Larré (Orne)

commune française du département de l'Orne

Larré
Larré (Orne)
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Intercommunalité Communauté urbaine d'Alençon
Maire
Mandat
Maxence Sebert
2020-2026
Code postal 61250
Code commune 61224
Démographie
Gentilé Larrétois
Population
municipale
444 hab. (2018 en augmentation de 4,96 % par rapport à 2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 41″ nord, 0° 09′ 52″ est
Altitude Min. 140 m
Max. 166 m
Superficie 5,67 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Alençon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Écouves
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Larré
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Larré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Larré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Larré

Larré est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 444 habitants[Note 1].

GéographieModifier

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 731 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « La Fresnaye », sur la commune de Villeneuve-en-Perseigne, mise en service en 1978[8] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,5 °C et la hauteur de précipitations de 733,6 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Alençon - Valframbert », sur la commune d'Alençon, mise en service en 1946 et à 9 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,8 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,9 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Larré est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Alençon, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 89 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (63,8 %), prairies (27,7 %), zones agricoles hétérogènes (8,5 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

ToponymieModifier

Albert Dauzat considère que le toponyme est issu de l'anthroponyme gaulois Larus ou *Larrus suffixé d'-acum[22]. Ernest Nègre et René Lepelley suivent cette hypothèse, mais en l'attribuant à la langue romane[23],[24].

Le gentilé est Larrétois.

HistoireModifier

Le , un Bombardier Halifax LL129 de la Royal Air Force a été abattu par la Flak (abréviation de Flakartillerie, nom générique des unités de batteries antiaériennes statiques Allemandes) et s'écrase au lieu dit « La Chouannerie »

Cet avion provenait de la base militaire de Tarrant Rushton (en) (Dorset) d'ou il avait décollé le à 23h35, en Angleterre avec une mission SOE de parachutage d'armes et de munitions ravitailler la résistance française à Chatellerault-Le-Blanc[Quoi ?].

Le pilote aurait été trompé par de faux balisages mis en place par les Allemands qui suspectaient des parachutages dans les environs.

L'équipage anglo-canadien était composé de six hommes tous décédés durant le crash :

  • P/O James Foxall Crossley - RAF (Royal Air Force) - pilote - 24 ans - fils de John et Elizabeth Crossley
  • W/O1 Joseph Wilfred Romeo Fournier - RCAF (Royal Canadian Air Force) - mitrailleur - 27 ans - fils de Emile et Alice Fournier - de Prince Albert, Saskatchewan .
  • Sgt Enzo Biagge Grasso - RAFVR (Royal Air Force Volunteer Reserve) - bombardier - 23 ans - fils de Natale et Anna Grasso - de Stockwell, Londres - époux de Adelina Grasso
  • F/O William Edward Linning - RCAF - radio - 24 ans - fils de William et Kitty May Linning - de Lethbridge, Alberta
  • F/O Derwood William Smith - RCAF - navigateur - 22 ans
  • Sgt Edward Maurice Cyril Wilkinson - RAFVR - mécanicien - 20 ans - fils de Edward Cecil et Gladys May Wilkinson - de Gillingham, Kent - époux de Dorothy Joan Wilkinson

Une vitrine en mairie présente les photos de ces héros ainsi que des objets retrouvés dans l'avion ou donnés par les familles. Une stèle a été inaugurée le sur les lieux du crash en souvenir de ces aviateurs.

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1983 Mars 1989 Jacques Allusson    
Mars 1989 Mars 2001 Michel Marsé-Guerra DVD  
Mars 2001[25] Mars 2014 Alain Berthelot DVG Directeur général des services de la mairie de L'Aigle
Mars 2014[26] Juin 2019 Serge Lambert DVD Enseignant technique
Juin 2019 [27] Juin 2020 Patricia Planchais EXD  
Juin 2020[28] En cours Maxence Sebert GRS - Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[29].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[31].

En 2018, la commune comptait 444 habitants[Note 8], en augmentation de 4,96 % par rapport à 2013 (Orne : −2,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
340300359348345353347326306
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
324318298277258274273254230
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
235223196200193219211204210
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
206257326365384397416426444
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Pierre, principalement du XVIIe, située au centre du bourg.
  • Ancien manoir de la Cour, aujourd'hui exploitation agricole.
  • Stèle en hommage aux aviateurs alliés morts sur la commune à la suite du crash de leur avion durant la Seconde Guerre mondiale au lieu-dit la Chouannerie.

Activité et manifestationsModifier

ManifestationsModifier

Un comité des fêtes existe dans la commune et organise tous les ans diverses animations dont la principale reste la fête communale.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2018.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 25 juillet 2021)
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 25 juillet 2021)
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le 25 juillet 2021)
  8. « Station Météo-France La Fresnaye - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 25 juillet 2021)
  9. « Orthodromie entre Larré et Villeneuve-en-Perseigne », sur fr.distance.to (consulté le 25 juillet 2021).
  10. « Station Météo-France La Fresnaye - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 25 juillet 2021).
  11. « Orthodromie entre Larré et Alençon », sur fr.distance.to (consulté le 25 juillet 2021).
  12. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  13. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  14. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Alençon », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 mai 2021)
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 12 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  23. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 449.
  24. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2), p. 157.
  25. « Pas de troisième mandat municipal pour Alain Berthelot », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 décembre 2014).
  26. « Serge Lambert, nouveau maire du village », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 décembre 2014).
  27. « Patricia Planchais élue maire du village », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 juin 2020).
  28. « Municipales 2020. Maxence Sébert est le nouveau maire de Larré », sur actu.fr, Orne-Hebdo (consulté le 23 mai 2020).
  29. « Larré (61250) - Municipales 2014 », sur actu.fr, Ouest-France (consulté le 23 mai 2020).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier