneur Dick Fortner, il y remporte en 1963 le championnat de la ligue régionale d'Akron (Metropolitan League of the Akron-area).

Csonka est devenu tailback par accident. En raison de sa taille, il joue au poste de defensive end pendant sa seconde saison (sophomore) à Stow. Lors du dernier match de cette saison, il remplace un joueur à l'occasion d'un retour de kickoff. Il réceptionne le ballon et remonte le terrain. Il déclare à ce sujet qu'il avait déjà évité les tacles de deux joueurs adverses avant qu'il ne réalise ce qu'il était en train de faire. Même s'il n'a pas marqué ni changé le cours du match, le fait de porter le ballon en se battant pour le conserver, lui a procuré un sentiment formidable qu'il a adoré. Il a alors su qu'il voulais à l'avenir courir avec le ballon[7].

Malgré cela, Csonka aura des difficultés à convaincre ses partenaires et entraîneurs de le laisse jouer au poste de running back, ceux-ci estimant qu'il était trop gros et trop lent. Il fera disparaître ces doutes dès le premier match de la saison 1962.

Carrière universitaireModifier

Après sa dernière saison à Stow, Csonka reçoit des propositions des universités Clemson, Iowa, Vanderbilt et Syracuse. Il choisi finalement d'ntégrer l'Université de Syracuse où il joue au poste de middle linebacker lors de sa première saison avant d'être déplacé au poste de fullback dès la saison suivante jusqu'au terme de la saison 1967. Il sera désigné All-American à ce poste. Il bat de nombreux records à la course de l'université, certains ayant été détenus par Ernie Davis, Jim Nance (en), Floyd Little et Jim Brown.

Lors de ses trois saisons jouée pour les Orange de Syracuse, Csonka aura gagné à la course un total de 2 934 yards (record de l'université), gagné plus de 100 yards lors de 14 matchs, et aura gagné une moyenne de 4,9 yards par course. Lors des saisons 1965 à 1967, il sera classé respectivement 19e, 9e et 5e meilleur coureur universitaire du pays. Il est désigné MVP du East–West Shrine Game (en), du Hula Bowl et du College All-Star Game. En 1989, il est intronisé au College Football Hall of Fame[3].

Carrière professionnelleModifier

Dolphins de Miami (1968-1974)Modifier

Csonka est sélectionné en 8e choix global lors du premier tour de la draft 1968 de l'AFL par la franchise des Dolphins de Miami. C'est le premier running back choisi lors de cette draft. Il y signe un contrat de trois ans. Il reçoit une prime à la signature de 30 000 $ (soit l'équivalant de 250 000 $ en 2019), une voiture et un salaire progressif de 20 000 $ (équivalant à 147 000 $ en 2019) pour la saison 1968, 25 000 $ pour 1969 (équivalant à 184 000 $ en 2019) et 30 000 $ pour 1970 (équivalant de 221 000 $[8].

La carrière professionnelle de Csonka a débuté de façon précaire. Lors du cinquième match de la saison 1968 joué à domicile contre les Bills de Buffalo, il est assommé et subi une commotion cérébrale après que sa tête ait heurté le sol à la suite d'un plaquage. Il reste deux journées à l’hôpital. Trois semaines plus tard, en plus d'un tympan et du nez cassé, il subi une nouvelle commotion cérébrale à San Diego[9]. Il est alors question qu'il puisse abandonner le football américain. Il rate trois matchs en 1968 et trois autres en 1969. Son coéquipier Nick Buoniconti déclare à ce sujet: « On se demandait après la saison 1969 si Csonka jouerait encore, pas seulement à cause des blessures encourues mais aussi parce qu'il n'avait pas bien joué ... Quand Shula est arrivé en 1970, il a littéralement dû lui apprendre comment courir avec le football. Il avait l'habitude de courir droit devant lui et Shula lui a fait comprendre qu'il devait courir avec son avant-bras en avant plutôt qu'avec sa tête. Shula et son entraîneur Carl Taseff ont fondamentalement remodelé Csonka pour qu'il devienne un membre du Hall of Fame. Csonka est ainsi devenu l'arme offensive des Dolphins ... »[10].

