Langues biu-mandara

branche des langues afro-asiatiques

Langues biu-mandara
Pays Nigeria, Cameroun, Tchad
Classification par famille
Codes de langue
Glottolog bium1280

Les langues biu–mandara ou tchadiques centrales forment une branche des langues afro-asiatiques parlées au nord-est du Nigeria, dans le nord du Cameroun et dans une moindre mesure au Tchad[1]. La langue de cette famille la plus largement parlée est le kamwe avec environ 300 000 locuteurs.

ClassificationModifier

Gravina (2014)Modifier

En 2014, Richard Gravina classe les langues biu-mandara comme ceci, dans le cadre d’une reconstruction de la proto-langue. Les lettres et les nombres en parenthèses correspondent aux branches dans les précédentes classifications. Les plus gros changements concernent la cassure et la réassignation des branches de l’ancien mafa (A.5) et du mandage (Kotoko) (B.1)[2].

Le jilbe (en) n’a pas été classé faute de sources.

Blench (2006)Modifier

Les branches de la famille biu–mandara s’organisent traditionnellement soit par leurs noms ou par des lettres et des nombres dans un format donné. En 2006, Roger Blench (en) les a organisées comme ceci[3] :

Barreteau (1987)Modifier

La classification des langues tchadiques centrales du nord du Cameroun selon Barreteau, Breton et Dieu (1987)[4]:

Sous-branche A
  • Groupe combiné wandala/mafa
    • Groupe wandala
      • Sous-groupe nord
        • wandala (wandala, mura, malgwa)
        • gəlvaxdaxa (glavda)
      • Sous-groupe centre
        • parəkwa (podokwo)
      • Sous-groupe sud
        • gəvoko
        • xədi (hidé) ; mabas
    • Groupe mafa
      • Sous-groupe sud
        • (A)
          • mafa (mafa-ouest, mafa-centre, mafa-est)
          • mefele (mefele, sərak, muhur ; shügule)
          • cuvok
        • (B)
        • (C)
          • ɗugwor (ɗugwor, mikiri)
          • merey (mofu de Méri)
          • zəlgwa (zəlgwa, minew ; gemzek)
          • gaɗuwa
        • (D)
          • məlokwo
          • maɗa
          • muyang
          • wuzlam (ouldémé)
      • Sous-groupe nord-ouest
        • matai (mouktélé)
      • Sous-groupe nord-est
        • mbuko
        • pəlasla (pəlasla, ndreme, mbərem, ɗəmwa, hurza)
  • Groupe combiné margi/gbwata
    • Groupe margi
      • psikyɛ (psikyɛ, zləŋə, wula) (kapsiki)
      • hya
      • bana
    • Groupe gbwata
      • Sous-groupe nord
        • (A)
          • jimjimən (jimi)
          • gude
          • zizilivəkən ("fali de Jilvu")
        • (B)
          • sharwa
          • tsuvan
      • Sous-groupe sud
        • njanyi
        • gbwata (bata)
    • Groupe daba
      • Sous-groupe sud
        • daba (daba, mazagway, tpala)
      • Sous-groupe nord
        • (A)
          • besleri (hina)
          • mbədam
        • (B)
          • gavar
          • buwal (gadala)
Sous-branche B
  • Groupe kada
    • kaɗa (gidar)
  • Groupe masa
    • Sous-groupe sud
      • masa (masa-ouest, masa-centre, masa-est) ; musey
      • lame
    • Sous-groupe nord
      • zumaya
  • Groupe munjuk
    • munjuk (muzuk, mpus, beege) (cf. vulum, mbara, muskum au Tchad)
  • Groupe mida'a (kotoko-sud)
    • jina (jina, muxule)
    • majara (majəra, kajire-ɗulo, hwaləm)
  • Groupe combiné mandage/yedina
    • Groupe mandage (kotoko-nord)
      • Sous-groupe sud
      • Sous-groupe sud
        • afaɗə
        • maslam (maslam, sahu)
        • mpadə (kotoko de Makari)
        • malgbe (kotoko de Gulfey)
    • Groupe yedina
      • yedina (boudouma)

Barreteau (1984)Modifier

La classification des langues tchadiques centrales du nord du Cameroun selon Barreteau, Breton et Dieu (1984)[5]:

Sous-branche A
  • Groupe combiné wandala-mafa
    • Groupe wandala
      • Sous-groupe est
        • wandala
          • wandala (mandara)
          • mura (mora / kirdi-mora / mora massif)
          • malgwa (gamergou)
        • gəlvaxdaxa (gelvahdaha / glavda / guélébda)
        • parəkwa (parekwa / podokwo)
      • Sous-groupe ouest
        • gavoko (gevoko / ngossi)
        • xədi (hedi / hidé / ftour / tourou)
        • mabas
    • Groupe mafa
      • Sous-groupe nord-est
        • ndreme (vamé-mbrémé)
          • ndreme (vamé)
          • mbərem (mbrémé)
          • dəmwa (doumé)
          • pəlasla (gwendélé)
          • hurza (ourza)
        • mbuko (mbokou)
      • Sous-groupe nord-ouest
        • matal (mouktélé / muktile)
      • Sous-groupe sud
        • Sous-groupe wuzlam-muyang-maɗa-məlokwo
          • wuzlam (ouldémé)
          • muyang (mouyengué / mouyeng)
          • maɗa (mada)
          • məlokwo (molkwo / mokyo-molkoa)
        • Sous-groupe zulgwa-ɗugwor-merey
          • zulgwa
            • zulgwa (zulgo), minew (minéo)
            • gemzek (gemjek)
          • ɗugwor (dougour)
            • ɗugwor
            • mikere (mikiri / mofou de Mikiri)
          • merey (meri / mofou de Méri)
        • Sous-groupe giziga-mofu
        • Sous-groupe cuvok-mefele-mafa
  • Groupe combiné margi-gbwata
    • Groupe margi
      • psikye (psiki / kapsiki)
        • psikye
        • zləŋə (zlenge)
        • wula (wula-xaŋku « wula-massif » / woula)
      • hya (Amsa / ghyɛ ?)
      • bana
    • Groupe gbwata
      • Sous-groupe nord
        • jimi (djimi) ; guɗe (gude / goudé)
        • zilivə (zilive / zizilivəkən / fali de Jilvu)
        • sharwa ; tsuvan (Téléki)
      • Sous-groupe centre
        • njanyi
      • Sous-groupe sud
        • gbwata (gwaate / gbwaati / ɓwaare / bata)
    • Groupe daba
      • Sous-groupe nord
        • buwal (gadala)
        • gavar (gawar / kortchi)
      • Sous-groupe sud
        • hina
        • daba
          • daba
          • mazagway (musgoy)
          • tpala (kola)
Sous-branche B
  • Groupe kaɗa
    • kada (kaɗa / guidar / baynawa)
  • Groupe munjuk
    • munjuk (mousgoum)
    • muzuk (mousgoum de Guirvidig)
    • mpus (mousgoum de Pouss)
    • beege (jafga)
    • vulum (au Tchad / mulwi)
  • Groupe mida'a
    • jina (zina)
      • jina
      • muxule (muhule)
    • majora (majera / mazera)
  • Groupe mandage (kotoko)
    • Sous-groupe sud
      • lagwan (logone)
      • msər (mser / kousséri)
    • Sous-groupe nord
      • aaɗə (afade)
      • maslam (maltam)
        • maslam
        • sahu (sao)
      • malgbe (malgwe / goulfeï)
      • mpadə (mpade / makari)
  • Groupe yedina
    • yedina (yɛdɨna / boudouma)

Newman (1977)Modifier

La classification des langues tchadiques centrales selon Paul Newman en 1977[6].

 

Notes et référencesModifier

NotesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Biu–Mandara languages » (voir la liste des auteurs).
  1. Les langues sont plus proches les unes des autres qu’elles ne le sont par rapport à la branche du Nord

RéférencesModifier

  1. (en) William Frawley, « Biu-mandara languages », in International Encyclopedia of Linguistics, vol. 1, AAVE-Esperanto, Oxford University Press, 2003, p. 235 (ISBN 9780195139778)
  2. (en) Gravina, R. (2014). The phonology of Proto-Central Chadic: the reconstruction of the phonology and lexicon of Proto-Central Chadic, and the linguistic history of the Central Chadic languages (Doctoral dissertation, LOT: Utrecht).
  3. (en) Blench, 2006. The Afro-Asiatic Languages: Classification and Reference List (ms)
  4. Barreteau, Daniel. 1987. Un essai de classification lexico-statistique des langues de la famille tchadique parlées au Cameroun. In Langues et cultures dans le bassin du lac Tchad, 43-77. Paris: ORSTOM.
  5. Barreteau, Daniel; Breton, Roland; Dieu, Michel. 1984. Les Langues. In Boutrais, Jean (ed.), Le Nord du Cameroun: Des Hommes, une région, 159-180, 528-533, 537-539. Paris: ORSTOM.
  6. (en) Paul Newman, Chadic classification and reconstructions, Undena Publications, Malibu (Calif.), 1977, 42 p.