Lors des quatre saisons suivantes (1970-1973), Csonka ne va plus rater un seul match. Il devient le meilleur de son équipe en nombre de gains gagnés à la course lors de ses cinq dernières saisons avec les Dolphins. Son coéquipier Jim Langer (en) déclare : « Csonka avait le plus grand respect envers chaque joueur de l'équipe, qu'il soit attaquant ou défenseur. »[11]. Dans les années 1970, il était l'un des coureurs les plus redoutés du football professionnel. Mesurant 6,3 pieds (1,92 m) et pesant 235 livres (106,59 kg), il était un des plus impressionnant running back de son époque repoussant souvent les plaqueurs adverses sur 5 à 10 yards. Il est décrit comme un bulldozer ou un bélier. Son style de course rappelait celui du légendaire coureur puissant des années 1930, Bronko Nagurski. Le linebacker des Vikings du Minnesota, Jeff Siemon (en), déclare après le Super Bowl VIII : « Ce n'est pas la choc avec Csonka qui vous impressionne. C'est ce qui se passe après le premier contact. Ses jambes sont tellement fortes qu'il continue de bouger. Il vous porte. C'est un poids mobile. »[12]. Il commet rarement un fumble et manque rarement une réception. Il est également un excellent bloquer mais surtout un dur à cuire. Il s'est cassé le nez une dizaine de fois en jouant au football américain ce qui lui provoque une déformation permanente ce qui ne l’empêche pas de rester sur le terrain lorsqu'il saigne du nez. Il est peut-être le seul running back à avoir été sanctionné pour faute personnelle à la suite d'une action brutale inutile en portant ballon, lorsque, lors du match contre les Bills de Buffalo en 1970, il a assommé le safety John Pitts avec un coup donné avec son avant-bras[13]. Dans un match serré contre les Vikings du Minnesota au cours de la saison 1972, Csonka est frappé dans le dos par le linebacker Roy Winston à l'occasion d'un tacle assez grotesque. Pensant que son dos est cassé, Csonka rampe hors du terrain. Une fois sur la ligne de touche, il rentre aux vestiaires se faire soigner et après quelques minutes remonte sur le terrain. Son retour est crucial car la passe victorieuse transformée en touchdown par le tight-end Jim Mandich est consécutive à une feinte de course par Csonka. En 1996, il est classé 10e joueur de football américain le plus dur de tous les temps dans le film produit par la NFL, The NFL's 100 Toughest Players. L'entraîneur de la ligne offensive des Dolphins, Monte Clark, interrogé sur le style de course de Csonka déclare : « Quand Csonka part en safari, les lions retroussent leurs fenêtres. (When Csonka goes on safari, the lions roll up their windows.) ».

Avec Csonka, les Dolphins possèdent une des meilleurs attaques par la course NFL du début des années 1970. Ils seront les meilleurs de la NFL en nombre de yards gagnés à la course lors des saisons 1971 et 1972, établissant un nouveau record de la NFL en 1972 avec 2960 yards. Les 1117 yards gagnés par Csonka combinés avec les 1000 yards de Mercury Morris en ont fait le premier duo de running backs de l'histoire de la NFL à plus de 1000 yards sur une saison. Cette attaque par la course permet aux Dolphins d'accéder au Super Bowl VI et de gagner les Super Bowls VII et VIII.

Le style de course puissant de Csonka est caractéristique puisqu'il choisi de passer à travers les défenses adverses plutôt que de les contourner. Il mène les statistiques NFL avec plus de 1000 yards gagnés à la course lors de trois saisons consécutives (1971 à 1973) . Il obtient une moyenne supérieur à 5 yards par course lors des saisons 1971 et 1972 ce qui est exceptionnel pour un fullback. Il est le meilleur de la NFL avec 5,4 yards de moyenne gagné par course en 1971[14]. Son coéquipier Bob Kuechenberg déclare que Csonka était le meilleur fullback qu'il ait connu. « Lorsqu'il devait gagner 2 yards, il en gagnait 5. Dès qu'il démarrait, il atteignait la ligne, gagnait les yards nécessaires et en ajoutait à chaque fois 4 ou 5 »[15]. Csonka (lors de sa saison 1971) sera la seul running back des années 1970 à gagner plus de 1000 yards à la course sans commettre un seul fumble.

A l'issue de la saison 1972, les Dolphins deviennent la seule équipe depuis la fusion AFL-NFL à remporter tous leurs matchs, Csonka y ayant établi un record de carrière avec un total de 1117 yards gagnés à la course sur une saison. Csonka lest le meilleur coureur du Super Bowl VII avec (unité|112|yards}} gagnés en 15 courses. En fin de 3e quart-temps, Csonka effectue une course qui incarne bien son style. Après avoir évité quelques tacles adverses près de la ligne d'engagement, il gagne à l'arrachée 49 yards. Vers la fin de cette course, le cornerback des Redskins de Washington Pat Fischer, connu pour être un plaqueur sérieux et intrépide, tente de stopper Csonka. Au lieu de tenter d'éviter Fischer, Csonka se tourne vers lui et écarte avec son avant bras les 175 du défenseur.

En 1973, Csonka est élu Super athlète de l'année par la Professional Football Writers Association (en)Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : noms incorrects, par exemple trop nombreux. Les Dolphins remportent un deuxième second Super Bowl consécutif. Exploitant les blocs de sa ligne offensive, il effectue 33 course pour un gain cumulé de 145 yards tout en inscrivant deux touchdowns. Surnommé le Zonk, il est désigné MVP du match.

Csonka et son ami running back des Dolphins Jim Kiick étaient considérés comme les Butch Cassidy et le Kid de la NFL. Le , le magazine Sports Illustrated présnete le profil des deux joueurs.

World Football League (1975)Modifier

Giants de New York (1976-1978)Modifier

Dolphins de Miami (1979)Modifier

L'après footballModifier

TélévisionModifier

1975 : L'Homme qui valait trois milliards (The Six Million Dollar Man, série télévisée), saison 3, épisode 8 : Larry Bronco[réf. nécessaire]

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Larry Csonka Stats », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 août 2020)
  2. (en) « 1972 Miami Dolphins Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 août 2020)
  3. a et b (en) « Larry Csonka (1989) - Hall of Fame », sur National Football Foundation (consulté le 6 août 2020)
  4. « Larry Csonka | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 6 août 2020)
  5. (en) « Miami Dolphins Team Encyclopedia », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 août 2020)
  6. (en-US) « The Official Website of Larry Csonka » (consulté le 6 août 2020)
  7. (en-US) Csonka, Larry, Jim Kiick, with Dave Anderson, Always on the Run, p.101. Random House, 1973 (ISBN 0-394-48589-0)
  8. (en-US) Always on the Run, p.187
  9. (en-US) Hyde, Dave, Still Perfect! The Untold Story of the 1972 Miami Dolphins, p90. Dolphins/Curtis Publishing, 2002 (ISBN 0-9702677-1-1)
  10. (en-US) Danny Peary, ed., Super Bowl: The Game of Their Lives, pp.100–101. Macmillan, 1997 (ISBN 0-02-860841-0)
  11. (en-US) Peary, Super Bowl: The Game of Their Lives, p. 116
  12. (en-US) Herskowitz, Mickey, "Purple People Eaten by Dolphins," The Super Bowl: Celebrating a Quarter-Century of America's Greatest Game. Simon and Schuster, 1990 (ISBN 0-671-72798-2)
  13. (en-US) Hyde, Still Perfect!, pp.89–90.
  14. (en-US) « Pro-Football-Reference Larry Csonka » (consulté le 20 juillet 2007)
  15. (en-US) Hyde, Still Perfect!, p.96.